WebLettres

Le portail de l'enseignement des lettres

WebLettres : Dossiers et synthèses

Localisation dans les rubriques :
Les synthèses des listes collège et lycée Les synthèses de la liste Profs-L


Article : [305] - Le thème de la laideur


jeudi 12 mai 2005

Par François Manson

Il s’agissait de trouver des textes poétiques qui évoquent non pas la beauté mais la laideur. Les propositions des colistiers se sont ensuite étendues à d’autres Å“uvres et ont entraîné diverses réflexions.
Synthèse mise en ligne par Corinne Durand Degranges

Textes poétiques

  J. D’AUVRAY, « Contre une dame trop maigre »
  J. D’AUVRAY, « A une laide amoureuse de l’auteur »
  BAUDELAIRE, « Le désespoir de la vieille », second poème du Spleen de Paris
  BAUDELAIRE, « Une charogne »
  Du BELLAY, « Ã” beaux cheveux d’argent » Les Regrets, Sonnet 91
  CHASSIGNET, « Mortel pense quel est dessous la couverture »
  CORBIÈRE T. « Le crapaud » dans Les Amours jaunes
  DEHENAULT, « La Mère à l’avorton »
  Jean GENET, dans Le Condamné à mort
Certains poèmes ne peuvent être étudiés en cours mais d’autres intéresseront les élèves.
  HUGO, Les Contemplations, livre III « Les luttes et les rêves », poème 27 : « J’aime l’araignée et j’aime l’ortie »
  HUGO, « Le crapaud » dans La Légende des siècles
  HUGO, La Légende des Siècles, la description du lépreux.
  LAUTREAMONT, Les chants de Maldoror
On peut choisir par exemple un extrait du chant quatrième, strophe 4 : « Je suis sale, les poux me rongent ».
  C. MAROT, « Du laid tétin » (en réponse au blason « Du Beau tétin »)
  QUENEAU, « Si tu t’imagines » dans L’Instant fatal
  RIMBAUD, « Vénus anadyomène »
  RIMBAUD, « Le Mal »
  RONSARD, « Je n’ai plus que les os... » dans ses Derniers vers
  RONSARD, « Quand vous serez bien vieille »
  VERLAINE, « Effet de nuit » dans les Poèmes saturniens
Le texte se rapproche de cette thématique. On y trouve également des pendus.
  F. VILLON, « La Ballade des pendus »
  Voir la synthèse sur les contre blasons

Textes en prose

  ARAGON, Aurélien
Le début : « La première fois qu’Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide. »
  GIONO, Un Roi sans divertissement
  HUGO, Notre-Dame de Paris
La description de la grimace de Quasimodo (la fête des Fous)
  HUGO, L’Homme qui rit
La description de la difformité de Gwynplaine.
  NOTHOMB A., Attentat
Belle réflexion sur la beauté et la laideur (Epiphane Otos est le mannequin-repoussoir de l’agence Prosélite).
  VIAN / SULLIVAN, Et on tuera tous les affreux
Enfin un livre où les laids sont les plus séduisants !

Cinéma

  COCTEAU, La Belle et la bête

Peinture

  Quentin MASSYS, A grotesque old woman also called The ugly Duchess
1525-30
Oil on wood, 64 x 45,5 cm
National Gallery, London

Réflexions diverses

  Peut-on définir la laideur sans tenter de définir la beauté, et inversement ? Est-ce que quelqu’un sur la liste a déjà évoqué Blanche Neige (bien laide la reine, la plus belle femme en ce pays au témoignage de son miroir, quand elle se déguise en vieille sorcière).
Et la laideur qu’on ne voit plus, dès qu’on aime ? Si j’avais à réfléchir et à faire réfléchir à la laideur, je crois bien que je privilégierais La Belle et la bête... Quel texte et quel film ! Jean Marais dans aucun film n’a été aussi beau !
  Il existe une parfaite filiation entre Villon, Baudelaire, Genet et l’esthétique du mal et du laid.
  Rappelons au passage cette caricature de 1842 intitulée Le Grand chemin de la postérité, et représentant Victor Hugo menant la procession des grands écrivains romantiques en brandissant la bannière « Le Laid, c’est le Beau ».
  Réfléchir à la laideur amène à réfléchir à la beauté, de même la réflexion sur « la laideur en poésie » pourrait amener à comparer avec le cas de la « laideur en prose », conte ou roman. C’est par là que peut-être, par contraste, on approcherait de ce qui est essentiel dans la poésie dont la beauté propre a priori ne fait pas bon ménage avec la laideur, sauf à la transfigurer en beauté. Impossible pour moi de ne pas trouver belle cette charogne de Baudelaire en raison de la manière dont il l’évoque. Ah, ce passé simple dans « La puanteur était si forte, que sur l’herbe / Vous crûtes vous évanouir ».
  L’Å“uvre (poétique ou en prose) de Baudelaire est une méditation sur la laideur et sur la capacité de la poésie à en faire de la beauté. Ainsi faut-il comprendre ce vers d’un épilogue inachevé des Fleurs du Mal : « Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or ».
Toute la question de la modernité, le « putsch » baudelairien dans le langage poétique (Walter Benjamin) consistant à y inclure des mots et des réalités prosaïques témoigne de son travail sur le « laid ».
Bien différentes sont les questions relatives à la laideur dans les oeuvres narratives, les romans en particulier.

Synthèses diverses à consulter sur WebLettres (ou Lettres-org)

  Les sorcières
  Les monstres
  Les vampires
  Des descriptions effrayantes
  Le fantastique
  Le chien dans les récits fantastiques
  Textes autour des peurs enfantines
  Représentations artistiques de Satan


Ce document correspond à la synthèse de contributions de collègues professeurs de lettres échangées sur la liste de discussion Profs-L ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Ce texte est protégé par la législation en vigueur. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, il est protégé par les droits d’auteur en vigueur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.
Pour tout renseignement, écrire à :
contact@weblettres.net

- Dernières publications de François Manson :

[1 106] - Projet de court métrage en seconde

[984] - Réécritures du mythe de Phèdre

[741] - Réécritures du Petit Chaperon Rouge

[305] - Le thème de la laideur



- Les derniers articles dans la même rubrique :

[1 127] - HDA en accompagnement de Candide

[1 126] - Quels discours étudier en première ?

[1 125] - Enquêteurs et justiciers


Ajouter un commentaire

Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 01-11-2004 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.



Si vous souhaitez publier une synthèse,
merci de contacter directement Corinne Durand Degranges.
Si vous souhaitez proposer un article, utilisez cette page : http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Faire un lien

© WebLettres 2002-2017