WebLettres : Dossiers et synthèses

Localisation dans les rubriques :
Les synthèses des listes collège et lycée Les synthèses de la liste français-collège


Article : [537] - Améliorer son orthographe


dimanche 31 octobre 2021

Par Musetta Puccini

Il s’agissait de trouver des solutions pour une élève de CM2 qui a une orthographe déplorable, en particulier lexicale. Elle lit peu (un peu de littérature jeunesse, beaucoup de BD).

Synthèse mise en ligne par Murielle Taïeb.

Propositions des collègues

La lecture

  Nous avons mis en place le quart d’heure de lecture, pas de BD, des textes courts qui fonctionnent, les contes de fées par exemple. Ils doivent commencer la lecture et la continuer le jour suivant. Ils peuvent en prendre un autre si le premier ne leur convient pas.
  L’orthographe, c’est comme la gym, il vaut mieux un peu tous les jours, que des exercices contraignants, longs et fatigants. Mon rituel : c’était devenu quasi obsessionnel, je lis, je réfléchis à ce que j’ai lu. Je n’en ai pris conscience que tardivement que je « perturbais » souvent ma lecture. Si votre élève peine sur l’écrit, oralisez la lecture, cela deviendra un réflexe par la suite.
  Les anglophones font des concours d’orthographe consistant à épeler les mots à haute voix.

L’écriture

  Lui faire faire des dictées à la maison et après, lui demander de se corriger par elle-même avec un dictionnaire et un Bescherelle à disposition. Cela lui permettra d’apprendre de ses erreurs et de revoir certaines règles. Rien de mieux que la pratique pour progresser.
  La faire écrire le plus souvent possible, de petits textes courts, par exemple une liste de course, un mail à un membre de la famille qui est loin, etc.
  Une technique pour retenir des mots nouveaux et les intégrer ainsi à son "sac de mots" : la répétition, à l’écrit ou en épelant, jour 1, puis jour 2, puis sauter un jour et enfin jour 7 ou 8. Hyper fastidieux mais ça marche.
  Venant du primaire, je faisais apprendre chaque semaine une liste de mots fréquents notamment les mots invariables.
  Pensez aux petits exercices des ORTH 6e puis 5e jusqu’en 3e. Chez Hatier. Ça fonctionne !
https://www.editions-hatier.fr/livre/apprendre-lorthographe-6e-5e-orth-9782218933448
  Achat d’un splendide cahier, l’enfant écrit UNE phrase TOUS les jours, sur un moment de la journée, le repas, l’école. Il réfléchit pour la rédiger seul, qu’elle soit parfaite (!) puis on l’aide si nécessaire à trouver les erreurs. Peu à peu, on peut passer à deux phrases, des illustrations qui créent un cahier de souvenirs de l’année. Cela prend cinq minutes par jour, et les progrès apparaissent assez vite, il faut juste de la rigueur et de la constance, courage.
  Un travail en plusieurs étapes : 1. Comprendre la formation des mots. 2. Copier des textes. 3. Recopier une quinzaine de fois les mots qui posent problème.

D’autres pistes

  Elle ne se pose aucune question. Il faut lui apprendre à s’interroger, à substituer, déplacer, effacer, conjuguer à un autre temps, regarder l’étymologie et enfin à trouver des moyens mnémotechniques comme le dessin. L’orthographe se pense.
  Pour chacun de mes enfants, lorsqu’il s’est agi de leur faire apprendre l’orthographe pour les dictées de l’école, j’ai toujours eu le réflexe de passer par l’étymologie (latin, ancien français...) : lupus, le loup, cela les amuse. Pour les finales muettes, je les fais systématiquement réfléchir aux mots de la même famille. Parfois, on trouve des moyens mnémotechniques (la libellule a quatre ailes) : mieux encore, les enfants les trouvent eux-mêmes. Petits, ils aiment bien jouer avec les mots et leur musique pour se raconter des histoires.
  Il peut aussi être judicieux de faire un bilan chez l’orthophoniste, parfois l’enfant est simplement dyslexique. Parfois c’est tellement léger que l’enfant compense tout le temps et on n’y voit que du feu. Le maître mot, s’en occuper mais ne pas s’en préoccuper car là viennent honte et blocage. Réponse : Elle est dyspraxique : écrire lui demande beaucoup d’énergie, si bien qu’elle a du mal à faire attention à l’orthographe en même temps qu’à la graphie. La psychomotricienne dit qu’il ne faut pas trop la contraindre à écrire en dehors de l’école parce que ça la met en difficulté et que rien que le geste lui coûte beaucoup d’énergie et de concentration qu’elle ne met pas ailleurs (justement dans la réflexion).
  Ma fille écrivait aussi très mal. C’est seulement en classe de sixième que nous avons découvert sa myopie ! Ensuite tout s’est arrangé très vite.

En guise de conclusion

D’abord, dédramatiser ! L’orthographe est importante mais ne fait pas tout. J’en connais des excellents en orthographe qui ont fait des parcours médiocres, et d’autres qui ont souffert toute leur scolarité, et pourtant ont fait de brillantes poursuites d’étude.
Ensuite, je rejoins la collègue qui distingue lecture et écriture. Certes, pour apprendre l’orthographe d’un mot, il faut l’avoir rencontré au moins deux voire plusieurs fois. Mais les recherches ont montré que le cerveau nous joue des tours. Chaque année, au moment d’écrire ALLITÉRATION (et oui, j’ai aussi mes doutes et mes faiblesses et je les partage avec humour avec mes élèves), j’ai des sueurs froides. Je ne comprenais pas pourquoi mon cerveau refusait cette double L au lieu de la double T (allitération / lettre) : les neurosciences ont montré que la réponse fausse est parfois tellement plus logique, ou du moins, le locuteur se crée sa logique, si bien qu’on n’assimile jamais parfaitement les règles âprement apprises. Et, Expérience de maman : j’ai tout fait pour faire lire une de mes filles, et souvent dans la douleur. Un jour, elle prend seule et sans contrainte, un roman. Elle l’achève dans la foulée. Me raconte son bouleversement immédiat, à jamais. Votre élève finira par rencontrer ce livre-clé. Elle a le temps...
Enfin, prenez de temps en temps un petit texte, pas plus de 8-10 lignes. Faites-lui lire en lui demandant de s’entraîner à la vigilance : elle doit répéter mentalement pour chaque mot ou terminaison « Ã©trange », cette phrase : « Ah, NOTAMMENT, une T mais 2 M, je dois retenir ! »
J’ai fait ça pendant des années. Primo-arrivant, l’orthographe était mon cauchemar !


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur le groupe Facebook de WebLettres, suite à une demande initiale postée sur ce même groupe. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation. © WebLettres

- Dernières publications de Musetta Puccini :

[537] - Améliorer son orthographe



- Les derniers articles dans la même rubrique :

[539] - Fêtons Brassens en 4e !

[538] - Autoportrait de l’enfant qu’était l’auteur

[537] - Améliorer son orthographe



Si vous souhaitez publier une synthèse,
merci de contacter directement Corinne Durand Degranges.
Si vous souhaitez proposer un article, utilisez cette page : https://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Politique de confidentialité

© WebLettres 2002-2021 
Sécurisé par Positive SSL