WebLettres

Le portail de l'enseignement des lettres

WebLettres : Dossiers et synthèses

Localisation dans les rubriques :
Les synthèses des listes collège et lycée Les synthèses de la liste français-collège


Article : [88] - Les nouveaux programmes de collège


vendredi 6 juin 2008

Par administrateur

Les nouveaux programmes de fran√ßais au coll√®ge sont en consultation jusqu’au 9 juin sur Eduscol. Ils devraient ensuite entrer en vigueur en 2009 pour la 6e, en 2010 pour la 5e, etc.

  Une question : savez-vous d’o√Ļ viennent les th√©matiques auxquelles il est fait r√©f√©rence dans la partie « histoire des arts » (« Arts, √Čtats et pouvoirs », « Arts, espace et temps », « Arts, ruptures, continuit√©s et renaissances »...) ? j’aimerais bien savoir de quoi il est question exactement.

***

  J’ai parcouru les programmes d’Arts Plastiques, d’√Čducation Musicale et d’Histoire-G√©ographie, ainsi que les grilles de r√©f√©rence du socle commun, sans rien trouver √† propos de ces fameux th√®mes. Du coup, je me demandais dans quel document trouver une petite explication de chacun des th√®mes retenus... J’ai par ailleurs suivi un stage sur la lecture de l’image et cela int√©resserait la formatrice de savoir o√Ļ l’on peut se renseigner sur ces th√®mes.

Enfin, ces th√®mes n’apparaissent pas non plus dans le projet de programme de l’√©cole primaire, pourtant cens√©e enseigner √©galement l’histoire des arts.
C’est un peu emb√™tant de ne pas savoir sur quoi se former √† propos d’une nouvelle (et si belle) discipline √† enseigner...

***

  Je voudrais plut√īt savoir dans quel document officiel ou selon quelle th√©orie, chez quel critique, on peut trouver une explication de chaque th√©matique cit√©e dans les nouveaux programmes comme si elles renvoyaient √† des choix pr√©existants et valables pour toutes les disciplines devant enseigner l’histoire des arts.
Je lis en effet pour la 4e : « Parmi les th√©matiques laiss√©es au choix du professeur, celle d’"Art, √Čtats et pouvoirs" peut permettre d’aborder des th√®mes comme l’architecture des ch√Ęteaux (Moyen √āge, Renaissance, XVIIe si√®cle), l’art de Cour (la com√©die - ballet) et la place de l’√©crivain √† la Cour ». On voit √† peu pr√®s de quoi on doit parler en cours de Fran√ßais, mais cela reste tout de m√™me tr√®s vague.

Il existerait donc un ensemble de th√©matiques dans lesquelles nous pourrions puiser. Mais comment savoir autrement qu’empiriquement ce qu’on veut nous faire enseigner ? Les auteurs de ces programmes ne se sont-ils pas exprim√©s sur ces th√®mes, ou n’ont-ils pas puis√© ces th√©matiques dans un texte officiel ? quelles r√©f√©rences est-il fait allusion ? (je note au passage que les programmes de lettres sont assez peu diserts en ce qui concerne les sources ; dans les derniers programmes, on disait √† peine quel critique avait conceptualis√© la notion de forme de discours)

***

  Je viens de me plonger (noyer !!!!) dans le projet de programme de fran√ßais et plusieurs points m’interpellent :
- je me demande √† quel(s) texte(s) plus pr√©cis fait r√©f√©rence la partie de notre enseignement appel√© « histoire des arts » d√©clin√©e en diff√©rentes histoires comme par exemple « arts, √©tats et pouvoirs », « arts du langage », « arts de l’espace » ! Je ne vois pas √† quoi cela renvoie !
- d’autre part, je trouve l’ann√©e de 5e tr√®s alourdie avec des notions ou des Ňďuvres jusque-l√† r√©serv√©s/conseill√©es en 4e ;
- par contre, la pr√©sentation pour la classe de 3e semble avoir √©t√© « b√Ęcl√©e » !
- enfin, la volont√© est clairement affich√©e d’accentuer les comp√©tences en langue et en culture sous toutes ses formes ; si cela est une bonne chose, je trouve que globalement on n’est pas encore revenu aux fondamentaux car ce projet multiplie et d√©multiplie les comp√©tences √† acqu√©rir. Je reste donc assez n√©gative ; et vous ?

***

  Je vous rejoins sur certains points, notamment pour le programme de 3e. Toutefois, je trouve que les directives concernant les notions de grammaire √† √©tudier par niveau sont assez claires, contrairement au programme actuel. Au moins, nous savons o√Ļ nous devons aller...

Je reste dubitative quant aux objectifs d’√©criture : quand je constate que je peine √† faire √©crire deux pages √† des 4e, je doute parvenir √† trois pages d’√©criture pour les 3e ; je n’ai jamais eu ce niveau : qu’en pensez-vous ?

***

  Ces programmes, j’en entends parler mais dans nos casiers, rien encore, et il en serait presque temps. Sauriez-vous me dire o√Ļ me renseigner, existe-t-il un site dans lequel me plonger √† mon tour ? Merci d’avance de combler ainsi mon ignorance inf√Ęme !

***

  Je me demande surtout comment on va pouvoir cumuler et l’√©tude des textes + langue + expression et l’histoire de l’art en 4 h 30 !!!

***

  Moi aussi, j’ai profit√© de la discussion et je suis all√©e consulter ces nouveaux programmes sur le site minist√©riel. Et comment dire ? Je suis affol√©e, abattue... peut-√™tre suis-je totalement d√©form√©e par le niveau des √©l√®ves de mon coll√®ge ZEP (35 pour cent de r√©ussite au brevet ; 40 pour cent d’√©l√®ves allant en seconde g√©n√©rale..) mais je me dis : Comment vais-je faire ? Les Ňďuvres pr√©conis√©es sont impossibles √† faire avec mes √©l√®ves (cf. les Ňďuvres int√©grales pr√©conis√©es en 4e ! et moi, je peine √† leur faire comprendre des petites nouvelles polici√®res jeunesse en ce moment !) ; enfin faire √©crire 20 lignes en 4e est d√©j√† bien. Enfin pour la progression grammaticale, nous en avions mise une au point dans notre coll√®ge mais quand je vois ce qui serait exig√© en 6e....

Moi qui croyais que les nouveaux programmes allaient √™tre « all√©g√©s » et plus centr√©s sur des comp√©tences....J’ai l’impression qu’on me demande l’impossible et surtout qu’on ne pense pas beaucoup au niveau r√©el des √©l√®ves √† leur entr√©e en 6e. Je ne pense quand m√™me pas que mon coll√®ge soit le seul en France o√Ļ les professeurs de fran√ßais sont devant des adolescents ne ma√ģtrisant ni les bases de la lecture et de l’√©criture.
La journ√©e de rentr√©e a √©t√© dure et l√†, ce soir, c’est le coup de gr√Ęce !

***

  Je viens de faire un petit tour du c√īt√© de ces nouveaux programmes... Plusieurs remarques qui rejoignent les messages pr√©c√©dents :
- je les trouve tr√®s directifs quant au choix des Ňďuvres, parfois m√™me maladroits (je suis d’accord avec la coll√®gue qui pense que certains titres sont « mal attribu√©s ») ;
- j’appr√©cie que les notions grammaticales soient pr√©cis√©ment r√©parties, m√™me si certains choix sont l√† encore contestables. De plus, j’ai sans doute lu trop vite, mais je n’ai pas vu clairement tous les COD/COi, √† part (sans simple opposition avec l’attribut du sujet). Enfin, √† part en latin, j’utilise assez peu l’attribut du COD avec mes √©l√®ves, et vous ?
- je me pose aussi des questions √† propos de certaines notions, notamment toutes celles qui tournent autour des arts de l’espace. On remarque d’ailleurs que ces parties du programme sont beaucoup plus vagues, il n’y a aucune notion pr√©cise d√©finie...
- Enfin, il me semble difficile de demander aux √©l√®ves de 3e d’√©crire 3 pages toutes les 3 semaines... et √† moi de les corriger ! Ou je vais devoir gagner en efficacit√©, ou faire moins de petits travaux, moins varier mes cours (bref, moins me faire plaisir pour essayer de donner du plaisir : cela devient vraiment du luxe).

***

  Pour continuer √† s’interroger sur les projets de nouveaux programmes, voici juste une question :

Quid de la litt√©rature de jeunesse ?

Tout juste est-il conc√©d√© qu’elle peut √™tre utilis√©e pour une lecture cursive. Et encore, du bout des l√®vres ! Vade retro !

Bien entendu, on trouve du tr√®s niais et du tr√®s mal √©crit dans la litt√©rature de jeunesse, mais aussi des Ňďuvres r√©ellement engag√©es, denses et splendidement r√©dig√©es (Le Combat d’hiver, de Mourlevat, m’a emball√© par exemple).

Mais non, il faut en revenir aux classiques, et √©vacuer toute notion de plaisir (m√™me si, heureusement, les classiques, gr√Ęce √† nous, cr√©ent de r√©els bonheurs). L’√©cole, c’est du s√©rieux, n’est-ce pas ? Elle n’est pas faite pour √™tre dr√īle ! Il faut suer, souffrir.

***

  M√™me s’ils ne la promeuvent pas, les nouveaux programmes ne vous interdisent pas formellement de faire lire ou m√™me d’√©tudier en classe de la litt√©rature pour la jeunesse. Comme il n’y a que tr√®s peu de lignes sur le sujet dans le projet qui nous est soumis, vous
pouvez retourner cette absence dans votre sens : qui ne dit mot consent...

***

  Je n’ai √©galement enseign√© qu’en ZEP ou, pour √™tre tout √† fait pr√©cise, en Ambition r√©ussite. Il ne faut pas oublier que les programmes ont vocation √† √™tre nationaux et que nous continuerons bien s√Ľr dans nos √©tablissements particuliers √† les adapter, voire √† nous en affranchir.

Comme beaucoup, j’appr√©cie l’effort de clarification de la progression grammaticale, m√™me si je note le retour d’anciennes d√©nominations qui auraient fait hurler mes formateurs d’IUFM. Entre nous, ce retournement me fait surtout sourire.

En revanche, je me d√©sole de l’absence de la Litt√©rature de jeunesse, et des √©ternelles redites avec le primaire sur le niveau sixi√®me. J’ignore si ce que je rencontrais dans mon coll√®ge est √©galement ressenti par les √©l√®ves d’√©tablissement moins difficile. Mais les miens en avaient assez d’entendre parler du conte ou de La Fontaine... Je ne dirais pas qu’ils en avaient forc√©ment gard√© de tr√®s grands souvenirs mais une lassitude s’installait d√®s que j’abordais ces sujets de mani√®re conventionnelle. Je biaisais en √©tudiant les parodies de conte... Mais quand je vois que mon fils de cinq ans, en maternelle donc, int√®gre d√©j√† le conte et sa structure, je m’interroge sur ces r√©p√©titions : ne cr√©ent-elles pas un certain ennui, une certaine lassitude chez nos sixi√®mes ?

Il faudra poursuivre le d√©bat bien sur mais je partage l’opinion de la coll√®gue qui s’interroge sur nos capacit√©s √† tout faire passer en si peu d’heures.

***

  En effet, dans mon acad√©mie, les inspecteurs font passer le message qu’il faut revenir √† LA litt√©rature et de nombreux coll√®gues se sont vus critiquer parce qu’ils √©tudiaient de la litt√©rature jeunesse. Comme si on avait d√©cid√© une fois pour toute ce qui relevait de LA litt√©rature et ce qui n’en rel√®ve pas...

***

  Moi non plus, je ne d√©col√®re pas devant ces « nouveaux » programmes et je sais d√©j√† que je ne pourrais pas les respecter pas parce que sinon, je perds mes √©l√®ves et les enfonce encore plus...

Autre observation : ces nouveaux programmes sont en fait dans la continuit√© des nouveaux programmes de l’√©cole primaire, notamment dans la ma√ģtrise de la langue, o√Ļ d√©sormais les √©l√®ves de CP devront ma√ģtriser les 4 temps de l’indicatif (pr√©sent, futur, pass√© compos√©, imparfait) et o√Ļ les √©l√®ves de CM devront savoir le pass√© simple, le plus-que-parfait, le pass√© ant√©rieur et le conditionnel pr√©sent et pass√©. Ainsi, en 6e, on abordera le subjonctif
pr√©sent !

Personnellement, je vois le subjonctif en ce moment avec mes 3e qui ont du mal √† le reconna√ģtre ! Les professeurs des √©coles ont manifest√© leur d√©sapprobation devant ce nouveau programme de langue qui ne pourra √™tre fait que par les bons √©l√®ves ayant chez eux un soutien pour leur travail personnel. Et nous, que fera-t-on alors avec tous ceux qui n’ont m√™me pas assimil√© les 4e temps du CP ? on continue √† empiler sur du vide ? Et on continue seulement avec les √©l√®ves ayant r√©ussi au primaire ? C’est un choix de soci√©t√© et d’√©ducation, non ?

Non, décidément, je ne décolère pas....

***

  Deux choses qui me chagrinent concernant les nouveaux programmes.

La premi√®re, c’est, du point de vue de la grammaire, une sorte de leurre. Certes, les notions sont mieux organis√©es. Mais √† y regarder de plus pr√®s, il y a, non pas une progression, mais un saucissonnage des notions qui rend assez perplexe. L’organisation n’est faite, ni selon un niveau de difficult√©, ni selon l’√©tude des textes, mais de mani√®re presque arbitraire : par exemple, on demande l’√©tude de la phrase simple en sixi√®me, et celle de la diff√©rence entre phrase simple et phrase complexe en cinqui√®me. Fort bien... Mais comment aborder, comme pr√©conis√©, la juxtaposition et la coordination en sixi√®me sans avoir √©tudi√© la diff√©rence entre phrase simple et phrase complexe ? Et les exemples sont √† l’avenant.

Deuxi√®me chose, j’ai probablement lu trop vite, mais o√Ļ sont pass√©s les diff√©rents types de discours (descriptif, narratif, argumentatif, explicatif) ? Certes, il est question de narration, de description, de « paragraphe argument√©... » Mais les nouveaux programmes ne tranchent pas sur la m√©thodologie ou la terminologie li√©es √† la grammaire du discours, proposant des aberrations : demander √† des √©l√®ves de cinqui√®me d’√©crire une description, mais n’√©tudier les « connecteurs spatiaux dans une description » qu’en quatri√®me ; ou bien encore, la rel√©gation compl√®te du « discours rapport√© » en troisi√®me !!!

Il est tout de m√™me « parlant » que notre projet de programme ne fasse que trente pages, quand celui des coll√®gues d’histoire-g√©o en fait plus de cent. Appauvrissement des contenus ? Allons, voyons, pas de mauvais esprit... !

Pour terminer, concernant la lecture des Ňďuvres, les concepteurs pr√©cisent souvent « le professeur choisira » ou « par exemple », donc on reste quand m√™me libres. Ouf ! Et comme le pr√©cise le coll√®gue, sinc√®rement, il n’y a que les jours d’inspection que l’on suit les programmes √† la lettre...

Il est vrai qu’« on » nous consulte.

Jusqu’en juin. Et croyez-en quelqu’un de concern√©, il est hors de question pour les auteurs de manuels de commencer √† travailler sans avoir eu la synth√®se de cette pr√©cieuse consultation. Pour rappel : les coll√®gues de primaire ont √©t√© « consult√©s » jusqu’√† mi-avril sur leurs programmes, alors que depuis d√©but mars, arrivaient dans les √©coles les premiers sp√©cimens des √©diteurs tenant compte des... nouveaux programmes !

***

  C’est plut√īt la grammaire qui me fait r√©agir...

Quel dommage de n’enseigner la grammaire de texte qu’√† partir de la 4e ! Il me semble que d√®s la 6e, les √©l√®ves peuvent tirer avantage de certaines notions fondamentales pour l’√©criture comme les connecteurs ; cette notion a pour principal int√©r√™t de fonctionner comme un hyperonyme en regroupant tous les mots-chevilles (des adverbes ; des conjonctions ) qui relient les propositions, les phrases entre elles. N’est-il pas judicieux de commencer par le g√©n√©ral en d√©but de coll√®ge, pour aller progressivement vers le particulier, c’est-√†-dire affiner l’analyse grammaticale en adoptant une d√©marche plus « phrastique » ? De plus, cette terminologie (« connecter ») est tr√®s adapt√©e √† leur quotidien. Je l’utilise avec profit d√®s la 6e.

***

  Le pr√©sent du subjonctif est d√©j√† au programme de 6e ! Que les nouveaux programmes ne nous conviennent √©ventuellement pas, soit ! mais il ne me semble pas n√©cessaire de donner des arguments fond√©s sur des contre-v√©rit√©s...

Une chose que je n’ai pas encore vue sur la liste : l’histoire des arts... Personnellement, je ne me sens absolument pas comp√©tente dans cette mati√®re qui est une discipline √† part enti√®re. Je n’ai pas fait d’√©tudes d’histoire des arts, je ne suis pas form√©e, je ne ferai donc pas cette partie du programme...

***

  Mais alors, au fond, que pensez-vous de ces nouveaux programmes ???
Mise √† part l’histoire de l’art et une certaine clarification grammaticale, Je n’arrive pas √† voir vraiment la diff√©rence moi...

Et je n’ai pas bien compris la place du socle commun dans tout √ßa !...

***

Pour info, le caf√© p√©dagogique r√©agit au dernier B.O. dans l’expresso d’aujourd’hui.
http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2008/05/09052008Accueil.aspx

***

  « L’ordre de pr√©sentation des diff√©rentes rubriques » (si quelqu’un peut me faire une explication de texte ?) : √† propos de l’ordre des rubriques : dans les nouveaux programmes, on trouve en I. L’√©tude de la langue. Ce n’√©tait pas le cas avant.

Cela semblerait relever d’un recentrage (cloisonnement ?) sur l’√©tude de la langue comme objet autonome, pas vraiment reli√© √† la lecture et √† l’√©criture. Et ce dans le prolongement des nouveaux programmes du primaire.


- Dernières publications de administrateur :

Comment je travaille (et j’√©value) par comp√©tences en fran√ßais, en 6e et en 5e

Pour ou contre la nouvelle orthographe ?

Une nouvelle présidente pour WebLettres

Recevez gratuitement des sp√©cimens lelivrescolaire.fr : des manuels collaboratifs, libre et web 2.0.

Appel √† contributions : EDUCATION AU DEVELOPPEMENT DURABLE



- Les derniers articles dans la même rubrique :

[491] - L’esprit de la r√©forme

[490] - Codes secrets et énigmes

[489] - La chanson engagée en 3ème



Si vous souhaitez publier une synthèse,
merci de contacter directement Corinne Durand Degranges.
Si vous souhaitez proposer un article, utilisez cette page : https://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Politique de confidentialité

© WebLettres 2002-2018 
Positive SSL