WebLettres

Le portail de l'enseignement des lettres

WebLettres : Dossiers et synthèses

Localisation dans les rubriques :
Les synthèses des listes collège et lycée Les synthèses de la liste Profs-L


Article : [508] - Le chien en littérature


vendredi 29 décembre 2006

Par Ingrid Lesueur

Il s’agissait de trouver des Å“uvres littéraires mettant en scène un chien, et qui abordent la question de l’homme par ce biais.
Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert et actualisée le 15.11.2016 par Murielle Taïeb.

Bibliographie

  ATTALI J., Un Noël de chien (nouvelle).
  AUDRY C., Derrière la baignoire (livre de près de 250 pages sur les rapports de l’auteure avec son chien).
  BAUDELAIRE C., Le Spleen de Paris, « Les bons chiens » (dernier poème).
  BIOY CASARES A., Dormir au soleil (avec une transformation étrange en chien).
  BRADBURY R., L’Émissaire, nouvelle parue dans Le Pays d’octobre.
  CAMUS R., Vie du chien Horla, ed. POL, prix de « 30 millions d’amis ».
  COLETTE, Dialogues de bêtes.
  CURWOOD J. O.
  CYRULNIK B., La Fabuleuse Aventure des hommes et des animaux ou La Plus Belle Histoire des animaux (anthropocentrisme - perspective éthologique).
  DELHOMME J.-P., Mémoires d’un pitbull (le chien raconte tout ce qu’il venge de la frustration de son maître).
  DERY T., Niki, L’Histoire d’un chien (C’est un roman hongrois d’une très belle qualité littéraire tout autant qu’un tableau incomparable du régime soviétique dans la Hongrie au milieu des années 50. Un livre somptueux par son écriture, bouleversant (aucune mièvrerie ni anthropomorphisme niais) et un roman politique d’une cruauté glaçante.)
  DEVOS R., Mon chien, c’est quelqu’un.
  DIDEROT D., Jacques le Fataliste et son maître :
« Jacques demanda à son maître s’il n’avait pas remarqué que, quelle que fût la misère des petites gens, n’ayant pas de pain pour eux, ils avaient tous des chiens ; s’il n’avait pas remarqué que ces chiens, étant tous instruits à faire des tours, à marcher à deux pattes, à danser, à rapporter, à sauter pour le roi, pour la reine, à faire le mort, cette éducation les avait rendus les plus malheureuses bêtes du monde. D’où il conclut que tout homme voulait commander à un autre ; et que l’animal se trouvant dans la société immédiatement au-dessous de la classe des derniers citoyens commandés par toutes les autres classes, ils prenaient un animal pour commander aussi à quelqu’un. Eh bien ! dit Jacques, chacun a son chien. Le ministre est le chien du roi, le premier commis est le chien du ministre, la femme est le chien du mari, ou le mari le chien de la femme ; Favori est le chien de celle-ci, et Thibaud est le chien de l’homme du coin. Lorsque mon maître me fait parler quand je voudrais me taire, ce qui, à la vérité, m’arrive rarement, continua Jacques ; lorsqu’il me fait taire lorsque je voudrais parler, ce qui est très difficile ; lorsqu’il me demande l’histoire de mes amours et qu’il l’interrompt : que suis-je autre chose que son chien ? les hommes faibles sont les chiens des hommes fermes. »
  FANTE J., Mon chien stupide.
  FERNEY A., Dans la guerre (pendant la Première Guerre mondiale, l’histoire d’un chien qui fait un long périple pour retrouver son maître dans les tranchées).
  GARY R., Chien blanc (Les Blancs contre les Noirs dans l’Amérique de 1968 ; personne n’est méchant, personne n’est gentil, le chien est au milieu, récupéré par les uns puis par les autres... un roman très prenant, entraînant des émotions complexes chez le lecteur, et où l’humour de Gary survit malgré le désespoir).
  GENEVOIX M., Kuni, dans le recueil Bestiaire sans oubli.
  HOMERE, Odyssée : le chien d’Ulysse est le seul à le reconnaître, et meurt juste après.
  HUGO V., Les Contemplations, « Ponto » (Hugo évoque ce chien noir qui l’accompagnait dans ses promenades à Guernesey ; plus intéressant pour d’éventuelles citations sur la vertu du chien que pour une étude sociologique).
  JAMMES F., Pipe-chien, 1933 (un chien savant, comme métaphore du poète refusant de refaire toujours ses mêmes numéros et revendiquant le droit d’évoluer, par un auteur qui a perdu ses premiers lecteurs pour avoir évolué : de faune il est, dit-on, devenu dévot...).
  JONQUET T., La Bête et la Belle (à la première lecture, on ne comprend pas que l’un des personnages-clés est un chien, ce qui en dit long sur l’image qu’on peut se faire d’un SDF).
  KING S., Cujo (particulièrement angoissant !).
  LAGUIONIE J.-F., Autostop, nouvelle parue dans Les Puces de sable.
  LONDON J., Croc blanc.
  LORENZ K., Tous les chats, tous les chiens.
  MARAI S., Un chien de caractère, roman hongrois de 2003 (4è de couverture : Tchoutora est le nom de ce chiot joyeux que Monsieur a décidé d’offrir à Madame en ce Noël 1928 assombri par la crise économique ; bien qu’attendrissant, le quadrupède se montre vite rétif aux règles que dicte la bonne société à un « Ãªtre inférieur » de son espèce et bouleverse par se turbulente présence la vie du couple).
  MAUPASSANT (de) G., La Peur.
  MAUPASSANT (de) G., Mademoiselle Cocotte (nouvelle : un domestique est contraint de noyer sa chienne sur ordre de ses maîtres qui ne supportent plus ses périodes de rut ; il en devient fou).
  MAUPASSANT (de) G., Pierrot (nouvelle recueillie dans Les Contes de la Bécasse ; pour les rapports sociologiques et affectifs du chien et de l’homme - ici deux vieilles femmes en Normandie).
  MAUPASSANT (de) G., Une Vendetta.
  MAYLE P., Une vie de chien (un chien raconte ses mésaventures au contact des humains : abandon, adoption... très drôle et très bien vu !).
  MORRIS D., Le Chien révélé.
  NOURISSIER F., Lettre à mon chien.
  PELOT P., Le Sommeil d’un chien.
  PERGAUD L., Le Roman de Miraut.
  SEIGNOLLE C., La Gueule, 1959 (un texte violent mais qui touche beaucoup les élèves).
  SIMACK C. D., Demain, les chiens.
  VON ARNIM E., Tous les chiens de ma vie, 1936 (roman très mince, autobiographique, où l’auteur trace les portraits de tous les chiens qui ont croisé sa vie... délicieusement dépassé).

Filmographie

  KLAPISCH C., Un air de famille (drôle de famille où l’on traite mieux les chiens que les hommes).
  Sketches de l’humoriste FELLAG (dans l’un d’entre eux, il compare à sa façon la place du chien en France et en Algérie, c’est assez décapant).
  SORIN C., Historias minimas (un vieil homme est persuadé que son chien, Malacara, le fuit depuis qu’il a causé un accident : le chien est sa mauvaise conscience et il s’embarque sur les routes pour le retrouver - un road-movie magnifique et plein d’humour, les scènes avec le chien sont très touchantes).
  SORIN C., Bombon el perro (film argentin de 2005 : un garagiste au chômage se retrouve avec un superbe dogue argentin blanc ; il souhaite en faire un champion de beauté... mais l’animal a un défaut : il est puceau et veut le rester ! à côté de scènes hilarantes, de l’émotion et une belle description de la société argentine).

  Voir aussi la synthèse WebLettres n°36, Le chien dans le récit fantastique.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.
Pour tout renseignement : Contact

- Dernières publications de Ingrid Lesueur :

[1 107] - Littérature et immigration (Littérature et société)

[1 002] - Activités au sein de la classe pour des élèves étrangers

[989] - Romans policiers anglais et police scientifique

[874] - T.P.E. Canons de beauté depuis 1850

[837] - TPE Hiroshima



- Les derniers articles dans la même rubrique :

[1 127] - HDA en accompagnement de Candide

[1 126] - Quels discours étudier en première ?

[1 125] - Enquêteurs et justiciers


Ajouter un commentaire

Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 13-03-2008 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.



Si vous souhaitez publier une synthèse,
merci de contacter directement Corinne Durand Degranges.
Si vous souhaitez proposer un article, utilisez cette page : http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Faire un lien

© WebLettres 2002-2017