banniere

L'espace visiteurs

[116] - Le magistrat dans le roman au XIXe siècle

Il s’agissait de trouver des références sur l’image du magistrat dans le roman du XIXe siècle.

 

Quelques auteurs à consulter
- BARBEY D’AUREVILLY
- MERIMEE
- PONSON DU TERRAIL

Des références d’œuvres précises
- BALZAC, et la Comédie Humaine. On peut voir plus particulièrement :
Splendeurs et misères des courtisanes. Je pense aux affres de Camusot pris entre justice et pouvoir.
Illusions perdues, pour les avoués et le personnage de Petit-Claud .
L’Interdiction, comprend le passionnant portrait d’un magistrat intègre. On trouve ce roman (très bref) à la suite du Colonel Chabert (édition GF)
Le colonel Chabert, comporte un personnage d’avoué.
- DUMAS, Le Comte de Monte-Cristo. L’un des protagonistes est un président de tribunal)
- ZOLA, La Bête humaine, une belle figure de magistrat et une belle critique de la justice.
- Voir peut-être aussi dans Thérèse Raquin

Voici quelques titres, trouvés dans l’édition « Classiques Hatier » de la Farce de Maître Pathelin qui propose un groupement intitulé « la satire de la justice »
- Georges COURTELINE, Un client sérieux (1896). Il est midi. Le président de la cour, qui fait fonction de juge, a deux affaires à traiter. Il est pressé car il doit prendre le train. Il demande alors au substitut de mettre un frein à son éloquence...
- Eugène LABICHE, L’avocat pédicure (1848). Philoctète, pédicure, se fait passer pour l’avocat Maître Barbenchon, obligé de se cacher. Il doit défendre les intérêts de son client Rambour, qui se dispute avec son frère aîné pour une question d’héritage. Ce dernier est défendu par Chaffaroux, un ancien juge de paix.

Sont aussi cités, mais pour le XXe siècle
- Marcel AYME, La tête des autres (1952). Maillard est procureur de la république. Ses proches l’attendent alors qu’il s’est retardé au palais où a lieu un procès important.
- Albert CAMUS, La peste (1947). L’évocation par Tarrou de son père, avocat général.
- Elisabeth CATTA, A quoi tu juges (1988). Il s’agit d’un témoignage d’une juge pour enfants.
- Jean TARDIEU, De quoi s’agit-il ? (1984). Les dépositions de M. et Mme Poutre dans un commissariat.


Ce document correspond à la synthèse de contributions de collègues professeurs de lettres échangées sur la liste de discussion Profs-L ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Ce texte est protégé par la législation en vigueur. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, il est protégé par les droits d’auteur en vigueur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.




Gabriel Teulières

Professeur de lettres classiques depuis 1971, Gabriel Teulières enseigne en collège et lycée dans le département du Lot. Il est l’auteur d’Eulalie, graticiel pour l’apprentissage du vocabulaire grec, disponible sur le serveur de l’académie de Toulouse.



- Dernières publications :
[116] - Le magistrat dans le roman au XIXe siècle









Forum relatif à cet article

  • [116] - Le magistrat dans le roman au XIXe siècle - 16-05-2007 - par UGUR YONTEN

    Se défier de la magistrature est un commencement de dissolution sociale(p.360)

    Le traitement payé par l’Etat fait du prêtre et du magistrat, des employés. Les grades à gagner développent l’ambition ;l’ambition engendre une complaisance envers le pouvoir.(p.458)

    Balzac,Splendeurs et misères des courtisanes,Livre de Poche,1963.

  • Le forum est ouvert - 01-11-2004 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip