WebLettres

Le portail de l'enseignement des lettres

WebLettres : Dossiers et synthèses

Localisation dans les rubriques :
Les synthèses des listes collège et lycée Les synthèses de la liste Profs-L


Article : [51] - Poésie et chanson


jeudi 22 ao√Ľt 2002

Par La rédaction de WebLettres

Il s’agissait de savoir si l’on peut classer les chansons √† texte dans le genre po√©tique, ou s’il s’agit d’un genre diff√©rent.
Synthèse mise en ligne par Corinne Durand Degranges

Réponses des colistiers
  Je dirais oui et non. Mais il est d√©sormais connu, que les grands po√®tes d’aujourd’hui sont des chanteurs (enfin je devrai dire des « auteurs » au sens de chanteurs po√®tes. (Jeg)
  Je suis cat√©gorique, c’est un genre diff√©rent des autres. C’est m√™me un nouveau genre au vingti√®me si√®cle du fait des changements intervenus sur le plan technique. Les contraintes de l’impression des disques, cassettes puis CD, le passage en public dans des salles pas forc√©ment attentives ont impos√© des r√®gles contraignantes : environ trois minutes, pas d’herm√©tisme... L’accord musique et paroles imposent des mots avec des sonorit√©s particuli√®res (importance des rimes et des assonances et allit√©rations et du rythme) et des sons expressifs. La musique est toujours importante, m√™me pour des auteurs dont on remarque surtout le texte. L’interpr√©tation sur sc√®ne et autre, a fait se d√©velopper des th√®mes personnels et l’emploi de la premi√®re personne. M√™me dans les chansons √† message politique et autre, l’implication du chanteur appara√ģt comme manifeste. Ne dit-on pas qu’une chanson est « cr√©√©e » la premi√®re fois qu’elle est chant√©e en public ? (Forc√©ment, je suis √† l’aise pour en parler : c’√©tait le sujet de ma th√®se !) (Annie M.)
  Mon souci vient de la grande disparit√© qu’il y a dans √† l’int√©rieur du genre po√©tique, et tout particuli√®rement avec la fable. J’ai en effet r√©uni un corpus pour croiser argumentation, apologue et po√©sie, et j’ai choisi autour de la guerre, mais aussi de la r√©pression arm√©e :
Le loup et les brebis
Un extrait de la réponse de Lamartine au journal La Némésis
« Souvenir de la nuit du 4 »
« Le petit commerce » (Boris Vian)
Lorsque je regarde ces 4 textes, je trouve celui de Vian ni plus ni moins diff√©rent des autres que les autres entre eux. De plus, sa dimension d’apologue, avec son dernier couplet en contre-utopie le rapproche beaucoup de la fable, qui elle-m√™me est tr√®s √©loign√©e des textes de Hugo ou de Lamartine (du genre « lettre ouverte »). J’avais donc pens√© montrer aux √©l√®ves que le genre po√©tique √©tait une grande enveloppe, √† l’int√©rieur de laquelle on trouvait beaucoup de choses diff√©rentes, en « croisant » d’autres formes d’√©criture, d’autres genres. Bien s√Ľr, je suis consciente de la dimension « audio », mais la po√©sie antique comporte aussi cette dimension, n’est-ce pas ? L’argument sur la dur√©e est un argument clair, mais n’est-il pas surtout statistique ? Je connais quelques chansons de 17, 19 minutes, voire des chansons √† r√©pons (mais l√†, c’est le texte qui fait souvent un peu d√©faut...) ah, pardonnez-moi de n’√™tre pas encore tout √† fait convaincue. (Anaphore)
  Rien ne vous emp√™che de mettre une chanson dans un corpus avec un po√®me, une fable etc. Bien au contraire. Ceci dit, il me semble que Vian chant√© est toujours plus expressif que lu. De plus, les √©l√®ves adorent √©couter des chansons. (Annie Massy)
Note de la r√©daction de WebLettres : la th√®se d’Annie Massy Jacques Brel ou la difficult√© d’√™tre Belge est publi√©e aux √©ditions La Renaissance du Livre. Voir ce lien
  Un genre diff√©rent... mais qui croise le genre po√©tique par son √©criture, voire par son souci de relire la po√©sie : « l’Affiche rouge » interpr√©t√©e par Ferr√©. La chanson et la sc√®ne // le th√©√Ętre √† lire et le th√©√Ętre sur sc√®ne ! Tout est une question de repr√©sentation. Le texte de la « chanson √† texte » reste avant tout une d√©marche po√©tique : et je ne suis pas s√Ľr du tout que « JE » y soit pleinement l’auteur... (Philippe M.)
  Cela pourrait-√™tre une belle probl√©matique : une po√©sie nouvelle ? Int√©ressant de montrer qu’elle est contamin√©e par tous les genres : apologue etc. (Dimitri R.)
  Encore que pour ce qui touche √† l’apologue, on en fait un genre litt√©raire depuis les nouveaux programmes, mais il s’agit quand m√™me d’un √©crit qui se d√©finit par sa fonction, non par ses caract√©ristiques d’√©criture. ( ?)
  Un avis qui n’engage que moi... Une chanson c’est un po√®me mis en musique ; certaines chansons sont de minables po√®mes minablement mis en musique ; d’autres sont sublimes, qu’il s’agisse d’Ňďuvres d’auteurs (ex. Aragon) ou d’auteurs-compositeurs (Brassens se voulait po√®te et l’√©tait certainement ; je n’en dirais pas autant de l’auteur de « Il est beau mon lavabo... » et encore, au troisi√®me degr√©... allez savoir !). Les trouv√®res et troubadours qui chantaient leurs Ňďuvres √©taient incontestablement des po√®tes et leurs textes des po√®mes ! J’y pensais en regardant une √©mission consacr√©e au tr√®s regrett√© Nougaro, ami d’Audiberti entre autres ; lisez ses textes et vous n’aurez plus de doute sur leur int√©r√™t po√©tique ; voyez aussi chez les meilleurs chanteurs de rap...Un historien nous dirait peut-√™tre qu’√† l’origine le po√®me √©tait le plus souvent chant√© (voir les origines du « lyrisme », ou encore le roi David...). Donc, quid des chansons √† textes (y en a-t-il sans textes ?) ? Malgr√© leur caract√®re parfois « didactique », je n’h√©siterais pas √† en √©tudier dans le cadre de la po√©sie, en parall√®le avec les registres habituels. Ce sont des po√®mes mis en musique...( ?)
  Bien entendu qu’il n’y a pas d’inconv√©nient √† √©tudier une chanson dans un groupement de po√®mes. Bien s√Ľr que certains textes de chansons sont de superbes po√®mes. Nous arrivons l√† au probl√®me des fronti√®res de genres. Mais une chanson est aussi autre chose qu’un po√®me musicalis√©. D’ailleurs certaines, consid√©r√©es comme r√©ussies, les sont avec des textes ternes sans musique. Ex :
« J’veux qu’on rie, j’veux qu’on danse, j’veux qu’on s’amuse comme des fous »... (« Le Moribond », Brel)
« Quand le jazz, quand le jazz est l√†,
la java, la java s’en va » (Nougaro)
C’est quand m√™me mieux avec le rythme impos√© par la musique et les sonorit√©s qui cr√©ent une atmosph√®re particuli√®re. La musique impose √† certaines chansons de Vian un rythme effr√©n√© qui en font une esp√®ce de tourbillon mi comique, mi tragique. Je pourrais continuer longtemps. L’important pour r√©ussir une chanson n’est pas la po√©sie du texte, mais l’accord texte et musique et j’ajouterai aussi l’interpr√©tation. Apr√®s, bien s√Ľr, comme dans tous les genres, se pose la question de la qualit√© de l’Ňďuvre, mais c’est un autre probl√®me. (Annie Massy)

Une autre question sur la liste a permis de réfléchir à la problématique de la mise en musique de poèmes et la comparaison de différentes versions chantées. Les contributions se trouvent ci-dessous.

Suggestions de la liste
  J’ai trouv√© sur WebLettres une s√©quence tr√®s int√©ressante sur cette probl√©matique, propos√©e par Christine Bolou-Chiaravalli dont voici le lien
  Pour √©tudier les chansons (et avec la musique √©videmment,) il existe (depuis 1992) d√©sormais un mot pour nommer cette nouvelle science : la cantologie. Par contre les √©crits th√©oriques ne sont pas l√©gions. Vous pouvez trouver sur mon site une conf√©rence sur Brel o√Ļ j’ai d√Ľ noter quelques lignes sur les caract√©ristiques du genre « chanson contemporaine ». J’en ai oubli√© un : l’enregistrement qui fixe d√©sormais une interpr√©tation s√©lectionn√©e et permet le chef d’Ňďuvre. Je r√©sume : une chanson, c’est un texte, pas forc√©ment po√©tique mais rythm√©, une musique qui peut √™tre une simple ligne m√©lodique mais qui s’accorde bien aux mots ainsi qu’au sens global et une interpr√©tation. L’accord des trois est indispensable √† la r√©ussite de l’ensemble. Quelques r√®gles : de dur√©e (environ trois minutes), de prosodie (importance des sonorit√©s, allit√©rations, assonances...), pr√©sence d’un refrain, th√®me simple, ambigu√Įt√© entre le chanteur et le personnage du texte et emploi de la premi√®re personne fr√©quente... Il est int√©ressant aussi de consid√©rer les liens ou plut√īt les limites entre le genre chanson et le th√©√Ętre, le roman, encore plus que la po√©sie... (Annie Massy)
  Un article de Claude Lemesle
  Pour ma part, je compte travailler √† partir de ces probl√©matiques :
« Quelles caract√©ristiques propres √† l’√©criture po√©tique ? Comment un po√®me peut-il √™tre transform√© par une interpr√©tation parl√©e ou chant√©e ? Quels liens unissent po√©sie et rythme(s), po√©sie et musique(s) ? Qu’est ce que la « mise en chanson » d’un po√®me peut apporter √† son expressivit√© ? Une chanson peut-elle devenir un po√®me et inversement ?
1er texte : « Le pont Mirabeau » avec une comparaison entre
L’enregistrement de 1912 dit par Apollinaire
La version chantée par Léo Ferré de 1953-1954
La version chantée par Serge Reggiani
La version chantée par Marc Lavoine
Celle que va nous proposer l’artiste qui vient chanter dans l’√©tablissement.
Suivront, « Le Serpent qui danse », « Il n’y a pas d’amour heureux », et .... je ne sais pas encore ! (J. C.)
  A propos de la diff√©rence entre genre chanson et genre po√©sie, j’ai oubli√© de mentionner un √©l√©ment d√©terminant (trouv√© par St√©phane Hirschi, professeur de cantologie √† l’universit√© de Valenciennes) :
La dur√©e n’est pas seulement courte, mais le temps est compt√©. Dans une chanson r√©ussie, tout cherche √† retarder la fin in√©luctable qui est d√©j√† inscrite dans le d√©but. « La chanson r√©ussie doit reposer sur une structure d’attente. La fin de la chanson, ces derniers mots qui pr√©c√®dent le silence, doit donc √™tre per√ßue comme une r√©ponse ultime, au-del√† de laquelle les mots n’ont plus cours. Le chanteur doit guider son auditeur vers ce silence et, par cons√©quent b√Ętir sa chanson comme un processus initiatique, au terme duquel la r√©ponse aux questions pos√©es sera enfin ou formul√©e ou fortement sugg√©r√©e ». (S.H : Jacques Brel, Chant contre Silence, Nizet)
Illustration avec « Quand on a que l’amour » de Brel :
D√©but : « quand on a que l’amour... »
Suite : s√©rie de protases (= une proposition qui ne suffit pas s√©mantiquement √† elle-m√™me et fait esp√©rer une suite, √† savoir l’apodose, destin√©e √† combler la lacune ainsi suscit√©e)
Fin : « alors sans avoir rien
que la force d’aimer
nous aurons dans nos mains
amis, le monde entier »
Tout est dit, c’est fini.
On voit bien que po√©sie et chanson, sont deux genres diff√©rents avec des caract√©ristiques propres √† chacun, m√™me si on a mis des po√®mes en musique. Je pense que c’est un tort de vouloir m√©langer les deux dans nos enseignements. Lorsque je fais √©tudier une chanson en classe, je ne prends pas un po√®me connu mis en musique mais une bonne chanson √† texte... et c’est g√©n√©ralement les √©l√®ves qui inspirent mon choix. Ce cours est toujours tr√®s appr√©ci√© car il fait partie de leur univers. (Annie Massy)
  Mon m√©moire de stage portait sur la po√©sie mise en chanson, et sur l’oralisation de la po√©sie au lyc√©e. Il me semble que le plus important est de faire sentir √† nos √©l√®ves l’importance de la mise en voix de la po√©sie, laquelle, √† mon sens, a √©t√© un peu trop soumise au joug de l’√©crit. Je crois que la « parole » po√©tique prend tout son sens dans la formulation sonore. Je cite Vigny : « D√®s qu’elle est imprim√©e, la Po√©sie perd la moiti√© de son charme. Cela vient de ce qu’on ne sait pas la lire [...] Il faudrait donc pour faire sentir la Po√©sie que partout le Po√®te v√ģnt avec elle, comme le rapsode de l’Antiquit√© ou le trouv√®re du Moyen Age, et ce serait l√† un m√©tier de Baladin. »
J’ai fait une s√©quence sur la po√©sie mise en musique avec une classe de seconde, avec l’appui d’un professeur de musique, qui a √©clair√© les √©l√®ves sur les rapports musique et po√®me. Le travail final consistait en une mise en voix de po√®mes choisis par les √©l√®ves, qui devaient √©galement choisir un morceau musical d’accompagnement. La s√©quence fut un succ√®s, m√™me si le travail final fut in√©gal sur le plan qualitatif : on ne peut gu√®re « plaquer » de fond musical sur un po√®me. Certaines prestations furent toutefois tout √† fait s√©duisantes. Quoi qu’il en soit, j’esp√®re avoir fait saisir √† mes √©l√®ves toute l’importance et toute la beaut√© d’une mise en voix des textes. ( ?)
  Je suis assez d’accord avec ce qui a √©t√© dit : difficile de m√™ler, finalement, po√©sie et chanson, qui sont des genres diff√©rents. Toutefois, on peut tr√®s bien √©tudier avec nos √©l√®ves certaines adaptations discutables, pour montrer justement les limites de l’exercice. Actuellement, ma s√©quence sur la po√©sie en premi√®re s’appuie aussi sur des mises en musique (Villon, Lab√©, Baudelaire, Perros). Pour information, il existe un coffret de 6 CD sorti chez Fr√©meaux en 2002 : Anthologie sonore de la po√©sie de langue fran√ßaise (1265 - 1915). Les po√®mes sont dits par des com√©diens de la Com√©die Fran√ßaise. √Ä l’√©coute, on red√©couvre certains po√®mes, que l’on croyait conna√ģtre... (Yvan N.)


Ce document constitue une synth√®se d’√©changes ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lyc√©e) ou en priv√©, suite √† une demande initiale post√©e sur cette m√™me liste. Cette compilation a √©t√© r√©alis√©e par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni √† titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est prot√©g√© par la l√©gislation en vigueur en mati√®re de droits d’auteur. Toute rediffusion √† des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.
Pour tout renseignement : Contact

- Dernières publications de La r√©daction de WebLettres :

[1 170] - Ressources sur l’oral

[1 157] - Projet Voltaire

Album de presse 2016

Album de presse 2002-2013

[631] - Lectures conseillées en Première (ou pour préparer la Première)



- Les derniers articles dans la même rubrique :

[1 196] - Astuces pour corriger ses copies

[1 195] - Lecture cursive avec Gargantua de Rabelais

[1 194] - Lecture cursive avec La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne



Si vous souhaitez publier une synthèse,
merci de contacter directement Corinne Durand Degranges.
Si vous souhaitez proposer un article, utilisez cette page : https://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Politique de confidentialité

© WebLettres 2002-2021 
Sécurisé par Positive SSL