banniere

L'espace visiteurs

[161] - Comment étudier le manga en classe ?

Il s’agissait de collecter vos avis, des sites, des idées de séquence, des suggestions... pour travailler le manga en classe. Un grand nombre de professeurs m’a dit avoir des idées, mais regrette de ne pouvoir les mettre en pratique par manque de temps. Certains en lisent désormais couramment, mais n’ont pas forcément étudié cela en classe. Le chantier est donc ouvert !
Merci pour leur contribution à Caroline Adgnot, Elsa Auconie, Elsa Bernardy, Catherine Briat, Aurore Dormaël, Claire Esteveny, Blandine Frémondière, Gisèle Joubert, Marie Lafon-Pierre, Colette Meillac, Marcel Pion, Guillaume alias "Profpernin", Stéphanie Roul, Marie-Hélène Rousseau, Caroline Sirieix, Monique X.
Synthèse mise en ligne par Marie-Laure Tres-Guillaume et Catherine Briat.

 

Propositions d’activités sur les planches BD

- Il existe essentiellement 2 catégories de mangas : les shonens (= mangas d’amour) et les mangas d’action. Les garçons n’apprécient que vaguement les shonens. Ils tendent à les mépriser. En tous cas un certain nombre de repères sont bouleversés. Souvent les mangas sont publiés avec les orientations de l’écriture asiatique et non pas le sens occidental du début à la fin. Le début du manga est à la fin et on lit à l’envers.
- Dans le cadre du roman de chevalerie, il est possible d’utiliser un manga, mais juste pour une séance, pour identifier les codes de la littérature médiévale. Cette séance se trouve sur cette page. Le manga utilisé est un ancien manga, de 1997 je crois. On peut se le procurer par le biais d’internet et des sites de vente de livres d’occasion. On peut y ajouter un travail sur le dialogue. En effet, il y a tellement peu de mots et tellement d’onomatopées, que l’on pourrait demander aux élèves de faire réellement parler les personnages.
- Il serait également possible de faire un travail sur le thème du Japon, ceci en collaboration avec le professeur d’arts plastiques. En français, on pourrait étudier un roman comme Hiroshima mon amour, travailler l’objet B.D. avec un manga (la mise en page spécifique aux mangas, le vocabulaire lié à la BD...).
- On pourrait choisir la 1ère planche d’un manga correspondant à la situation initiale et demander aux élèves de rédiger la suite du récit.
- Il est peut-être pratique de demander à des élèves "spécialistes" de faire un exposé pour présenter le manga en classe.
- Un club manga marche bien même en LP industriel. Les éditeurs mangas : Eyrolles, Fleurus jeunesse Shonen et Shojo pour apprendre à dessiner les mangas.
- J’ai utilisé quelques planches de Yongbi de Mun Chong Hu en 5e l’année dernière pour travailler sur la dramatisation du combat (le défi verbal et physique avant le combat proprement dit) dans le cadre d’une séquence sur la chanson de geste.
- L’orchestre des doigts, de Yamamoto Osamu (Milan BD). En quatre tomes.
Un manga passionnant sur fond d’histoire des écoles de sourds-muets au Japon. L’orchestre des doigts désigne la langage des signes.
- Il est envisageable de monter un atelier BD où les élèves comparent les BD européennes type Tintin ou Gaston Lagaffe ; les comics américains (superhéros) et les mangas japonais. Les élèves avaient adoré mais c’était en dehors des cours classiques et avec l’aide d’un collègue d’arts plastiques...

Bibliographie indicative pour le college

- AOYAMA G. , Yaïba.
- AOKI Y., AYAMINE R., Get Bakers.
- HOTTA Y., OBATA T., Hikaru No Go.
Un shonen qui a pour sujet le jeu de go, et qui attire les filles, car les personnages ne sont pas trop manichéens.
- KISHIMOTO M. Naruto.
- NATSUME Y., Togari.
- SODA M., Daïgo soldat du feu.
- SOUILLON, Maliki.
Très apprécié au CDI, une BD très sympa et plutôt finaude, avec des niveaux de lecture variés, et qui du coup plaît à un public très large, des collégiens plus sensibles au côté kawai de l’héroine aux étudiants de BTS. C’est une production Ankama, qui est aussi à l’origine de Dofus et plus récemment Wakfu, jeux en ligne très prisés de certains élèves. Pour se faire une idée plus exacte sur Maliki, l’auteur publie régulièrement ses planches et ses commentaires sur cette page.
- TANIGUCHI est incontournable : c’est vraiment de la littérature graphique ! Editeurs : Casterman, Kana, Seuil, etc. Il raconte des histoires de famille touchantes : Le journal de mon père, Quartiers lointains, mais les éditions sont chères, ce qui risque de limiter leur utilisation en classe. De plus, les sujets sont peut être un peu sérieux pour des élèves de collège, mais qui sait ?
- TANIGUCHI J., Gen d’Hiroshima
Un manga qui - je crois - a fait date sur le bombardement d’Hiroshima. C’est une longue fresque en plusieurs tomes avec des passages assez durs. Quelques exemples ici, et là.
- TANIGUCHI J., Le sommet des dieux et K
Des récits d’aventures alpinistes en Himalaya, pour le niveau 5e.
- TANIGUCHI J., L’orme du Caucase
De courtes histoires. A mettre en parallèle avec des nouvelles (réalistes pour la plupart, je crois).

Bibliographie indicative en LP

- AKAMATSU K.,Love Hina.
- KIRKMAN R., ADLARD C., Walking dead.
- KISHIRO Y., Gunnm .
- KUBO T. Bleach.
- LEMAIRE R. Dreamland .
- OBA T., OBATA T., Death Note.
- ODA E., One Piece.
- TAKEI H.Shaman King.
- TEZUKA O. L’histoire des 3 Adolf.
Sur fond de seconde guerre mondiale.
- TOGASHI Y., Hunter X Hunter .
- TORIYAMA A., Dragon Ball.
- TSUTSUI T., Duds hunt, Manhole, Reset.
- URASAWA N., Monster , Thriller policier.
- URASAWA N., 20th Century Boys.
- WATSUKI N., Kenshin le Vagabond.

En film d’animation

- MIYAZAKI H. Le Château dans le ciel, Kiki la petite sorcière, Le Château ambulant, Le Voyage de Chihiro, etc.
Certes, tous ces films peuvent paraître très "frais", mais véhiculent de nombreuses valeurs et ont un art de raconter incomparable. Sur Princesse Mononoké, plusieurs séquences sont consultables sur le net. Le royaume des chats est intéressant si on aime nos félins amis mutins, mystiques et magiques, dans l’univers du conte. Un parallèle peut être fait avec un roman de jeunesse, La ville des chats de LLOYD A.
- MIYAZAKI G., Les Contes de Terremer
Il ne s’agit pas vraiment d’un manga au sens où nous employons le mot d’habitude, donc tout dépend de ton projet. Graphiquement on y retrouve certains personnages et expressions habituels et récurrents en particulier pour des personnages secondaires. Adaptation partielle du (long) roman d’Ursula Le Guen, il permet d’aborder tous les éléments du conte, avec en prime une belle musique, ce qui n’est jamais négligeable.
- TAKAHATA I., Le tombeau des lucioles
Il est exploitable dans plusieurs niveaux, mais à travailler plutôt en 3e , à mettre en relation avec le programme d’histoire puisqu’il se déroule à la fin de la seconde guerre mondiale : durant la guerre, deux enfants se trouvent orphelins, le grand frère essaie de protéger sa sœur mais c’est un drame... avec l’avantage de rappeler qu’elle s’est aussi déroulée dans le Pacifique, ce que les programmes d’histoire n’approfondissent guère... sauf dans les territoires concernés. Il permet d’aborder l’autobiographie, et esthétiquement, il comporte des moments d’une très grande poésie.

Ressources pour le prof
- BASTIDE J., Guide des mangas : les 100 séries indispensables.
- Vous trouverez de précieuses suggestions sur ce blog de profs d’histoire-géo qui les font en amateurs éclairés de mangas
- La revue Je Bouquine, chaque mois, fait une sélection de mangas avec critiques à l’appui et coups de cœur
- Sur le site Ricochet des titres des possibilités de s’inscrire à des stages sur le manga (niveau débutant ou expert !) .
- Trois entrées susceptibles de préparer tout néophyte à la plongée dans l’univers manga :
la première,
la seconde et la troisième
- Des documentaires vidéo sur le manga, très instructifs et enrichissants - « Profession Mangaka », « Beau comme un manga », « Un monde Manga »
- Gachan, site d’informations générales sur la BD japonaise ; outre son intérêt pour approfondir des connaissances, vous y trouverez de nombreuses références bibliographiques (incontournables, classées par niveaux de public, etc.)
mais aussi des pistes d’éditeurs spécialisés
- SavoirsCdi et son dossier du mois de mai 2008 "La culture manga à l’honneur"
A consulter également cette page et celle-ci.
- Un numéro récent consacré au manga (n° 50, printemps 2006) de la revue "Lire au lycée professionnel", réalisée et éditée par les équipes du CRDP de l’académie de Grenoble
- un numéro thématique de la revue "Lecture jeune" sur ce genre, "Culture manga" (juin 2006),

Avis partagés !

- Cette démarche de rapprocher deux mondes ( celui des élèves et le nôtre ) en jetant des "ponts" ne peut qu’être bénéfique, en ce sens que leurs passions poussent les élèves à travailler différemment en français. Et c’est un vecteur de progrès, il me semble, puisque les séances TICE ou les éléments d’étude sur le SMS ou des séances originales donnent toujours des résultats surprenants. En bref, pour mieux faire travailler nos élèves, connaissons-les un peu mieux !
- J’aime tous les mangas de Jiro Taniguchi qui sont d’une très grande sensibilité, mais comme pour les BD laissons cela à la détente : que ça ne devienne pas une matière à enseigner ! Il faut avoir quelque chose pour se faire plaisir et malheureusement l’enseignement dénature tout. Allons-nous travailler sur la situation d’énonciation dans One Piece (qui est un des meilleurs mangas actuels) ? Allons-nous proposer (comme je l’ai vu sur un site pédagogique) Nana au collège alors que c’est un manga pour grands adolescents voire adultes où il y a tout de même prostitution et plaisirs sexuels avec strangulation ? Il existe des mangas pour tous les âges et si j’ai un conseil à vous donner c’est d’aller consulter des sites et des forums sur les mangas. Il existe aussi des librairies spécialisées où des professionnels pourront vous guider. Les BD étaient considérées comme de la sous-littérature dans les années 70 quand je faisais mes études. Ensuite, pour une question financière, on les a vues apparaître dans les accompagnements de programme, mais si vous demandez à vos élèves ce qu’ils lisent comme BD ce sera Titeuf et pas des BD littéraires avec du texte et des images superbes. Car comme pour les romans et les mangas il y a de tout dans les BD...
Il faut se renseigner, faire comme pour la littérature et la littérature jeunesse, lire beaucoup pour faire le tri. Je pense que travailler avec le documentaliste est en ce sens nécessaire. On peut présenter des livres pour faire découvrir et donner à lire autre chose que ce qu’ils ont l’habitude de lire (en manga Naruto est très lu actuellement) mais lisez d’abord et faites votre tri. On ne présente bien que ce qu’on a lu et pas le résumé d’un livre. Les filles et les garçons ne lisent pas du tout les mêmes mangas donc dans une classe il faut présenter les deux, et les garçons diront "beurk" en entendant les titres pour filles. Et ne confondez pas les dessins animés et les mangas.
- J’avoue utiliser les mangas de façon anecdotique : c’est intéressant pour la dramatisation : rythme du récit, suspens, émotions amplifiées... les ingrédients de l’épopée sont assez faciles à repérer pour les élèves. Deux soucis : la violence et la grossièreté, je sais, l’argument peut sembler "réac", mais même chez Taniguchi, qui est l’un des maîtres du genre, on n’y échappe pas... Je pense aussi à Lonewolf&Cub : l’histoire d’un assassin et de son très jeune fils au temps des samouraï, très très violent, mais avec les avantages cités plus haut.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Français-collège
(liste de discussion des professeurs de français au collège) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.

© WebLettres 2002-2007
Pour tout renseignement : Contact




Marie-Laure Tres-Guillaume

Professeur certifiée de Lettres Classiques au collège du Stade à Cournon d’Auvergne et formatrice TIC et Lettres.(Académie de Clermont-Ferrand). Elle est collaboratrice de www.weblettres.net et gestionnaire de la liste de diffusion college@weblettres.net. Elle participe au comité de rédaction de la collection Weblettres In Folio et a co-écrit La Nouvelle Grammaire du collège (Magnard, 2007)



- Dernières publications :
[452] - EPI 5e : La Renaissance
[376] - Chansons autour de la lune
[347] - Haïkus sur les oiseaux
[252] - Lectures sur la Grèce ancienne et actuelle
[251] - Poèmes sur la fraternité








contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip