WebLettres

Le portail de l'enseignement des lettres

WebLettres : Dossiers et synthèses

Localisation dans les rubriques :
Les synthèses des listes collège et lycée Les synthèses de la liste Profs-L


Article : [504] - Participation orale en Première


jeudi 26 octobre 2006

Par Isabelle Farizon

Il s’agissait, d’une part, de r√©fl√©chir aux moyens de pr√©parer efficacement les √©l√®ves √† une prise de parole prolong√©e, dans le cadre restreint de nos horaires de cours en classe de Premi√®re ; d’autre part, de savoir comment √©valuer cette participation. La synth√®se se pr√©sente comme une collecte de t√©moignages et d’√©changes.
Synthèse mise en ligne par Valentine Dussert.

Entra√ģnement √† la prise de parole

  Dix minutes en d√©but de cours :
« Je fais passer les √©l√®ves √† l’oral en d√©but de cours sur le texte √©tudi√© en lecture analytique lors de la s√©ance pr√©c√©dente. En fait, lorsque nous finissons l’explication, nous cherchons ensemble d’autres questions possibles. Puis, √† eux de pr√©parer une de ces questions √† partir de l’explication faite en classe. Ensuite, le cours suivant, un √©l√®ve passe et les autres √©valuent. Inconv√©nients : cela fait "perdre" 10 minutes, et ce n’est pas √©vident de faire passer tous les √©l√®ves, sauf dans le cas d’un petit effectif. Avantage : l’exercice a le m√©rite de faire mesurer tr√®s rapidement aux √©l√®ves la n√©cessit√© d’une √©coute attentive des explications en classe.
  S√©parer la classe en groupes :
« Lors de s√©ances en groupe (lorsque l’horaire de la classe le pr√©voit...) je lance une recherche au CDI : sur un mouvement litt√©raire, un genre, un auteur... pendant que les √©l√®ves travaillent, j’essaie d’interroger 3 √©l√®ves sur un texte de la liste bac. Je les ai pr√©venus une semaine √† l’avance ; je commence d√®s octobre et en g√©n√©ral je les vois au moins deux fois par an. »
  Entra√ģnements multiples :
« A chaque s√©quence je charge trois ou quatre √©l√®ves de r√©aliser des √©tudes d’ensemble cibl√©es et guid√©es par des consignes pr√©cises. Je mets d’autre part les √©l√®ves en situation d’oral type examen sur les textes que nous avons au pr√©alable √©tudi√©s par groupes en classe. Leur expos√© b√©n√©ficie donc de la cogitation collective, ceci afin d’√©viter de perdre trop de temps au moment de la correction : on peut revenir essentiellement sur la correction de l’expression orale et moins sur le contenu d√©j√† largement d√©frich√© avant la prestation. »
  Travail par bin√īmes :
« Les √©l√®ves se mettent en groupes de 2 et √©tudient un texte. Un √©l√®ve vient pr√©senter son travail. Je peux demander selon le moment de l’ann√©e et la m√©thodologie abord√©e, un axe, une introduction, une lecture analytique enti√®re... »
  Autres propositions :
*Un √©l√®ve vient pr√©senter ce qui a √©t√© fait lors du cours pr√©c√©dent (lecture analytique, √©tude d’un document iconographique).
*Oral blanc.
*Pr√©sentation orale d’une lecture cursive.
*Jeu d’une courte sc√®ne de th√©√Ętre.
*Exposés.

√Čvaluer la participation

  √Čvaluation collective par les autres √©l√®ves de la classe :
« Au cours suivant une lecture analytique, un √©l√®ve passe et les autres pratiquent la prise de notes, puis √©valuent. Apr√®s la prestation de leur camarade, on affine, on d√©veloppe ou corrige ce qui a √©t√© dit. »
  La note de participation :
(1) « Depuis 2 ou 3 ans, je mets une note de participation, pour que leur moyenne de trimestre ne soit pas justement qu’une moyenne d’exercices √©crits. Celle-ci est √©tablie sur des crit√®res simplistes : j’ai un petit classeur avec une page par √©l√®ve et chaque fois qu’ils prennent la parole (quelles que soient la dur√©e et la pertinence de leur intervention), je mets la date et une croix. A la fin du trimestre, je regarde le nombre de croix de ceux qui ont parl√© le plus, le moins, et j’essaye de faire une √©chelle de notes propre √† la classe (ce qui permet de tenir compte des diff√©rentes dynamiques de classes et de la diff√©rence d’horaires entre les s√©ries : plus on a d’heures, plus on a l’occasion de participer !). Cette note me semble peu satisfaisante, mais les √©l√®ves ne s’en plaignent pas ; et le syst√®me est quand m√™me assez incitatif. Au 3√®me trimestre, la note d’oral blanc remplace celle de la participation r√©guli√®re (la tenue de ce classeur √©tant quand m√™me assez fastidieuse). »
(2) « Je mets une note de participation √† mes √©l√®ves. Sur une feuille o√Ļ figurent tous les noms des √©l√®ves, je mets un b√Ęton. Puis je fais un bilan. A cela, j’ajoute des points pour la mise au travail, que je consid√®re comme faisant partie de la participation : je contr√īle de temps en temps l’√©tat du travail des √©l√®ves sur un exercice donn√© dix minutes avant. Je v√©rifie parfois si de petits exercices √† faire √† la maison ont √©t√© faits correctement et j’en tiens compte √©galement dans la note finale de participation. Mais je reconnais aussi que le syst√®me est un peu lourd m√™me si les √©l√®ves ne s’en plaignent pas.
(3) « Pour la note de participation, je vous soumets ma pratique : chaque √©l√®ve part avec un 10, et au fil des + ou des - , la note baisse ou augmente. Je passe comme contrat de d√©part que les √©l√®ves attentifs mais timides se verront octroyer des + s’ils r√©pondent au moins une fois par cours, le tout √©tant de d√©passer sa timidit√© ou sa r√©serve. La gestion n’est pas trop compliqu√©e m√™me si √©videmment l’arbitraire peut parfois pr√©valoir. »
(4) « En tous cas, depuis que je note l’oral, j’ai vraiment un regain de participation dans les classes, et c’est bien agr√©able : dans l’ensemble, ils y prennent go√Ľt, et au 3√®me trimestre, plus besoin de la carotte ou du b√Ęton pour qu’ils s’y mettent. Je leur explique, avec une m√©taphore, qu’on peut suivre le cours sans rien dire, de la m√™me fa√ßon qu’on peut apprendre les r√®gles du basket en suivant le match depuis le banc de touche ; mais que pour bien percevoir l’int√©r√™t du jeu, savoir le pratiquer et en ressentir le plaisir, il faut aller sur le terrain ! D’o√Ļ l’engrenage : les meilleurs √©l√®ves participent bien √† l’oral parce que l’oral les rend meilleurs (√©valuation imm√©diate et individualis√©e de ce qu’ils disent, donc de la mani√®re dont ils ont compris le cours, relation privil√©gi√©e avec le prof pendant les quelques secondes o√Ļ ils prennent la parole, implication active qui limite l’ennui, m√©morisation spontan√©e de ce qui aura √©t√© dit autour de leur intervention, etc.) »
  Des r√©serves sur cette note de participation :
(1) « Vous dites ne pas tenir compte de la pertinence des prises de parole. Je comprends √©videmment la raison de ce choix, du moins, je l’imagine (comment √©valuer - sur le vif qui plus est - la pertinence d’une intervention, c’est tr√®s subjectif). Mais cela me g√™ne. J’ai eu des √©l√®ves l’an dernier qui parlaient dans tous les sens pour se faire remarquer et me "frotter la manche". Je les imagine avec une tr√®s bonne note en participation (√©videmment, ils avaient quand m√™me de bons points car ils essayaient de raisonner et de participer). Je ne trouve pas que l’√©valuation en ressorte tr√®s juste.
(2) « De plus, vous n’√©valuez pas la qualit√© linguistique des prises de parole. Ce n’est pas un reproche, mais un constat parce que je pense que cette √©valuation est impossible.
(3) « Je me permets une remarque sur le syst√®me de notation reposant sur les interventions des √©l√®ves en classe. Il m’est apparu que bon nombre de nos √©l√®ves sont tr√®s actifs par leur effort d’attention et demandent d’√™tre √©valu√©s et estim√©s pour cette activit√©. Il n’est humainement pas possible (ni finalement souhaitable, si on imagine ce que √ßa donnerait...!) d’avoir 30 √©l√®ves qui participent √† chaque cours. Je leur laisse leur naturel en cherchant √† m√©nager, notamment dans les travaux de groupes, moins intimidants, des situations qui me permettent de veiller √† leur investissement dynamique dans le travail. »
  Quelques solutions pour une difficult√© - √©valuer les « timides » :
(1) « Pour les plus timides, je leur impose des occasions de parler : reprise des notes de la fois pr√©c√©dentes par exemple. »
(2) « Les "muets", je les interroge pour la lecture, pour une reformulation, ou √©galement pour faire le point sur ce que nous avons fait. »

Merci √† Paule GIBAUD, Cyril JEAN, St√©phanie LAMANT, Nathana√ęlle PIRARD, Marl√®ne PINEAU, Christelle LE OUEDEC, Myriam C. et FRANCE pour leur contribution.


Ce document constitue une synth√®se d’√©changes ayant eu lieu sur Profs-L (liste de discussion des professeurs de lettres de lyc√©e) ou en priv√©, suite √† une demande initiale post√©e sur cette m√™me liste. Cette compilation a √©t√© r√©alis√©e par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni √† titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est prot√©g√© par la l√©gislation en vigueur en mati√®re de droits d’auteur. Toute rediffusion √† des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.
Pour tout renseignement : Contact

- Dernières publications de Isabelle Farizon :

[724] - Réalité des personnages de roman

[592] - Mises en sc√®ne de L’Ecole des Femmes

[570] - Poèmes sur la montagne

[557] - Exploiter un exemple littéraire dans une argumentation

[555] - Lectures cursives de romans contemporains pour la Première



- Les derniers articles dans la même rubrique :

[1 196] - Astuces pour corriger ses copies

[1 195] - Lecture cursive avec Gargantua de Rabelais

[1 194] - Lecture cursive avec La Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne



Si vous souhaitez publier une synthèse,
merci de contacter directement Corinne Durand Degranges.
Si vous souhaitez proposer un article, utilisez cette page : https://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Politique de confidentialité

© WebLettres 2002-2021 
Sécurisé par Positive SSL