WebLettres

Le portail de l'enseignement des lettres

WebLettres : Dossiers et synthèses

Localisation dans les rubriques :
Les synthèses des listes collège et lycée Les synthèses de la liste Profs-L


Article : [1041] - Dyslexie et première L


jeudi 16 juillet 2015

Par Murielle TaĂŻeb

Face au conseil de classe qui se demandait s’il Ă©tait bien raisonnable d’envoyer une Ă©lève dyslexique en première L, il s’agissait de trouver des arguments pour dĂ©fendre ce choix d’orientation de la part d’une Ă©lève sĂ©rieuse et motivĂ©e.
Synthèse mise en ligne par Murielle Taïeb.

Des arguments

  « Pourquoi empĂŞcher cette orientation compte tenu des capacitĂ©s de cette Ă©lève. D’autant plus que l’accompagnement de ces Ă©lèves dyslexiques est prĂ©vu dans les textes et permet des mesures d’appui notamment lors des Ă©preuves du baccalaurĂ©at (tiers temps en particulier). Est-il bien raisonnable de nous mettre Ă  la place des autres ? De prendre des dĂ©cisions pour eux ? Qu’auriez-vous pensĂ© au mĂŞme âge si des adultes avaient prĂ©tendu, ou ont prĂ©tendu, dĂ©cider Ă  votre place de ce qui Ă©tait bon pour vous ? Dans quel monde vivons-nous pour rĂ©cuser Ă  quelqu’un le droit de choisir sa vie, ses centres d’intĂ©rĂŞts ? »
  « J’Ă©prouve un peu de colère, car bien que vieille, je me souviens encore des colères que j’ai Ă©prouvĂ©es face Ă  tous ceux qui prĂ©tendaient orienter ma vie. Laissez cette jeune fille affronter le monde, ses difficultĂ©s, ses dĂ©sirs. Qui sommes-nous pour dĂ©cider de la vie d’autrui ? »
  « Il faut considĂ©rer que tous les Ă©lèves ont peu ou prou leur bac : l’orthographe et la syntaxe n’étant plus des obstacles majeurs puisque l’on ne peut retirer plus de deux points pour l’orthographe et que l’on met rarement une note infĂ©rieure Ă  5/20.
On nous demande par ailleurs de valoriser la qualité réflexive de l’élève.
Enfin, ces Ă©lèves restent très motivĂ©s et connaissent le prix de l’effort : un cas exemplaire pour la classe. »
  « La question est complexe et mĂ©rite d’ĂŞtre prĂ©cisĂ©e. Deux aspects me semblent importants Ă  mentionner :
1. Il est vrai que le trouble dyslexique engendre des lacunes syntaxiques et orthographiques. Mais avec un PAI adaptĂ© : 1/3 temps supplĂ©mentaire voire la prĂ©sence d’un scripteur Ă  cĂ´tĂ© de l’Ă©lève pour les Ă©preuves du baccalaurĂ©at, ce handicap devient dès lors moins contraignant, mĂŞme si cela ne règle pas tout, nous sommes bien d’accord.
2. La dyslexie de cette Ă©lève ne prĂ©juge en rien de ses qualitĂ©s littĂ©raires d’analyse d’un texte. La dyslexie est un trouble "mĂ©canique" ; la finesse d’analyse et de jugement relève de l’intelligence voire de la sensibilitĂ© Ă  la chose littĂ©raire. Aussi le premier point ne doit pas empĂŞcher le second. »
  « La question s’est dĂ©jĂ  posĂ©e chez nous et je me suis mis très en colère (ça m’arrive !), voici en gros les deux axes autour desquels tournaient les arguments des profs favorables :
  Si on prive un Ă©lève de son envie de langue et de littĂ©rature Ă  cause de son handicap, autant supprimer tout de suite tout ce qui relève des amĂ©nagements pour handicapĂ©s, et le handisport tant qu’on y est.
  Priver un Ă©lève de son envie de littĂ©rature et de langue Ă  cause d’un handicap liĂ© Ă  l’orthographe, c’est rĂ©duire nos disciplines Ă  l’Ă©criture correcte des mots, fi de la sensibilitĂ©, de l’intelligence, de la curiositĂ© qui sont le sel de nos travaux. »
  « Si l’Ă©lève est motivĂ©, que c’est sa voie, il a le droit de faire ce qui lui plait : il s’agit d’un handicap, pas d’une tare... Je vous soutiens donc pleinement ! »
  « Si l’Ă©lève est motivĂ©, et compte tenu du fait que des Ă©lèves particulièrement peu performants en orthographe et en grammaire sont passĂ©s en L sans problème, je ne vois pas d’obstacle majeur. »
  « J’apprĂ©cie particulièrement votre perspective : ne pas se focaliser sur la dyslexie mais considĂ©rer l’Ă©lève dans son ensemble, son projet, ses ressources, comme vous le dites si bien. »

Des conseils

  « Il faut veiller Ă  sa motivation, Ă  ce qu’elle ait un PAI qui lui permette de bĂ©nĂ©ficier d’un 1/3 temps, et Ă©ventuellement la possibilitĂ© de travailler sur informatique si ça peut l’aider (mais ce n’est pas toujours le cas). »
  « Elle a choisi. Ce que vous pouvez faire de mieux, c’est au contraire lui rĂ©itĂ©rer la confiance que vous avez en elle, sans lui masquer les difficultĂ©s qu’elle va rencontrer, mais en lui assurant que vous l’appuyait. La plupart des mĂ´mes ont davantage besoin de cette foi en eux, de l’assurance que la vie c’’est aussi prendre des risques, plutĂ´t que du cocon dans lequel les soit disant "bonnes volontĂ©s" en les "protĂ©geant" les empĂŞchent de vivre et de se trouver. »
  « Si cette Ă©lève souhaite entrer en L parce qu’elle a choisi une voie et qu’elle "sait oĂą elle va" ; si elle a des ressources qui lui permettront d’aller au delĂ  de son "handicap", pourquoi lui refuser l’orientation souhaitĂ©e ? - ce serait quelque peu discriminant mĂŞme... –
Je suis bien placĂ©e pour savoir que la volontĂ© dĂ©ploie des capacitĂ©s incroyables... Puisque, non-voyante, j’ai crĂ©Ă© et je gère entièrement et de manière "artisanale" deux sites sur la danse - art visuel s’il en est - et bien sĂ»r illustrĂ©s, pourquoi une jeune fille dyslexique ne pourrait-elle pas envisager une formation littĂ©raire ? Encouragez surtout votre Ă©lève ! »
  « Je n’y connais rien en dyslexie (j’avoue ne pas me prĂ©occuper suffisamment des Ă©lèves Ă©tiquetĂ©s comme tels que j’ai parfois dans mes classes...), mais je ne vois vraiment pas pourquoi une Ă©lève pleine de capacitĂ©s qui voudrait aller en L ne pourrait pas pour cette raison ! Je trouve mĂŞme curieux qu’un tel dĂ©bat ait agitĂ© votre conseil... Et puis, j’ai un peu envie de faire ma prof de français et de dire que quand mĂŞme, pour la sĂ©rie L, si toi tu es favorable, c’est le principal, non ? MĂŞme si sa dyslexie ne nuira pas Ă  cette Ă©lève que pour le français au bac, ça reste l’une des matières principales... et puis si elle est diagnostiquĂ©e, j’imagine qu’elle est suivie, et qu’on peut espĂ©rer des progrès ! Bref : fais taire les rĂ©calcitrants ! »
  « Je ne connais pas le profil de cette Ă©lève ni la sĂ©vĂ©ritĂ© de son trouble ;
Je trouve que c’est ambitieux, et c’est bien ; par contre, je me battrais dès maintenant pour que lui soit octroyĂ© le droit Ă  un secrĂ©taire lors des Ă©preuves ; nous savons tous le que le tiers temps supplĂ©mentaire n’est qu’une bĂ©quille au final peu adaptĂ©e aux difficultĂ©s des "dys". »
  « Il faut les encourager quand il y a de l’envie, de la volontĂ© et du potentiel !!! Elle en sera gratifiĂ©e, reconnaissante et confiante pour son avenir et elle saura en retour donner confiance aux plus jeunes. »
  « je travaille depuis 18 ans dans un lycĂ©e techno (deux 1ères techno + 4 classes de BTS) et suis relativement coutumier de cette situation : Ă©lèves ou Ă©tudiants "tellement" dyslexiques qu’ils bĂ©nĂ©ficient d’un "1/3 temps handicap" - Ă  vĂ©rifier si c’est pas trop tard pour ton Ă©lève (dossier Ă  monter au T1 avec expertise mĂ©dicale etc., d’oĂą ressortira par ex. qu’on zappe dĂ©finitivement l’orthographe chez l’Ă©lève / qu’on l’autorise (ou pas) Ă  tout saisir Ă  l’ordinateur / qu’il a, pour les examens blancs et au "vrai" droit Ă  jusqu’Ă  donc 1/3 de temps en +.
Ă©lèves "moins atteints" mais en difficultĂ© quand mĂŞme = des dispositifs sont toujours Ă  envisager... Pour la "morale", c’est Ă  toi de voir si la lenteur d’appropriation des textes, en lecture, et Ă©videmment de production Ă©crite, est vraiment prĂ©occupante ou pas... »

Des expériences

  « Quand j Ă©tais Ă©tudiante un ami Ă©tudiant Ă©tait dyslexique je lui corrigeais ses devoirs aujourd’hui il est prof de lettres en lycĂ©e :)) et sans doute guĂ©ri ! »
  « Rien n’est impossible ! J’ai dĂ©jĂ  eu une Ă©lève dyslexique en L et connais mĂŞme un collègue prof de lettres ! »
  « Il est clair que la lecture et l’Ă©criture sont plus complexes pour les Ă©lèves dyslexiques, mais ils ont droit Ă  des PAI qui les aident souvent, et cela ne les empĂŞche pas d’avoir leur bac. J’ai dĂ©jĂ  eu plusieurs Ă©lèves de L qui souffraient de ce handicap. Une Ă©lève intĂ©ressĂ©e et pleine de ressources ne devrait pas se voir interdire une sĂ©rie : si elle est bien consciente de son handicap : elle dĂ©veloppera des stratĂ©gies. »
  « J’ai souvent eu des Ă©lèves dyslexiques (et tous les dys- qui existent !!!) en L et ils ont gĂ©nĂ©ralement obtenu leur examen, mĂŞme dans les cas sĂ©vères (grâce Ă  l’oral de rattrapage parfois). »
  « Je vous encourage car sur les trois dyslexiques de ma classe de L, les deux qui travaillent courageusement rĂ©ussissent et s’accrochent. »
  « Selon mon expĂ©rience de 16 ans de PP de seconde, je dirai oui sans hĂ©siter surtout si l’élève est motivĂ©e et a des ressources. Son oral compensera largement son Ă©crit. D’autre part, le 1/3 temps ou d’autres amĂ©nagements comme un secrĂ©taire (Ă  voir, l’institution est devenue assez sĂ©vère sur la question et pourrait avoir tendance Ă  limiter les aides) permettront de surmonter en partie la difficultĂ© Ă  l’Ă©crit. »
  « J’ai eu il y a deux ans un Ă©lève gravement dyslexique et dysorthographique, mais avec une vraie sensibilitĂ© littĂ©raire (et par ailleurs un vĂ©ritable artiste, en option lourde arts plastiques). Son Ă©criture Ă©tait illisible, il avait un horaire amĂ©nagĂ© et il a pu composer sur ordinateur (mais l’orthographe Ă©tait toujours dĂ©lirante...). SĂ©rieux et motivĂ©, il a dĂ©crochĂ© son bac l’an dernier avec mention. J’ai en 1ère L une autre Ă©lève dyslexique cette annĂ©e. Elle vient de recevoir les encouragements du conseil de classe. »
  « Je ne suis pas très fin connaisseur en dyslexie, mais j’ai eu l’an dernier plusieurs Ă©lèves atteints de ce "handicap" (trois au moins) en TL. Ils ont bĂ©nĂ©ficiĂ© de dispositifs spĂ©ciaux, de tiers temps, bien sĂ»r, et notamment d’un ordinateur adaptĂ© pour l’un d’entre eux dont j’arrivais Ă  peine Ă  dĂ©chiffrer l’Ă©criture. Cela lui a transformĂ© la vie. Ils ont tous obtenu le bac.
Évidemment, il faut un suivi, des mesures adaptĂ©es. »
  « Je pense que si l’Ă©lève est motivĂ©e et fait ce choix parce qu’elle aime les Lettres, il faut l’appuyer. J’ai dĂ©jĂ  eu des dyslexiques qui s’en sont très bien tirĂ©s. »
  « Oui si elle Est rĂ©ellement motivĂ©e ! Je connais des dyslexiques qui ont fait des Ă©tudes de lettres ! »
  « Non seulement, il m’est arrivĂ© de pousser un de mes Ă©lèves gravement dyslexique et passionnĂ© d’histoire en première L oĂą je l’ai retrouvĂ© une deuxième annĂ©e mais je l’ai poussĂ© Ă  tenter les classes prĂ©paratoires après la Terminale. Il est cette annĂ©e heureux comme un poisson dans l’eau en khâgne. Son handicap est pris en compte. J’ai Ă©galement interrogĂ© au CAPES des candidats qui bĂ©nĂ©ficiaient de l’usage d’un ordinateur. »
  « J’ai fait le mĂŞme choix pour un de mes Ă©lèves de seconde qui bĂ©nĂ©ficie d’un PAI pour dysorthographie… Il adore lire, pour moi la motivation passe avant le niveau des notes … mais il faut se faire entendre…. »
  « Il y a quelques annĂ©es, je me suis aperçue qu’une de mes Ă©lèves, dysorthographique, avait cessĂ© de frĂ©quenter le cabinet de son orthophoniste par lassitude. Elle a acceptĂ© d’y retourner et sa dyslexie ne l’a pas empĂŞchĂ©e de savoir remarquablement problĂ©matiser. Assez moyenne pendant l’annĂ©e, elle a vu ses rĂ©sultats s’amĂ©liorer brutalement au troisième trimestre et a eu 20 Ă  l’oral et 17 Ă  l’Ă©crit (dissertation...) Ă  l’EAF. La dyslexie n’entrave pas l’intelligence et le correcteur l’a perçue malgrĂ© l’orthographe dĂ©faillante. Je crois que tout dĂ©pend de sa motivation et du suivi qu’elle acceptĂ© de recevoir. »
  « J’ai eu un gamin en 1ère qui Ă©tait illisible et avançait comme un 5ème poussif... il a bĂ©nĂ©ficiĂ© du 1/3 temps, a eu son Bac, je l’ai en BTS, non seulement il a progressĂ© en intelligibilitĂ©, mais il s’est Ă©panoui, est devenu excellent Ă  l’oral... certes on est en filière techno hĂ´tellerie, mais je parle en tant que prof de Lettres... »
  « Pourquoi la dyslexie empĂŞcherait-elle quelqu’un de rĂ©ussir dans une sĂ©rie plutĂ´t que dans une autre ? Une de mes Ă©lèves, dyslexique, se trouve en Terminale ES, rĂ©ussit très honorablement, est latiniste (tiens...le latin n’est donc pas rĂ©servĂ© Ă  une "Ă©lite" ?....) et s’apprĂŞte Ă  intĂ©grer une CPGE ! Si l’envie, la motivation et les ressources sont prĂ©sentes, pourquoi ne pas donner sa chance Ă  cette jeune fille ? »
  « J’approuve tout Ă  fait votre choix. Je connais une collègue prof de français dyslexique, et aussi une mĂ©decin du travail, dans notre rĂ©gion. La dyslexie est une sorte de handicap, que j’aime bien comparer Ă  la myopie ou Ă  un problème d’audition. Elle n’entrave pas du tout la comprĂ©hension, il faut seulement que les supports soient le plus adaptĂ©s possibles pour ne pas accentuer le handicap. Les dyslexiques ont par ailleurs des droits spĂ©cifiques aux examens (tiers-temps supplĂ©mentaire, notamment). »

Des ressources

  A titre d’information, il n’est pas inutile de consulter la circulaire de janvier 2015 portant notamment sur le plan d’accompagnement personnalisĂ© (PAP) :
http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=85550
Elle précise notamment le rôle respectif du médecin et celui des professeurs et du conseil de classe.
  Sur WebLettres : https://www.weblettres.net/sommaire.php?entree=30
Un grand merci Ă  Jean-Michel Cavrois pour son travail !

Des précautions à prendre

  « C’est une question Ă  laquelle j’estime dĂ©raisonnable de rĂ©pondre, d’abord parce qu’il y a de nombreuses formes de dyslexie et que vous ne nous indiquez pas celle dont il s’agit. En outre et surtout, nous ne sommes ni orthophonistes ni mĂ©decins. Seule une Ă©quipe composĂ©e de professeurs, de l’un au moins de ces praticiens et peut-ĂŞtre d’un psychologue pourrait donner un avis sĂ©rieux et motivĂ©. »
  « J’imagine que tout dĂ©pend de la forme et de la gravitĂ© du trouble. »


Ce document constitue une synthèse d’Ă©changes ayant eu lieu sur
Profs-L (liste de discussion des
professeurs de lettres de lycée) ou en privé, suite à une demande initiale
postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la
personne dont le nom figure dans ce document. Fourni Ă  titre d’information
seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protĂ©gĂ© par la
lĂ©gislation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion Ă 
des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.

© WebLettres
Pour tout renseignement : Contact
</CENTER >

- Dernières publications de Murielle TaĂŻeb :

[1 194] - Lecture cursive avec La DĂ©claration des droits de la femme et de la citoyenne

[1 192] - Personnage en colère

[1 191] - Personnage insensible (HLP Terminale)

[1 190] - Menace d’une mort prochaine (HLP Terminale)

[1 175] - Films sur le sport



- Les derniers articles dans la même rubrique :

[1 196] - Astuces pour corriger ses copies

[1 195] - Lecture cursive avec Gargantua de Rabelais

[1 194] - Lecture cursive avec La DĂ©claration des droits de la femme et de la citoyenne



Si vous souhaitez publier une synthèse,
merci de contacter directement Corinne Durand Degranges.
Si vous souhaitez proposer un article, utilisez cette page : https://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Politique de confidentialité

© WebLettres 2002-2021 
Sécurisé par Positive SSL