WebLettres

Le portail de l'enseignement des lettres

Groupe de travail Nouvelles pratiques pédagogiques

Corriger avec plaisir/rapidité


Par Véronique Guillaume | Mis en ligne le 10-03-2019

Il y a quelque temps, je demandais comment faire pour corriger plus rapidement ou avec plus de plaisir. Voici la synthèse des réponses que j'ai reçues.
Merci encore à Sylvain Pérot, Corinne Durand-Degranges, Josiane Bicrel, Mireille Brouat, Murielle Taïeb, France Soubrand, Bénédicte Crubellier, Corinne Manond

I. Solutions gain de temps : moins de remarques à écrire sur la copie


1. Corriger en surlignant les critères :
- la fiche "critères d'évaluation". Je surligne en vert/jaune/rose (ou autre code) selon si c'est satisfaisant, moyen ou à améliorer, et je fais moins de commentaires en marge (et j'ai moins de récriminations sur la notation)
1bis. J'ai élaboré une fiche barème que je colle sur la première page de la copie et j'ai l'impression d'aller beaucoup plus vite ! Je le fais pour le corpus et pour les écrits d'invention. Pour le bac blanc, idem, une fiche barème glissée dans chaque copie. Cela permet de faire un rappel de la méthode et de préciser les attentes liées au sujet.
2. Colonne +, colonne - :
- Piqué à une collègue, les deux colonnes "+" et "-" pour organiser les remarques de l'appréciation générale, et des tirets dans chaque colonne. Ca évite de perdre du temps à la rédiger, et limite les annotations en cours de copie.
3. Coder les appréciations au lieu de les écrire :
- Une collègue de philosophie s'est fait un "code" d'appréciations, avec des chiffres pour les remarques-types. Je n'ai pas (pas encore du moins) testé, je reste avec mes abréviations-types…
4. En langue, exploiter les didapage qui évaluent automatiquement ou le projet Voltaire en Orth.
5. J'ai expérimenté les devoirs sur 5 points qui vont plus vite à corriger, et instaure un rythme de travail plus serré. Je mets aussi des points bonus, pour des devoirs facultatifs.
6. Industrialisation
Comme je fais très attention à la méthode, je passe bcp de temps. Pour le coup, cette année j'ai « industrialisé » l'éval de méthode, et j'ai élaboré toute une série de fiches (pour chaque type d'exercices) qui met sous forme de tableau les différentes étapes de la méthodes : les élèves n'ont plus qu'à remplir les cases. Ils aiment bcp car ils se sentent accompagnés et à force finissent par bien intégrer toutes les étapes à faire. Moi j'y gagne en facilité car les oublis d'étapes sautent aux yeux, les questions de cohérence sont bien plus facile à élucider. Et en plus... les paquets sont plus minces : psychologiquement ça compte aussi. Bref que du bonheur !! 😄 Par ailleurs je donne de nombreux petits exercices que les élèves choisissent de rendre ou pas, notés sur 5 points, et que je fais compter dans la moyenne que lorsqu'ils font gagner des points.

II. Solutions plaisir :


1. Supprimer le papier au profit du traitement de texte :
J'enseigne en collège et les problèmes de correction ne sont peut-être (?) pas tout à fait les mêmes. En ce qui me concerne, ce dont j'ai besoin, c'est d'un outil qui permette de faire des corrections successives et, qu'à la fin, on obtienne un texte propre, agréable à regarder et à (re)lire.
En outre, comme je travaille sur mon ordinateur, plantée dans mon canapé, c'est une véritable punition que de devoir aller me placer sur une chaise, devant une table, stylo en main pour corriger un paquet de rédactions.
Donc, pour toutes ces raisons, je propose aux élèves de rédiger leurs rédactions à l'aide d'un traitement de texte et de me l'envoyer via l'ENT (je tente d'en finir avec les clés USB qui prennent trop de temps en classe).
J'utilise ensuite les outils de révision (commentaire, suivi des révisions). Cela me permet de copier-coller le barème de correction (auquel j'ajoute les points correspondants) et de rappeler dans la foulée les compétences évaluées.
Tous les élèves ne m'envoient pas leur copie (j'ai encore des copies manuscrites sur feuilles à grands carreaux avec une marge de X cm etc.), je ne sais pas si cela gagne du temps (pas sûr en fait mais ce n'est pas mon but) mais cela apporte la satisfaction de générer un échange professeur-élève autour de la copie et de ses différents brouillons.
2. Supprimer le papier avec Plickers :
c'est une application en ligne et pour smartphone qui permet de créer un QCM de type vrai/faux ou à trois ou quatre réponses possibles. Les élèves lisent par vidéoprojection les questions et les réponses proposées et répondent grâce à un QR code photocopié, généré par l'application, qu'ils positionnent sur l'un des côté du rectangle. Ensuite avec une tablette ou un smartphone on scanne les QR code ; au tableau s'affichent ensuite en vert ou en rouge les bonnes ou mauvaises réponses. C'est pratique, fun, moderne, on peut faire une vérification sur deux choses importantes à la fin du cours ou une évaluation avec correction immédiate en plus de 30 minutes selon le nombre de questions choisi. Les statistiques de réponses des élèves restent dans l'application, on peut reporter les notes plus tard. Voir www.plickers.com
3. Donner des devoirs qui suscitent la créativité
Évalué de l'audio plutôt que l'écrit
En TL, j'ai proposé un autre type de devoir : une biographie audio de Mme de Lafayette, à la 1re personne, avec les sources des recherches pour éviter le copier/coller.
J'ai reçu des vlogs comme sur Youtube, des enregistrements de chroniques en .mp4, des diaporamas avec son, un faux journal TV, à corriger avec fiche barème et compétences. Beaucoup plus agréable pour moi.
4. Enregistrer oralement les remarques
en lycée pro, la question des corrections est encore différente mais voici ce que je fais depuis quelques semaines. Ce n'est pas plus rapide mais c'est plus "agréable" pour moi.
Dès que les élèves ont une production écrite de plus de 10 lignes à faire, en Histoire-géo ou en Français, je ne mets plus aucune annotation sur la copie (sauf quelques traits signalant les fautes d'orthographe/grammaire, et encore pas toutes tellement il peut y en avoir).
Je corrige à "l'oral": en fait j'enregistre via mon smartphone (fonction dictaphone) un commentaire du travail de l'élève. Ensuite je stocke ce commentaire audio sur un serveur perso, je crée un QRcode pointant vers le fichier audio, QRcode que je colle sur la copie de l'élève. Je n'inscris même pas la note sur la copie, il faut que l'élève écoute le commentaire audio pour avoir sa note. L'élève scanne le QRcode de sa copie pour avoir le commentaire et la note (que je ne donne pas systématiquement à la fin), cela prend 5 minutes maximum.
Constats après quelques semaines:
- C'est un peu plus long que la correction classique (je ne réponds donc pas à la demande du sujet);
- je suis beaucoup plus précis dans mes remarques, je dis beaucoup plus de choses qu'à l'écrit;
- les élèves apprécient ce mode de correction; ils trouvent que les explications orales sont plus claires, plus précises;
- comme la note n'apparait pas sur la copie, il n'y a pas l'effet "tu as eu combien..."


> Autres contributions dans la rubrique « Méthodologie pour travailler autrement »

puce L'oral, on en parle ?
Par Véronique Guillaume, mis en ligne le 15-04-2019

puce Corriger avec plaisir/rapidité
Par Véronique Guillaume, mis en ligne le 10-03-2019

puce La classe inversée
Par Corinne Durand Degranges, mis en ligne le 13-02-2019



Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Politique de confidentialité

© WebLettres 2002-2021 
Sécurisé par Positive SSL