Penser après les cours...!

Sur Brecht et l’effet de "distanciation"

Par cyberblaise - publié le lundi 10 octobre 2011 à 14:08 dans 1ES2 2011-2012

http://www.bertbrecht.be/verfremdung.php

 

L’«effet de distanciation»

Selon Brecht, l’effet de distanciation est le résultat de divers procédés utilisés par le dramaturge, le metteur en scène et l’acteur pour créer chez le spectateur un détachement critique vis- à -vis de la représentation et une conscience de sa théâtralité. C’est grâce à ce détachement que le spectateur est amené à mettre en question la société représentée et à rejeter les inégalités et les abus. L’effet de distanciation sert donc la fonction sociale du théâtre.

Brecht oppose le théâtre épique fondé sur un rapport de distanciation au théâtre qu’il appelle aristotélien et qui, selon lui, plonge le spectateur dans une transe hypnotique produite par l’identification émotive avec le héros. Par la structure même de l’action, le théâtre aristotélien (qui serait le modèle dominant de la tradition occidentale) projetterait l’image d’un monde de contradiction, fermé à toute intervention qui puisse modifier le destin des hommes. La passivité du spectateur vis-à-vis d’un spectacle qu’il est encouragé à prendre pour la

réalité, correspond à son acceptation passive du monde réel. A l’interdit d’intervenir dans cette univers théâtral qui ressemble à s’y méprendre au réel, répond tout naturellement l’idée de l’impossibilité d’intervenir dans la société.

Or, si l’homme moderne a pu maîtriser la nature par la science, il se doit de porter sur la société le même regard objectif. Une perception objective et critique de la société à travers l’oeuvre d’art reflètera les progrès de l’esprit scientifique.

La reconnaissance du réel, par la vraisemblance du monde représenté, constitue le point de départ et non le but ultime du théâtre épique. Il faut que l’action et les personnages paraissent aussi insolites et curieux. Le choc de la surprise et de l’étonnement provoque alors une prise de conscience critique. La distanciation implique tous les aspects de la représentation : structure de la pièce, composition des personnages et du style du discours ; elle ne se limite pas à une mise à nu des conventions théâtrales.

Brecht ne prétend pas fournir une liste permanente et exhaustive des procédés propres à susciter la distanciation. Il en trouve de nombreux exemples dans le théâtre oriental, le théâtre du Moyen Age et le théâtre élizabethain.

Bien que se rapprochant dans sa forme allemande « Verfremdung » de l’expression de Marx et Engels, «Entfremdung», qu’on traduit souvent par « aliénation », l’effet de distanciation représente un correctif possible de l’aliénation. En créant la conscience critique d’une société ouverte aux changements, la distanciation combat la passivité du spectateur. Il est intéressant que Brecht lie la fonction sociale et didactique de l’oeuvre aux modes de présentation et de perception plutôt qu’à un contenu particulier.

In dossier pédagogique de Dialogues des Exilés, théâtre Gérard Philippe.

http://www.theatregerardphilipe.com/old/pdf/d-pedago-dialogues.pdf


Page précédente | Page 680 sur 1224 | Page suivante
Ce blog est une invitation à se cultiver après les cours pour mes élèves du lycée Camille See de Colmar. J'aimerais qu'il devienne le lieu d'approfondissement des petites digressions qui font le charme des cours et aussi l'occasion d'échanger nos bonheurs de lecture et des informations sur les événements culturels susceptibles de nourrir notre vie.
«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Derniers commentaires

- Apollinaire sur prepabac.org (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
- Merci (par Visiteur non enregistré)
- Remerciment (par Visiteur non enregistré)
- eethetyh (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement


Service d'hébergement offert par WebLettres