LE PLAISIR DU TEXTE

Ruben 6ème 2

Par Lamartine - publié le mercredi 6 avril 2016 à 10:46 dans L'Odyssée 6ème


Quand nous ne fûmes plus qu’à une portée de voix de l’île les rameurs redoublèrent de vitesse, mais notre bateau qui bondissait n’échappa pas au regard des sirènes.

Les sirènes préparaient leurs griffes pointues comme des couteaux. Elles chantaient d’une voix si mélodieuse qu’elles envoûtaient les marins. Elles s’élançaient avec de grandes ailes comme  les aigles. Elles volaient avec grâce dans le ciel mais elles étaient cruelles. Elles lançaient   des cris effroyables comme le cri des corbeaux ; elles attrapaient leur proie puis elles les démembraient en commençant par la tête.



Page précédente | Page 122 sur 305 | Page suivante
Travaux d'écriture d'élèves du collège Lamartine à Paris.
«  Juin 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Liens

Derniers commentaires

- coincidence (par Visiteur non enregistré)
- exellent texte (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Lamartine)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade