La craie hâtive

Texte complémentaire, pour l’entretien : Lélius, séquence 1 sur l’amitié

Par Vega - publié le samedi 9 juin 2018 à 10:43 dans Fançais 1re
Bonjour,
je vous redonne ce texte qui est à étudier pour l’entretien seulement, vous ne l’aurez pas sous les yeux ni dans le descriptif.

Haut du formulaire

Bas du formulaire

TC 2, Séquence Amitié.

Cicéron, Lélius ou l’Amitié, (44 av. J.-C.)

 

Cet extrait est écrit en latin, la langue parlée à Rome, par Cicéron, avant l’époque chrétienne, en 44 avant Jésus-Christ. Cicéron a été un avocat romain et un homme politique célèbre et très influent : il a d’ailleurs été chef de l’état (consul) en 63 avant Jésus-Christ, près de 20 ans avant d’écrire ce texte. (NB : quand on parle des dates avant JC, ce sont des nombres négatifs, donc -63 est avant – 44 etc.). Outre des discours judiciaires et politiques, il a écrit de nombreux ouvrages de morale, dont un dialogue sur l’amitié, Lélius.

 

 

     Ainsi, une amitié entre hommes de bien a de si puissants avantages que je peux à peine les décrire. Pour commencer, en quoi peut bien consister une « vie vivable », comme dit Ennius, qui ne trouverait une détente dans l’affection échangée avec un ami ? Quoi de plus agréable que d’avoir quelqu’un à qui on ose tout raconter comme à soi-même ? De quoi serait fait le charme si intense de nos succès, sans quelqu’un pour s’en réjouir autant que nous ? Quant à nos défaites, en vérité, elles seraient plus difficiles encore à supporter sans cette personne, pour qui elles sont encore plus pénibles que pour nous-mêmes. Par ailleurs, les autres privilèges auxquels les gens aspirent n’ont qu’une seule utilité : les richesses sont faites pour être dépensées ; la puissance, pour être courtisé ; les honneurs, pour s’attirer des louanges ; les plaisirs, pour en tirer jouissance ; la santé, pour ne pas avoir à subir la douleur et être en pleine possession de son corps. L’amitié, elle, contient une foule de possibilités. Où qu’on se tourne, elle est là, secourable. (…) L’amitié rend plus merveilleuses les bonheurs de la vie, et ses coups durs, en les communiquant et les partageant, elle les rend plus légers.

Cicéron, Lélius ou l’Amitié, 44 av. J.-C. Traduit du latin.

 

De quoi parle Cicéron dans ce dialogue ?

 

 Il évoque l’amitié entre « hommes de bien, » c’est à dire des hommes qui ont de belles valeurs morales, des hommes cultivés.

Il liste les avantages qu’il y a à être ami avec un homme de bien :

1. cette amitié permet une « vive vivable » : il cite un poète latin, Ennius ; la vie devient vivable quand on peut se détendre  grâce à « l’affection échangée avec un ami», on se raconte tout « comme à soi –même ». Cette idée d’un « autre moi-même » (= alter ego) évoque Montaigne et La Boétie et L’Ami retrouvé.

2. L’ami c’est quelqu’un pour se  « réjouir de nos succès autant que nous » : il  est heureux avec nous, sans envie ni jalousie. C’est donc un être sincère.

3. Par conséquent il est aussi malheureux que nous si nous sommes tristes. On voit que pour Cicéron, l’ami est vraiment quelqu’un qui nous ressemble, une sorte de miroir.

4 c’est un privilège d’avoir un tel ami. Cicéron oppose l’amitié  à la richesse, à la puissance, aux honneurs, aux plaisirs des sens, et même à la santé avec le raisonnement suivant : tous ces privilèges ne nous permettent de recevoir qu’une chose unique  alors que l’amitié sert à plusieurs choses : elle rend la vie plus merveilleuse quand on est déjà heureux, et plus légère quand on est malheureux car elle est fondée sur le partage.


Page précédente | Page 2 sur 24 | Page suivante
Un blog pour redynamiser et aider mes élèves de lycée, partager leurs travaux, leur créativité et recréer du lien hors du cours.
«  Septembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Derniers commentaires

- Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
- Le lien ne marche pas (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement


Service d'hébergement offert par WebLettres