En plus du cours

suite nouvelles 5 et fin

Par aljouaux - publié le mercredi 13 juin 2018 à 14:38

Un double amour

 

 

            J’ai acheté un petit appartement à Asmara au sixième étage. J’ai une vue sur l’église et la mairie, mais aussi sur toute la ville et sur les montagnes.

Il est 16 heures, je fais un petit tour pour découvrir la ville et je vois cet homme, il habite dans un petit immeuble près de la mairie, il est très très beau. Je suis tombée sous le charme la première seconde où je l’ai vu. Ma mère me tanne depuis longtemps pour que je trouve un mari. J’ai décidé d’aller lui parler. Il s’appelle Janice, il a 28 ans est il est chirurgien. Il est originaire de la région. Il m’a proposé de découvrir la ville avec lui. Il me fait découvrir ces lieux, tous les coins branchés et me propose d’aller boire un verre dans son bar préféré. On a discuté jusqu’à minuit, il m’a raccompagnée chez moi. Je suis rentrée fatiguée mais heureuse de cette journée que je me rappelle encore aujourd’hui.

            On s’est revus presque tous les jours, on ne se quittait jamais, amoureuse comme au premier jour, il vivait avec moi.

 

            Au bout d’un an, on se maria, mais la routine commença déjà à s’installer dans notre couple. Peu de temps après le mariage, je ne l’aimais plus comme au premier jour ; le bel homme que j’avais vu la première fois avait bien changé, mais au fond de moi je ne voulais pas le quitter. Plus le temps passait, plus je me rapprochais d’autres hommes, notamment d’Aman, un garçon rencontré dans une boîte de nuit qui m’avait l’air étrangement familier. Mais il était beau et il me plaisait, je savais qu’il ne fallait pas se fier aux apparences mais je l’aimais vraiment beaucoup.

 

            Janice ne se doutait de rien. Notre couple s’essoufflait mais il s’intéressait tellement peu à moi maintenant qu’il ne se posa aucune question.

On continua Aman et moi à se voir tous les jours au même endroit sur la place de la mairie.  Puis on commença à se voir de moins en moins car Aman avait peur que Janice nous trouve, il voulait que je lui avoue tout et que je le quitte pour lui. J’avais beau essayer, je n’arrivais pas à le quitter. Depuis ce jour, Aman a toujours refusé de me voir malgré toutes mes demandes. Je m’en veux tellement. Il en avait marre de moi à cause de mes propositions pour se voir et décida d’aller en parler à Janice. Ce dernier était déçu, il tenait à moi, il pensait que je pourrai être la femme de sa vie. Je suis rentrée chez moi et là je le vois en train de faire ses affaires, énervé. Il me quitte.

           

            Je me retrouve donc seule sans Aman ni Janice.

 

Antoine Beaufils, Tom Baptiste




Un amour mortel

 

 

      C’était en -623 avant Jésus Christ. Alec était un jeune Athénien de vingt neuf ans qui vivait à Galasti avec sa mère, sa s½ur et son père. Son père, Hélias, était un héliaste du conseil d’Athènes. Sa mère était une citoyenne classique. Sa s½ur, Elea, était une jeune femme de vingt deux ans. C’était une famille assez aisée.

 

      Alec venait de trouver du travail chez un potier très reconnu, son patron était quelqu’un de fort sympathique et aussi de très travailleur. Ses parents étaient fiers  que leur fils ait trouvé du travail. Alec était une personne sérieuse et qui savait rire quand il fallait. Cela faisait deux semaines qu’il était arrivé et son patron l’adorait déjà.

 

    Un beau matin, il décida d’inviter son patron et sa famille à dîner. Son patron accepta avec plaisir. Le vendredi suivant, les deux familles se rencontrèrent. Dès l’arrivée de son patron, Alec ne vit qu’une chose, la fille de son patron, Daphia. Grande jeune femme, peau claire, cheveux très foncés, avec des yeux bleus d’une grande pureté. Toute la soirée, il resta stupéfait par sa beauté. A la fin de la soirée, quand la famille s’en alla, Alec ne voulut qu’une chose : la revoir.

  

   Les jours suivants, quand Alec était au travail, il pensait sans cesse à cette belle jeune fille. Un vendredi, de bon matin, il arriva au travail en avance et à sa grande surprise il aperçut Daphia. Il s’approcha d’elle et lui parla. Il lui proposa qu’après ses heures de travail, ils aillent manger dans une auberge au coin de la ruelle. Elle  était gênée mais elle accepta cette proposition.

   Le soir-même il arriva devant la poterie, bien habillé, avec des chaussures cirées. Elle sortit de la boutique avec une belle robe rouge, ses cheveux étaient tirées en arrière, un collier de perles brillait autour de son cou.

 

   Le dîner se passa très bien, ils apprirent à se connaître et parlèrent pendant des heures. Quand soudain la porte de l’auberge s’ouvrit brusquement : le père de Daphia entra furieux, il attrapa sa fille par le bras et l’emmena dehors puis chez eux.

  

   Six mois s’étaient passés mais Daphia et Alec continuaient à se voir en cachette. Alec s’était fait renvoyer. Il avait proposé à Daphia de partir, de fuir leurs parents et de fonder une famille loin d’ici. Cela faisait deux semaines qu’ils préparaient leur départ . Ils devaient fuir la nuit du 13 juin au soir, tout était prêt.

 

   La nuit tombée, Alec descendit de sa chambre avec seulement un petit sac et toutes ses économies. Il laissa, sur la table de la cuisine, une lettre dans laquelle il expliquait à ses parents son départ. Il jeta un dernier coup d’½il à sa maison puis partit. Il marchait seul dans la nuit vers la maison de sa bien-aimée, il réfléchissait à tout ce qu’il venait de quitter et à tout ce qu’il allait découvrir. Il arriva enfin en bas de la maison de Daphia. Il trouva étrange qu’il ni ait ni bruit ni lumière. Il attendit au bord de la grande haie verte. Une heure...deux heures s’étaient écoulées sans un bruit, sans un moindre petit son. Il se leva et prit la décision d’entrer dans la maison. Il se posait des questions : «  L’aimait-elle vraiment ? » ; « Son père avait-il découvert leur liaison secrète ? »… Il ouvrit la porte qui grinçait terriblement. Il réfléchit un court instant en se demandant sil devait continuer cette expédition nocturne ou rebrousser chemin et rentrer chez lui. Mais il était beaucoup trop curieux et il entra donc dans la maison.

Une fois entré, il devait trouver où se trouvait sa bien-aimée. Il faisait si sombre qu’il ne voyait pas plus loin que là où il posait ses pieds. Au bout d’un moment, ses yeux s’habituèrent à l’obscurité de la maison. Au fond de la pièce, il aperçut l’escalier et il décida donc d’aller à l’étage. Il s’avança dans un long couloir, il vit trois portes, l’une d’elles avait une clenche dorée : il réfléchit donc un instant avant dentrer dans cette pièce mystérieuse. Il en déduit que c’était là quils prenaient leurs douches à cause du grand seau, des petits savons et des serviettes en train de sécher. Il ferma la porte derrière lui et regarda les deux autres portes.

Il s’avança vers une autre porte l’entrouvrit, elle grinça, il s’avança dans le noir, une bougie éclairait la chambre, c’était celle de Daphia. La fenêtre était ouverte, il vit une femme allongée sur le lit. En s’avançant encore plus, il reconnut Daphia. Alec  s’approcha délicatement du lit, quand soudain… il marcha dans quelque chose d’étrange, il prit la bougie la descendit vers le sol et la lâcha d’un seul coup. Une flaque de sang s’étendait le long du lit : il releva la tête et vit sa bien-aimée sans vie avec un objet métallique enfoncé dans le ventre. Il prit la bougie, la posa sur le lit et se mit à pleurer. Il resta des heures a côté d’elle.

 

     Au bout d’un moment, il se releva, le visage plein de larmes, s’approcha de la fenêtre. Il regarda au loin les premières lueurs du jour, il baissa les yeux et vit son ancien patron, le père de son amour décédé, étalé par terre dans une flaque de sang. Il devina tout de suite le scénario : son père avait été mis au courant de leur projet de fuite, il lavait tué pour ne pas qu’elle parte puis sétait suicidé à cause de ce qu’il venait de faire.

 

 

   Alec rentra chez lui et mit des années à oublier cette histoire, il devint un Héliaste comme son père et se promit de ne plus jamais tomber amoureux de personne.

 

 

 

NOMS


Page précédente | Page 1 sur 6 | Page suivante
«  Octobre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Liens

Rubriques

Derniers commentaires

- <%RecentCommTitle%>

Canal RSS

Abonnement


Service d'hébergement offert par WebLettres