Elèves créateurs

Poèmes sur la ville

Par Mme Otsmane - 09:03, dimanche 7 janvier 2018 .. Rubrique : 4ème .. commentaires : 8 .. Lien
Merveilleuses comme monstrueuses, les métropoles fascinent par leur démesure. Les élèves de 4ème ont composé un poème pour célébrer ou au contraire blâmer la ville de leur choix.
Parmi les textes étudiés en classe, "La Ville" de Verhaeren (extrait), "A New-York" de Senghor et "Gratte-ciel" de Wang Jao ont le plus marqué leur esprit.


Kyoto toi grand vieillard qui tente de rajeunir
Avec tes boutiques remplies de faux souvenirs
Tu devrais conserver ton charme d’antan
Charme qui émerveille tous les passants
Ce que tu n’as pas changé de toi pour tes créations plus récentes
Sont tes édifices qui me font voyager dans le temps.
Tes tours aux allures traditionnelles
Sonnent le gong dans un bruit sourd
Qui résonne dans le silence de l’ancienne capitale.
Tes habitants vêtus de kimono et de sandales de bois
Paradent en ville comme ceux d’autrefois.
Comme un vieux chêne Kyoto vieillit et s’embellit

Comme une pluie fine les pétales recouvre la ville.
Créature gigantesque immortelle et magnifique
Ayant traversé plus de mille et une aventures
Tu es à toi seule un conte rempli d’Histoire
Que j’ai dévoré en te découvrant
Autant dans tes petites que dans tes grandes rues
Autant dans tes bâtiments que dans tes monuments


Luna M, 4e Cézanne


Luna M.


Brest, belle ville de l’Ouest
Toi grande dame aux yeux verts
Et au mille cheveux blancs comme neige
Brest tu es le plus beau des océans.
Tes bateaux chatouillent la mer et ses abysses
Tes senteurs sont les plus merveilleux des supplices
Ville bâtie de pierres
Ville extraordinaire pour sa faune marine
Tes bras sont comme vent et marée
Ta mer est aussi belle que le ciel.
Tu es superbe pour tes menhirs et ton patrimoine
Succulente comme tes crêpes délicieuses,
Tes affriolantes crevettes et autres fruits de mer.
Tu nous berce de tes hymnes régionaux.
Ô toi merveilleux bateau qui glisse sur la mer .


Erwan S., 4e Gauguin


Luna M.

Là,
Tes dizaines de grands bras
Qui avalent tout sur leur passage
Qui grandissent pour atteindre la Lune
Et qui s’élargissent pour gagner la mer.
Là,
Ta mer tantôt calme et plate comme une image
Tantôt, tourmentée par la tempête.
Là ,
Ta chaleur qui brûle la peau
Entourée par un désert toujours plus chaud
Et, à ton centre, la tour qui voit tout
Le gratte-ciel de fer qui domine le monde
Haut comme les plus hautes montagnes de neige.
Là,
Tes hôtels et casinos toujours plus chers.
Mais un jour je m’aperçus du désastre,
Tout ton corps moderne et récent
Qui émerge au milieu du désert
A nécessité tellement de ressources
Qu’il a détruit la Terre
Et, même en ce moment,
La pollution toujours plus présente nous asphyxie
Et le bonheur tueur me fait voir la triste réalité.


Yann R., 4e Gauguin


Inès P.

Paris, tu as d’abord essayé de m’aveugler avec ton confort
Mais cela n’a pas suffi à me faire oublier toutes les personnes qui dorment dehors
Toutes ces personnes dehors qui ont besoin de réconfort
Mais qui malgré tout restent fortes

Bien que tout le monde les ignore
Ce monde qui dépense sans compter
Ce monde qui travaille pour gagner et pouvoir dépenser
Ce monde qui ne voit pas dans quel cercle vicieux il est piégé
Mais j’ai tout de même espoir qu’il réussisse à s’échapper

Mais ce n’est pas comme si tu étais la seule Paris
Toutes ces autres villes que je rêve de fuir sont pareilles
Mais comme ce monde je suis coincé dans cette boucle infinie
Condamné à rester là jusqu’à mourir vieux et malheureux
Quand comprendras tu tout le mal que tu fais
Toi et ton monument aux quatre jambes d’acier?
Je rêve du jour où tu disparaîtras
Même si je sais que ce rêve n’arrivera pas

Dis-moi comment me sauver
Dis-moi comment aider toutes ces âmes égarées
Dis-moi comment faire pour nous échapper.


Joey B, 4e Cézanne



Maylis M.


Venise, ville de l’art et de l’amour
Toujours animée de nuit comme de jour
Tu peux être colorée comme les ailes d’un papillon et sombre

Et morose comme un gouffre sans fond
Si dans tes quartiers certains parlent en prose
L’eau qui coule dans des canaux
Me fait penser à ce sang qui coule en moi
Ces palais,  ces grandes maisons que tu possèdes
Sont plus somptueux que Versailles et Paris réunis
Venise, tes gondoles m’attirent, m’aspirent
Dans tes ruelles, tes ponts entremêlés
Labyrinthe d’où ne serait pas sorti Thésée.


Joschka E, 4e Cézanne


Gabrielle J.


Il y a toi, Kyoto,
Toi, la grande, l’immense, la belle
Oui toi, la plus petite des grandes villes
Et puis il y a moi...
Oui, moi, cette enfant qui écrit,
Et qui parle de toi.
Cette même enfant qui dit
Que lorsque arrive la nuit
Même la lune te sourit
Car dans ce poème je dis que tes grands parcs
Semblables à d’immenses plaines
Me laisseront à jamais des souvenirs et des marques
Je dis aussi que ta modernité
Restera dans mon esprit à jamais gravé
Et bien entendu je parle sans retenue
De ton hospitalité qui m’a tout de suite ému
Voilà pourquoi tu es et seras celle que j’aimais

Et que tout être aimera.


Emma I., 4e Gauguin




Là-bas à Montréal
Il y a de très beaux paysages
La ville s’illumine le soir
On se croirait au milieu des étoiles
Le jour est un monde enneigé
On ne voit que la fumée des cheminées
Les immeubles qui s’illuminent le soir
Sont tes grands yeux à la couleur d’ivoire
Les magasins sont tes pieds lumineux
Les voitures se promènent sur ton dos enneigé
Et tes grandes avenues sont des bras appréciés.


Jibran K., 4e Gauguin




Rabat, tu n’es pas comme les autres villes
Magnifique comme Marwa Loud
Aux yeux noisette et aux cheveux bouclés
Mais, bipolaire, tout caractère nerveux
S’extériorise sur la plage Mehdia.
Rabat, tu te vêts de nombreuses boutiques
Tes restaurants tes bars tes brasseries animent ton âme festive
Nul ne te surpasse
Tu contiens la lumière des ombres
Il n’y a qu’à toi que je me confie
Toi mon beau jardin secret
Lorsque je viens chez toi je me sens chez moi.


Marwa K, 4e Gauguin



Tokyo, j’ai eu un peu de mal chez toi
Avec ton grand manteau de fumée
Je suis resté quelques années
Et malgré la pollution qui règne chez toi
Je suis tombé amoureux de tes gratte-ciel
Et de ta convivialité qui envahit toute la ville
Avec tes millions et tes millions d’habitants
J’ai l’impression que tout le monde s’adore.
Parmi toutes les autres grandes villes
Je te décris comme la plus petite des grandes
Mais aussi la pire des meilleures villes.
Tokyo je te déclare ma flamme
Mais n’est-ce pas tout le monde qui te l’a déclaré?

Abderrahmane Z, 4e Cézanne





Déposer un commentaire

Poème sur le ville d'Emma

11:16, lundi 25 juin 2018 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -
Ce poème était très intéressant, il est à la fois poétique et très mélodieux. Il nous laisse imaginer la beauté de la ville ainsi que sa grandeur qui lui donne pourtant un genre mignon. Le rapport de taille entre la ville et l'enfant est très bien écrit !


Texte de Jibran 4 ème G

11:47, lundi 25 juin 2018 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -
Ceci est le meilleur poème que je n ai jamais de ma vie entière ce poème était constructif captivant avec beaucoup de détail une histoire avec beaucoup d action

Lucas


poème de Marwa K.

11:49, lundi 25 juin 2018 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -
le poème de Marwa K. est descriptif


poème de jibran

11:54, lundi 25 juin 2018 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -
Ton poème est court mais très intéréssant. Il y a de superbes rimes , c'est très bien travaillé.

Arno.M Et Cephas Y-Y


le poème de Joschka E,

11:55, lundi 25 juin 2018 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -
D'après le poème de Joschka, on voit qu'il a très bien pris compte de se qu'on a étudié en cours car son poème est très bien développé.




Marwa K.


poème d'Abderrahmane

11:58, lundi 25 juin 2018 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -
J'aime beaucoup ce que tu as écrit . C'est très imaginatif. Les rimes sont là, tu as les atouts pour devenir écrivain :) !!!!!!!!


Arno.M et Cephas Y-Y


Poème Emma 4 ème G

12:01, lundi 25 juin 2018 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -
Un poème très constructif parlant de la ville de Kyoto comme une immense ville,il y a des métaphore sont présente un terme qui est intéressant,tu compare le ville de Kyoto avec toi qui écrit seul avec ton stylo un mot, je te félicite

Lucas


poème de Emma.I

12:03, lundi 25 juin 2018 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -
Ton poème et très bien travaillé. Il décrit bien la ville Kyoto et en le lisant cela me donne envie de visiter cette fameuse ville.

Arno.M et Cephas Y-Y


{ Page précédente } { Page 4 sur 280 } { Page suivante }

Le projet

Que le plaisir d'écrire perdure.

«  Juillet 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Naviguer

Entrée
Archives
Zone de gestion
Besoin d'aide ?

Liens

Collège Willy Ronis
Défi Papiers

Rubriques

Edito
Merci!
4ème
5ème
6ème
Sorties, voyages
Electrons libres

Derniers articles

Visite de l’exposition "Vent de révolte" aux Archives départementales
Rédiger un dialogue argumentatif
Témoigner de la souffrance au travail
Poèmes sur la ville
Visite de l’exposition "Liberté, j’écris ton nom!"

Derniers commentaires

l'exposition de vent de révolte (par Visiteur non enregistré)
Récit Djebril 4 ème G (par Visiteur non enregistré)
travail d' écriture d'Arnaud MP (par Visiteur non enregistré)
poème de Gabrielle J. (par Visiteur non enregistré)
poème de Luna M. (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement



Hit-parade