Biblio6e

La métamorphose de Ron.

Par simonlud - publié le jeudi 8 février 2018 à 08:31
Je pris ma baguette et je la pointai vers lui. Je prononçai ma formule et, soudain, il rétrécit, son corps devint un pelage noir foncé, ses yeux se métamorphosèrent en petits yeux minuscules, ses dents en crocs, ses oreilles en petites oreilles pointues et, enfin, ses bras se transformèrent en longues ailes noires. J’avais réussi mon devoir et Ron s’envola en poussant des petits cris que j’interprétais comme de la joie.

rédaction 3 HarryPotter.

Par maevaosw - publié le jeudi 8 février 2018 à 08:28
Lors de sa transformation, les bras et les jambes d’Emma rapetissent et deviennent plus fines. Sa peau rose se couvre de poils tout doux, son duvet noircit. Son corps  rétrécit et s’élargit et une petite queue fine apparaît au bas de son dos. Son visage diminue, ses yeux jaunissent, ses oreilles montent en petite pointes. Des moustaches apparaissent pour embellir sa petite bouille. Son cri aigu disparaît pour laisser place à un miaulement affectueux. Mon embêtante petite s½ur a disparu et une mignonne boule de poils est apparue.

Malefoy qui se métamorphose en souris.

Par ludovicthe - publié le jeudi 8 février 2018 à 08:21
Ses bras et ses jambes se transforment en quatre pattes roses et griffues. Son corps et sa tête rétrécissent pour prendre la taille d’une souris. Ses poils grisonnent et se multiplient pour faire une fourrure. En bas de son dos une queue longue, épaisse et rose pousse. Une fois métamorphosé en souris, Malefoy couine et court dans tous les sens. Toute la classe se moque de Drago parce qu’il est devenu une souris. Je me demande si le professeur est d’accord pour que je laisse Malefoy sous une forme animale.

Rédaction 3 : décrire la métamorphose d’un homme en animal.

Par juliettemam - publié le jeudi 8 février 2018 à 08:19
Je suis Harry Potter et, pour mes devoirs de magie, je dois transformer une personne de mon choix en l’animal de mon choix... J’ai une petite idée : je voudrais transformer Drago Malefoy, mon ennemi juré de Serpentard, en limace ! Avec tout ce qu’il m’a fait depuis si longtemps... La vengeance est un plat qui se mange très froid !

Un combat entre Hercule & le plus puissant des travaux : Diabolos.

Par yassinesas - publié le jeudi 21 décembre 2017 à 08:49
    Hercule se mit face à Diabolos, il essaya de trancher sa peau mais ce fut impossible. Il l’assomma à coups de gros cailloux mais cela ne marcha pas non plus. Ils luttèrent durant des heures et se fatiguèrent sans réussir à se blesser. Quand, tout à coup, Hercule se demanda si ses cornes pouvaient être son point faible. Il prit un élan, rebondit sur un rocher et atterrit sur ce monstrueux personnage, et, de deux coups d’épée, coupa ses deux affreuses cornes. Diabolos s’écroula à terre et se transforma en poussière. Hercule gagna le combat, son travail fut fini.

Le treizième travail d’Hercule.

Par gaiarod - publié le jeudi 21 décembre 2017 à 08:36
    Puis il prit la peau du lion de Némée, et la jeta sur la tête de l’ours. Heraclès se mit sur le dos de l’ours effrayant. Et l’ours se transforma en souris et Hercule prit le bocal d’or, il le mis sur la souris et referma le bocal. Comme il est incassable, la souris essaye de se transformer en loup mais elle n’y arrive pas. Hercule ramena le caillou à Eurystée.

Le treizième travail d’Hercule.

Par nourane - publié le jeudi 21 décembre 2017 à 08:35
Diasmètre cria, et il commencèrent. La Hyène le mit à terre mais il se souvient de ce que Zeus lui avait dit : "étouffe-la." Alors Hercule prit du sable par terre et lui en mis dans sa bouche, il la prit par la gorge et l’étouffa. Diasmètre cria. Alors Hercule lui promis de la ramener vivante.

Le treizième travail d’Hercule.

Par rania - publié le jeudi 21 décembre 2017 à 08:32
    Hercule doit combattre un nouveau monstre, il est énorme et terrifiant, il fait la taille d’un homme. Il ne doit pas utiliser ses armes puis combattre ce monstre. Sa difficulté c’est que Héraclès n’arrive pas à le combattre parce qu’il est carnivore, il mange tout ce qui s’approche de lui. Hercule prit des grandes pierres puis les lui jeta sur les yeux.

Le Treizieme Travail d’Hercule.

Par theohar - publié le jeudi 21 décembre 2017 à 08:31
   Il décida donc de fabriquer des pièges tout autour de lui afin d’y attirer le Zèbrotaure. Il criait de toute ses forces et traitait le monstre de "minus" et de "nul". Le Zèbrotaure, offensé, se mit à galoper à toute vitesse. Ses pattes se prirent au piège. Il se débattit sans relâche mais n’y parvint pas. Fatigué de ses efforts, il tomba au sol.

Le treizième travail d’Hercule.

Par simonlud - publié le jeudi 21 décembre 2017 à 08:30
  Hercule, furieux, lui donna un coup d’épée, comme il était adroit son premier coup porta, un bras tomba net sur le sol. Et c’est là qu’Hercule découvrit les étranges pouvoirs de Mambro, à chaque fois qu’on lui coupait un membre, il grandissait de cinq mètres ! Hercule était caché derrière un arbre pour réfléchir à comment il allait tuer ce monstre démoniaque. Il réfléchit et, soudain, il trouva.
  Il allait couper les membres pour qu’il grandisse et qu’il soit coincé dans la grotte.



Le treizième travail d’Hercule

Par antoninsch - publié le jeudi 21 décembre 2017 à 07:30
Hercule se rapprocha et lui demanda comment était ce monstre, il ressemblait à un dragon et à un tigre, c’était un Tigrosorus. Hercule partit à sa recherche dans les montagnes, il fouilla toutes les grottes, il finit par la plus hautes de la montagne. Quand le regard du Tigrosorus croisa celui de Hercule, celui-ci était menaçant, et il prit peur. Le combat allait être difficile. Il était monstrueux, du feu à travers les écailles, des dents de sabre, un bouclier de glace, sa peau semblait impénétrable et une main en forme d’épée. Hercule tenta maintes ruses, il sauta dessus mais rien ni faisait, il était bien trop fort. Ce montre allait mettre fin à ses jours. Tous deux étaient faibles, mais Hercule se souvint de l’écaille et, dans un ultime effort, il sauta sur son ennemi et lui planta l’écaille dans le corps, celui-ci tomba dans un rugissement abominable. Hercule tomba de fatigue. A son réveil, le Tigrosorus était mort. Maintenant, après ses efforts, il fallait reconstruire Thèbes.

Rédaction n°2 : le treizième travail d’Hercule.

Par lucia21 - publié le mardi 21 novembre 2017 à 11:40
Les articles ci-dessus répondent à la consigne suivante :

"Invente le treizième travail d’Hercule."

Les élèves ont dû écrire à la manière d’Isabelle Pandazopoulos,
dans Les Douze Travaux d’Hercule,
en respectant le schéma suivant :
description de l’épreuve et du monstre à abattre / difficulté, pouvoir de la créature la rendant invincible / résolution par Hercule qui parvient malgré tout à vaincre ce démon.

Ils devaient réutiliser les notions vues en classe (imparfait / passé simple + vocabulaire de la peur).

Les élèves ont ici réécrit une partie de leur rédaction.


Bonne lecture !

"Le Cancre", de Jaques Prévert.

Par nourane - publié le vendredi 20 octobre 2017 à 11:04
J’aime bien ce texte car il est intéressant.

"Le Cancre" de J. Prévert.

Par jalil - publié le vendredi 20 octobre 2017 à 11:01
Je trouve cela bien de dire ce que l’on pense mais je trouve cela impoli de se lever sans permission, d’effacer le tableau et de dessiner un bonhomme qui sourit.

"Le Menuisier", d’E. Guillevic.

Par nathanhor - publié le vendredi 20 octobre 2017 à 11:01
J’adore le poème "Le Menuisier" car je trouve qu il compare bien un menuisier et un poète.

     

"Le Cancre" de Jacques Prévert.

Par juliettemam - publié le vendredi 20 octobre 2017 à 11:00
J’apprécie ce poème car j’aime le fait qu’il se moque d’être hué. Par contre, j’enrage face aux élèves qui le huent, ce n’est pas gentil.

"J’ai vu le meunuisier", d’Eugène Guillevic.

Par maevaluc - publié le vendredi 20 octobre 2017 à 10:57
J’adore ce qu’on dit du poète et du menuisier, c’est très bien trouvé. J’estime beaucoup Eugène Guillevic pour son poème.

Poème d’Alain Bosquet.

Par julienwal - publié le vendredi 20 octobre 2017 à 10:54
J’apprécie ce poème car je le trouve drôle. Je le trouve marrant parce que des enfants qui pourraient avoir mon âge regardent le monde sous un autre angle. Et je trouve que leurs idées ne sont pas mal.

"Le Cancre" de Jacques Prévert.

Par simonlud - publié le vendredi 20 octobre 2017 à 10:52
J’apprécie ce poème car les phrases sont belles : "Il préfère dessiner le visage du bonheur." Elles riment, elles ont du sens. Mais, en même temps, je suis déçu par ce poème car il est un petit peu trop long. Je suis partagé entre la joie et la tristesse. Mais ce poème est quand même bien et il vieillit aussi bien.

Consigne d’écriture (rédaction n°1).

Par lucia21 - publié le dimanche 15 octobre 2017 à 14:25
Les articles suivants
répondent à la consigne :

Donne ton avis sur l’un des poèmes étudiés en classe
(une partie du sujet de la Rédaction n°1).

Les élèves ont dû réutiliser le vocabulaire des émotions, en remplaçant les mots "j’aime" ou "je n’aime pas" par d’autres mots, issus du cours.

Voici les poèmes étudiés en classe :


1. "J’ai vu le menuisier", d’E. Guillevic :

J’ai vu le menuisier

Tirer parti du bois.

 

J’ai vu le menuisier

Comparer plusieurs planches.

 

J’ai vu le menuisier

Caresser la plus belle.

 

J’ai vu le menuisier

Approcher le rabot.

 

J’ai vu le menuisier

Donner la juste forme.

 

Tu chantais, menuisier,

En assemblant l’armoire.

 

Je garde ton image

Avec l’odeur du bois.

 

Moi, j’assemble des mots

Et c’est un peu pareil.



2. "L’Orange", de F. David :

Dans orange

Il y a or

Or il n’y a pas d’or

Dans l’orange

C’est orange une orange

L’or qui est dans la bouche

Qui la mange.

 

Dans orange

Il y a ange

Pourtant il n’y a pas d’ailes à ses feuilles

Sinon elle quitterait la branche

Pour goûter les autres couleurs

Dans les airs.


Dans orange

Il y a un ange qui dort

Repu

D’avoir bu tout le jus.



3. "Un enfant m’a dit", d’A. Bosquet :

Un enfant m’a dit :

"La pierre est une grenouille endormie".


Un autre enfant m’a dit :
"Le ciel, c’est de la soie très fragile."

 

 Un troisième enfant m’a dit :

"L’océan, quand on lui fait peur, il crie".

Je ne dis rien, je souris.

Le rêve de l’enfant, c’est une loi.

Et puis je sais que la pierre,

Vraiment, est une grenouille,

Mais au lieu de dormir,

Elle me regarde.


4. "Le Cancre", de J. Prévert :


Il dit non avec la tête

Mais il dit oui avec le c½ur

Il dit oui à ce qu’il aime

Il dit non au professeur

Il est debout

On le questionne

Et tous les problèmes sont posés

Soudain le fou rire le prend

Et il efface tout

Les chiffres et les mots

Les dates et les noms

Les phrases et les pièges

Et malgré les menaces du maître

Sous les huées des enfants prodiges

Avec des craies de toutes les couleurs

Sur le tableau noir du malheur

Il dessine le visage du bonheur.


Page précédente | Page 2 sur 5 | Page suivante
Un CARNET DE LECTEUR en format numérique. Chaque élève (une classe de 6e) laisse une trace de ses lectures personnelles : - illustration des passages préférés, - évocation de ses sentiments par rapport aux personnages ou à leurs actions, - choix de passages préférés ou de citations recopiées, etc. Cette liste n'est, bien sûr, pas limitative : chaque élève choisit de transmettre sa lecture comme il le souhaite. Les commentaires d'élèves ou d'adultes, pour réagir face à ces livres présentés, sont les bienvenus !
«  Juillet 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Liens

Rubriques

Derniers commentaires

- Commentaire sans titre (par jalil)
- le cancre (par jalil)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade