Des mots pour le dire

La phrase

Par vadministrateur - publié le jeudi 11 octobre 2018 à 10:18 dans Fiches pratiques

Les figures de style

Par vadministrateur - publié le mardi 9 octobre 2018 à 05:33 dans Fiches pratiques

Comparaison: rapproche deux éléments avec un point commun à l’aide d’un terme comparant "Ton teint est pareil à la rose"

Métaphore: comparaison sans terme comparant "l’homme est un roseau pensant"

Personnification: attribue des comportements humains à des animaux ou des objets "la forêt gémit"

Allégorie: personnifie une idée "La Mort, cette fabuleuse amante"

Métonymie:consiste à remplacer un terme par un autre, lié au premier par un rapport logique (contenu / contenant, partie / tout) "boire un verre"

Périphrase:consiste à remplacer un mot par une expression qui le définit "la capitale de la France"

Hyperbole:consiste à exagérer la réalité de façon à frapper l’imagination. "je meurs de soif"

Accumulation: énumération plus ou moins longue de termes

Gradation:C’est une énumération de termes organisée de façon croissante ou décroissante. "je me meurs, je suis mort, je suis enterré"

Euphémisme: atténue une réalité pour la rendre acceptable "pépé est monté au ciel"

Question rhétorique: Affirmation déguisée sous la forme d’une question. "As-tu vraiment fait ta chambre ?"

Antiphrase: exprimer une idée par son contraire dans une intention ironique "c’est du bon travail !"

Antithèse:opposition très forte entre deux termes."ici, c’est la paradis; ailleurs, c’est l’enfer"

 Oxymore :consiste à faire se suivre deux antonymes afin de révéler un contraste saisissant entre eux."obscure clarté"

Chiasme: expression en « miroir » (ABBA)"il faut manger pour vivre et non vivre pour manger"


L’argumentation

Par vadministrateur - publié le jeudi 13 septembre 2018 à 08:53 dans Fiches pratiques
Les 5 parties du discours sont:
L’Exorde (masc) : Un exorde est l’une des parties obligatoires du discours : c’est la première. C’est dans le genre judiciaire qu’on en voit le plus purement les enjeux. Il a pour but de rendre les juges bien intentionnés, attentifs et dociles, à l’égard de l’orateur. L’exorde comprend un exposé bref et clair de la question que l’on va traiter ou de la thèse que l’on va prouver. L’orateur pourra faire précéder l’exorde d’une présentation de soi. C’est la phase d’ouverture du discours.
Narration : C’est l’exposé des faits concernant le sujet à traiter. Cet exposé doit paraître objectif
Confirmation : on réaffirme son opinion et on donne ses arguments.La confirmation regroupe l’ensemble des preuves.
Réfutation : on réfute les arguments de la partie adverse
Péroraison : la conclusion du discours argumentatif.Elle peut être longue et se diviser en parties : l’amplification où l’on insiste sur la gravité, la passion pour susciter passion ou indignation, la récapitulation où l’on résume l’argumentation.

Apologue

Par vadministrateur - publié le mercredi 12 septembre 2018 à 02:44 dans Fiches pratiques

On appelle apologue ce type de narration dont la visée est philosophique et morale. Le procédé est très répandu depuis l’Antiquité et s’épanouit particulièrement aux XVII° et XVIII° siècles (Fables de La Fontaine, les contes de Voltaire et notamment la fin de Candide). A ces époques, l’apologue semble correspondre à une stratégie commode qui consiste à laisser s’exprimer seules par le récit des vérités qui pourraient être dangereuses pour l’auteur, et ainsi contourne la censure. Mais, en fait, le genre de l’apologue satisfait bien davantage une intention pédagogique : « Il y a certaines vérités qu’il ne suffit pas de persuader, mais qu’il faut encore faire sentir. Telles sont les vérités de morale. Peut-être qu’[un] morceau d’histoire touchera plus qu’une philosophie subtile », écrit Montesquieu au seuil des Lettres Persanes. De son côté, dans le chapitre IX du Taureau Blanc, Voltaire fait dire au personnage du serpent : « Je voudrais surtout que sous le voile de la fable, le conte laissât entrevoir aux yeux exercés quelque vérité fine qui échappe au vulgaire.»
   Ainsi l’apologue dissipe les craintes de Socrate à l’égard de l’écriture, qu’il accusait de réduire toujours le lecteur, par ses « paroles gelées », à un apprenant passif : ce type de récit sollicite au contraire une vigilance sans failles capable de permettre à chacun de saisir et de s’approprier son enseignement.

   Le choix de l’apologue, forme légère et parfois vulgaire, peut enfin correspondre à la volonté de récompenser le lecteur ou l’auditeur capables de dépasser leur première impression pour déceler, dans ce qui ne semblait être que laideur et futilité, les beautés et richesses bien cachées sous cette écorce.


Site Magister

Fiche méthode pour la question de corpus

Par vadministrateur - publié le mardi 4 septembre 2018 à 08:20 dans Fiches pratiques

Quel est le but de la question portant sur le corpus ?

Il s’agit d’une (deux questions en série technologique) qui invite à mettre les documents en relation afin de faire émerger des points communs ou des différences. C’est un exercice de synthèse.

                           En L, ES et S elle est notée sur 4 points, en STG sur 6 pts. Temps recommandé : 45 minutes – 1 heure

Conseils

Traitez-la en premier. Elle est conçue pour vous aider à comprendre l’intérêt des textes et la cohérence du groupement ; elle vous donne donc des clés pour mieux aborder le commentaire, la dissertation ou le sujet d’invention. La question sur le corpus vaut la peine d’être traitée avec soin et méthode.

Elle peut vous paraître peu " payée " mais elle est facile à réussir si vous en respectez la méthode et que vous avez bien compris les documents.

Méthode

  • Lire attentivement la consigne pour dégager les objets d’analyse (vous demande-t-on le genre, le registre, la visée, la structure, l’énonciation des textes ?). Lire les paratextes : notez titre, auteur, genre, époque et éventuellement mouvement littéraire. Reprendre chaque texte, avec stylo et brouillon et repérer les indices et éléments de réponse.

Ex. On vous demande le genre : vous avez identifié une scène de théâtre qui se justifie par la présence de dialogue et de didascalies

  • Demandez-vous quels sont leurs points communs, leurs différences, leurs oppositions.

  • Lorsque vous avez terminé de comparer les documents et que vous avez rassemblé tous les éléments, organisez votre réponse. En règle générale, on va du plus évident au moins évident, ou du général au particulier.

Rédaction :

Structure :

Consacrez 40 à 45 lignes en filières L; S et ES, et 15 à 20 lignes à chaque question en filière technologique.

  • Introduction : Elle doit être rapide (1 à 2 phrases). Vous présentez les documents du corpus selon le classement que vous avez trouvé (points communs et différences) et non dans l’ordre où ils se présentent. Reformulez ensuite la question posée.

  • Développement : Faites un paragraphe par idée. Il ne faut pas faire un simple catalogue des procédés relevés : faites des transitions. Justifiez chaque idée par une citation précise. N’oubliez pas les connecteurs logiques !

  • Conclusion : Terminer sur une phrase bilan qui apporte une réponse claire à la question posée

Langue :

- Vos réponses doivent être rédigées : bannissez les abréviations, flèches et veillez à adopter un niveau de langage correct.

- Ne désignez pas les textes par les formulations « texte A », « texte B », mais par leur titre et/ou leur auteur.

- Soignez la présentation : une copie illisible ou raturée n’invite pas à l’indulgence !

- Respectez les codes de présentation : faites des paragraphes avec un alinéa au début. Aucun tiret ne doit apparaître, les citations sont entre guillemets, les titres des ½uvres sont soulignés.


Erreurs à éviter :

- traiter les textes les uns après les autres, sans les comparer (catalogue)

- rédiger une réponse non structurée : oublier l’introduction, la conclusion, ne pas faire de paragraphes…

- ne pas soigner votre rédaction.


Principaux critères de correction :

  • vérifier que le candidat a compris les documents ainsi que la question posée.
  •  vérifier les connaissances de l’élève à travers l’organisation logique de la réponse.
  •  Evaluer l’expression écrite du candidat.

Page précédente | Page 1 sur 6 | Page suivante
«  Novembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Liens

Derniers commentaires

- oui il en faudra de la chance merci ^^ (par Nicolas1S)
- francais (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement


Service d'hébergement offert par WebLettres