Des mots pour le dire

L’oulipo

Par vadministrateur - publié le dimanche 3 juin 2018 à 16:57 dans 2de

Conseils de lecture pour le passage en 1ère

Par vadministrateur - publié le vendredi 1 juin 2018 à 08:42 dans 2de

La question de l’homme et l’argumentation

Le texte de théâtre et sa représentation

Le personnage de roman

Poésie et quête de sens

Hugo, L’homme qui rit; Le dernier jour d’un condamné, Claude Gueux

Primo Levi, Si c’est un homme

Robert Antelme, L’espèce humaine

More, Utopia

Montaigne, Essais (1èL)








Shakespeare, Hamlet ou une autre pièce

Racine,Phèdre ou autre pièce

Beaumarchais,Le mariage de Figaro

Cocteau,La Machine infernale

Sartre,Huis clos, Les Mains sales

Camus, Les Justes

Yasmina Réza, Art

Grumberg, l’atelier

Ionesco, Rhinocéros ou une autre pièce

Giraudoux, Electre

Musset, Lorenzaccio



Céline, Voyage au bout de la nuit

Camus, L’étranger, la Peste

Marguerite Duras : Un barrage contre le Pacifique

Patrick Modiano : Dora Bruder

Lemaître, Au revoir là-haut

Mme de La Fayette, La princesse de Clèves

Montesquieu, Les lettres persanes

Flaubert, Madame Bovary

Maupassant, Bel-Ami


Hugo, Les Contemplations,

Baudelaire, Les Fleurs du mal,

Apollinaire Alcools,

Rimbaud Poésies,

Léopold Sédar Senghor Chants d’ombre

Breton, Nadja


Poésie

Par vadministrateur - publié le lundi 28 mai 2018 à 01:45 dans 2de

Procès de Dom Juan

Par vadministrateur - publié le mardi 15 mai 2018 à 02:08 dans 2de

Correction commentaire 203

Par vadministrateur - publié le mardi 17 avril 2018 à 11:33 dans 2de

I – Tuer l’homme qu’elle aime

II – Un monologue qui traduit l’incertitude

 

 

 

A)     L’amour trahi : la blessure d’amour-propre (amour-propre = amour de soi sentiment de sa dignité, de sa valeur)

- CL amour : « bontés passées », « amour » + répétition de « c½ur » : connote passion

- CL douleur : « transport », « chagrin », « soupirs »… + interjection « Ah ! » (2 fois)

- polysémie de « transport » (v.2) -> amour mais aussi douleur

- noms communs pour désigner Pyrrhus : « le cruel », « le perfide », « l’ingrat » : connote trahison

- blessure d’amour-propre = atteinte à sa dignité car rejet amoureux de la part de P. + hésitation sur ses sentiments actuels (« ne puis-je savoir si j’aime ou si je hais » : manque de lucidité) + faiblesse car amour toujours présent (v. 11, 12, 19, 20)

à amante trahie, blessée dans sa dignité et son estime de soi ; rejet entraine souffrance et colère (« dolor »)

A)     Progression de la réflexion dans le monologue

 - v. 1- 14 : hésitation d’H. -> certes, P. est insensible mais elle souffre aussi de savoir qu’il va mourir : questions (v. 1-4) donc femme perdue (« errante et sans dessein ») + sentiments amoureux pour P. malgré rejet (v. 11-14)

 - v. 15-28 : rage contre P. -> volonté de le tuer (rupture avec mot-phrase « non », repris en clôture de cette partie « non, non »), rage contre P. qui se croit supérieur

 - v. 29 à fin : regrets, interrogation sur bien fondé du meurtre : encore questions avec reprise de syntagmes à l’identique, ce qui montre le doute (v. 28, 29)

 - mais v. 37 « devant qu’il expire » donc mort est inévitable malgré les doutes

à rage, désir de vengeance encadré par déclaration d’amour et doute sur bien fondé du meurtre ; monologue qui traduit incertitude dans sa construction, même si décision est prise

B)      L’insensibilité de Pyrrhus face au chagrin d’Hermione

- énumération de questions (v. 7-10) pour dénoncer manque total de sentiment de P. (« un seul », « un moment », « seulement ») : pas de réciprocité dans les sentiments (verbes « plaindre » et « se troubler » + noms « gémissement », « soupirs » et « alarmes » décrivent attitude de H. mais sont à l’opposé de l’attitude de P. – cf antithèse « muet à mes soupirs, tranquille à mes alarmes »)

- répétition « triomphe » (v. 17,23)

- « il pense », « il croit », « il juge » (v. 18, 19, 21) : parallélisme de construction -> P. tient pas compte de H.

- mariage de P. avec Andromaque (« a bien d’autres pensées », « dans le temple », « fatal hyménée »)

à attitude de P. pas en adéquation avec celle qu’attend H. – opposition entre chagrin de H. et triomphe de P., ce qui provoque colère et désir de vengeance de H.

B)      Une vengeance remise en cause par les sentiments amoureux

- v. 4 « si j’aime, ou si je hais » : parallélisme de construction qui montre balancement de décision

- v. 30 : « sa mort sera l’effet de l’amour d’Hermione ? » : opposition « amour » et « mort »

- v. 31-36 : anacoluthe (=rupture dans la construction correcte d’une phrase) qui met en valeur « ce prince » : « ce prince » développé par 2 sub. relatives ( la 1ère avec thématique élogieuse et amoureuse (« c½ur », « exploits », « plaisir ») et la 2ème sur mariage tragique (fiançailles avortées de P. et H. terminent par le « fatal hyménée de P. avec A.)) – puis question avec « ne…que » restrictif -> hésitation sur le meurtre en raison de l’amour passé (imparfait + plus que parfait + subj imparfait + passé composé)  + des efforts du voyage (« traversé tant de… »)

à amour toujours présent donc vengeance est une cause de souffrance pour H.

C)      Le désir de vengeance d’Hermione

- CL colère : « courroux », « rage » + métaphore de « l’orage » (v. 15,17,18)

- subjonctif à valeur d’ordre : « qu’il périsse » et « qu’il meure » (v. 16, 27)

- vengeance passe par mort : synonymes de « tuer » (« périsse », « meure », « assassiner », « expire », litote « perdre ») + CL de « mort » (« trépas » deux fois à la rime, « coup » et « mort »)

- opposition vie et mort (v. 14, 16, 24)

à trahison amoureuse entraine désir de vengeance : femme passe de douleur à fureur (« furor ») et prépare « nefas »

C)      Quel responsable ?

- P. responsable de sa propre mort : « prévoir » à rime dc crime prévisible (v.27-28) + « il m’a forcée à le vouloir » dc H. victime de P. avec pour seule solution le meurtre + « il se rit de ma rage » (v.17) donc insensibilité qui le rend responsable de son sort

- Oreste comme bras armé : « coup qui le menace » (v.13) = coup d’O. + verbe d’action (« encore un coup : laissons agir O. ») -> O. comme exécutant

- H. l’instigatrice : importance de P1 (« je » + verbe d’action, v.1,29,35,36) ou de P3 (v.24 : « on » et v. 30 : se désigne elle-même par son prénom -> distanciation car se reconnait criminelle)

à H. cherche justification : rejette la faute sur P. et O. mais c’est elle qui a tout prévu

Problématique : Comment ce monologue montre-t-il la blessure d’amour-propre d’une femme qui veut la mort de l’homme qu’elle aime ?

Introduction :

                Dans sa pièce Andromaque, jouée pour la première fois en 1667, Racine représente la tragédie d’un amour non réciproque et d’une trahison amoureuse. Pyrrhus a emmené Andromaque en captivité après la fin de la guerre de Troie. Promis en mariage à Hermione, il tombe amoureux d’Andromaque et décide de l’épouser. Hermione demande alors à Oreste de la venger en tuant Pyrrhus. Au début de l’acte V, Hermione, décrite comme une « amante en fureur », attend le retour d’Oreste, parti tuer Pyrrhus. Cette attente la pousse à exprimer sa douleur dans un monologue : elle est tiraillée entre son désir de se venger et son amour pour l’homme qui l’a trahie. Nous pourrons donc nous demander comment ce monologue montre la blessure d’amour-propre d’une femme qui veut la mort de l’homme qu’elle aime. Après avoir montré qu’Hermione a le désir de tuer l’homme qui l’a blessée, nous verrons que son monologue traduit néanmoins son incertitude.

 


Page précédente | Page 1 sur 5 | Page suivante
«  Juillet 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Liens

Derniers commentaires

- oui il en faudra de la chance merci ^^ (par Nicolas1S)
- francais (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade