banniere

L'espace visiteurs

[242] - Œuvres présentant des employés de maison au XIXe

Il s’agissait de trouver des œuvres littéraires et cinématographiques présentant des employés de maison au XIXe.
Dernière mise à jour le 30/07/11 par Corinne Durand Degranges

 

- CAUMERY, à partir de 1913, fait de Bécassine un personnage central dans la Semaine de Suzette.
Il montre la « bonne » provinciale telle que la voyait l’élite bourgeoise parisienne du début du XXe. La chambrière est traitée avec mépris en raison de son ignorance des coutumes du grand monde.
- FLAUBERT G., Un cœur simple.
L’œuvre a été publiée en 1877, puis adaptée au cinéma par Marion Laine en 2007. L’auteur stigmatise Félicité, le personnage de la servante dévouée corps et âme à une famille à l’exemple de la grande Nanon, servante de la famille Grandet, chez Balzac. L’incarnation au cinéma de Félicité par Sandrine Bonnaire est particulièrement touchante.
- GENET J., Les Bonnes
La pièce de théâtre est parue en 1947. L’auteur ne favorise ni la bourgeoisie, ni la domesticité. Il présente une pièce, qui met en cause des identités dans un monde où les critères commencent à se brouiller. Les bonnes peuvent jouer de leur esprit de vengeance et aller très loin. Cette œuvre fut révolutionnaire en son temps et mal comprise par son public.
- HARDY T., Tess d’Urberville (1891)
Le roman présente la condition difficile des femmes pauvres mais belles qui vont travailler parfois contre leur gré dans des familles plus riches. Certaines d’entre elles pouvaient être abusées en raison de leur jeune âge, leur naïveté et leur beauté. Ce récit fut censuré, parce qu’il mettait en scène un viol. Il fut un grand succès dès sa parution et est aujourd’hui un classique de la littérature anglaise. Il a été maintes fois repris au théâtre, puis au cinéma.
- IVORY J., Vestiges du jour (1993)
Cet excellent film fut adapté du roman éponyme de Kazuo Ishiguro. Cette œuvre présente des personnages et des serviteurs issus de la grande bourgeoisie anglaise. On y retrouve l’influence de la colonisation.
- MIRBEAU O., Le Journal d’une femme de chambre (1900)
Le roman devint rapidement un bestseller. L’auteur donne la parole à une soubrette, Célestine, qui regarde le monde des nantis par le trou de la serrure et qui dénonce les turpitudes des grands bourgeois. Elle fait preuve d’une grande lucidité. On est là, bien loin des niaiseries de Bécassine.

Remarques diverses
- L’employé de maison fait partie des préoccupations des romanciers et des cinéastes de la fin du XIXe au début du XXe. On les retrouve aussi dans les œuvres d’aujourd’hui qui traitent de cette époque.
Les domestiques ne jouent pas seulement un rôle de décor dans la société du début du siècle. Ils sont aussi un signe de richesse et traduisent les aspirations d’une classe qui aime se faire servir et présenter une image lisse d’elle-même.
Ils occupaient un rôle important car ils assumaient les travaux jugés dégradants par leurs maîtres. Ils ont aussi une fonction de repoussoir. Leur ignorance met en valeur le savoir prétendu de leur maître (c’est le cas de Bécassine). Ils assument souvent auprès des enfants un rôle irremplaçable dans leur éducation affective (voir Félicité). Ils sont remarquables souvent par leur discrétion ou par leur analyse lucide du monde dans lequel ils évoluent.
Quel chemin de reconnaissance et de libération parcouru entre Bécassine de CAUMERY et Célestine d’Octave MIRBEAU et Les Bonnes de Jean GENET.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Français-collège (liste de discussion des professeurs de français au collège) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.

© WebLettres 2002-2010
Pour tout renseignement : Contact




Martine Faucoulanche

- Dernières publications :
[242] - Œuvres présentant des employés de maison au XIXe









Forum relatif à cet article

  • Le forum est ouvert - 31-01-2012 - par Administrateur

    Vous pouvez à votre tour apporter une contribution à cet échange en proposant des titres, adresses de sites, références bibliographiques voire témoignages qu’il vous semblerait utile de publier en complément de cette synthèse.

    MENTIONS LÉGALES
    Cet espace est destiné à vous permettre d’apporter votre contribution aux thèmes de discussion que nous vous proposons. Les données qui y figurent ne peuvent être collectées ou utilisées à d¹autres fins. Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site. Seront en particulier supprimées, toutes les contributions qui ne seraient pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui seraient contraires à la loi. Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent. Vous pouvez, à tout moment, demander que vos contributions à cet espace de discussion soient supprimées. Pour exercer ce droit, http://www.weblettres.net/index3.php?page=contact.


contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip