banniere

L'espace visiteurs

[195] - Petits sujets d’écriture

Il s’agissait de trouver des idées pour de petits exercices d’écriture.
Synthèse mise en ligne par Catherine Briat.

 

- Le cachier d’écrivain d’après les travaux de Marlène Lebrun, que je cite : « L’auteur devient progressivement écrivain parce qu’il pratique l’écriture dans la communauté discursive de la classe, et qu’il prend en compte son lecteur dans son écriture. Chemin faisant, il invente, il s’approprie un style, un ton qui lui sont propres en écrivant pour soi (inscription du « je » dans la production) et pour autrui (contexte de communication), qui est un vrai lecteur critique et non un simple
correcteur de normes linguistiques. « ( Lebrun, M., Un nouveau contenu d�enseignement, la littérature à l’école primaire française : analyse de pratiques., p. 4.)
Chaque élève achète un petit cahier en début d’année. Le professeur ou les élèves proposent ensuite des "lanceurs d’écriture", c’est-à-dire des petits sujets choisis plus ou moins en lien avec la séquence en cours ou entièrement choisis par les élèves sur des sujets qui leur tiennent à coeur. Dans ce cas, le professeur fait une collecte de lanceurs avec la séance de cahier d’écrivain. (A titre d’exemple, ma dernière "récolte" :
1) Trois vœux à faire, lesquels ?
2) Raconte un voyage ou une sortie où tu t’es régalé(e).
3) Qui est ton sportif ou ta sportive préféré(e) ? Pourquoi ?
4) Que t’apporte l’école ?
5) Raconte une histoire qui fait peur.
L’activité se déroule comme suit : chaque élève colle sur son cahier la série de lanceurs et écrit pendant une demi-heure. Il doit au minimum traiter un lanceur. Par contre, pas de contrainte de quantité pour le contenu du lanceur. Si l’élève est inspiré, il peut écrire un long texte sur un lanceur ou traiter plusieurs lanceurs.
Après chaque lanceur, il fait un petit tableau d’une page avec une colonne "Nom" et une colonne "Commentaires".
Deuxième étape : échange des cahiers. Chaque élève passe son cahier à son voisin de droite, par exemple. Il lit le ou les textes de son camarade et laisse un commentaire en prenant bien soin de laisser son nom (important en cas d’éventuels règlements de compte entre eux !). Quand il a fini, il lève le cahier EN SILENCE. Le professeur lui en amène alors un autre en échange de celui-ci, et tourne ainsi de suite dans la salle. Attention, c’est du sport !
Cette activité n’est pas notée. Il s’agit en fait d’une co-évaluation des élèves, ce qui les motive souvent plus qu’une rédaction notée. On voit ainsi peu à peu apparaître des commentaires du style "J’aime bien ton texte, mais c’est bizarre, tu ne mets pas les majuscules où il faut », etc... Attention ! on peut voir passer des insultes. Il est très important de lire au calme tous les cahiers afin d’exercer une activité de censure si besoin est. Le professeur, s’il en a le temps et le courage, peut également avoir son propre cahier. Je l’ai fait une année, et c’est intéressant de voir les commentaires des élèves. Il laisse des commentaires dans les cahiers d’élèves, au même titre que les autres participants de cette communauté d’écrivains.
C’est une activité qui leur plaît beaucoup car elle se rapproche du blog que la plupart d’entre eux pratique. Utile pour débloquer certains timides de l’écrit et bienvenue pour les veilles de vacances. En ce qui me concerne, je la fais une fois par séquence, mais on peut également envisager une pratique plus intensive dans le cadre d’une seule séquence. Chacun fait comme il le sent.
Dernière remarque : activité déconseillée pour les classes très agitées car les cahiers finissent par voler à travers la classes.

L’écriture collective
Pour le soutien en 6ème des élèves en grande difficulté face à l’écriture : je passe d’abord par l’oral et pars du texte et non du mot. J’utilise pour cela "la dictée à l’adulte". (vidéoprojecteur indispensable pour que tout le monde puisse suivre en direct la progression du travail et visualise une orthographe correcte).
L’objectif est d’écrire ensemble une histoire sur 6 à 8 séances. La première séance est consacrée à l’esquisse de l’histoire : personnages, lieu, époque, événements envisagés...et doit aboutir à la première phrase de l’histoire. Je leur laisse une entière liberté de ce côté-là. On fait des votes à main levée pour chaque élément de l’histoire. Au cours des séances suivantes, chaque élève prend la parole dans un ordre déterminé. Il doit faire une phrase à l’oral et ne
peut pas rater son tour. Les autres peuvent l’aider toutefois. L’élève formule sa phrase à l’oral. Si elle est correcte, je l’écris, sinon, je luis fais quelques remarques jusqu’à ce qu’il me dicte une phrase correcte. Petit à petit l’histoire s’écrit... Quand je vois que la construction des phrases est plus correcte et qu’ils sont en confiance, je les passe à l’écrit : chacun écrit sa version de la fin de l’histoire (sur deux ou trois séances car cette fois-ci, c’est un travail de détail, qu’on peaufine peu à peu), ou même plus tôt : chacun écrit un petit épisode que l’on fera en sorte de pouvoir intercaler dans l’histoire commune. L’année dernière, ils m’avaient écrit une histoire d’amour un peu cliché et cette année, j’ai pour l’instant comme personnages deux jeunes mexicains qui veulent passer la frontière des Etats-Unis. Je ne sais pas où cela va nous mener...et cela rend l’activité palpitante pour les élèves comme pour le professeur.
Maintenant que j’y pense, une petite activité d’écriture, pour petit groupe également. Elle est tirée de mes lointains souvenirs du "cadavre exquis", mais ce n’est pas tout à fait la même chose. Il s’agit d’écrire une petite histoire sur une heure. Chaque élève a une feuille. Chacun écrit une phrase qui correspond au début d’une histoire. Ensuite, il passe la feuille à son voisin. Il doit alors écrire la deuxième phrase de l’histoire qu’il a sous les yeux. Au final, on doit avoir autant d’histoires que d’élèves et chaque histoire aura été écrite par l’ensemble des élèves. Pour cela, les élèves se rendront vite compte qu’il est indispensable d’écrire lisiblement et de façon compréhensible, sinon ils bloquent toute la chaîne.


Ce document constitue une synthèse d’échanges ayant eu lieu sur Français-collège (liste de discussion des professeurs de français au collège) ou en privé, suite à une demande initiale postée sur cette même liste. Cette compilation a été réalisée par la personne dont le nom figure dans ce document. Fourni à titre d’information seulement et pour l’usage personnel du visiteur, ce texte est protégé par la législation en vigueur en matière de droits d’auteur. Toute rediffusion à des fins commerciales ou non est interdite sans autorisation.

© WebLettres 2002-2009
Pour tout renseignement : Contact




Aurélie Habault

- Dernières publications :
[195] - Petits sujets d’écriture








contact Contact - Qui sommes-nous? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Admin


© Copyright WebLettres 2002-2017
Les dossiers de WebLettres sont réalisés avec Spip