WebLettres

Le portail de l'enseignement des lettres

Groupe de travail Terminale L

synthèse les personnages - Madame Bovary


Par mathilde | Mis en ligne le 19-08-2014

Etablir une physiologie de la condition humaine

« Si j'en avais fait, mes portraits seraient moins ressemblants, parce que j'aurais eu en vue des personnalités et que j'ai voulu, au contraire, reproduire des types. »


Emma (Rouault) Bovary

1- Une adolescente victime de la littérature

Lectrice précoce
Sa belle-mère appelle ses romans, ses « mauvais livres ».

Chapitre VI – couvent des Ursulines, Emma est présentée comme une victime de l'amour romantique qui va construire autour d'elle un monde factice. « où ce n'étaient qu'amours, amants, amantes. »
 Rêve romanesques inaccessible qu'elle n'arrivera jamais à faire coïncider avec sa réalité.

Critique de la littérature d'inspiration romanesque et « keepsakes » (= romans-photos de l'époque » parce qu'ils sont une négation de la vie réelle ; le poison d'Emma.

Enfermée dans son imaginaire, Emma est étrangère au monde et à elle-même.

NB : Depuis le XVIIIème siècle, débat sur les effets pervers de la lecture. Flaubert en fait d'ailleurs la critique dans son Dictionnaire des idées reçues en 1852.
« Livre : Quel qu'il soit, toujours trop long !
Littérature : Occupation des oisifs. »


2- Une jeune fille a-sociale

Sa vie est noyée dans un flou social, et elle ne trouvera jamais sa place :

- Fille d'un paysan enrichi - trop bien élevée pour la ferme des Bertaux
- Pensionnaire dans un couvent pour jeunes bourgeoises - Emma y est indisciplinée
- Epouse d'un médecin sans doctorat - Trop exaltée, mauvaise mère, épouse infidèle, chrétienne insatisfaite
- Maitresse d'un faux-châtelain et d'un futur notaire

 Son absence de statut social explique l'amoralité de son comportement, ni paysanne ni bourgeoise, elle se rêve libre mais n'arrive pas à opérer des choix.







3- Une jeune femme mal dans sa peau

Emma une féministe naïve ?
Dans le 1er portrait fait par Flaubert, un détail retient l'attention de Charles : « elle portait, comme un homme, passé entre deux boutons de son corsage, un lorgnon d'écaille. » Comme un refus de sa féminité.
Enceinte, elle veut un garçon parce qu' « un homme est libre, il peut parcourir les passions et les pays…mordre aux bonheurs les plus lointains. » Quand sa fille nait, elle s'évanouit et l'abandonne.

Et c'est pour se conduire comme un homme qu'Emma devient infidèle ; elle s'endettera pour Rodolphe pour le couvrir de cadeaux et finira par se comporter avec Léon comme s' « il était sa maitresse plutôt qu'elle n'était la sienne. »


4- La femme objet

Flaubert ne cesse de détailler les vêtements d'Emma, comme s'il créait une identité entre la personne et ce qu'elle porte : la chair devient l'étoffe.

Charles amoureux ne peut « se retenir de toucher continuellement à son peigne, à ses bagues… »
Devenu amant d'Emma, Léon admire Emma, « l'exaltation de son âme et les dentelles de sa jupe. »

Emma a un goût immodéré pour ses objets, « confondant dans son désir, les sensualités du luxe et les élans du cœur. »

 Emma n'existe que par la possession des hommes et des choses.
Lorsqu'elle ne pourra s'offrir le berceau en nacelle avec des rideaux de soie rouge, elle renoncera à être mère. Dans sa crise mystique, elle s'entoure de chapelets, d'amulettes… puis ne pouvant avoir le reliquaire d'émeraudes, elle renoncera à nouveau.


5- Une femme sensuelle

Lors d'une des premières rencontres avec Charles dans la cuisine des Bertaux, on « voyait des épaules nues de petites gouttes de sueur… la tête en arrière, les lèvres avancées, le cou tendu, elle riait de ne rien sentir tandis que le bout de sa langue, passait entre ses dents fines, léchait à petits coups le fond du verre. » - Métaphore du baiser

Lors de la nuit de noces, Flaubert précise que c'est Charles qu'on eût pris pour la vierge.

Avec ses amants, il ne s'agit pas d'adultère mondain. La chair devient aussi objet d'horreur quand Flaubert évoque la crotte des rendez-vous sur ses bottines ou la « pudeur incommode » d'Emma. Léon à la fin de sa liaison aura d'ailleurs du mal à faire la distinction entre ce qui le charmait auparavant et l'effraie à la fin.

Les portraits morcelés d'Emma : son corps est toujours érotique, elle est la femme que désirent tous les hommes même dans la mort.





6- Emma malade du Bovarysme

Bovarysme : insatisfaction romanesque consistant à vouloir s'évader de sa condition en se créant une personnalité idéalisée. Le personnage devient un type.

Cette maladie n'est pas nouvelle, au XVII et XVIII, on parle de langueur, puis au XIX du mal du siècle des romantiques ou du spleen baudelairien.
Aujourd'hui on parlerait de blues ou de dépression nerveuse, un sentiment de vide confronté à un désir de plénitude.


 Sentiment de vide et d'impuissance
Au début de son mariage, Emma tente de définir son mal sans trouver les mots pour le faire. Ce sentiment de vide est accentué par l'oisiveté de ses journées, des journées qu'elle définit comme « n'apportant rien. » - indifférence
D'où les nombreuses métaphores et comparaisons aériennes qui définissent Emma comme « évaporée », « le ciel bleu l'envahissait, l'air circulait dans sa tête creuse. »

 Refus de la réalité telle qu'elle est
« Je déteste les héros communs et les sentiments tempérés, comme il y en a dans la nature. » Emma
Dans les 1ers jours de son mariage, Emma veut refaire sa vie et va s'adonner à un travail assez proche de celui de l'écrivain.
« Elle se demandait s'il n'y aurait pas eu un moyen, par d'autre combinaisons de hasard, de rencontrer un autre homme ; et elle cherchait à imaginer quels eussent été ces événements non survenus, cette vie différente. »

Emma est une menteuse. Enfant elle inventait des mensonges en allant à confesse. Puis le mensonge devient une forme de création… peu à peu elle sombre dans la folie par rapport au mensonge, « c'était un besoin, une manie. »

Elle essaiera de changer son destin par l'action de l'adultère puis du suicide.

La vie est un roman où Emma s'installe comme héroïne. Il y a un écrivain manqué dans Emma. Grande productrice de lettres, toujours déçue par celles qu'elle reçoit.
Quand elle écrit à Léon, conformément à l'idée qu'elle s'en fait, elle fait naitre dans son esprit un « autre homme ».

 Un désir d'évasion
XIX = par le voyage, les Romantiques cherchent à fuir la mélancolie – exotisme – désir d'évasion…
Quand elle ne supporte plus la discipline du couvent, Emma retourne aux Bertaux, quand elle s'ennuie trop à la ferme, elle épouse Charles, quand elle prend Tostes en horreur, le couple déménage à Yonville, Emma s'enfuit souvent rejoindre Rodolphe à la Huchette, elle voudrait qu'il l'enlève, achète une malle. Avec Léon, ce sont les voyages à Rouen.

Une évasion géographique et spirituelle.

 De la désillusion au refus de vivre
Comme la plupart des héros de Flaubert, Emma est marqué par l'échec (le mariage, la maternité, l'adultère, la foi…).
Lorsqu'elle assiste à la représentation de Lucie de Lammermoor, à Rouen, Emma s'identifie au personnages, puis s'aperçoit que le spectacle lui renvoie l'image de ce qu'elle voudrait être et ne sera jamais, c'est-à-dire le contraire d'une héroïne.
Dès lors, même l'art ne peut plus pallier aux manques de sa vie.
« Elle aurait voulu ne plus vivre, ou continuellement dormir. » Elle rejoint alors le mal du siècle, ce refus de vivre.



Charles Bovary

1- Un mystérieux personnage

Un mari mal aimé, un mari bafoué qui n'est pas à la hauteur.

Jusqu'au chapitre VI, partie I, le lecteur suit Charles depuis son entrée au collège de Rouan jusqu'à son second mariage. C'est autour de lui que les autres personnages sont présentés, puis progressivement son statut de personnage principal va s'effacer jusqu'à le faire disparaitre, faisant dire au narrateur : « il serait impossible à aucun de nous de se rien rappeler de lui. »
C'est à la mort d'Emma qu'il réapparaitra pour disparaitre à nouveau.


2- Personne

Charles n'est personne.
Dès le départ son charabia se perd dans le bruit de l'école, on n'arrive pas à distinguer ce qu'il dit : « Charbovari ». Son portrait physique, rustique, mal dégrossi glisse rapidement vers des objets de substitution, la fameuse description de la casquette : « une de ces pauvres choses, enfin, dont la laideur muette a des profondeurs d'expression comme le visage d'un imbécile. »

Physiquement, Charles n'existe pas.
Il est défini comme aveugle et muet à ce qui l'entoure. Le mouvement qui excite Emma, l'endort.
Il n'arrive pas à définir les choses ou à poser un diagnostic clair, il est sans cesse dans l'hésitation ; ainsi, lorsque l'opération d'Hippolyte aura viré à la catastrophe, il imaginera encore un autre diagnostique qui lui aurait échapper.


3- L'éternel nouveau…

… au sens de l'homme sans expérience.
Nouveau c'est ainsi qu'il est présenté dès les 1ères pages. A sa sortie, 3 ans plus tard, tout le monde l'aura oublié. Charles ne semble jamais s'intégré.
Il n'aura jamais d'ami.

Médecin à Tostes, puis à Yonville, il ne parviendra jamais à acquérir de l'expérience, et aura souvent recours à l'aide de plus expérimenté.

Sexuellement, il est aussi le nouveau qui malgré son 1er mariage n'arrivera pas à assouvir le 2nd.
Son 1er veuvage ne l'aidera pas non plus à supporter le 2nd.

 L'expérience impossible.





4- Un garçon ridicule

L'humiliation sera le lot de Charles.
Sa façon de manger, de dormir avec son bonnet, de fumer le cigare, d'être effrayé devant ses patients… Et Emma est exaspérée de honte.

Le bal de Vaubeyssard : Emma le rabroue, lui rappelant qu'il serait ridicule s'il dansait, « Reste à ta place » lui dit-elle, c'est ce qu'il fera, disparaissant dans la foule jusqu'à ce qu'on le retrouve au détour d'une phrase, sur une chaise à moitié endormi. Pendant 5heures, il avait « regarder jouer au whist sans y rien comprendre. »
Charles est un anti-héros de par son absence d'être, annonçant d'une certaine manière les héros du XX (Meursault) pour qui le monde n'est qu'un théâtre de marionnettes, un spectacle insignifiant.


5- Un amoureux transi

Charles meurt d'amour, terrassé par la disparition d'Emma.

Sous les dehors d'un roman réaliste, un roman de mœurs comme le définit Flaubert, la rencontre entre Emma et Charles est proche d'un conte merveilleux. Tout commence par le plus vraisemblable, une urgence médicale.
Tout commence une nuit par l'arrivée d'un messager à cheval, une lettre étrangement féminine et suppliante alors qu'il ne s'agit que de remettre une jambe cassée. Il partira au lever de la lune traversant une nature étrange, hostile. Arrivé, alors qu'il n'attendait qu'une fermière, Emma est là dans sa robe bleue qui emprunte le thème du doigt piqué à l'aiguille, et voilà Charles envoûté.

Mais pour que leur amour puisse vivre, il faut faire disparaitre la 1ère épouse : en une page celle-ci meurt (« Elle était morte ! Quel étonnement ! »)

Químporte les tromperies, les humeurs… «L'univers n'excédera jamais le tour de son jupon. » Bien sûr, c'est un ingénu, un idiot. la fin est à ce titre exemplaire : délaissée par Rodople, Emma tombe malade, Charles délaisse ses clients, abandonne tout pour elle, comme elle était prête à tout abandonner pour un autre. Il s'endettera comme elle et ne survivra pas.


6- Un mari béat et un cocu sublime

L'adultère est le ressort dramatique de l'histoire.
NB : Le procureur Pinard avait proposé dans son réquisitoire de rebaptiser le roman Histoire des adultères d'une femme de province.
Mais l'inverse est vrai, on pourrait également parler des Mariages d'un homme de province.
- Celui des Bovary
- La veuve Dubuc
- Les deux mariages de Charles
- Le père Rouault
- Le mariage de Guérine que Félicité cite en exemple à Emma
- Celui des Homais
- Celui ( de Léon

Le 1er mariage de Charles est un 1er échec, c'est un mariage d'argent orchestré par sa mère. Il n'accepte que pour se soustraire à sa mère. Mais la veuve Dubuc n'est autre qu'un double d'elle-même. Après sa mort miraculeuse, le deuil de quelques heures sera « une rêverie douloureuse. »

Charles a lui-même choisi Emma. Mais le bonheur du mariage ne dure pas et ce n'est pas que du fait d'Emma. Charles s'oublie : « [il] s'en allait ruminant son bonheur. »
La comparaison avec le ruminant permet ici de faire l'économie d'un développement psychologique : la béatitude de Charles. Ses multiples absences laissent à Emma tout le loisir d'avoir des amants.

Il ouvre et ferme le roman. Au seuil de la mort d'Emma, il trouve enfin les mots justes, devenant enfin un personnage sublime (« N'étais-tu pas heureuse ? Est-ce ma faute ? J'ai fait tout ce que j'ai pu pourtant. »).
Il devient un héros tragique, se rebelle contre la mort, blasphème, écrit ce billet romanesque pour la mise en bière (on habillera la dépouille en robe de mariée, on la couronnera…)
Il lira les lettres de Rodoplhe, redécouvrant Emma et faisant face à sa disgrâce, et c'est en mourant que Charles devient enfin un personnage héroïque.






























Les amants : Rodolphe Boulanger et Léon Dupuis

 Les amants d'Emma lui ressemblent : ils préfèrent l'idée du désir et de l'amour à la personne qui en inspire.


 Léon
Au départ c'est une amitié sincère fondée sur des goûts communs. Il s'ennuie dans ce bourg et rêve de Paris. En attendant, il peint des aquarelles, chante des romances, lit des vers… Une sorte de double d'Emma qui multiplie les lieux communs romantiques romanesques.


 Rodolphe
L'histoire avec Emma commence dans l'émotion et le sang ! Dans l'affolement d'un cabinet médical.
C'est un célibataire qui reconnait avoir une réputation exécrable, il a déjà du faire des duels, sa maitresse est une actrice… il est en somme le prototype même du séducteur, du beau parleur.
Pendant la scène des comices, il fait l'éloge de la passion et obtient de tenir la main d'Emma en point de départ.
Et ce sera avec nonchalance qu'il quittera Emma après avoir promis de l'enlever.
Lassitude, lâcheté… Flaubert ne tranche pas, et sauve son personnage en lui faisant dire qu'il aurait donné les 3 000 francs s'il avait pu.


 Léon, 3 ans après
3 années à Paris et Léon est métamorphosé. Le petit provincial est devenu un dandy.
Tous deux ont expérimenté la sensualité de l'amour et savent à quoi s'en tenir, ce sera l'épisode scandaleux du fiacre, les rendez-vous du jeudi.
L'exubérance du tempérament d'Emma va bientôt terroriser Léon, le comble de cette angoisse étant la suggestion du vol dans les caisses du notaire. Dès lors, la liaison devient impossible.
Lâche, il ne fait que l'éconduire sans mettre un terme définitif à leur histoire.

Ironie de l'histoire, il épousera Léocadie Leboeuf – une fausse bovary contre une authentique leboeuf – Léon, lion, est gagnant.















Le pharmacien Homais – Le triomphe de la bourgeoisie

Le destin de ce personnage est l'un des sujets du roman tant et si bien qu'il s'emparera de la fin du texte.

C'est un bourgeois au sens propre du terme ; Flaubert le dessine ici pas tant pour la classe sociale qu'il représente que l'esprit de province – haïssable selon l'auteur - qui est le sien et qui a porté Louis-Philippe au pouvoir.

NB : Dans ses correspondances, la critique de la bourgeoisie est un thème dominant. Dans une lettre à son ami Bouilhet, il signe de son nom, puis de « Bourgeoisophobus ».

Homais affiche un certain contentement de soi, insupportable pour Flaubert qui fait de l'insatisfaction chronique un thème majeur de ses œuvres.

Il est présenté par une description qui ne donne pas son nom. Il porte des « pantoufles de peau verte » et un « bonnet à glands d'or »  volonté d'étaler une forme de richesse. Il se prélasse alors qu'il est dans une auberge (le Lion d'or), mais il est partout chez lui. Il va d'ailleurs s'imposer chez les Bovary.

Flaubert le présente parfois sous un jour sympathique :
• il aide les Bovary à s'installer,
• c'est un bon pharmacien,
• lors du baptême de Berthe, c'est lui qui s'interpose pour éviter une rixe entre l'abbé Bournisien et le père Bovary, pourtant anticlérical comme lui,
• il conseille Charles dans son mariage
• il assistera Charles lors de l'agonie d'Emma


 Le paternalisme ( bienveillance mêlée de condescendance)
Dans sa relation avec son apprenti Justin : est toujours mêlé le discours du père et du patron - gratitude du travail
Scène de l'aveugle aux yeux pourrissants : « Tiens voilà un sou, rends-moi deux liards : et n'oublie pas mes recommandations, tu t'en trouveras bien. »

 La flatterie
A la fin du roman, il ira jusqu'à écrire au roi en le comparant à Henri IV pour obtenir une décoration  espoir d'un profit


Ces deux notions sont au cœur du système après la Révolution. La réputation remplace la naissance de l'aristocratie et les honneurs, les privilèges.

Ce n'est donc pas pour l'argent qu'Homais agit.
« La foule, s'encombrant au même endroit sans en vouloir bouger, menaçait quelquefois de rompre la devanture de la pharmacie. […] tant était fameuse la réputation du sieur Homais dans les villages… »


 Respecter l'ordre public et moral
Homais est confronté aux limites de sa peur et de son désir ; le contraire de l'artiste.
La peur se manifeste par un refus de se laisser aller à son imagination, il est rationaliste (scène d'agonie d'Emma).
 Pédant
Ses discours rappellent parfois ceux des médecins de Rabelais ou Molière. Sa parole est surjouée et oiseuse. Il part souvent dans des longs monologues interrompant les discours de ceux qui l'entourent sans s'intégrer à la conversation. Il cherche à « éblouir la galerie. » Expression de Flaubert dans une lettre à Bouilhet.
Il offre souvent des parodies de raisonnement.

- Maitrise mal le vocabulaire scientifique
- Manie des anglicismes
- Ses tics de langage (l'argot pour « éblouir le bourgeois »)

Seul médecin à trouver grâce, le docteur Larivière, figure de son père qui déclarera :
« Madame Homais lui demanda une consultation pour son mari. Il s'épaississait le sang à s'endormir chaque soir après le diner.
-Oh ! Ce n'est pas le sens qui le gêne. »

 L'encyclopédisme
Réflexion critique sur le savoir et son accumulation désordonnée. Le savoir livresque l'enferme dans une glose perpétuelle qui ne lui permet pas d'affronter la réalité.
Au lieu de faire vomir Emma qui meurt, il se contente de « tenter une analyse » pour vérifier si l'arsenic est bien de l'arsenic.

 La folie
« Il se vendit enfin, il se prostitua » - bourgeois dans l'âme, il se considère comme une marchandise.
Il triomphe au final en recevant la croix d'honneur - témoignage de Flaubert sur la société



































> Autres contributions dans la rubrique « Articles »

puce synthèse les personnages - Madame Bovary
Par mathilde, mis en ligne le 19-08-2014

puce Le Paris de Raymond Queneau et Louis Malle, une petite visite guidée
Par Marie-Odile Dufloux-Richard, mis en ligne le 10-01-2013

puce Les poubelles dans Fin de partie : un projet de scénographie postmoderne ?
Par jeron pujol, mis en ligne le 17-05-2011

puce Notes d'une conférence sur Les Liaisons dangereuses
Par Annie Defrasne, mis en ligne le 01-03-2009

puce Notes sur le théâtre élisabéthain
Par PICHOL-THIEVEND, mis en ligne le 22-09-2007

puce Kafka - Citations de Kundera, l'art du roman, ch 5
Par Hélène Brunel, mis en ligne le 21-04-2005

puce La Bruyère - La Cour, version revisitée par Pierre Desproges
Par Annie Defrasne, mis en ligne le 15-02-2005

puce Fiche Télédoc : Un Roi sans divertissement
Par Anonyme, mis en ligne le 14-01-2005

puce La Bruyere - Le film de Rossellini : La Prise de pouvoir par Louis XIV
Par Micheline Rondou , mis en ligne le 14-11-2004

puce La Bruyère - Notes sur la Société de cour de N.Elias
Par rondou micheline, mis en ligne le 12-11-2004

puce Lexique pour La Bruyère
Par rondou micheline, mis en ligne le 12-11-2004

puce La Bruyère - haine de cour, un lieu commun
Par rondou, mis en ligne le 11-11-2004

puce Oral du bac : texte officiel
Par Danièle Langloys, mis en ligne le 29-10-2004

puce Giono - L'Enjoliveur
Par Elisabeth Kennel-Renaud, mis en ligne le 19-10-2003



Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Adhérer à l'association - S'abonner au bulletin - Faire un lien

© WebLettres 2002-2017