banniere

Groupe de travail Terminale L

Synthèse des consignes de correction 2004

Par Danièle Langloys | Mis en ligne le 04-07-2004



Merci à tous les collègues qui ont envoyé leurs consignes de correction académiques ;si j'en crois les envois,aux consignes nationales se sont superposées des consignes académiques plus ou moins étoffées et pas toujours concordantes. Je commence par rappeler les sujets :

BRETON

Question 1 (8 points)
A la lumière de votre lecture de Nadja d'André Breton, vous vous demanderez quel rôle joue le récit des petits événements du quotidien dans l'œuvre.
Question 2 ( 12 points)
A la lumière de votre lecture de Nadja d'André Breton, vous vous demanderez comment Breton renouvelle, tant par le texte que par les images, l'élaboration du portrait féminin.

CHRETIEN DE TROYES

Question 1 ( 8 points)

En vous appuyant sur la lecture de Perceval ou le roman du Graal de Chrétien de Troyes suivi d'extraits des Continuations, vous montrerez en quoi la rencontre de Perceval avec sa cousine à la sortie du château du Roi pêcheur éclaire son évolution.
Question 2 (12 points )
Le chevalier idéal est souvent associé à l'idée d'errance et de combat. Retrouvez-vous dans votre lecture de Perceval ou le roman de Graal suivi des Continuations ce modèle du chevalier ?

J'ai donc utilisé ce que j'ai reçu et je vous le joins,en entier pour les consignes,sous forme de synthèse pour vos remarques et accessoirement les miennes :

-les consignes nationales
-les consignes académiques de Toulouse(censées être confidentielles alors que celles de Nantes étaient en ligne)
-les consignes d'une académie dont je n'ai pas trouvé le nom
-les consignes académiques de Nice
-les consignes académiques de Montpellier
-les consignes académiques de Nantes
-les remarques que vous ont inspirées ces consignes sur le forum TL

Vous avez eu des paquets de copies de taille parfois bien différente ;une majorité d'élèves semblent avoir pris le sujet sur Le Conte du Graal :on peut les comprendre car le sujet était plus clairement posé.Vos moyennes sont différentes,de 6,4 sur Nadja à10,66 et pour Le Conte du Graal de 8,6 à10,60 mais comme chacun le sait,surtout un mathématicien et un institut de sondage,une moyenne statistique en dessous de 1000 références,ne vaut rien…Les notes sont largement échelonnées dans vos commentaires,selon les consignes données partout,de 3 à 18 sur Breton,de 3 à 16 pour Chrétien de Troyes.
La moyenne n'est pas en général plus élevée pour Le Conte du Graal que pour Nadja ;certains collègues ont essayé de compenser la relative difficulté de l'œuvre et des sujets et les meilleurs candidats ont peut-être choisi Nadja.Limousins et Bretons se sont étonnés que l'académie de Nantes invite à ne pas sanctionner le fait de se limiter à l'illustration des termes du sujet pour la question 2 sur Le Conte du Graal alors que pour eux,comme à Nice d'ailleurs,la consigne était contraire.
Consignes nationales et académiques ont beaucoup de points communs,heureusement !Les consignes académiques précisent parfois les sanctions pour la qualité de l'expression et complètent les éléments attendus dans les devoirs.Quelques remarques personnelles :je reste perplexe devant l'utilisation systématique du ou dans les consignes,inclusif ou exclusif ?Par ailleurs ce ou met parfois en parallèle des éléments qui n'appartiennent pas à des critères semblables(ex.l'abondance des situations et la référence au contexte surréaliste pour la 1ère question du sujet sur Nadja).A-t-on le sens de l'humour à Toulouse où l'on dit d'abord que le mot rôle au singulier(Breton,question 1) permet d'accepter autant les copies traitant d'un aspect unique que celles développant plusieurs rôles des petits événements, puis qu'on valorise les copies qui ont développé plusieurs rôles ?Et dans l'académie dont je n'ai pas noté le nom où en préambule aux réflexions sur Chrétien de Troyes,on affirme qu'il ne faut pas sanctionner les copies qui n'exploitent pas les Continuations tout en valorisant celles qui les exploitent alors que déjà pour la question 1,la pertinence des Continuations est inexistante.Vous faites comment concrètement ?
A titre de travail propédeutique à la prochaine année scolaire,à grands coups de copié-collé,j'ai fait, à la fin de ce document,une synthèse des remarques nationales et académiques pour le roman de Chrétien de Troyes puisque nous devons exploiter de nouveau cette œuvre.
Vos réactions sur les sujets soulignent leur ambition inadaptée par rapport notamment au temps imparti à l'épreuve.On reste perplexe devant les connaissances,pré-requis-comme on dit dans le jargon- et réflexions qui font l'objet d'une valorisation dans les consignes diverses.Avez-vous beaucoup d'élèves capables de manier, à l'allure demandée,autant de concepts et de savoirs différents,le tout judicieusement illustré par des citations pertinentes,même indirectes ?Ce n'est pas le souvenir que je garde de ma TL de cette année,au demeurant sympathique et consciencieuse.Vous dites tous que les élèves ont des connaissances mais les réutilisent sans pertinence et sans les replacer dans la question précisément posée par le libellé.Le travail d'analyse et de synthèse demandé dépasse souvent les possibilités de littéraires peu littéraires- hélas !- et pas forcément brillants ;une collègue fait remarquer qu'avec des barèmes sur 22 ou 23,les candidats moyens sont bien mieux protégés dans les matières scientifiques.On pourrait réfléchir à ce point à l'heure où les effectifs de la série littéraire sont en chute libre.
Vous remarquez tous l'absence de maîtrise de la question posée,l'absence de plan,les narrations inutiles,le verbiage,le manque de références précises,le niveau de langue souvent effarant.
Je suis comme vous restée perplexe devant les questions sur Nadja :qu'est-ce que « les petits faits du quotidien » ?Leur réduction à des « anecdotes » dans tous les corrigés officiels ne me convainc pas.Des élèves se sont appuyés sur les « menus faits de la vie courante » du Prologue et dans l'académie de Versailles n'ont pas été pénalisés.La notion de portrait,de renouvellement,de portrait féminin avec ses stéréotypes,ce qui ne réduisait pas l'analyse à Nadja,ont été autant de pièges pour les candidats ;était-ce utile de les multiplier ?
L'interpellation du candidat dans la question 2 sur Le Conte du Graal était aussi un motif de déstabilisation.Peu ont discuté la définition proposée.Globalement,vous pensez souvent que la formulation « ampoulée » des sujets dessert le candidat qui,pris par le temps et faute d'avoir compris le sujet,écrit parfois n'importe quoi.
Valoriser ce qui n'est pas de la simple illustration peut se révéler complexe :vous avez distingué le constat et le relevé avec interprétation même ébauchée,mais vous n'êtes pas tous d'accord pour la notation de la question 2 sur Le Conte du Graal dont le libellé était un peu pervers :à Nantes on appelle à ne pas sanctionner les candidats qui se limitent à l'analyse de l'errance et du combat.Que devient l'égalité de traitement pour tous les candidats ?

CONSIGNES DE CORRECTION NATIONALES
Sujet l : BRETON
Question 1
Ce que l'on attend :
- Choix pertinent et analyse des récits des petits événements du quotidien (anecdotes)
- Rôle des anecdotes:
elles expliquent certains thèmes majeurs de l'oeuvre (la folie ex. Les Détraquées,(si j'ai bien compris tous les corrigés,sauf à Nantes,et l'académie dont je n'ai pas noté le nom, ont laissé une faute sur le titre !…sans commentaire), l'errance, les coïncidences ex. la fenêtre qui s'éclaire)
elles participent à la constitution des personnages (Nadja et ses pouvoirs surnaturels...)
Ce que l'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments: La précision et l'abondance des anecdotes citées.
Resituer le statut de l'anecdote dans l'esthétique surréaliste (témoignage, authenticité, démarche intellectuelle valorisant le fait concret et pas forcément important; tout peut être signal chez Breton).
Ce que l'on pénalise
- L'absence de références précises.
- Le catalogue d'anecdotes.
- Le résumé d'anecdotes ne débouchant sur aucune analyse.

Question 2

Ce que l'on attend
1) Une réflexion ne se limitant pas au personnage de Nadja.
2) Un changement de modèle féminin: des femmes différentes (socialement, physiquement) traitées différemment (anonyme, nommée, citée en notes, éponyme...) 3) Une nouvelle technique du portrait:
- Problème de l'image: 2 portraits pleine-page pour 2 personnages très secondaires, alors que les 3 femmes majeures n'ont aucun portrait.
- Des représentations métonymiques et métaphoriques: le gant en bronze, les dessins de
Nadja et le photomontage réalisé par Breton, " la main levée vers " LES AUBES"...
- Portrait-collage: assemblage d'éléments divers pour suggérer différentes facettes du
personnage: les collages proprement dits, le recours à la mythologie (Méduse et
Gorgone, Hélène) et à la légende (Mélusine, la sirène) ainsi qu'au diable.
Ce que l'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments:
Références aux stéréotypes du portrait féminin: idéalisation, blason, séduction, la légèreté...
Jeu d'échos entre les personnages qui s'annoncent: Solange, Blanche, Nadja, par les yeux et la main. - Réflexion sur la possibilité et la difficulté d'établir un portrait.
Ce qu'on pénalise
- Juxtaposition de portraits.
- Narration de la vie des personnages. - Étude se limitant à Nadja uniquement.

Sujet 2: CHRETIEN DE TROYES
Question 1
Ce qu'on attend
La connaissance de la situation de l'épisode dans l'oeuvre. La connaissance du contenu de cette rencontre
la découverte de son identité
le lien avec le clan familial (elle est sa cousine).
La révélation de ce que le texte appelle le péché de sa mère.
La révélation de sa responsabilité: il était satisfait (obéissance aux conseils de Gorneman
sur l'usage de la parole), il comprend qu'il a commis une erreur fondamentale à plusieurs
niveaux (au plan personnel, au niveau dramatique...)
Ce qu'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments:
- Au moment même où il découvre son identité, il découvre la malédiction qui va peser sur lui: " Percevalle Chétif ".
- La mise en perspective de cette rencontre avec celle de la demoiselle hideuse et de l'ermite.
- Une allusion au pouvoir divinatoire des femmes, détentrices d'un savoir.
Ce qu'on pénalise
- Le récit détaillé de la scène sans analyse et sans interprétation.
- L'absence de construction.

Question 2
Ce qu'on attend
- Un parcours de lecture qui confirme l'affirmation initiale:
- Combats et tournois émaillent le récit
- Ils se déroulent en conformité avec le code d'honneur de la chevalerie, au service du roi et des femmes.
- L'errance est imposée aux chevaliers pour prouver leur prouesse.
- Toutefois l'objet de la quête de Perceval et de Gauvain est détourné du sens premier
[recherche de l'exploit]. L'un et l'autre sont amenés à une quête spirituelle [la Lance et le
Graal].
Ce qu'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments:
- La remise en cause de la chevalerie (monde de violence - ex des frères de Perceval
opposition des valeurs chrétiennes et des valeurs de la chevalerie).
- La référence au prologue (ex d'Alexandre) qui propose la charité comme finalité de la
chevalerie.
Ce qu'on pénalise
Le fait de se limiter à l'illustration des termes du sujet (errance et combat). Un développement narratif sans analyse et sans interprétation. L'absence de construction.

CONSIGNES DE CORRECTION DE LA COMMISSION D'ENTENTE ACADEMIQUE(Toulouse)


Remarques générales pour tous les sujets

- Langue : On sanctionnera l'orthographe sur deux points (- 1 pour 10 erreurs, -2 pour 20 erreurs et plus). On sanctionnera une mauvaise qualité de syntaxe sur deux points.

- Chaque question appelle une réponse organisée, avec une claire lisibilité dans la mise en page. On attend une entrée en matière de quelques lignes en rapport avec le sujet, le rappel du sujet par reformulation, la présence d'une problématique.

- Dans le développement, on attend une bonne articulation entre les arguments et les exemples et un traitement des exemples. On valorisera la précision des exemples ou les citations.

- On valorisera les réponses des copies qui manifestent des qualités de style.

- On valorisera les références à des lectures complémentaires pertinentes, sans toutefois les exiger.

PREMIER SUJET : A. BRETON
QUESTION 1

Ce qu'on attend
L'emploi du singulier « rôle » dans le libellé permet d'accepter autant les copies traitant d'un aspect unique que celles développant plusieurs rôles des « petits événements ». Le traitement des exemples : on attend une présentation des événements sélectionnés sous forme de petit résumé, puis une analyse de leur portée en rapport avec les arguments respectivement énoncés.
Ce qu'on valorise
Les copies qui ont développé plusieurs rôles, par exemple
la dimension de signal, de révélateur, avec un vocabulaire spécifique à ceux-ci (« faits-glissades ». faits-précipices », «pétrifiantes coïncidences »)
le refus du romanesque,
la mise en relief des thèmes majeurs de l'oeuvre et la constitution du portrait des personnages.

QUESTION 2
Ce qu'on attend
Le terme « portrait » ne doit pas être réduit à sa seule dimension physique, il doit intégrer aussi une dimension psychologique.

Ce qu'on valorise
Les copies qui auront montré la dimension de « renouvellement », tant au niveau du texte qu'au niveau de l'iconographie.
La prise en compte des dessins de Nadja comme autoportrait.
Ce qu'on pénalise
Les copies ne doivent pas se limiter à la seule iconographie ou même aux seules photographies, elles doivent prendre en compte à la fois texte et image.


SECOND SUJET : CHRETIEN DE TROYES
QUESTION 1

Ce qu'on attend
Une situation de l'épisode.
La découverte du nom de l'identité du héros.
La découverte du lignage.
La reconnaissance du Graal en tant que tel.
La prise de conscience de la double faute de Perceval : abandon de sa mère et question non posée au château du roi pêcheur.

Ce qu'on valorise
Les différentes appellations de Perceval.
L'explication de « Perceval le Chétif ».
La mise en valeur de la découverte par le dialogue et le questionnement. La perception de la femme comme initiatrice.
La mise en perspective avec les futures rencontres , celles de la demoiselle hideuse et de l'ermite.

Ce qu'on pénalise
Un déviation vers un sujet de cours sur le roman d'apprentissage.

QUESTION 2

Ce qu'on attend
Montrer errance et combats, leur intérêt.
Une discussion de cette définition du chevalier idéal et l'apport supplémentaire de la quête spirituelle. Un traitement qui aborde Perceval, mais aussi Gauvain.

Ce qu'on valorise
La définition de 1'« errance ».
Les précisions apportées à l'évocation des combats : lieux, personnages, péripéties... Le lien entre combat et errance.
La référence à des passages des « Continuations ».
L'allusion au comique de certaines scènes.

Ce qu'on pénalise
L'absence de réflexion par rapport au sujet.
L'erreur sur l'interprétation du terme « errance ».
Un catalogue des aventures qui n'aboutit à aucune démonstration.


Recommandations académiques(j'ai oublié de relever le nom de cette académie) pour la correction

Les consignes nationales paraissent précises et complètes, les recommandations académiques qui suivent ont été mises au point après réunion d'une commission d'entente restreinte et au vu de copies de candidats.

On valorisera les copies où les efforts de qualité d'expression (syntaxe, orthographe et lexique) sont nettement présents; on sanctionnera jusqu'à 2 points les copies qui montreront des négligences graves dans ce domaine. On utilisera toute l'échelle des notes, en n'hésitant pas à dépasser la note de 15.
On valorisera les copies qui montrent une connaissance précise des œuvres au programme et une utilisation pertinente de cette connaissance. On sanctionnera les copies où il y a méconnaissance manifeste.
L'utilisation des lectures complémentaires pourra être valorisée sans que son absence soit pénalisée.
On n'a pas à attendre une " mini-dissertation " en guise de réponse aux questions posées, mais on attendra une progression structurée qui traite une problématique posée par la question.

Sujet 1 BRETON
Question 1:
On valorisera
• des citations pertinentes
• une hiérarchisation des anecdotes évoquées
• la présence de références précises (par exemple l'importance fondamentale de l'épisode des " Détraquées ")
On pénalisera
• une absence de démarche argumentative (on attend une réponse organisée avec l'annonce claire d'une problématique)
• une mauvaise orthographe des noms (au maximum 1 point)
• les inexactitudes importantes concernant des personnages ou des lieux

Question 2:
On valorisera l'association entre la nouvelle technique du portrait présente dans Nadja et l'écriture surréaliste.
On pénalisera
• l'absence de référence aux images et aux détails concrets de certaines d'entre elles
• l'absence de démarche argumentative.

Sujet 2 CHRETIEN DE TROYES
On ne pénalisera pas l'absence de référence aux Continuations.
On valorisera toute référence pertinente aux Continuations.
Question 1:
On valorisera les copies qui auront dégagé l'importance fondamentale de ce passage- charnière.
On pénalisera
• les inexactitudes graves
• le fait de ne pas signaler que dans ce passage Perceval découvre son identité.
Question 2:
On valorisera
• la mise en parallèle des deux itinéraires, celui de Gauvain et celui de Perceval, notamment sur le plan spirituel
• la définition du chevalier idéal (qui a dépassé une attitude profane au profit d'une démarche spirituelle).
On pénalisera les réponses se bornant à l'évocation de péripéties successives vécues par Perceval ou Gauvain

CONSIGNES DE CORRECTION (Nice)
Sujet 1: BRETON
Question 1
Ce que l'on attend:
- Choix pertinent et analyse des récits des petits événements du quotidien (anecdotes)
- Rôle des anecdotes: elles expliquent certains thèmes majeurs de l'œuvre (la folie ex. Les Détraquées ,errance, les coïncidences ex. la fenêtre qui s'éclaire) ; elles participent à la constitution des personnages (Nadja et ses pouvoirs surnaturels ...)
Ce que l'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments:
- La précision et l'abondance des anecdotes citées.
- Resituer le statut de l'anecdote dans l'esthétique surréaliste (témoignage, authenticité, démarche intellectuelle valorisant le fait concret et pas forcément important; tout peut être signal chez Breton).
Ce que l'on pénalise -
- L'absence de références précises.
- Le catalogue d'anecdotes.
- Le résumé d'anecdotes ne débouchant sur aucune analyse.
Question 2
Ce que l'on attend
1 ) Une réflexion ne se limitant pas au personnage de Nadja.
2) Un changement de modèle féminin: des femmes différentes (socialement, physiquement) traitées différemment (anonyme, nommée, citée en notes, éponyme...)
3) Une nouvelle technique du portrait:
- Problème de l'image: 2 portraits pleine-page pour 2 personnages très secondaires, alors que les 3 femmes majeures n'ont aucun portrait
- Des représentations métonymiques et métaphoriques: le gant en bronze, les dessins de Nadja et le photomontage réalisé par Breton, " la main levée vers " LES AUBES "...
- Portrait-collage: assemblage d'éléments divers pour suggérer différentes facettes du personnage: les collages proprement dits. le recours à la mythologie (Méduse et Gorgone, Hélène) et à la légende (Mélusine, la sirène) ainsi qu'au diable.
Ce que l'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments:
- Références aux stéréotypes du portrait féminin: idéalisation, blason, séduction la légèreté...
- Jeu d'échos entre les personnages qui s'annoncent: Solange. Blanche, Nadja, par les yeux et la main.
- Réflexion sur la possibilité et la difficulté d'établir un portrait.
Ce qu'on pénalise
Juxtaposition de portraits.
Narration de la vie des personnages.
Étude se limitant à Nadja uniquement.

Sujet 2: CHRETIEN DE TROYES
Question 1
Ce qu'on attend
- La connaissance de la situation de l'épisode dans l'œuvre.
- La connaissance du contenu de cette rencontre
• la découverte de son identité
• le lien avec le clan familial (elle est sa cousine).
- La révélation de ce que le texte appelle le péché de sa mère.
- La révélation de sa responsabilité: il était satisfait (obéissance aux conseils de Gorneman sur l'usage de la parole), il comprend qu'il a commis une erreur fondamentale à plusieurs niveaux (au plan personnel, au niveau dramatique...)
Ce qu'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments:
- Au moment même où il découvre son identité, il découvre la malédiction qui va peser sur lui: " Perceval le Chétif ".
- La mise en perspective de cette rencontre avec celle de la demoiselle hideuse et de: l'ermite.
- Une allusion au pouvoir divinatoire des femmes, détentrices d'un savoir.
Ce qu'on pénalise
- Le récit détaillé de la scène sans analyse et sans interprétation.
- L'absence de construction.
Question 2
Ce qu'on attend
- Un parcours de lecture qui confirme l'affirmation initiale: Combats et tournois émaillent le récit Ils se déroulent en conformité avec le code d'honneur de la chevalerie, au service du roi et des femmes.
- L'errance est imposée aux chevaliers pour prouver leur prouesse.
- Toutefois l'objet de la quête de Perceval et de Gauvain est détourné du sens premier [recherche de l'exploit]
- L'un et l'autre sont amenés à une quête spirituelle [la Lance et le Graal].
Ce qu'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments:
- La remise en cause de la chevalerie (monde de violence - ex des frères de Perceval
- opposition des valeurs chrétiennes et des valeurs de la chevalerie).
- La référence au prologue (ex d'Alexandre) qui propose la charité comme finalité de la chevalerie.
Ce qu'on pénalise .
- Le fait de se limiter à l'illustration des termes du sujet (errance et combat).
- Un développement narratif sans analyse et sans interprétation.
- L'absence de construction.


CONSIGNES DE CORRECTION(Montpellier)

RAPPELS IMPORTANTS

On évoluera les copies en tenant compte des consignes générales, et tout particulièrement du fait que l'on n'attend pas du candidat deux « mini-dissertations », mais un propos organisé, avec une entrée en matière brève et efficace, sans qu'il s'agisse pour autant d'une introduction « canonique. »

SUJET 1 : BRETON
Question 1
On acceptera
une définition assez large du terme « petits «événements du quotidien », si elle est justifiée et illustrée
On attend
• Un choix pertinent et une analyse des récits des petits évènements du quotidien (anecdotes).
• Le rôle des anecdotes : elles expliquent certains thèmes de l'œuvre (la folie par ex. Les Détraquées, l'errance, les coïncidences ex. la fenêtre qui s'éclaire.) Elles participent à la constitution des personnages (Nadja et ses pouvoirs surnaturel ... ) .

On valorisera l'un ou l'autre de ces éléments :
• La précision et l'abondance des anecdotes citées.
• Le rappel du statut de l'anecdote dans l'esthétique surréaliste (témoignage, authenticité, démarche intellectuelle valorisant le fait concret et pas forcément important , tout peut être signal chez Breton).
• L'utilisation d'un vocabulaire précis, technique ou repris de Breton (comme «fait précipice » « fait glissade » ; « témoin hagard » ... )
On pénalisera
• L'absence de références précises.
• Le catalogue d'anecdotes.
• Le résumé d'anecdotes ne débouchant sur aucune analyse.

Question 2
On attend
Une réflexion ne se limitant pas au personnage de Nadja.
L'idée d'un éclatement du personnage féminin : des femmes différentes (socialement, physiquement) traitées différemment (anonyme, nommée, citée en notes, éponyme ... )
L'idée que l'on n'a pas de portrait à proprement parler : des autoportraits tentés à travers les dessins.
Une nouvelle technique du portrait :
o Problème de l'image : deux portraits pleine-page pour deux personnages très secondaires, alors que les trois femmes majeures n'ont aucun portrait.
o Des représentations métonymiques et métaphoriques : le gant en bronze, les dessins de Nadja et le photomontage réalisé par Breton, « la main levée vers « LES AUBES »...
o Portrait-collage : assemblage d'éléments divers pour suggérer différentes facettes du personnage : les collages proprement dits, le recours à la mythologie (Méduse et Gorgone, Hélène) et à la légende (Mélusine, la sirène) ainsi qu'au diable.

On valorisera
l'un ou l'autre de ces éléments
• Référence aux stéréotypes du portrait féminin : idéalisation, blason, séduction, la légèreté...
• Jeu d'échos entre les personnages qui s'annoncent : Solange, Blanche, Nadja, par les yeux et la main.
- Réflexion sur la possibilité et la difficulté d'établir un portrait.

On pénalisera
• La juxtaposition de portraits.
• La narration de la vie des personnages.
• Une étude se limitant à Nadja uniquement.

SUJET 2 : CHRETIEN DE TROYES

Question 1
Cette question ne saurait a priori faire appel aux Continuations
On attend :
• La situation précise de l'épisode dans l'œuvre.

• La connaissance du contenu de cette rencontre
• la découverte de son identité ;
• le lien avec le clan familial (elle est sa cousine).
• La révélation de ce que le texte appelle le péché de sa mère.
• La révélation de sa responsabilité : il était satisfait (obéissance aux conseils de Gorneman sur l'usage de la parole), il comprend qu'il a commis une erreur fondamentale à plusieurs niveaux (au plan personnel, au niveau dramatique ... )

On valorisera l'un ou l'autre de ces éléments
• Au moment même où il découvre son identité, il découvre la malédiction qui va peser sur lui : «Perceval le Chétif ».
• La mise en perspective de cette rencontre avec celle de la demoiselle hideuse et de l'ermite.
• La stratégie de questionnement à fonction initiatique.
Une allusion au pouvoir divinatoire des femmes détentrices d'un savoir.

On pénalisera
• Le récit détaillé de la scène sans analyse et sans interprétation.
• L'absence de construction.

Question 2
On attend
• Un parcours de lecture qui confirme l'affirmation initiale. Combats et tournois émaillent le récit.
Ils se déroulent en conformité avec le code d'honneur de la chevalerie, au service du roi et des femmes.
L'errance est imposée aux chevaliers pour prouver leur prouesse.
la courtoisie qui participe aussi de l'idéal du chevalier
• Toutefois l'objet de la quête de Perceval et de Gauvain est détourné du sens premier(recherche de l'exploit). L'un et l'autre sont amenés à une quête spirituelle (la Lance et le Graal).

On valorisera l'un ou l'autre de ces éléments
• La remise en cause de la chevalerie (monde de violence - ex des frères de Perceval
• L'opposition des valeurs chrétiennes et des valeurs de la chevalerie.
• La référence au prologue (ex. d'Alexandre) qui propose la charité comme finalité de la chevalerie.
• La notion de « modèle » : création de l'image type du chevalier errant
• L'utilisation d'exemples dans les Continuations
• La mise en évidence de la différence entre les quêtes de Perceval et de Gauvain.

On pénalisera
• Le fait de se limiter à l'illustration des termes du sujet (« errance et combat »).
• Un développement narratif sans analyse et sans interprétation.
• L'absence de construction.-
• La prise en compte du seul personnage de Perceval.


COMMISSION DE ΒΑRΕΜΕ DE L'ACADEMIE DE NANTES

Recommandations pour l'évaluation de l'épreuve écrite
1- CONSIDERATIONS GENERALES SUR L'ENSEMBLE DE LA COPIE
Avant toute chose, relire les instructions concernant l'épreuve, jointes à la convocation.
Nous rappelons ici les critères d'évaluation de l'épreuve:
-connaissance des οeuvres et des objets d'étude,
-aptitude à prendre en compte des problématiques,
-capacité d'organiser une argumentation appuyée sur des exemples pertinents,
-mise en oeuvre des savoirs culturels, méthodiques, linguistiques, littéraires, artistiques, historiques,
-justesse de l'expression, clarté et intelligibilité du propos, cohérence de la rédaction.
1- Le premier critère étant la connaissance de l'œuvre, on sera particulièrement attentif à la présence de références au texte, même s'il ne s'agit pas de citations exactes.
2- Les conditions matérielles de l'épreuve (deux heures pour deux questions) et la conception même des sujets invitent à ne pas attendre qu'une problématique soit clairement exprimée; la capacité d'organiser une argumentation appuyée sur des exemples pertinents (3ème critère)devient du même coup à nos yeux absolument prioritaire. La logique et 1la clarté de l'argumentation devront apparaître dans la mise en page.
3- Sur chacun de ces sujets, on veillera à ce que les réponses ne prennent pas un tour narratif.
4- Contrairement à l'épreuve de première qui concerne tous les élèves, l'épreuve de terminale s'adresse à des « spécialistes » : il est donc normal d'attendre que la langue soit correcte. Par conséquent, on pénalisera les copies manifestement négligées, notamment
-les devoirs trop courts, réduits à quelques lignes seulement,
-un manque de tenue dans la rédaction, par exemple l'emploi d'abréviations, l'usage abusif des chiffres (un = 1), la présence excessive de ratures ou encore une écriture mal formée au point d'être difficilement lisible.
-Une absence de maîtrise syntaxique et orthographique sur l'ensemble du devoir.
5- Si un candidat a traité une question de chaque sujet, seule la question la mieux traitée sera prise en compte (sur 8 ou 12, selon la question).

Remarques générales:
Une connaissance particulièrement précise du texte sera évidemment valorisée.
On n'oubliera pas ce qu'on peut légitimement attendre, en deux heures, d'un élève de terminale (et non d'un étudiant en licence) en 2004.
On veillera à utiliser largement l'échelle de notation de façon à donner toute son importance à cette épreuve de littérature: notes élevées, voire très élevées, aux meilleures copies, même si elles comportent quelques imperfections. On n'attendra pas une illusoire perfection pour attribuer 19 ou 20. On veillera enfin à faire apparaître les deux notes, sur 8 et sur 12, et à justifier la note globale par une appréciation.

SUJET 2 : CHRETIEN DE TROYES
QUESTION 1
Ce que l'on attend
1) la connaissance de la situation de l'épisode dans l'œuvre.
2) la connaissance du contenu de cette rencontre
la découverte de son identité
le lien avec le clan familial (la demoiselle est sa cousine)
3) la mention de la révélation du « péché contre sa mère ».
4) la mention de la révélation de la responsabilité de Perceval : il était satisfait (obéissance aux conseils de Gorneman sur l'usage de la parole), il comprend qu'il a commis une erreur fondamentale (au plan personnel et par rapport au roi pêcheur).
5) la mise en valeur de l'importance » de l'épisode dans l'évolution de Perceval.

Ce que l'on valorise: 1'un ou l'autre de ces éléments.
-Au moment même où il découvre son identité, il découvre la malédiction qui va peser sur lui, « Perceval le chétif ».
-La mise en perspective de cette rencontre avec celles de la Demoiselle Hideuse et de l'ermite.
Ce que l'on pénalise
-le récit détaillé de la scène sans analyse ni interprétation.
-L'absence de construction.

QUESTION 2
Ce que l'on attend
1) Un parcours de lecture qui confirme l'affirmation initiale :combats et tournois émaillent le récit
-ceux-ci se déroulent en conformité avec le code d'honneur de la chevalerie, au service du roi et des femmes.
2) L'idée que l'errance est imposée aux chevaliers pour prouver leur prouesse.
3) La remarque que l'objet de la quête de Perceval et de Gauvain est toutefois détourné du sens premier (recherche de l'exploit). L'un et l'autre sont amenés à une quête spirituelle.
Ce que l'on valorise : l'un ou l'autre de ces éléments.
-la remise en cause de la chevalerie (monde de violence - ex des frères de Perceval - opposition des valeurs chrétiennes et des valeurs de chevalerie).
- La référence au prologue (ex d'Alexandre) qui propose la charité comme finalité de la chevalerie.
Ce que l'on pénalise
-un développement narratif sans analyse et sans interprétation.
-L'absence de construction.
NB: la rédaction de la question est telle que des candidats ont pu volontairement se limiter à l'analyse de l'errance et du combat: on ne les pénalisera pas.

CONSIGNES DE CORRECTION CONCERNANT LE SUJET 1 : BRETON
QUESTION 1
Ce que l'on attend
-un choix pertinent et une analyse des récits des petits événements du quotidien (anecdotes) -
-un examen du rôle des anecdotes
elles mettent en relation certains thèmes majeurs de l'œuvre (la folie ex. Les Détraquées, l'errance, les coïncidences ex.la fenêtre qui s'éclaire)
elles participent à la constitution de l'identité du narrateur et d'une écriture poétique nouvelle ainsi qu'à celle des personnages (Nadja et ses pouvoirs surnaturels...)
Ce qu'on valorise : l'un ou l'autre de ces éléments
La précision et l'abondance des anecdotes citées.
La capacité à resituer le statut de l'anecdote dans l'esthétique surréaliste (témoignage, authenticité, démarche intellectuelle valorisant le fait concret et pas forcément important ; tout peut être signal chez Breton).
Ce qu'on pénalise
L'absence de références précises. Le catalogue d'anecdotes.
Le résumé d'anecdotes ne débouchant sur aucune analyse.

QUESTION 2
Ce que l'on attend
1) Une réflexion ne se limitant pas au personnage de Nadja.
2) La mention d'un changement de modèle féminin: des femmes différentes (socialement, physiquement) traitées différemment (anonyme, nommée, citée en note, éponyme...).
3) Le repérage d'une nouvelle technique du portrait: le refus de la description (d'où l'absence totale de portrait de « Toi ») entraîne de nouveaux procédés
- le recours à l'image (rapport image/texte).
- problème de l'image: 2 portraits pleine page pour 2 personnages très secondaires, alors que les 3 femmes majeures n'ont aucun portrait.
- La technique du portrait-collage: assemblage d'éléments divers pour suggérer différentes facettes du personnage: les collages proprement dites, le recours à la mythologie (Méduse et Gorgone, Hélène) et à la légende (Mélusine,la sirène) ainsi qu'au diable.
4) Une réflexion sur l'absence de portrait de « Toi ».
Ce que l'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments
- les références aux stéréotypes du portrait féminin: idéalisation, blason, séduction, fragilité, etc...
-le repérage du jeu d'échos entre les personnages qui s'annoncent (Solange, Blanche, Nadja) par les yeux et la main.
- La réflexion sur la possibilité et la difficulté d'établir un portrait.
Ce que l'on pénalise
-Juxtaposition de portraits.
-Narration de la vie des personnages.
-Etude se limitant à Nadja uniquement.


Synthèse sur Chrétien de Troyes

Question 1
Cette question ne saurait a priori faire appel aux Continuations(Montpellier)
Ce qu'on attend
La connaissance de la situation de l'épisode dans l'oeuvre. La connaissance du contenu de cette rencontre
la découverte de l' identité du héros
le lien avec le clan familial,le lignage (elle est sa cousine).
La révélation de ce que le texte appelle le péché de sa mère.
La reconnaissance du Graal en tant que tel.
La révélation de sa responsabilité: il était satisfait (obéissance aux conseils de Gorneman
sur l'usage de la parole), prise de conscience de sa double faute de : abandon de sa mère et question non posée au château du roi pêcheur.

Ce qu'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments:
-l'effort pour souligner l'importance fondamentale de ce passage- charnière.
-Les différentes appellations de Perceval.
-L'explication de « Perceval le Chétif ».
- Au moment même où il découvre son identité, il découvre la malédiction qui va peser sur lui: " Perceval le Chétif ".
- La mise en perspective de cette rencontre avec celle de la demoiselle hideuse et de l'ermite.
- La stratégie de questionnement à fonction initiatique :la mise en valeur de la découverte par le dialogue et le questionnement. La perception de la femme comme initiatrice.Une allusion au pouvoir divinatoire des femmes, détentrices d'un savoir.
Ce qu'on pénalise
- Le récit détaillé de la scène sans analyse et sans interprétation.
- L'absence de construction.
- une déviation vers un sujet de cours sur le roman d'apprentissage.


Question 2
Ce qu'on attend
- Un parcours de lecture qui confirme l'affirmation initiale: Combats et tournois émaillent le récit
- Ils se déroulent en conformité avec le code d'honneur de la chevalerie, au service du roi et des femmes.
- L'errance est imposée aux chevaliers pour prouver leur prouesse. Toutefois l'objet de la quête de Perceval et de Gauvain est détourné du sens premier[recherche de l'exploit]. L'un et l'autre sont amenés à une quête spirituelle [la Lance et le Graal].

- Une discussion de cette définition du chevalier idéal et l'apport supplémentaire de la quête spirituelle. Un traitement qui aborde Perceval, mais aussi Gauvain.

Ce qu'on valorise: l'un ou l'autre de ces éléments:
-La définition de 1'« errance ».
- La notion de « modèle » : création de l'image type du chevalier errant
- La remise en cause de la chevalerie (monde de violence - ex des frères de Perceval
opposition des valeurs chrétiennes et des valeurs de la chevalerie).
- la mise en parallèle des deux itinéraires et de leur différence, celui de Gauvain et celui de Perceval, notamment sur le plan spirituel
- la définition du chevalier idéal (qui a dépassé une attitude profane au profit d'une démarche spirituelle).
- La référence au prologue (ex d'Alexandre) qui propose la charité comme finalité de la
chevalerie.
-Les précisions apportées à l'évocation des combats : lieux, personnages, péripéties... Le lien entre combat et errance.
-La référence à des passages des « Continuations ».
-L'allusion au comique de certaines scènes.

Ce qu'on pénalise
L'absence de réflexion par rapport au sujet.
Le fait de se limiter à l'illustration des termes du sujet (errance et combat).
L'erreur sur l'interprétation du terme « errance ».
Un catalogue des aventures qui n'aboutit à aucune démonstration : les réponses se bornant à l'évocation de péripéties successives vécues par Perceval ou Gauvain
Un développement narratif sans analyse et sans interprétation. L'absence de construction.
L'absence de construction.-
La prise en compte du seul personnage de Perceval.




















 


fleche Autres contributions dans la rubrique « Synthèses de la liste »

puce Synthèse des échanges sur Roméo et Juliette
Par Danièle Langloys, mis en ligne le 01-11-2008

puce Synthèse des échanges sur Frère Laurent dans Roméo et Juliette
Par Danièle Langloys, mis en ligne le 22-02-2008

puce Réponses à quelques questions pratiques sur l’enseignement en TL
Par Valentine Dussert, mis en ligne le 19-07-2006

puce Synthèse des lectures en introduction aux Métamorphoses.
Par Danièle Langloys, mis en ligne le 27-10-2005

puce Synthèse des consignes de correction 2005
Par Danièle Langloys, mis en ligne le 10-09-2005

puce Le Conte du Graal, Les éléments symboliques et religieux
Par Micheline Rondou, mis en ligne le 05-01-2005

puce Synthèse des consignes de correction 2004
Par Danièle Langloys, mis en ligne le 04-07-2004

puce Questions sur le RSD de Giono
Par AR L'Hévéder, mis en ligne le 30-05-2004

puce Giono - Littérature optimiste : les avis !
Par P. Leti, mis en ligne le 30-05-2004



contact Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Faire un lien - WebLettres sur Twitter


© WebLettres 2002-2017