banniere

Les notes de lecture

 

fleche Antigone après la condamnation

Philippe Forest, Antigone au tombeau
Nouvelle parue dans le numéro 4 de la revue Philosophie Magazine (octobre-novembre 2006) et commentée par Jean-Bertrand Pontalis.

philoma.jpg Quels furent les derniers gestes d’Antigone emmurée ? Et ses dernières pensées près du cadavre de son frère ? S’est-elle finalement pendue avec la corde qu’on lui avait préparée ? Peut-on imaginer, au-delà du mythe, l’attitude d’une simple jeune fille dont le sort a ému tant de spectateurs et de lecteurs ?
C’est ce que tente de faire Philippe Forest dans sa nouvelle « Antigone au tombeau ». L’auteur de Sarinagara (réédité récemment dans la collection Folio) propose là un court texte d’une belle intensité qui peut être une lecture complémentaire utile pour une étude du mythe d’Antigone. On y voit celle-ci s’interroger sur la mort et regretter son geste. « Je veux bien décevoir tous ceux qui ont fait de moi une héroïne absurde pour illustrer la folie de leurs philosophies ».
L’écho que lui donne Pontalis est une réflexion sensible sur le « travail du deuil » (expression qu’il juge à juste titre galvaudée). « Saluons, à travers les siècles, cette jeune fille insoumise. Comme elle devait être belle ! », dit-il. Et l’on pense aux remarques d’Antigone sur la beauté dans la pièce d’Anouilh.
Profitons de l'occasion pour attirer l’attention sur la revue Philosophie Magazine qui offre une ouverture sans complaisance sur une matière que les élèves abordent souvent difficilement et qui permet à chacun des découvertes ou des redécouvertes intéressantes. Les dossiers parus sur Spinoza et Platon sont passionnants.
Roger Berthet, 5 novembre 2006


Aucun commentaire

Ajouter un commentaire...

 
Votre nom [Respect de la vie privée]
Votre adresse mail [Confidentialité]  *   
Recopier le code de sécurité * 

Fil rss de la catégorie Le fil RSS de la catégorie


contact Contact - Qui sommes-nous ? - Album de presse - Aider WebLettres - S'abonner au bulletin - Faire un lien - WebLettres sur Twitter


© WebLettres 2002-2017