Théâtre en blog

Lycéades, novembre 2016

Par anaislaroche - publié le samedi 3 juin 2017 à 10:31
Le 17 et 18 novembre 2016, j’ai participé aux Lycéades avec toute ma classe de théâtre. Cette année, la pièce sur laquelle on travaillait était La Bonne Nouvelle de François Bégaudeau, mise en scène par Benoit Lambert. Des élèves de différents lycées (Brochon et Montchapet) étaient répartis dans trois groupes. Un intervenant et un professeur accompagnaient chaque groupe. Au tout début, on ne se parlait pas, dans le groupe, les élèves de chaque lycée restaient ensemble. Puis après le premier exercice, une solidarité s’était déjà installée. Cet exercice consistait à se laisser porter par l’ensemble des élèves du groupe. Cela a permis à tout le monde de se rapprocher et de commencer à jouer avec l’autre. Catherine, l’intervenante est parvenue à instaurer de l’entraide et de l’amitié entre les élèves. Chaque personne était bienveillante et c’était un plaisir de travailler et de jouer ensemble. De plus, un autre exercice consistait à se laisser tomber dans les bras de n’importe qui. Cela rapproche énormément les gens puisqu’il faut avoir confiance en l’autre. Nous avons également fait un exercice d’improvisation qui consistait à défendre une cause et à dire tout le contraire ensuite. Souvent, les causes choisies étaient plutôt drôles, mais c’est quand même très difficile de dire tout le contraire de quelque chose que l’on a défendu corps et âme une minute avant. Nous avons aussi fait un travail qui consistait à raconter deux histoires, une vraie et une fausse au reste du groupe qui devait deviner laquelle était vraie. Cela a permis aux membres du groupe de s’ouvrir aux autres car ces histoires parlaient d’une cicatrice que l’on avait sur soi. Plus l’on faisait d’exercices, plus l’on se parlait et plus l’on devenait proches. Les activités que Catherine nous a proposées nous ont permis par la suite de monter quelque chose. Nous ne le savions pas mais chaque exercice avait son importance et l’on a retrouvé des traces de chacun dans ce que nous avons présenté. Le goûter que Magali avait proposé le matin rejoint l’idée de solidarité et de convivialité des Lycéades. Tout le monde était ensemble et dans mon groupe, il y avait une très bonne cohésion. Cela m’a beaucoup apporté, j’ai pu vraiment jouer avec les autres puisque ces deux jours étaient consacrés entièrement au théâtre, c’est une chance. En regardant les restitutions des autres, j’ai appris. Je me suis nourrie des autres pour jouer. Le fait d’être plongé dans un groupe d’inconnus fait d’abord peur, mais par la suite, on se rend compte que c’est très enrichissant, très plaisant et surtout une énorme chance.

Richard III

Par anaislaroche - publié le samedi 3 juin 2017 à 10:21

Droits réservés

Richard III est une célèbre pièce de Shakespeare qui narre l’histoire du personnage éponyme : c’est un criminel qui tue, complote et élabore un plan macabre pour s’emparer du trône. Jean Lambert-Wild et Elodie Boradas nous font découvrir cette pièce et la jouent à leur manière. A deux, ils jouent les rôles de la multitude de personnages présents dans la pièce. Quand le rideau se lève et que la pièce commence, un décor hors du commun apparaît, il est imposant et prend une grande partie de la scène. C’est une véritable machine à jouer qui mêle théâtre élisabéthain, cirque, magie, artisanat et effets spéciaux. La scénographie est évolutive et tout au long de la pièce, on découvre petit à petit chaque fonction du décor et ce qu’il y a derrière chacune de ses portes, derrière chacun de ses majestueux rideaux rouges. Les comédiens jouent à l’avant-scène et ils brisent parfois le quatrième mur. Ils se déplacent dans le public et lui parlent. Ils entrent et sortent du décor, jouent en son sein ou bien devant lui ou sur lui. Ils agissent parfois dans les coulisses. Le public est situé frontalement. La comédienne Elodie Bordas interprète merveilleusement bien chaque personnage et change de voix, de manière de parler, de se comporter et de costumes pour chacun d’entre eux. Elle joue aussi bien le rôle d’une femme meurtrie par la douleur que le rôle d’un clown hilarant. Pour cette pièce, Jean Lambert-Wild a trouvé son clown et c’est de cette manière que Richard III est représenté. C’est un clown ivre de pouvoir mais pétri de peurs, c’est un homme face à lui-même. Pour accéder au trône, Richard III va user de nombreux stratagèmes. Chacune de ses victimes est un hologramme projeté sur des barbes à papa ou bien des bouches animées se trouvant sur le décor. Il y a de la musique et de nombreux sons qui donnent un rythme à la pièce. Les costumes de la comédienne sont d’époque, de magnifiques costumes qui montrent le rang social des personnages ou tout simplement qui ils sont. Jean Lambert-Wild est maquillé en clown. A la fin il apparaîtra dépenaillé dans une mise en scène spectaculaire avec des effets spéciaux. Il se laisse tomber dans le vide et se donne la mort. Il est suspendu dans le vide devant une image de ciel et beaucoup de lumière. C’est ainsi que se termine la pièce. Elodie Bordas et Jean Lambert-Wild nous présentent Richard III d’une manière particulière mais réussissent à envoûter et à capter l’attention du public.

L’Arche de Noé

Par ldesvignes - publié le vendredi 24 juin 2016 à 10:27
Un dialogue Peinture, Littérature, Théâtre et Musique


Droits réservés
Les élèves de 1ère option théâtre facultative ont vécu une expérience singulière puisqu’ils se sont produits, accompagnés par des musiciens, au musée des Beaux-Arts de Dijon, lors d’une nocturne, et également le lendemain devant une classe d’une école primaire. A l’origine de ce projet, la rencontre entre l’Association Arteggio et Elisabeth Barbazin, comédienne metteure en scène intervenant en option théâtre au lycée. Les élèves ont travaillé à partir du tableau L’Entrée des animaux dans l’arche attribué à Francesco Bassano, qui leur a été présenté au Musée des Beaux-Arts de Dijon. Ils ont tout d’abord écrit des textes sur des thématiques suggérées par le tableau, telles que la sélection des animaux, la révolte de ceux qui n’étaient pas choisis, la vie dans l’arche, auxquels nous avons ajouté des extraits de L’Arche de Noé de Jules Supervielle, du Chercheur d’or de J.M.G Le Clézio, et des « Elus », nouvelle d’Alejo Carpentier. Les textes ont été ensuite transmis aux musiciens du Pôle d’Enseignement Supérieur de la Musique associés à ce projet, qui ont sélectionné des extraits musicaux en fonction de ces textes et ont même mis en musique celui d’une élève. Les élèves, de leur côté, ont travaillé la mise en scène de leurs textes avec leur professeur et Elisabeth Barbazin. Le 27 avril, élèves et musiciens se sont rencontrés pour la première fois au musée pour répéter ensemble avant la soirée. Extraits musicaux de Serge Prokoviev, Maurice Ravel, Camille Saint-Saens, Igor Stravinsky…etc. interprétés par Thierry Juffard, Olivier Urbano, Laurent Kraemer, Youssef Messaoudi et la soprano, Evelyn Vergara, ont alterné avec le jeu des élèves devant le tableau.


Droits réservés

Droits réservés


Droits réservés



Page précédente | Page 1 sur 30 | Page suivante
Sorte de journal de bord pour les élèves de l'option théâtre facultative du lycée Montchapet, à Dijon (classes de seconde, première et terminale). Ils pourront présenter les spectacles auxquels ils assistent, mais aussi leur propre travail.
«  Octobre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Liens

Rubriques

Derniers commentaires

- demande urgent info difference entre les 2 opions théâtre 2ème ens exploration (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par ldesvignes)
- un remake du film de Hideo Nakata? (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par ldesvignes)
- Bonjour! (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade