Renoir fait son cinéma

Logan Lucky : une course à la richesse

Par madamecuicui - publié le mercredi 8 novembre 2017 à 02:21

       Logan Lucky est un titre plutôt ironique et en même temps révélateur d’une courte période de la vie mouvementée de deux frères : Les Logan (Channing Tatum et Adam Driver). Deux frères, une malédiction qui leur colle à la peau depuis tout petits. Cela ne va pas les empêcher de poursuivre leur but : cambrioler la banque de la course Charlotte Motor Speedway. Le seul problème est que leur principal associé est incarcéré. Les Logan n’ont aucune chance dans la vie, mais tout va changer...


©Fingerprint Releasing, All Rights Reserved / Claudette Barius

      Le réalisateur du film, Steven Soderbergh, était censé avoir mis fin à sa carrière dans le cinéma quelques années auparavant. Il revient pourtant avec Logan Lucky et un scénario très cliché : un cambriolage organisé et une incarcération. Le film se réfère aux films d’actions du type Fast and Furious. En effet, il met en avant des cascades spectaculaires bourrées de testostérone et d’effets spéciaux. Ce film se présente comme un drame policier il n’en reste pas moins humoristique, la voiture enflammée en est un parfait exemple. En effet, dans cette scène « stressante » les deux frères se comportent très sereinement, comme si leur acte n’était qu’une simple banalité.
       En deux heures, l’enthousiasme que j’éprouvais à l’idée de revoir Daniel Craig à l’écran, fut anéanti. C’était pour moi un acteur à l’image de films d’action à succès tel que James Bond. Dans Logan Lucky, il casse complètement cette image pour incarner une tête-brûlée. Mais c’est vrai qu’il incarne à merveille le bandit et également, l’ingénieur du groupe de malfaiteurs. Tous les personnages, sont des stéréotypes de la population américaine : une jeune femme affriolante (Riley Keough), une femme remariée (Katie Holmes) à un riche homme d’affaire (David Denman) et son ex-mari (Channing Tatum) qui connait la misère. Sans oublier la fierté américaine, avec le personnage de Clyde Logan (Adam Driver), un ancien soldat en Irak et amputé d’un bras. Le réalisateur trace alors un portrait critique de l’Amérique, bien loin de l’american dream.
        Le spectateur en sait parfois plus que les personnages, parfois il en sait moins, cela crée du suspens et de la surprise. Les répétitions de sons asynchrones font monter la tension du spectateur. Plus le film passe et plus le suspens dure, tout en conservant une dose d’humour.
         Un film qui offre un bon moment, conseillé à tous les amateurs d’action.

                               Emma, 1ère spécialité cinéma-audiovisuel

         



Page précédente | Page 5 sur 16 | Page suivante
«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Liens

Rubriques

Derniers commentaires

- <%RecentCommTitle%>

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade