Monplaisir Lettres

Le Diable amoureux de Cazotte : commentaire du discours amoureux de "la sylphide"

Par Céline Roumégoux - publié le vendredi 28 mai 2010 à 18:10 dans commentaires de romans classe de 1ière



Le Diable amoureux de Jacques Cazotte

 

En 1772, lorsque paraît Le Diable amoureux de Jacques Cazotte, c’est presque la fin du règne de Louis XV et les écrivains des Lumières ont fait paraître leurs œuvres majeures où triomphent la raison, la logique, la méthode expérimentale et l’examen critique de toutes les croyances, dogmes ou superstitions. C’est dire si cette nouvelle espagnole, selon le sous-titre de cette œuvre, va à l’encontre des principes et idéaux des Lumières. Quoique, sous l’égide de la Vérité dévoilée par la Raison et la Philosophie (voir les allégories du frontispice de l’Encyclopédie), les hommes des Lumières s’intéressaient beaucoup aux mystères ésotériques et pratiquaient en secret l’alchimie !



 Grotte des mystères


Mais dans le Diable amoureux, c’est au diable en personne qu’on a affaire ! Et un joli diable ! Une diablesse plutôt : Biondetta. Alvare, le narrateur de l’histoire, un jeune noble espagnol, en garnison en Italie, va par jeu et curiosité invoquer Béelzébuth, le démon, dans une grotte des  ruines de Portici, près de Naples. Une hideuse tête de chameau va alors apparaître, dans une fantasmagorie un peu grand-guignolesque, qui va poser en italien la question : Che vuoi ? Que veux-tu ? S’ensuit une série de métamorphoses au terme desquelles apparaît Biondetta, une femme magnifique et désirable. Mais qui est-elle ? Un simple avatar du diable ? Une pauvre sylphide incarnée par amour pour Alvare, comme elle le prétend plus tard ? Où est la réalité ? Où est l’illusion ? Cédons la parole à l’auteur lui-même qui dans la préface de la première édition  s’expliquait un peu malicieusement …

 

« […] qu’il nous soit permis seulement de dire un mot de l’ouvrage.

Il a été rêvé en une nuit et écrit en un jour : ce n’est point, comme à l’ordinaire, un vol fait à l’auteur ; il l’a écrit pour son plaisir et un peu pour l’édification de ses concitoyens, car il est très moral. Le style en est rapide ; point d’esprit à la mode, point de métaphysique, point de science, encore moins de jolies impiétés et de hardiesses philosophiques ; seulement un petit assassinat pour ne pas heurter de front le goût actuel, et voilà tout. Il semble que l’auteur ait senti qu’un homme qui a la tête tournée d’amour est déjà bien à plaindre ; mais que, lorsqu’une jolie femme est amoureuse de lui, le caresse, l’obsède, le mène et veut à toute force s’en faire aimer, c’est le diable.

Beaucoup de Français, qui ne s’en vantent pas, ont été dans des grottes faire des évocations, y ont trouvé de vilaines bêtes qui leur criaient che vuoi ? et qui, sur leur réponse, leur présentaient un petit animal de treize à quatorze ans. Il est joli, on l’emmène ; les bains, les habits, les modes, les vernis, les maîtres de toute espèce, l’argent, les contrats, les maisons, tout est en l’air ; l’animal devient maître, le maître devient animal. Eh ! Mais pourquoi ? C’est que les Français ne sont pas Espagnols ; c’est que le diable est bien malin ; c’est qu’il n’est pas toujours si laid qu’on le dit. »

 

Inspirée de l’illuminisme, cette nouvelle initiatique offre une vision de la condition humaine, des efforts de l’homme pour choisir librement sa voie, entre le Bien et le Mal, entre l’esprit et la matière, entre la lumière et l’ombre, entre la vérité et le mensonge, entre la tradition et l’esprit des Lumières.


Pour en savoir plus


sur le thème du diable en littérature, cliquez ICI


sur le roman gothique ICI


       sur le mythe de Faust ICI

           sur le roman fantastique ICI

Et surtout sur le roman au XVIIIe siècle ICI

 


L’extrait

(cliquez ici pour lire la nouvelle intégrale)

 

«  Il m’est permis de prendre un corps pour m’associer à un sage : le voilà. Si je me réduis au simple état de femme, si je perds par ce changement volontaire le droit naturel des Sylphides et l’assistance de mes compagnes, je jouirai du bonheur d’aimer et d’être aimée. Je servirai mon vainqueur ; je l’instruirai de la sublimité de son être dont il ignore les prérogatives : il nous soumettra, avec les éléments dont j’aurai abandonné l’empire, les esprits de toutes les sphères. Il est fait pour être le roi du monde, et j’en serai la reine, et la reine adorée de lui.
“ Ces réflexions, plus subites que vous ne pouvez le croire dans une substance débarrassée d’organes, me décidèrent sur-le-champ. En conservant ma figure, je prends un corps de femme pour ne le quitter qu’avec la vie.
“ Quand j’eus pris un corps, Alvare, je m’aperçus que j’avais un cœur. Je vous admirais, je vous aimais ; mais que devins-je, lorsque je ne vis en vous que de la répugnance, de la haine ! Je ne pouvais ni changer, ni même me repentir ; soumise à tous les revers auxquels sont sujettes les créatures de votre espèce, m’étant attiré le courroux des esprits, la haine implacable des nécromanciens, je devenais, sans votre protection, l’être le plus malheureux qui fût sous le ciel : que dis-je ? Je le serais encore sans votre amour. ”

Mille grâces répandues dans la figure, l’action, le son de la voix, ajoutaient au prestige de ce récit intéressant.
Je ne concevais rien de ce que j’entendais. Mais qu’y avait-il de concevable dans mon aventure ?
Tout ceci me paraît un songe, me disais-je ; mais la vie humaine est-elle autre chose ? Je rêve plus extraordinairement qu’un autre, et voilà tout.

Je l’ai vue de mes yeux, attendant tout secours de l’art, arriver presque jusqu’aux portes de la mort, en passant par tous les termes de l’épuisement et de la douleur.
L’homme fut un assemblage d’un peu de boue et d’eau. Pourquoi une femme ne serait-elle pas faite de rosée, de vapeurs terrestres et de rayons de lumière, des débris d’un arc-en-ciel condensés ? Où est le possible ?...
Où est l’impossible ?
Le résultat de mes réflexions fut de me livrer encore plus à mon penchant, en croyant consulter ma raison. »

 

Commentaire de texte, Le Diable amoureux, Jacques Cazotte, 1772

 

La sylphide amoureuse

 ou comment on peut tomber amoureux du diable !

 

Le Diable est le symbole même de la tentation, qui se « raffin[e] sur la manière de former ses attaques, en profitant des ruses que les hommes […] emploient réciproquement pour se corrompre », selon la définition du théologien Quebracuernos, personnage fictif remplissant le rôle de l’exorciste, porte-parole de la tradition, dans la nouvelle Le Diable amoureux de Jacques Cazotte, publiée en 1772. Dans l’extrait étudié (voir ci-dessus), cette figure tentatrice est « incarnée » par le Diable Biondetta qui, ayant subi une tentative d’assassinat à Venise et se remettant de ses blessures au bord de la Brenta, finit, avec ses propos séducteurs, par toucher le cœur d’Alvare et l’attirer par de formidables perspectives d’avenir. Nous nous demanderons comment ce discours tentateur provoque le trouble chez Alvare et parvient à l’envoûter. Nous étudierons ce discours de tentation puis nous verrons les conséquences de celui-ci sur l’esprit du jeune homme.

 

            Tout d’abord, Biondetta emploie un discours tentateur pour émouvoir son destinataire. En effet, elle invente en premier lieu une histoire des plus touchantes.

            Grâce au registre pathétique, la jeune femme narre son sacrifice malheureux. Elle, la sylphide, a sacrifié sa nature « spirituelle » pour s’incarner par amour ! Elle tente de provoquer l’apitoiement et le sentiment de remords chez le jeune Espagnol en se désignant par « l’être le plus malheureux qui fût sous le ciel ». L’utilisation de l’hyperbole amplifie son état de malheur. En outre, le fait qu’elle « serai[t] encore [malheureuse] sans [l’]amour d’Alvare », avec « le courroux » et « la haine implacable » de ses anciens alliés, insiste sur la situation intenable de Biondetta.

            Elle se dit blessée par la réticence amoureuse d’Alvare. C’est pourquoi elle lui reproche son premier comportement, en utilisant un vocabulaire péjoratif pour désigner sa « répugnance » et sa « haine » pour la soi-disant Sylphide. Elle souligne d’ailleurs sa désapprobation par une phrase exclamative : « mais que devins-je lorsque je ne vis en vous que de la répugnance, de la haine! ».

D’autre part, la jeune femme met en avant l’état de solitude qu’elle a éprouvé suite à sa transformation. En effet, la répétition de la conjonction de coordination « ni » dans : «  Je ne pouvais ni changer, ni même me repentir »   marque son impuissance face à la situation, et la préposition « sans » dans : «  je devenais, sans votre protection, l’être le plus malheureux qui fût sous le ciel »  marque sa vulnérabilité. Par ailleurs, Biondetta est « soumise » à cette solitude, ayant provoqué « le courroux des esprits » et « la haine implacable des nécromanciens » (pratiquants d’une science occulte qui prétend, par l’évocation des morts, révéler l’avenir) ainsi que le rejet d’Alvare.

            Ainsi ayant apitoyé le jeune Espagnol et l’ayant amené au remords, le Malin va se lancer dans une déclaration d’amour absolu, censée ouvrir à Alvare les portes de l’omniscience et de l’omnipotence.

           

Mais d’abord, Biondetta se livre à une véritable déclaration d’amour. C’est pourquoi le champ lexical de l’amour tel qu’ « être aimée » ou « cœur » est relativement abondant dans le texte. De plus, le parallélisme de la construction de « Je vous admirais ; je vous aimais » ainsi que sa gradation reflètent cet amour grandissant et sans limite de Biondetta pour Alvare. La jeune femme utilise donc la fonction expressive pour exprimer ses sentiments. On note que ce sentiment d’amour, omniprésent dans son discours, montre son importance fondamentale dans la vie de la Sylphide qui souhaite « jouir […] du bonheur d’aimer et d’être aimée ».

            Par conséquent, cet amour pour le jeune Espagnol l’a poussée à un énorme sacrifice : son incarnation en femme et la perte de son immortalité pour se lier à son bien-aimé. Cette concession est mise en évidence par sa soumission « au simple état de femme », bien moins prestigieux que le statut de Sylphide, d’autant plus qu’elle « perd […] par ce changement […] le droit naturel des Sylphides et l’assistance des [s]es compagnes ». Ainsi, elle joue sur la similitude entre son incarnation par amour pour le jeune homme et l’incarnation du Christ pour l’amour et le salut de l’humanité. Le Diable tente, de cette manière, de se lier encore plus au jeune homme par ce récit de sacrifice et surtout d’amour absolu.

           

De surcroît, le Malin tente de corrompre Alvare en jouant sur sa soif de savoir. Effectivement, Biondetta fait allusion à l’apprentissage des sciences secrètes en lui promettant (ce qu’elle ne fera jamais) de « l’instruir[e] de la sublimité de son être, dont il ignore les prérogatives ». En fait, elle lui promet un pouvoir absolu et sans limite : l’image d’Alvare, en « vainqueur », qui « soumettra » « les esprits de toutes les sphères ». En plus d’être le « roi du monde », la mention de « toutes les sphères » fait miroiter un pouvoir bien plus vaste. Mais les Lumières sont, elles aussi, tentées par les aspirations aux « pouvoir, savoir et vouloir ». Cazotte dénonce donc ici leurs prétentions « diaboliques ».

            Ainsi, le discours du Diable est-il tentateur par la narration d’un parcours douloureux et touchant, bien que fictif, mais aussi par l’amour sans borne de Biondetta, prête à livrer à son bien-aimé le secret du savoir et pouvoir absolus

 

           

En conséquence, ce discours ébranle le jeune homme et provoque le trouble en lui. En premier lieu, le personnage narrateur, Alvare remet en question la véracité de la situation: c’est le doute fantastique.

            Le texte relève du registre fantastique, voire mythologique, par les origines fictives de Biondetta : les « Sylphides », génies de l’air. On observe aussi le champ lexical de la magie et du surnaturel, comme les « esprits » ou les « nécromanciens ».

            Cependant, le doute fantastique se révèle par de nombreuses oppositions qui remettent en cause la véracité du discours du Diable. Par conséquent, on peut remarquer, dans les réflexions intérieures d’Alvare, l’opposition entre phrases négatives et interrogatives  avec le même mot ou dérivé : « Je ne concevais rien » et «  qu’y a-t-il de concevable ». Ainsi, Alvare apparente-t-il  la « vie », concrète et réelle, à un « songe ». Une phrase caractérise particulièrement le doute fantastique : « Où est le possible ?... Où est l’impossible ? » mettant en avant l’opposition des mots et leurs concepts, par le parallélisme de construction. Ainsi, ce doute fantastique représente-t-il le trouble et l’hésitation d’Alvare face à cette déclaration. De ce fait, le jeune homme finit par remettre en question les bases mêmes de la vie et de la nature humaine (et féminine !). C’est pourquoi le texte contient des questions rhétoriques montrant cette remise en question. Ces interrogations aux sujets fondamentaux telles que « la vie humaine est-elle autre chose [qu’un songe] ? » révèlent la profondeur du trouble provoqué par ce discours du Diable sur Alvare.

Mais va-t-il consulter sa raison ou se laisser aller à ses désirs ? 

 

Le personnage d’Alvare paraît comme envoûté suite à cette révélation. Tout d’abord, son trouble est tout autant moral que physique. C’est pourquoi Alvare reste sans voix et garde ses réflexions pour lui-même. Il est en attitude de choc et de panique. En effet, la multitude de questions représente la tentative vaine d’Alvare pour échapper à ses sentiments.

            Cependant, le vocabulaire qu’il emploie est subjectif et mélioratif en faveur de Biondetta. Ses « grâces » et son « prestige » révèlent bien l’irrésistible attirance du jeune homme pour le Malin qui l’a séduit et envoûté par son discours. Par conséquent, malgré sa tentative de raisonnement sur la vie et tout autre sujet que celui de Biondetta, sa faiblesse finit par l’entraîner sur le mauvais chemin. En effet, « le résultat de [s]es réflexions fut de [s]e livrer encore plus à [s]on penchant, en croyant consulter [s]a raison ». On peut considérer cette situation comme une attaque de l’auteur contre les philosophes des Lumières dans la mesure où la raison (ou son alibi) est ici un concept qui mène le penseur dans le piège du Diable (le désir matériel ou charnel).

            Alvare est donc en proie au doute le plus profond face à ce discours qui l’envoûte. Il résiste vainement aux avances de Biondetta et finit, en voulant s’opposer, par confirmer ses sentiments et s’enfoncer un peu plus dans la gueule grande ouverte du démon.

 

            En conséquence, le discours de la pseudo-Sylphide, par un récit poignant et l’aveu d’un amour sans limite, jusqu’à proposer d’instruire le jeune Alvare aux sciences secrètes, est une fine ruse du Malin pour le tenter par ses faiblesses, représentatives de celles des Lumières attirées par « vouloir, pouvoir et savoir ». Cependant, Cazotte est partagé entre son goût pour l’Illuminisme et le danger qu’il comporte vers le diabolisme. Cette hésitation, ce doute, renforcent le fantastique de la nouvelle. Enfin, Alvare, grandement troublé par la déclaration de la jeune femme tente de résister à ce délicieux piège mais est comme hypnotisé par la tentatrice Biondetta et s’adonne finalement à sa passion. « C’est que le diable est bien malin ; c’est qu’il n’est pas toujours si laid qu’on le dit » selon les dires ironiques de Cazotte lui-même. C’est pourquoi ce discours tentateur provoque un trouble chez le jeune homme et parvient à l’envoûter jusqu’au sursaut final qui, grâce à Quebracuernos (casse cornes !), le rétablira dans la voie du bien, de la saine tradition et de la sagesse. Le genre fantastique, initié par la nouvelle de Cazotte, sera suivi au XIXème siècle par les auteurs romantiques ; c’est l’aube d’un nouveau genre, le roman noir, qui évoluera encore avec Poe, puis Maupassant. Au fil des années, le genre fantastique s’est donc épanoui jusqu’à développer des récits fantasmagoriques comme « l’héroïc fantasy ». De nos jours, ce genre occupe une place importante dans la littérature.

 

Julie, 1ère S1 (mai 2010)

Tous droits réservés




Faites part de vos réactions à Julie, ci-dessous !


Très bon commentaire

Publié le dimanche 14 novembre 2010 à 11:21 par Visiteur non enregistré
Vraiment complet, bien structuré, c'est un commentaire de qualité ; évidemment la perfection n'existant pas on peut toujours trouver des détails qui ne vont pas mais dans l'ensemble ce commentaire est vraiment représentatif de l'œuvre.
Étant en série S moi aussi je suis un peu étonné de voir du si bon français (quoi que).
Sur ce bonne continuation.

Page précédente | Page 57 sur 112 | Page suivante
Un lycée situé dans un quartier qui se nomme Monplaisir, c'est déjà tout un programme ! Mais faire des Lettres un plaisir, c'est encore mieux ! Vous trouverez ici des commentaires de poèmes, de romans, de pièces de théâtre, de textes argumentatifs, de tableaux. Mais aussi des dissertations, des sujets d'invention et des conseils de méthodes. On mettra en valeur également les meilleures productions des lycéens.
«  Juillet 2014  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031 

Derniers commentaires

- La mort de Madame Bovary (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
- remerciement (par Visiteur non enregistré)
- Oral bac de français (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade