Monplaisir Lettres

Atala, commentaire de la mort d’Atala, Chateaubriand

Par Céline Roumégoux - publié le vendredi 5 juin 2009 à 06:00 dans commentaires de romans classe de 1ière

Atala au tombeau, par Girodet, 1808 - Musée du louvre

 La mort d’Atala

Ici la voix d’Atala s’éteignit ; les ombres de la mort se répandirent autour de ses yeux et de sa bouche ; ses doigts errants cherchaient à toucher quelque chose ; elle conversait tout bas avec des esprits invisibles.

 Bientôt, faisant un effort, elle essaya, mais en vain, de détacher de son cou le petit crucifix ; elle me pria de le dénouer moi-même, et elle me dit :

    « Quand je te parlai pour la première fois, tu vis cette croix briller à la lueur du feu sur mon sein ; c’est le seul bien que possède Atala. Lopez, ton père et le mien, l’envoya à ma mère, peu de jours après ma naissance. Reçois donc de moi cet héritage, ô mon frère, conserve-le en mémoire de mes malheurs. Tu auras recours à ce Dieu des infortunés dans les chagrins de ta vie. Chactas, j’ai une dernière prière à te faire. Ami, notre union aurait été courte sur la terre, mais il est après cette vie une plus longue vie. Qu’il serait affreux d’être séparée de toi pour jamais! Je ne fais que te devancer aujourd’hui, et je te vais attendre dans l’empire céleste. Si tu m’as aimée, fais-toi instruire dans la religion chrétienne, qui préparera notre réunion. Elle fait sous tes yeux un grand miracle cette religion, puisqu’elle me rend capable de te quitter, sans mourir dans les angoisses du désespoir. Cependant, Chactas, je ne veux de toi qu’une simple promesse, je sais trop ce qu’il en coûte, pour te demander un serment. Peut-être ce vœu te séparerait-il de quelque femme plus heureuse que moi... O ma mère, pardonne à ta fille. O Vierge, retenez votre courroux. Je retombe dans mes faiblesses, et je te dérobe, ô mon Dieu, des pensées qui ne devraient être que pour toi ! »

    Navré de douleur, je promis à Atala d’embrasser un jour la religion chrétienne. A ce spectacle, le Solitaire se levant d’un air inspiré, et étendant les bras vers la voûte de la grotte : « Il est temps, s’écria-t-il, il est temps d’appeler Dieu ici ! »

   A peine a-t-il prononcé ces mots, qu’une force surnaturelle me contraint de tomber à genoux, et m’incline la tête au pied du lit d’Atala. Le prêtre ouvre un lieu secret où était renfermée une urne d’or, couverte d’un voile de soie ; il se prosterne et adore profondément. La grotte parut soudain illuminée ; on entendit dans les airs les paroles des anges et les frémissements des harpes célestes ; et lorsque le Solitaire tira le vase sacré de son tabernacle, je crus voir Dieu lui-même sortir du flanc de la montagne.

    Le prêtre ouvrit le calice ; il prit entre ses deux doigts une hostie blanche comme la neige, et s’approcha d’Atala, en prononçant des mots mystérieux. Cette sainte avait les yeux levés au ciel, en extase. Toutes ses douleurs parurent suspendues, toute sa vie se rassembla sur sa bouche ; ses lèvres s’entrouvrirent, et vinrent avec respect chercher le Dieu caché sous le pain mystique. Ensuite le divin vieillard trempe un peu de coton dans une huile consacrée ; il en frotte les tempes d’Atala, il regarde un moment la fille mourante, et tout à coup ces fortes paroles lui échappent : « Partez, âme chrétienne: allez rejoindre votre Créateur! » Relevant alors ma tête abattue, je m’écriai, en regardant le vase où était l’huile sainte : « Mon père, ce remède rendra-t-il la vie à Atala? » « Oui, mon fils, dit le vieillard en tombant dans mes bras, la vie éternelle! » Atala venait d’expirer.

Atala (1801) de François-René de Chateaubriand

 

Chactas sur la tombe d’Atala, sculpture de Francisque Joseph Duret (1835)

 jardin du musée des beaux-arts à Lyon (place des Terreaux)

 

Le titre complet de ce court roman détaché de l’épopée en prose des Natchez est Atala ou les amours de deux sauvages dans le désert. Il fut inséré dans l’édition anglaise du Génie du Christianisme ; en France, il fut publié un an avant le Génie, en 1801.

Le voyage que Chateaubriand fit en Amérique l’a inspiré. L’action se passe en Louisiane et en Floride. Atala et Chactas appartiennent à deux tribus indiennes ennemies mais ils s’aiment. Le hasard a voulu que le père naturel d’Atala devienne le père adoptif de Chactas ; les deux amoureux fuient dans la forêt et sont recueillis par un missionnaire, le père Aubry.

La scène de notre étude se situe dans la troisième partie, à la fin du roman. Alors que les deux jeunes gens s’apprêtaient au mariage avec la bénédiction du religieux, Atala, par fidélité à un vœu de virginité fait jadis à sa mère, s’est empoisonnée pour ne pas être parjure. Le narrateur de l’histoire est Chactas lui-même et le narrataire est René, un Français.

Cette scène se décompose en deux tableaux : le testament d’Atala et le sacrement de l’extrême onction. Nous étudierons successivement ces deux mouvements du texte.

 

I) Le testament d’Atala

 

Nous verrons comment, malgré le caractère édifiant et solennel de ce passage, la passion amoureuse apparaît.

- Dans le premier paragraphe, on assiste à une véritable mise en scène des dernières paroles d’Atala. La syntaxe paratactique (parataxe = succession d’indépendantes) suggère un rythme syncopé exprimant le déclin des forces de l’héroïne : sa voix faiblit et elle perd son souffle : « la voix d’Atala s’éteignit … elle conversait tout bas avec des esprits invisibles ».

- La mort est euphémisée par une périphrase : « les ombres de la mort » et par un geste significatif des mourants : « ses doigts errants cherchaient à toucher quelque chose ».

- Le vocabulaire du mystère est associé à celui de la mort : « errants …quelque chose … esprits invisibles ». Le préambule est stylisé, on est préparé à l’inévitable.

- La première phrase du deuxième paragraphe mime par son rythme et sa syntaxe les efforts d’Atala : « Bientôt, faisant un effort, elle essaya, mais en vain, de détacher de son cou le petit crucifix. » Les cinq membres irréguliers et l’allitération des sifflantes (z, f, s) sont expressifs : Atala est à bout de force et de souffle et pourtant elle s’apprête à parler. On s’attend donc à des propos solennels et définitifs.

- Le don de la croix est doublement symbolique : c’est d’abord un geste de chrétienne fidèle à son serment mais c’est aussi un échange amoureux : « elle me pria de le dénouer moi-même. » Le discours qui suit va montrer qu’il s’agit d’une sorte de gage d’amour.

Malgré son état de faiblesse, Atala prononce un discours très composé avec :

- Un rappel du passé, destiné à attendrir Chactas : « Quand je te parlais pour la première fois ».

- Une demande de promesse : «  Chactas, je ne veux de toi qu’une simple promesse », où transparaissent toute sa vertu et sa piété et qui est destinée à édifier. La demande de conversion de Chactas est aussi un moyen spirituel de s’assurer de sa fidélité et d’espérer une union mystique éternelle.

- Un aveu de faiblesse : « Je retombe dans mes faiblesses » qui laisse place à la passion mal contenue.

La composition de sa tirade est significative : la demande de conversion est encadrée par des considérations sentimentales, les souvenirs et l’expression de l’amour qu’elle porte à Chactas. Si la passion est occultée, elle est pourtant bien présente.

La distanciation est d’abord mise en avant :

- par les désignations de Chactas : « O mon frère … Ami », qui tendent à rendre leur lien fraternel et sans passion.

- par l’allusion à Lopez : « ton père et le mien », qui renforce encore ce lien innocent et naturel.

- par des formules proches de la liturgie : « Reçois donc de moi cet héritage … conserve-le en mémoire de mes malheurs », ce qui a pour effet de solenniser ses propos.

- par l’utilisation du vocabulaire religieux : « ce dieu des infortunés … une dernière prière … miracle … religion ».

- par des futurs prophétiques : « Tu auras recours … qui préparera notre réunion ».

- par le don de la croix, symbole de sacrifice et de salut éternel.

Pourtant, sous ces précautions de bienséance, l’intimité amoureuse est décelable :

- par le vocabulaire de l’amour : « notre union … si tu m’as aimée … notre réunion … quelque femme plus heureuse que moi ».

- par le conditionnel de doute : « Qu’il serait affreux d’être séparé de toi pour jamais ! … Peut-être ce vœu te séparerait-il de quelque femme ». Ce doute par rapport au choix de mourir qu’Atala a fait se retrouve aussi dans la distinction qu’elle établit entre la promesse et le serment qu’elle veut obtenir de Chactas : « je ne veux de toi qu’une simple promesse ; je sais trop ce qu’il en coûte, pour te demander un serment ». La jalousie anticipée à peine dissimulée qu’elle manifeste pour une éventuelle rivale révèle la force de sa passion et le regret d’avoir fait un vœu de célibat lui pèse. Peut-être, d’ailleurs, attend-elle un démenti de la part de Chactas malgré la grandeur d’âme et le désintéressement dont elle fait preuve.

- par l’évocation de souvenirs tendres : « Quand je te parlais pour la première fois … tu vis cette croix briller … sur mon sein ».

Ce monologue, avant de s’achever sur des invocations pieuses, s’arrête sur une allusion au bonheur humain, comme si Atala se rendait compte de l’inanité de son enthousiasme religieux avant d’y retomber juste avant de mourir. Ce discours emphatique et édifiant masque mal le naturel de la passion. Ce testament solennel est surtout une ultime déclaration d’amour.

 

La mort d’Atala de Cesare Mussini

En réalisant « La mort d’Atala » Cesare voulut honorer le grand écrivain français de près de 40 ans son aîné, alors Ambassadeur de France auprès du Vatican. Bien sûr il s’était inspiré du tableau de Girodet peint en 1801 au lendemain de la parution du « Génie du Christianisme » dont Atala était le prélude, mais il avait voulu en accentuer les contrastes de lumière pour mieux restituer la description romantique qu’en avait fait Chateaubriand. Pour cela il avait construit dans son studio une grotte de grandeur naturelle, seulement éclairée par la bougie de la lanterne du père Aubry et la pâle lueur lunaire que tamisait encore un rideau.
Chateaubriand fut enthousiasmé. Il lui rendit visite plusieurs fois à son studio.
D’après l’étude du docteur Guy Leclerc.  

 

II) L’extrême-onction

 

Nous verrons comment dans ce passage les visions chrétienne et païenne se combinent pour atteindre le merveilleux.

- La notion de spectacle est explicitement annoncée dès la reprise de la narration : « A ce spectacle, le Solitaire se levant d’un air inspiré, et étendant les bras vers la voûte de la grotte ». Le rythme croissant de cette phrase mime à la fois le mouvement du prêtre et l’imminence du merveilleux sacré de la cérémonie qui va commencer.

- Les paroles du père Aubry : « Il est temps, s’écria-t-il, il est temps d’appeler Dieu ici ! », par la reprise emphatique du premier membre de phrase, font penser à des incantations magiques

- Le surgissement du merveilleux se produit à la phrase suivante : « A peine a-t-il prononcé ces mots, qu’une force surnaturelle me contraint de tomber à genoux, et m’incline la tête au pied du lit d’Atala » ; l’opposition dans les mouvements du prêtre qui s’élève et de Chactas qui s’incline provoque un effet dramatique et symbolique : le païen ne peut qu’être foudroyé par la puissance de Dieu alors que l’initié peut se dresser en l’invoquant. Le contraste ainsi fixé donne une gestuelle dramatique, au sens théâtral du terme.

- Dans les lignes qui suivent, on assiste à un véritable brouillage entre le lexique du merveilleux païen (« un lieu secret, une urne d’or couverte d’un voile de soie, la grotte parut soudain illuminée, des mots mystérieux ») et celui du sacré chrétien (« le prêtre, les paroles des anges, tabernacle, Dieu, le calice, une hostie, le pain mystique, une huile consacrée »). Cet amalgame s’explique par la connaissance a posteriori de Chactas converti au catholicisme. Il y a donc un décalage entre l’ignorance du héros au moment des faits qu’il rapporte et ses connaissances ultérieures.

- Le rituel de l’extrême onction est un impressionnant spectacle merveilleux avec des effets de lumière (« la grotte … illuminée »), une animation sonore (« on entendit dans les airs les paroles des anges et les frémissements des harpes célestes »), une apparition d’un deus ex machina (« je crus voir Dieu lui-même sortir du flanc de la montagne »). La grotte est un lieu doublement symbolique : une sorte de matrice originelle ou un lieu d’initiation et de méditation où se réfugiaient les ermites.

- La communion d’Atala est, elle aussi, perçue par Chactas comme un acte magique. « Les mots mystérieux » prononcés par le prêtre et « l’hostie blanche comme la neige » provoquent chez la jeune fille une réaction à la fois mystique (« les yeux levés au ciel, en extase ») et sensuelle (« toute sa vie se rassembla sur sa bouche ; ses lèvres s’entr’ouvrirent ») et, comme dans le passage de l’« Hercule » de Paul et Virginie, l’aspect trop visiblement charnel est atténué par l’emploi du mot « respect » (« et vinrent avec respect chercher le Dieu caché sous le pain mystique »). Chactas est tellement impressionné par ce rite chrétien qu’il en devient distant dans sa manière de désigner sa bien-aimée : « Cette sainte, la fille mourante ».

- Le prêtre administre alors l’extrême-onction à Atala. Le présent de narration actualise et dramatise ses actes (« Ensuite le divin vieillard trempe un peu de coton … il en frotte … il regarde »). Le final est tout à fait dans le registre pathétique de l’époque avec l’injonction solennelle du prêtre (« Partez, âme chrétienne, allez rejoindre votre Créateur »), la naïveté de Chactas qui croit que l’huile consacrée est une potion magique (« ce remède rendra-t-il la vie à Atala ») et la réponse en forme d’antanaclase (terme de rhétorique : répétition d’un même mot en des sens différents) du prêtre qui joue sur le sens du mot « vie » en ajoutant une épithète (« la vie éternelle »). L’accolade des deux hommes (« dit le vieillard en tombant dans ses bras ») complète le tableau émouvant. La dernière phrase (« Atala venait d’expirer ») très courte et qui s’apparente à un constat en éludant le moment de la mort achève de sublimer la scène en rendant effectives les invocations du prêtre.

Le sacré et le merveilleux ne s’opposent qu’en apparence dans cet épisode. Si le païen qu’était alors Chactas ne fait pas la différence entre magie et religion, le chrétien qu’il est devenu et qui raconte à René sait faire la distinction. Chateaubriand avait l’intention d’utiliser ce roman pour illustrer Le Génie du Christianisme, afin de montrer selon les paroles du père Aubry : « les dangers de l’enthousiasme et du défaut de lumières en matière de religion ». Atala pouvait se faire relever de ses vœux et ainsi épouser Chactas au lieu de se suicider, ce qui est un péché mortel ! L’auteur voulait aussi montrer la beauté et la grandeur des cérémonies chrétiennes qui frappent l’imagination et le cœur. Et puis, l’amour humain provoque une conversion au christianisme, ce qui est touchant.

Comme celle de Julie dans La Nouvelle Héloïse, la mort d’Atala ne se produit pas dans l’intimité des deux amoureux puisque le prêtre est là et qu’il captive l’attention de Chactas au point de le rendre plus attentif aux phases de la cérémonie qu’aux derniers instants de sa bien-aimée. Le père Aubry vole en quelque sorte Atala à Chactas, tout comme Claire se substituait au mari et à l’amant. En comparaison, des Grieux dans Manon Lescaut est beaucoup plus proche de Manon que les deux autres et Paul dans Paul et Virginie.

 

Chateaubriand, sculpture de Alphonse Terroir (1930) à Combourg

 

Etude thématique abrégée :

 

Nous nous contenterons ici de donner des orientations générales ; les compléments sont à prendre dans l’analyse linéaire ci-dessus. L’étude peut s’organiser autour de trois axes : l’amour profane, le merveilleux et la vision chrétienne et morale.

 

1) L’amour profane

 

A) La situation pathétique des amoureux

B) Les manifestations de l’amour

C) Un monologue comme ultime déclaration d’amour

 

2) Le merveilleux

 

A) L’exotisme du cadre et la grotte aux merveilles

B) Le rituel magique de l’extrême-onction

C) Les gestes symboliques des personnages

 

3) La vision chrétienne et morale

 

A) Un fin chrétienne édifiante et la pression pour convertir Chactas

B) La présence du prêtre et du sacrement

C) Les traces de l’initiation religieuse de Chactas

 


Tous droits réservés



Retrouvez-nous aussi sur

Littérature-et-Commentaires

 

hi

Publié le mardi 8 décembre 2009 à 19:46 par Visiteur non enregistré
il est trop bien fait ton truc

la mort d'Atala par Cesare Mussini

Publié le samedi 25 septembre 2010 à 23:48 par Visiteur non enregistré
Merci d'avoir publié textuellement mon récit de la rencontre méconnnue à Rome, Chateaubriand-Cesare Mussini, et plus particulièrement de la volonté du peintre d'honorer le grand écrivain alors ambassadeur à Rome auprès du St Siège par son propre tableau en s'inspirant de Girodet mais avec son propre éclairage. Ce récit a été publié dans ma biographie de Cesare Mussini sur le site de la firme Schmincke
Et bravo pour la longue et très claire analyse de ce thème
Dr.Guy Leclerc ( identifié mais piètre informaticien)

Cesare Mussini La mort d'Atala

Publié le mercredi 6 octobre 2010 à 23:27 par Visiteur non enregistré
J'aimerais ajouter aux louanges que je fis à l'auteur de l'article ( soit d'avoir cité une partie de ma biographie de Cesare Mussini concernant sa rencontre avec Chateaubriand à Rome ) celles que me fit le 20 juin 2004 mon vieil ami Jean d'Ormesson dont Chateaubriand est l'idole
" vous m'avez écrit une lettre délicieuse...Votre lettre m'a époustouflé par son savoir.Elle m'a beaucoup intéressé.Je m'en voudrais de ne pas vous le dire. Je la conserve précieusement.Vous m'avez beaucoup appris sur l'entourage de Chateaubriand et de Cesare Mussini à Rome...".Je ne manquerai pas de lui citer votre article dans ma prochaine lettre prévue pour lui adresser d'autres notes biographiques et 2 poèmes que je lui ai dédiés ( écrits sous mon pseudo Guy le Clerc Johanny, pour me démarquer de tant de Guy Leclerc). Je regrette hélas de figurer dans les non inscrits alors que je le suis mais dont les données ont été effacées. Voici donc pour vous un bravo renforcé. Au plaisir de vous lire encore Dr.Guy Leclerc

Réponse à Monsieur leclerc

Publié le jeudi 7 octobre 2010 à 10:23 par Roumegoux
Si la citation que je me suis permis de faire de votre travail contribue à le rendre plus visible, je m'en réjouis. Merci pour votre commentaire et votre gentillesse.

Commentaire sans titre

Publié le mercredi 23 mars 2011 à 22:25 par Visiteur non enregistré
Très bien fait, merci pour l'inspiration!

<i>Commentaire sans titre</i>

Publié le mardi 5 juin 2012 à 22:41 par Visiteur non enregistré
Je pense que votre texte, par son intelligence et par sa justesse, ne fait que masquer l'intérêt cet extrait d'Atala. Car Atala, qui était pour Chateaubriand une réponse, est avant tout pour le lecteur une question : Atala a-t-elle le droit de sacrifier son amour pour sa religion ? Le missionnaire est-il un guide ou un empoisonneur ?
Si la littérature se bornait à produire des textes stylistiquement superbes pour produire une beauté purement formelle, c'est-dire sans contenu mettant l'humain en question, pour paraphraser Pascal, elle ne vaudrait pas une heure de peine.

Réponse :
La question que vous formulez est tout à fait fondée. Chateaubriand a écrit ce roman pour faire l'apologie du christianisme et la date de publication correspond au Concordat que Bonaparte, premier consul avait fait signer pour rétablir les relations de la France avec la papauté. C'est donc une oeuvre de propagande du christianisme mais l'auteur y mêle le registre tragique dans la mort d'Atala. L'amour profane et l'amour sacré sont donc ici en conflit. Mais c'est surtout le "manque de lumières" en matière de religion qui provoque ce suicide même si cette fin édifiante contribue à la conversion d'un "sauvage". Chateaubriand ne fait pas que suivre l'air du temps qui réhabilite la religion chrétienne, il montre les dangers d'une sorte de fanatisme favorisé par l'ignorance qui conduit à une tragique méprise.
Merci d'avoir contribué à la réflexion sur ce texte.

Modifié par Roumegoux le mercredi 6 juin 2012 à 07:55

Précisions

Publié le mercredi 6 juin 2012 à 21:38 par Visiteur non enregistré
Je m'aperçois, en relisant mon commentaire et en découvrant votre réponse, que je n'ai pas été très clair concernant mes intentions. Veuillez m'en excuser. Je voulais exprimer une idée qui dépasse le texte même de Chateaubriand et qui porte sur l'enseignement de la littérature. Votre commentaire de l'extrait d'Atala est ce que je nomme « un commentaire savant ». Cela n'a pas du tout une connotation péjorative mais indique, à mes yeux, une différence entre la compréhension littérale d'un texte, c'est-à-dire la compréhension du sens de ce qui est écrit ; et une autre forme de compréhension qui se situe comme au-delà du texte, une compréhension qui naît d'une confrontation des idées produites par le texte avec la vie du lecteur.
Pour prendre l'exemple de cet extrait d'Atala, votre analyse produit chez le lecteur une compréhension littérale du texte, c'est-à-dire une compréhension permettant au lecteur de saisir la construction formelle du texte dans sa relation aux idées produites. En ce sens, l'analyse des procédés stylistiques, dans leurs relations avec les idées véhiculées dans et par le texte, me paraît importante pour produire chez le lecteur ce type de compréhension. Mais, et c'est là où véritablement se trouve ma question, se borner à ce type de compréhension n'est-ce pas donner l'idée fausse aux élèves que la beauté et l'importance d'un texte littéraire de qualité réside uniquement dans sa construction formelle ou, plus particulièrement, dans la mise en lumière qu'il effectue entre la forme et l'idée qu'il produit ? Car, la littérature de qualité, contrairement à ce que pourrait laisser croire le magnifique costume dont elle se pare pour orner ses idées, n'est pas cette douceur qui fait passer une bonne soirée, confortablement assis dans dans un canapé. Elle est une véritable rencontre ; un choc qui produit chez le lecteur un déséquilibre qui engendre lui-même la nécessité d'un questionnement. Elle est plutôt de l'ordre de la douleur, de la nécessité et de l'urgence. On ne passe pas une bonne soirée mais souvent une mauvaise nuit. Car Atala est-elle digne de son propre amour en le transfigurant de manière religieuse ? Ne commet-elle pas un crime ? A quelles conditions sommes-nous dignes de l'amour que nous portons en nous ? Cette question est, à mes yeux, ce choc produit par Atala de Chateaubriand. Et c'est pour cette raison seulement, qu'Atala est une « œuvre », au sens fort du terme. Je pense que l'analyse littérale du texte littéraire, aussi intelligemment menée comme vous savez le faire, demeure orpheline d'un sens qui la dépasse mais qui pourtant en justifie l'existence. L'analyse littérale, qui est celle pratiquée dans les écoles, n'est pas suffisante pour faire des élèves des « lecteurs ». Je pense qu'il faut aller plus loin et montrer aux élèves que la compréhension littérale du texte aboutit à la mise en questionnement du lecteur, de sa vie même. Je suis convaincu que c'est seulement à cette condition que la littérature justifie son existence dans la vie humaine.
Merci de m'avoir lu.
Bien cordialement.
Un lecteur.

Réponse :
Merci pour votre réflexion détaillée et profonde. Vous avez tout à fait raison : la littérature, la vraie parle au coeur et à l'esprit et le lecteur trouve dans la lecture plus un questionnement qui le pousse à considérer le sens de sa vie et de la vie tout court plutôt que des réponses toutes faites. Dans l'écriture de qualité, le lecteur et l'auteur communiquent de coeur à coeur et d'esprit à esprit, pour s'élever, s'ouvrir au monde et nourrir l'espérance dans l'humanité qui globalement progresse dans la voie de la sagesse malgré de fâcheux ratés de recul bien trop nombreux.
Mais voilà, nous préparons des jeunes de 17 ans à l'épreuve anticipée de français du bac, et dans des séries scientifiques et technologiques et il faut bien d'abord qu'ils comprennent ces grands textes, puis nous devons leur donner les moyens de les analyser avec des méthodes et des notions techniques. L'épreuve du commentaire est codifiée, il faut qu'ils la maîtrisent pour réussir l'examen. S'ils y ont gagné en discernement et s'ils ont pris goût à la lecture attentive, alors on aura été utile au delà de l'examen ...
Merci, monsieur, pour votre magnifique billet.

Modifié par Roumegoux le vendredi 8 juin 2012 à 15:53

Page précédente | Page 74 sur 111 | Page suivante
Un lycée situé dans un quartier qui se nomme Monplaisir, c'est déjà tout un programme ! Mais faire des Lettres un plaisir, c'est encore mieux ! Vous trouverez ici des commentaires de poèmes, de romans, de pièces de théâtre, de textes argumentatifs, de tableaux. Mais aussi des dissertations, des sujets d'invention et des conseils de méthodes. On mettra en valeur également les meilleures productions des lycéens.
«  Novembre 2014  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Derniers commentaires

- Génial (par Visiteur non enregistré)
- Merci (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
- (y) (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade