LE PLAISIR DU TEXTE

Jules

Par Lamartine - publié le mardi 1 décembre 2015 à 12:32 dans Le conte 6ème

                   

  L’aventure d’Aymeric                           

 

Il était une fois dans un village en Gaule, un homme qui vivait dans une petite maison. Il était vendeur, il vendait des fruits. Il n’était ni pauvre ni riche,  il avait de quoi se nourrir, s’habiller. Il s’appelait Aymeric, il vivait seul. Il n’était pas très beau mais il avait un très bon caractère. Le roi du village avait une fille qui se nommait Camille. La princesse voulait se marier, son père n’était pas du même avis, mais la princesse lavait convaincu de la marier.  Le roi était rusé, il avait mis au point un piège : ceux qui voulaient l’épouser devaient traverser plusieurs longs chemins, et tuer un dragon au bout du dernier chemin, dans une grotte mais il n’y avait aucun dragon. Il fallait rapporter la peau du dragon, si on ne le faisait pas, on ne pourrait pas épouser la princesse.

Aymeric voulait épouser la princesse. Donc il rencontra le roi qui accepta de le laisser partir. Aymeric se prépara à partir; il prit une veste, un sac, de l’eau...Quand il s’apprêta à sortir du village, une vieille sorcière voulut que Aymeric l’aide à porter ses courses. Aymeric accepta. En échange de sa gentillesse, la sorcière lui offrit une flûte.

-Souffle dans la flûte quand tu auras un problème, et encore merci, dit la sorcière.

Aymeric prit la flûte en la remerciant et il la mit dans son sac. Puis  il reprit son chemin. À la sortie du village, un garde lui dit :

-        Il est interdit de sortir du village.

Une petite fille qui était à côté de Aymeric interpela le garde :

- Et regarde, c’est quoi ça ?

 Le garde tourna la tête pendant quelques secondes. La petite fille tira vite Aymeric vers la sortie en  courant. Aymeric remercia la jeune fille et lui raconta qu’il voulait épouser la princesse. La jeune fille demanda  de  l’accompagner. Aymeric accepta. Ils commencèrent à  marcher le long du chemin  jusqu’à ce qu’ils arrivent à un énorme  pont très étroit. Ils le traversèrent avec prudence, la nuit tombait petit à petit. Quand ils eurent réussi à traverser le pont, la nuit était déjà  tombée. Ils firent un feu pour dormir car ils étaient fatigués. La  jeune fille prit la parole :

- Quand tu auras vaincu le dragon, il te faudra un surnom de héros, je te propose Darus du nord. Aymeric avait  froid aux mains, il mit donc ses mains dans sa poche et il trouva dans sa poche une bouteille de verre  avec un mot : Aymeric il n’y a pas de dragon cela sert à rien. Signé : la princesse. Aymeric était déçu  mais il eut une idée : il souffle dans sa flûte et d’un coup de la peau de vache et des écailles de poissons une sorte de peau visqueuse. Aymeric porta la peau avec l’aide  de la jeune fille. Ils rentrèrent au village et Aymeric montra la peau qui ressemblait à celle d’un dragon au rois, le rois bouche bée, il laissa Aymeric épouser sa fille et ils eurent des enfants.

 

                                             Fin

Commentaire sans titre

Publié le mercredi 9 décembre 2015 à 07:48 par Visiteur non enregistré
Je s'avais que ton conte aller être bien!

Page précédente | Page 117 sur 236 | Page suivante
Travaux d'écriture d'élèves du collège Lamartine à Paris.
«  Décembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Liens

Derniers commentaires

- Commentaire sans titre (par Lamartine)
- Paola (par Visiteur non enregistré)
- : (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Lamartine)
- Travail d'arsene (par Lamartine)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade