Elèv/ation

Dom Juan à Orléans : sortir, se cultiver et réussir au bac !

Par Laucun - publié le 2017-nov.- 3 à 10:42 dans Théâtre


Réussir : je sors, je respire, je me cultive.


A voir :

https://www.youtube.com/embed/Iw8Bw9dOvAg




"POUR MONTER LE DOM JUAN de Molière, il faut d’abord croire profondément, sincèrement, à la pièce et au génie de celui qui l’a écrite. Il faut croire au génie de Molière. Dom Juan n’est pour nous ni une théorie, ni une démonstration, ni l’occasion d’une polémique. Et il ne faut pas aller à Dom Juan comme à un rendez-vous habituel, averti de l’interlocuteur ou du partenaire qu’on va rencontrer ; il faut y aller curieux de la nouveauté d’une approche, avides de neuf."

Louis Jouvet



« À un thème détrempé dans le comique et le burlesque, Molière donne soudain une authenticité profonde et pose aux spectateurs l’interrogation d’un moraliste véritable : c’est l’angoisse de l’homme vis-à-vis de son destin. » Louis Jouvet Dom Juan dilapide et défie ; en bafouant fidélité, honneur, respect, dévotion, il ébranle l’ordre social, religieux et familial. Mais où conduit cette liberté sans objet ? Quel écho cette revendication de souveraineté trouve-t-elle aujourd’hui ? Et quel serait le profil du « grand seigneur méchant homme ? »


Anne Coutureau a présenté, au Théâtre de la Tempête, Naples millionnaire ! d’Eduardo De Filippo, Prix du public de la meilleure mise en scène, Beaumarchais 2012.



Dom Juan, le désir et le ciel N’ayant peur de rien et ne reconnaissant « ni Dieu ni maître » autre que son propre désir, Dom Juan menace l’ordre du monde, et le monde se charge de le lui rappeler. Il devient dès lors un révélateur de la comédie sociale et de l’ambiguïté de la vertu, car tous les personnages semblent prisonniers d’une morale figée ou d’un intérêt personnel déguisé. Face à eux, Dom Juan manifeste une extraordinaire puissance de vie et fait preuve d’un courage et d’une exigence hors du commun. Qui l’arrêtera alors ? Dom Juan aimerait trouver sur son chemin une force qui le dépasse et cette quête l’entraîne au-delà de la morale des hommes, vers le Ciel. Mais le silence de Dieu est insupportable. C’est ainsi que, suivant une inspiration dérangeante, Dom Juan cherche à commettre les actions les plus noires pour provoquer la colère céleste. Chaque rencontre devient l’occasion d’un défi, d’un affrontement métaphysique, et Dom Juan se retrouve, contre toute attente, en dialogue permanent avec le Ciel. Jusqu’à l’obsession. Jusqu’à la damnation.
Car dans son élan vers le mal, il prend du plaisir. Jouir de la souffrance des autres est une façon de blesser Dieu. Sa provocation ultime, c’est la négation de l’autre comme Autre. Condamné à suivre un désir qui ne peut être satisfait, à tromper sa faim par des nourritures sans consistance, il n’est nul besoin d’intervention divine ou de statue parlante pour infliger le châtiment : Dom Juan est déjà en enfer.  J’ai choisi d’inscrire la pièce dans l’époque actuelle et, à ce titre, de reconsidérer chaque personnage et chaque relation. Nous sommes conduits à nous interroger sur le métissage culturel et les rapports de classes, ainsi que sur les relations entre hommes et femmes ; à aborder les questions de la religion et de la foi, tout comme celles de la famille, du mariage et de l’éducation. Trois siècles et demi plus tard, dans un monde où « les libertins » semblent avoir gagné, où le matérialisme semble s’imposer comme modèle, que reste-t-il des fautes de Dom Juan ? Qu’y-a-t-il d’inaltérable – voire d’insupportable – dans sa conduite qui, aujourd’hui encore, nous trouble ?
«


La figure de Dom Juan traverse l’Histoire, le Temps, et c’est finalement dans l’écrin de notre xx1e siècle si libéral qu’éclate sa quête de vérité : elle fait apparaître, avec les dérèglements qui s’ensuivent, la figure parfaite de l’homme moderne dont la volonté de remplacer la morale par le désir est peut-être la marque d’un besoin absolu de sens et de transcendance. Ce qui ne peut manquer de nous toucher…

Anne Coutureau



Dom Juan de Molière mise en scène Anne Coutureau  
Fiche technique 
Durée du spectacle : 2h20 m sans entracte Durée du montage : 4 services de 4 heures Raccords jeu au 5eme service Spectacle au 6eme service Durée du démontage : 3 heures Transport du décor : Camion 20m 3    
PLATEAU 
Dimension du plateau • Ouverture au cadre : 12m (min 8m) • Mur à mur : 16m (min 10m) • Profondeur nez de scène au fond noir : 18m (min 14m) • Hauteur sous gril : 5,5m minimum 
La scénographie est composée de  • 8 bancs noir matelassés 106x36x42 • 1 table noire 250x84x74
2 | Page
 
  
• 1 rideau bouillonné ou vénitien L 10m x H 6m • 2 rideaux bouillonnés ou vénitiens L 3m x H 6m Ils peuvent être commandés du plateau ou man½uvrés des cintres • 350m² (à la création) de moquettes collées a double face  • 1 rideau crystal graffitis L 3m70 c H 5m50 • 1 bloc graffitis 160x36x42 
Equipements à fournir  • Jeux de pendillons, fond noir, frises, rideau noir sur patience  • 1 sous perche diam.50 de 4m pour le graffiti • 2 sous perches diam.50 de 3m50 pour les bouillonnés en allemande • 1 praticable 1m x 1m hauteur 125cm, tapsé noir • 1 praticable noir 2m x 1m hauteur 90cm/1m  • 7 rouleaux de tapis de danse • 7 rouleaux de double-face • 2 machines à fumée, avec du liquide densité lourde • 20kg de carboglaces, livrés le jour du montage 
Equipements fournis  • 3 machines à fumée, avec du liquide  • 4 boites « refroidissement » pour fumée • 1 boite Akilux pour le stockage de la carboglace 
Le gril sera bloqué au niveau des sous perches du graffiti et des bouillonnés en allemande disposés de travers.  
Pour les réglages et la représentation, le système de détection incendie devra être désactivé, afin de permettre l’utilisation des machines à fumée. A noter que lors de la représentation, « Sganarelle » fume une cigarette.



Les bienfaits d’une sortie théâtrale !


- Entrer au coeur de la problématique : théâtre est-il fait pour être lu ou pour être vu ? est-il inaccessible socialement, apparaît-il élitiste ? sacré à l’origine, pourquoi ne fait-il plus l’unanimité ? Quelle place occupe la culture générale dans nos sociétés télévisées, médiatiques et sportives ? Peut-on le comparer à un concert, à un match, à un combat de boxe ?


Quelques éléments pour la première problématique littéraire :


I. Certes, il faut se rendre nombreux au théâtre,
car il est un art de la représentation.


a. Un art du spectacle

Depuis sa fondation dans l’Antiquité grecque puis latine, le théâtre s’est avant tout donné comme un art de la représentation. Qu’il s’agisse du spectacle des concours dramatiques avec Sophocle et Euripide ou encore des spectaculaires effets des pièces de Sénèque, le théâtre a toujours été écrit pour être monté sur scène devant un public.

Parfois l’auteur multiplie les rôles et metteur en scène, il joue dans ses pièces. Molière écrit pour la scène et pour sa troupe de comédiens.

Les scènes de théâtre dans le théâtre comme dans Les Fourberies de Scapin montrent l’ivresse et la joie du jeu d’acteur à se retrouver sur scène à interpréter un texte.

b. Un texte incomplet ?

L’écriture n’est conçue pour les dramaturges que comme la première étape de leur travail et jamais un but en soi. Le texte d’une pièce de théâtre convoque sa part matérielle par les didascalies qui indiquent comment la pièce doit être montée et jouée. Le texte appelle donc acteurs, metteurs en scène, éclairagistes, costumiers, maquilleurs, ateliers à monter le texte pour qu’il s’accomplisse pleinement. Comme le dit la critique Anne Ubersfeld, sans la scène, le texte théâtral demeure « troué », incomplet, inachevé.


II. Cependant la lecture seule n’est pas à blâmer : 
un spectacle peut se jouer dans un fauteuil.


a. Le théâtre à lire



b. Le théâtre irreprésentable



III. C’est pourquoi le théâtre est un art collectif et total
où le public joue son rôle.


a. La liberté dramatique



b. Une réflexion sur la représentation


...


Sur Charlotte créole :

http://www.domtomnews.com/Une-jeune-comedienne.html#.Wgf_5ele45s

réflexion à poursuivre

Page précédente | Page 2 sur 512 | Page suivante
Qui cherche à s'élever, réfléchir, sentir, découvrir, aimer davantage ? ou, plus simplement, réussir son bac de français ? Les lecteurs assidus de ce blog !
«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Derniers commentaires

- Robin Williams, un acteur de talent (par Visiteur non enregistré)
- bac balnc (par Visiteur non enregistré)
- pièce (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade