Elèv/ation

Café philo. le 16 janvier à 18 heures 30 sur l’humanisme aujourd’hui

Par Laucun - publié le 2010-janv.-14 à 11:32 dans Cela me touche

 

Source :

http://cafephilosophique-montargis.hautetfort.com/

 

 

Quand ? le 16 janvier 2010

Où ? Brasserie de la Chaussée (centre commercial de la Chaussée)

Thème ? L’humanisme aujourd’hui.

 

 

 Deux animateurs sympathiques (qui savent répartir et encourager la prise de parole) ; des références nombreuses (sans pédantisme) : Rabelais, Hegel, Kant, Sartre...

 Un tableau blanc comme à l’école pour "supporter" le débat.

 Deux micros qui circulent vite ...

 

 

 

Mon mini compte rendu pour Guillaume :

 

 Remarques générales (la mise en scène) :

 Deux animateurs sympathiques (qui savent répartir et encourager la prise de parole) ; des références nombreuses (sans pédantisme) : Rabelais, Hegel, Kant, Sartre...

Un tableau blanc comme à l’école pour "supporter" le débat. 

Deux micros qui circulent vite ...

 

 

 Quelques questions posées à la salle :

- qu’est-ce que l’humanisme?

- aujourd’hui, pour paraphraser Sartre, "l’humanisme est-il un "écologisme""?

 

  Des réactions nombreuses :

 Des notes d’espoir face au règne du "toujours plus" de biens de consommation qui plastifient les coeurs : la fin de la peine de mort en France, les révoltes en Iran contre la tyranie, les actions des ONG, Copenhague (malgré tout) ; beaucoup de pessimisme aussi car les forces du mal (finance, nationalisme, communautarisme) sont grandes contre un universalisme en régression.

 

 Quelques clichés cependant du type "ma pauvre dame". 

 

 En prime : la participation du serveur.

 

 

Conclusion  : je reviendrai ! ma fille de sept ans qui m’accompagnait a adoré !

 

 

 


 

 

 

D’OÙ VIENNENT LES CAFÉS PHILOSOPHIQUES ?

 

 

 

L’origine lointaine des cafés philosophiques peut certainement se retrouver dans les salons littéraires et artistiques du XVIIIème siècle.

 

Le premier café philosophique serait né en 1992. Le philosophe Marc Sautet, son fondateur, souhaitait créer un lieu original de discussions à vocation philosophique, un lieu qui plus est ouvert à tous, à la différence notable des salons des Lumières.

 

Le succès du premier café philosophique (au Café des Phares, place de la Bastille, photo ci-dessous, 1994) a été tel qu’à sa suite de nombreux lieux similaires ont essaimé un peu partout, en France et dans le monde.

 

Les cafés philosophiques auraient pu être de "sympathiques inventions" vouées à rester éphémères. Il n’en est rien : des cafés philos ont disparu ; d’autres apparaissent. L’un des derniers en date, celui de Montargis, entend être comme ses congénères un passionnant lieu citoyen de discussions philosophiques.

 


 

 

 


 

Le prochain café philosophique de Montargis aura pour thème : "y a-t-il un Humanisme aujourd’hui ?" Il sera organisé en partenariat avec l’AME de Montargis qui propose à la salle polyvalente de Pannes le jeudi 21 janvier à 14H15 et 19H15 Le Neveu de Rameau de Diderot. Sylvie Caillaud (compagnie du théâtre du Lamparo) a choisi de mettre en scène ce texte majeur du XVIIIe siècle dans un décor digne... d’un café philosophique. Le Café Philo de Montargis est heureux d’être le "Supplément d’Ame" de ce spectacle que nous vous invitons à découvrir.

 

 

En attendant le débat du 16 janvier sur l’humanisme, voici ce qu’écrit Denis Diderot, dans Le Neveu de Rameau, au sujet des philosophes :

 

Moi. — Cela est supérieurement exécuté ; mais il y a pourtant un être dispensé de la pantomime : c’est le philosophe qui n’a rien et qui ne demande rien.

Lui. — Et où est cet animal-là? S’il n’a rien, il souffre; s’il ne sollicite rien, il n’obtiendra rien... et il souffrira toujours.

Moi.—Non ; Diogène se moquait des besoins.

Lui. — Mais il faut être vêtu.

Moi. — Non ; il allait tout nu.

Moi. — Quelquefois il faisait froid dans Athènes.

Moi. — Moins qu’ici.

Lui. — On y mangeait.

Moi. — Sans doute.

Lui. — Aux dépens de qui ?

Moi. — De la nature. A qui s’adresse le sauvage? à la terre, aux animaux, aux poissons, aux arbres, aux herbes, aux racines, aux ruisseaux.

Lui. — Mauvaise table.

Moi. — Elle est grande.

Lui. — Mais mal servie.

Moi. — C’est pourtant celle qu’on dessert pour couvrir les autres.

Lui. — Mais vous conviendrez que l’industrie de nos cuisiniers, pâtissiers, rôtisseurs, traiteurs, confiseurs, y met un peu du sien. Avec la diète austère de votre Diogène, il ne devait pas avoir des organes fort indociles.

Moi. — Vous vous trompez. L’habit du cynique était autrefois notre habit monastique, avec la même vertu : les cyniques étaient les carmes et les cordeliers d’Athènes.

Lui.—Je vous y prends. Diogène a donc aussi dansé la pantomime, si ce n’est devant Périclès, du moins devant Laïs et Phryné ?

Moi. — Vous vous trompez encore: les autres achetaient bien cher la courtisane qui se livrait à lui...

Lui.—Mais il me faut un bon lit, une bonne. table, un vêtement chaud en hiver, un vêtement frais en été, du repos, de l’argent, et beaucoup d’autres choses, gue je préfère devoir à la bienveillance, plutôt que de les acquérir par le travail.

Moi. — C’est que vous êtes un fainéant, un gourmand, un lâche, une âme de boue.

Lui.— Je crois vous l’avoir dit."

 

 


 

 

 

Le prochain café philosophique aura lieu le samedi 6 mars à la Brasserie de la Chaussée. Le débat portera sur la non-violence : "l’éducation à la non-violence est-elle garante de la paix ?".

 

 


 


Page précédente | Page 495 sur 512 | Page suivante
Qui cherche à s'élever, réfléchir, sentir, découvrir, aimer davantage ? ou, plus simplement, réussir son bac de français ? Les lecteurs assidus de ce blog !
«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Derniers commentaires

- Robin Williams, un acteur de talent (par Visiteur non enregistré)
- bac balnc (par Visiteur non enregistré)
- pièce (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade