Des poèmes pour Raymond

Un poème macabre : Gabriel Martin, "Petit poème d’un grand tueur"

Par raymondqueneau - publié le jeudi 2 mars 2017 à 16:07
Petit poème d’un grand tueur

Adieu plaisant soleil
Les derniers mots de ma victime avant la mort
Dans son tombeau
Où gisent des épaves
Aux couleurs vermeilles
L’envie d’un meurtre me hantait jusqu’alors

Il a empoisonné mes yeux par sa laideur
Cependant rien de plus horrible que son odeur
Un seul regard sur lui fit frémir ma peau
Désormais il devait prendre son repos au fond de l’eau

Le poison pouvait être une arme redoutable
Cependant son coeur se tairait en silence
J’ai un don pour le meurtre tout dans le silence
Comme un serpent au venin redoutable

Quoi que lui trancher la caritide serait peut-être mieux
(J’imagine l’odeur du sang remonter à mes narines)
Ce parfum doux comme la mer, rien de mieux

Mon méfait est accompli
Son corps git à présent sur la jetée, sans vie
Ses yeux ne m’auront vu qu’une fois
Je voulais planté mon couteau dans son coeur une seule et dernière fois

Je devais l’envoyer à présent dans sa tombe marine
Les vagues en seront rouges de son sang
Mes mains en seront recouvertes, c’est si plaisant
Son corps flottant au milieu de l’onde marine

La lueur de la lune reflète sa chair
Les vagues l’emportent jusqu’au point du jour

Ne me jugez pas, ce n’est pas que son mauvais air
Il ne répondait jamais à mon bonjour
 

Page précédente | Page 9 sur 122 | Page suivante
Poèmes des élèves du lycée Queneau d'Yvetot, rassemblés ici pour participer au festival de poésie et concourir au prix attribué à cette occasion.
«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Liens

Rubriques

Derniers commentaires

- <%RecentCommTitle%>

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade