Des poèmes pour Raymond

Mariana Malot, 2d 5 : deux poèmes

Par raymondqueneau - publié le mercredi 7 décembre 2016 à 06:10

A mon frère

 

Aucun mot n’est trop grand, trop fou quand c’est pour lui.

Je te ramènerai plein de petits bonbons.

Je te chanterai plein de petites chansons.

 

Et je te gâterai comme un petit ourson.

Vois-tu, même si je ne suis plus là pour toi.

Je penserai à toi, jusqu’au dernier soir.

 

Je te retrouverai mon petit frère aimé.

Et quand  j’arriverai, je me mettrai sur ton lit.

Une jolie peluche, pour te rassurer la nuit.


En une après-midi.

J’étais une petite fille, sans histoire et ravie.

Mais, en une après-midi on m’a tout repris.

Mes envies, mes rêves, mes buts, ils sont tous partis.

Alors, j’ai construit ma vie comme on me l’a dit.

 

Ma plus grande tristesse c’était de m’éloigner.

De l’endroit où je me sentais le plus aimée.

Sans me soucier, je regardais le temps passée.

Mais je savais que j’étais bien accompagnée.

 

Avec mes frères, et ces personnes autour de moi.

Qui m’ont donné l’envie d’être heureuse comme autrefois.

Mais tout cela ne me redonnera pas cette foi.

En la famille qui était si importante pour moi.

 

Alors mon esprit été encore envahi.

De mon histoire, de ma famille, de mes amies.

Et en une après-midi, je me suis dis.

Ma vie est si triste pourquoi ne pas la reconstruire?

 

Malot Mariana  


Page précédente | Page 23 sur 124 | Page suivante
Poèmes des élèves du lycée Queneau d'Yvetot, rassemblés ici pour participer au festival de poésie et concourir au prix attribué à cette occasion.
«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Liens

Rubriques

Derniers commentaires

- <%RecentCommTitle%>

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade