Des Lettres et des Images

12 décembre

Par Lettresclassiques - 13:49, vendredi 12 décembre 2014 .. Rubrique : Français 3°5 .. commentaires : 5 .. Lien
IV, 4: évaluation

Présentation des lectures de vacances

Etre sans destin
, Imre KERTESZ, 1975.

De son arrestation, à Budapest, à la libération du camp, un adolescent a vécu le cauchemar d’un temps arrêté et répétitif, victime tant de l’horreur concentrationnaire que de l’instinct de survie qui lui fit composer avec l’inacceptable. Parole inaudible avant que ce livre ne la vienne proférer dans toute sa force et ne pose la question de savoir ce qu’il advient, quand il est privé de tout destin, de l’humanité de l’homme.




Premier amour, Ivan TOURGUENIEV, 1860.

Au début de l’été 1833, à peine âgé de seize ans, Vladimir rencontre l’amour pour la première fois dans la maison de campagne où il passe des vacances.

Mais la belle jeune fille qui l’a ébloui, plus âgée que lui, forte et indépendante, va bientôt le réduire au désespoir…



Voyage à Pitchipoï, Jean-Claude MOSCOVICI, 1995.

Voyage à Pitchipoï raconte la tragédie d’une famille juive, en France, pendant la guerre, une tragédie qui fut celle de millions d’autres familles.

En 1942, l’auteur de ce livre avait six ans. Sa famille fut arrêtée, par des gendarmes allemands et français, et dispersée.

Le narrateur et sa petite s½ur furent d’abord confiés à des voisins jusqu’à ce que le maire du village fasse appliquer la décision du capitaine SS, Commandeur de la région et responsable des mesures de répression antisémite. Les deux enfants furent alors enfermés dans une prison, puis transférés au camp de Drancy…



La place, Annie ERNAUX, 1983.

Il n’est jamais entré dans un musée, il ne lisait que « Paris-Normandie » et se servait toujours de son Opinel pour manger. Ouvrier devenu petit commerçant, il espérait que sa fille, grâce aux études, serait mieux que lui.

Cette fille, Annie Ernaux, refuse l’oubli des origines. Elle retrace la vie et la mort de celui qui avait conquis sa petite place au soleil. Et dévoile aussi la distance, douloureuse, survenue entre elle, étudiante, et ce père aimé qui lui disait : « Les livres, la musique, c’est bon pour toi. Moi, je n’en ai pas besoin pour vivre. »

Ce récit dépouillé possède une dimension universelle.



Léon, Léon Walter TILLAGE, 1997.

Léon se souvient d’avoir longtemps fait sept kilomètres à pied pour se rendre à l’école avec ses frères et s½urs. Il se souvient qu’il fallait se cacher au passage du bus scolaire des enfants blancs, car souvent ils descendaient pour les frapper et leur jeter des pierres, avec la bénédiction du conducteur.

Il se souvient que son père a travaillé sans relâche sans jamais pouvoir offrir des vêtements neufs à ses enfants. Et qu’il est mort…

Léon Walter Tillage est né en 1936, dans le Sud des Etats-Unis. Ce livre est son histoire.




L’analphabète, récit autobiographique, Agota KRISTOF, 2004.

Onze chapitres pour onze moments de sa vie, de la petite fille qui dévore les livres en Hongrie à l’écriture des premiers romans en français. L’enfance heureuse, la pauvreté près la guerre, les années de solitude en internat, la mort de Staline, la langue maternelle et les langues ennemies que sont l’allemand et le russe, la fuite en Autriche et l’arrivée à Lausanne, avec son bébé.

Ces histoires ne sont pas tristes, mais cocasses.




Si c’est un homme, Prima LEVI, 1958.

« J’ai été fait prisonnier par la Milice fasciste le 13 décembre 1943. J’avais vingt-quatre ans… »

On est volontiers persuadé d’avoir lu beaucoup de choses à propos de l’holocauste, on est convaincu d’en savoir autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l’accumulation, on a envie de crier grâce. C’est que l’on n’a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l’état de malheur.

Peu l’ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l’air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n’est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n’est que futilité.



Pour le o6.o1: se procurer (achat ou emprunt) l’un des livres présentés et l’avoir lu

Déposer un commentaire

Commentaire sans titre

19:15, dimanche 28 décembre 2014 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -
Il faut lire le livre pour faire des groupe et travailler dessus à la rentre faut pas faire de résumer ?


Commentaire sans titre

23:39, dimanche 28 décembre 2014 .. Envoyé par Lettresclassiques -
Il faut lire le livre choisi et en faire pour soi un résumé, afin de pouvoir émettre une opinion - ce travail personnel vous permettra de mener à bien le travail de groupe qui sera proposé.
Bon courage et bonnes vacances!


Commentaire sans titre

18:56, dimanche 4 janvier 2015 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -
Bonsoir, Madame Le Blond est-ce qu'il faut faire une présen de livre ? Combien de lignes? Et juste le livre ou les dilemmes ou les choix comme la dernière fois?
Merci cordialement.


Commentaire sans titre

16:55, lundi 5 janvier 2015 .. Envoyé par Lettresclassiques -
Il faut lire le livre choisi et en faire pour soi un résumé, afin de pouvoir émettre une opinion - ce travail personnel vous permettra de mener à bien le travail de groupe qui sera proposé. Cette fois-ci, ce qui doit être mis en évidence, c'est le récit autobiographique, le récit d'une vie (comment il est fait, l'effet produit sur le lecteur...).
Bon courage et bonne reprise!


A modérer

13:49, lundi 16 février 2015 .. Envoyé par Visiteur non enregistré -


{ Page précédente } { Page 703 sur 1696 } { Page suivante }

Le projet

Cahier de textes, recueil des outils, travaux d'élèves, élaborations collectives, commentaires pour poser des questions...: ce qui peut permettre aux élèves de Jean-Perrin de trouver des repères et de réussir (blog tenu par Mme Le Blond). Bienvenue!

«  Octobre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Naviguer

Entrée
Archives
Zone de gestion
Besoin d'aide ?

Liens

Photographe CLAUDINE DOURY
Théâtre équestre ZINGARO
Encyclopaedia Universalis
Dictionnaires LAROUSSE
Conteuse MIMI BARTHELEMY
Sujets DNB interactifs
Fiches de révisions DNB
CONTRE le harcèlement à l’école
DICTEES
Photographe DIANE ARBUS
Encyclopédie LAROUSSE
Boris VIAN (site officiel)
Dictionnaire des synonymes (Univ. Caen)
Marche de l’histoire (démocratie athénienne)
Marche de l’histoire (religion à Rome)
Grand Corps Malade
Docu-fiction "Le Destin de Rome"
Visite interactive du musée archéologique de Vieux-la-Romaine
Vipère au poing (ina)
Lexilogos
Louvre, salle des Caryatides
Les adolescents (France Inter)
Liste des mots les plus fréquents
Accueil Pelleport
"Je me souviens" G. Perec
"Je me souviens" Z. Abirached
Gaffiot en ligne
Lexique latin numérique
Ecritures poétiques
Fabienne VERDIER
Printemps des poètes
Facebook - Théâtre de la Ville
Tomàs GUBITSCH
Jeux pédagogiques et interactifs
Gallica bibliothèque numérique
Mateo Falcone - Gallica
Antigone d’Anouilh
Vues du tram
Xavier DOLAN à Cannes
Cyclone à la Jamaïque (B.A.)
Balzac Brouillon d’écrivain
Alice au Pays des Merveilles
Résidence - GAUZ
CNRTL
Vocanet
Vincent CALLEBAUT
I am here!
Collège du futur / EPI 3°1
Frankenstein Junior - BA
Couleur de peau: Miel - BA
Concours de plaidoiries - Caen
Préparer sa plaidoirie - Eloquentia
Théâtre national La Colline

Rubriques

Atelier de questionnement
ECLA 3°
Enseignement de Pratiques Interdisciplinaires
F for Fake
Français 3°
Français 3°1
Français 3°2
Français 3°3
Français 3°4
Français 3°5
Français 6°1
Français 6°2
Français 6°3
Grec 3°
Latin 4°
Latin 5°
Médiation culturelle 6°2
Parcours du spectateur: DANSE
Parcours du spectateur: THEATRE
Vie de la classe
Voyage en Italie

Derniers articles

2o octobre
2o octobre
19 octobre
19 octobre
19 octobre

Derniers commentaires

Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
Commentaire sans titre (par Lettresclassiques)
La Lettre (par Visiteur non enregistré)
Commentaire sans titre (par Lettresclassiques)
évaluation sur les phrases direct et indirects (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement



Hit-parade