1er ES 2 du lycée Queneau d'Yvetot Normandie

Un poème d’évasion en écho à celui d’Anna de Noailles

Par dp3calmette - 16:04, mardi 10 octobre 2017 .. commentaires : 0 .. Lien
Ce poème en prose de Charles Baudelaire est paru en 1869 dans Le Spleen de Paris

Image associée
(Charles Baudelaire par Nadar)

XLVIII

ANYWHERE OUT OF THE WORLD


N’IMPORTE OÙ HORS DU MONDE.



Cette vie est un hôpital où chaque malade est possédé du désir de changer de lit. Celui-ci voudrait souffrir en face du poêle, et celui-là croit qu’il guérirait à côté de la fenêtre.

Il me semble que je serais toujours bien là où je ne suis pas, et cette question de déménagement en est une que je discute sans cesse avec mon âme.

« Dis-moi, mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d’habiter Lisbonne ? Il doit y faire chaud, et tu t’y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l’eau ; on dit qu’elle est bâtie en marbre, et que le peuple y a une telle haine du végétal, qu’il arrache tous les arbres. Voilà un paysage selon ton goût ; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir ! »

Mon âme ne répond pas.

« Puisque tu aimes tant le repos, avec le spectacle du mouvement, veux-tu venir habiter la Hollande, cette terre béatifiante ? Peut-être te divertiras-tu dans cette contrée dont tu as souvent admiré l’image dans les musées. Que penserais-tu de Rotterdam, toi qui aimes les forêts de mâts, et les navires amarrés au pied des maisons ? »

Mon âme reste muette.

« Batavia te sourirait peut-être davantage ? Nous y trouverions d’ailleurs l’esprit de l’Europe marié à la beauté tropicale. »

Pas un mot. — Mon âme serait-elle morte ?

« En es-tu donc venue à ce point d’engourdissement que tu ne te plaises que dans ton mal ? S’il en est ainsi, fuyons vers les pays qui sont les analogies de la Mort. — Je tiens notre affaire, pauvre âme ! Nous ferons nos malles pour Tornéo. Allons plus loin encore, à l’extrême bout de la Baltique ; encore plus loin de la vie, si c’est possible ; installons-nous au pôle. Là le soleil ne frise qu’obliquement la terre, et les lentes alternatives de la lumière et de la nuit suppriment la variété et augmentent la monotonie, cette moitié du néant. Là, nous pourrons prendre de longs bains de ténèbres, cependant que, pour nous divertir, les aurores boréales nous enverront de temps en temps leurs gerbes roses, comme des reflets d’un feu d’artifice de l’Enfer ! »

Enfin, mon âme fait explosion, et sagement elle me crie : « N’importe où ! n’importe où ! pourvu que ce soit hors de ce monde ! »


Déposer un commentaire

{ Page précédente } { Page 9 sur 33 } { Page suivante }

Le projet

Pages à destination des élèves de la 1er ES de M. Lissonnet V.

«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Naviguer

Entrée
Archives
Zone de gestion
Besoin d'aide ?

Liens

Site Internet du lycée
Raymond
Etudes littéraires
Anthologie poétique
Lectures audio (divers)
Lectures audio Maupassant
e-books gratuits grands classiques
Histoire de l’art
Mots et merveilles
Bios d’auteurs en streaming

Rubriques


Derniers articles

Un poème contemporain sur le thème des transports
Des dangers du train au XIXe siècle :
Fiche descriptive de la séquence 1 (possibles changements dans l’année)
Les pages qui suivent dans le recueil "Au Coeur du monde" de Candrars (1924-1929) Ed. Poésie/Gallimard
Candrars : "Dans le rapide de 19h40", synthèse de cours
Edward HOPPER (peintre américain, 1882-1967) : "American locomotive"
Jacques Prévert "Pour toi mon amour", et la vision de l’amour libéré des chaînes
Blaise Cendrars, "Prose du transsibérien et de la petite Jeanne de France"
Un poème d’évasion en écho à celui d’Anna de Noailles
Plan de commentaire littéraire d’après le corrigé du bac (techno) 2017

Derniers commentaires

A.poicheval (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement



Hit-parade