Ah ! voilà de la pervenche !

Juste la fin du monde

Par pvasseur - publié le jeudi 22 septembre 2016 à 09:19

Comme dans toute adaptation, le dernier film de Xavier Dolan porte autant sa marque singulière que celle du dramaturge Jean-Luc Lagarce.
On pense parfois à Mommy, avec cette scène de danse dans la cuisine ; avec cette figure de la mère, sans doute plus attachante dans le film que dans la pièce. Celle-ci est campée par une Nathalie Baye remarquable, comme d’ailleurs les quatre autres acteurs français.
Il y a certes de la tension, mais il y a surtout cette bouleversante figure maternelle : les vains efforts qu’elle tente (somptueux dialogue avec son fils : "Ils voudraient tous les deux que tu sois […] plus présent") nous touchent profondément. Maladroite, hystérique à ses heures, au bord de la folie, elle est pourtant celle qui a tenté de construire cette famille, désormais éclatée ; celle qui se réfugie dans les souvenirs, celle qui réécrit l’histoire de sa propre famille (le récit des dimanches).
Juste la fin du monde est un film qui submerge le spectateur d’émotion et qui le renvoie à sa propre histoire.
[bande-annonce du film]

Page précédente | Page 2 sur 64 | Page suivante
«  Décembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Liens

Derniers commentaires

- <%RecentCommTitle%>

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade