Ecrire au delà des frontières

Biographies

Par boss - publié le jeudi 30 mars 2017 à 13:39

Biographies

Par boss - publié le jeudi 30 mars 2017 à 13:38

Biographies

Par boss - publié le jeudi 30 mars 2017 à 01:34

aspar gaude

Par boss - publié le mercredi 29 mars 2017 à 12:09
Avez-vous toujours été reporter ? Non mon premier métier était comptable Où avez-vous commencé votre métier ? A Lyon Pourquoi avez-vous choisi le métier de journaliste ? Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de ch½ur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie Avez-vous participé a la première guerre mondiale ? j’ étais correspondant de guerre j’ai écrit un article sur le bombardement de la cathédrale de Reims Dans quels pays avez-vous travaillé en tant que journaliste ? Je suis le premier français a être allé en URSS, Je suis parti en Asie (japon inde) puis je suis allé en Guyane pour faire un reportage sur les bagnards Quel type de journaliste êtes vous ? Je suis critique je ne cache pas les choses, je parle des problèmes de la société (asiles psychiatriques, prostitution, prisons…) Pourquoi avez-vous été renvoyé du petit journal ? A cause d’un mauvais jugement sur les Italiens Qui avez-vous rencontré en Inde ?

Albert Londres

Par llerochgrzywaczyk - publié le mercredi 29 mars 2017 à 12:08
Albert Londres Inès l’interviewer. Léna qui joue Albert Londres. -Bonjour a tous, nous nous retrouvons pour une nouvelle éditions sur France Inter. Aujourd’hui une interview avec Albert Londres, bonjour a vous ! -Bonjour Nagui, je suis content d’être avec vous sur France Inter. -Merci a vous d’avoir accepté cette invitation, bien commençons l’interview. Alors dites nous où êtes vous né ? - Je suis née à Vichy le 1er novembre 1884. - D’accord, et que faisaient vos parents ? -Mon père était chaudronnier, et ma mère travaillait à la maison, et nous sommes originaires de Gascogne -Gascogne, ah une ville très réputer pour c’est Sarments du Médoc, du chocolat en forme de spaghetti, ils sont très bon. - Avais vous des frères et s½urs ? -Non je suis fils unique. - êtes vous marié et si oui avec qui ? - Oui je sui marié avec Michel -Ah d’accord, belle femme que vous avez où avez-vous fais vos études ? -Après le lycée je suis partie à Lions en 1901 pour aller travailler en que comptable. - Et qu’avez-vous fais après ? - Je suis partis 2 ans après pour aller a Paris, où je publie mon premier poème car j’avais toujours voulut devenir poète, je peux vous dire un extrais d’un de mes poèmes. - Allez si nous vous écoutons. -« Je m’enfermerai dans ma noble tour. Cloîtré je ferai d’ardentes prières Pour que l’amitié n’ait plus de frontières. Et j’attendrai là le lever du jour Où pas un n’aura de droit sur ses frères. » -Très beau poème! - Quelles sont les articles que vous avez écrits ? -J’ai écrit beaucoup d’artcle comme le : Contre le bourrage de crâne, Au bagne , Chez les fous, La Chine en folie, Le chemin de Buenos Aires, et plein d’autres. -Et ben merci beaucoup Albert, au revoir, a bientôt sur France Inter ! -Merci a vous, au revoir Naguy.

joseph Kessel Quentin Guilluy et Alexandre Beltran

Par qguilluy - publié le mercredi 29 mars 2017 à 12:05
Joseph Kessel Journaliste : bonsoir Joseph Kessel : Bonsoir Journaliste : Ou êtes vous née ? quand ? Joseph Kessel : Je suis née le 10 février 1898 a Clara en Argentine. Journaliste : Qui est vos parant ? Joseph Kessel : Mon père est Samuel Kessel et travaille comme médecin et ma mère Hélène Carrière d’Enchausse est historienne et académicienne ils vit dans une résidence de 1905 à 1908, avant de revenir s’installer en France. Journaliste : Ou avait vous fait vos études ? Joseph Kessel : J’ai fais mes études secondaires au lycée Masséna, à Nice, puis au lycée Louis-le-Grand, à Paris. Journaliste : Qu’elle est votre premier travail ? Joseph Kessel : Mon premier travail est Infirmier brancardier durant quelques mois en 1914. Journaliste : Es ce que vous était intéresser par un autre travaille ? Joseph Kessel : Je suis tenté par le théâtre, je suis reçu en 1916 avec mon jeune frère au Conservatoire. Journaliste : Pour quoi avez-vous choisi le travail de journaliste ? Joseph Kessel : A dix-sept ans je me suis engagé au Journal des Débats, dans le service de politique étrangère. Journaliste : On m’a dit que vous porter quelque chose a votre cou avant de partir en guerre ? Joseph Kessel : Oui avant de partir au combat je portais la croix de guerre. Journaliste : Quelles son vos ½uvres principal ? Joseph Kessel : Mes ½uvres principal sont Le Lion, L’Équipage, Les Captifs, Belle de jour, Mermoz, L’Armée des ombres, Le Chant des partisans, Les Cavaliers.

Par stiffouin - publié le mercredi 29 mars 2017 à 11:50

L’interwiewé : albert londres

 

v  Albert Londres naît le premier novembre 1884 à Vichy. Il était le fils de Jean-Marie Londres, chaudronnier, d’origine gasconne, et de Florimonde Baratier, d’une famille bourbonnaise. Son père était le fils d’un colporteur, parti de Labarthe-Rivière (Haute-Garonne), bourgade de Comminges ; après la mort de ce dernier, sa veuve était venue s’établir à Vichy avec ses trois enfants2. Le patronyme de Londres aurait d’abord été Loundrès, terme gascon désignant des zones humides ou marécages, puis Londrès3.

 

v  Il y publie son premier recueil de poèmes en 1904. Outre Suivant les heures (1904), René Varennes signale les recueils ultérieurs de L’âme qui vibre (1905-1907), Lointaine, La Marche à l’étoile (1908-1910), ainsi qu’une pièce de théâtre en cinq actes et en vers : Gambetta, qui ne fut cependant jamais jouée.

 

v  Le Petit Journal. En 1915, il se rend au sud-est de l’Europe et raconte les combats en Serbie, en Grèce, en Turquie ou encore en Albanie. Errant sur les fronts, il voit, regarde et transmet. À son retour, il couvre la fin de la guerre en France.

 

v  En 1919, pour ses reportages sur l’Italie, Albert Londres est licencié du Petit Journal sur ordre direct de Clemenceau[réf. souhaitée]. Faisant son métier, il rapporte que « les Italiens sont très mécontents des conditions de paix concoctées par Clemenceau, Lloyd George et Wilson.

 

v  En 1923, il se rend en Guyane où il visite le bagne aux Îles du Salut, à Cayenne et à Saint-Laurent-du-Maroni. Décrivant les horreurs de ce qu’il voit, son reportage suscite de vives réactions dans l’opinion mais aussi au sein des autorités.

 

 

 

Publications

·         Visions orientales, 1922, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 2002.

·         Contre le bourrage de crâne, 1917-1918, Arléa, 1993.

·         Dans la Russie des Soviets, 1920, Arléa, 1993.

·         La Chine en folie, 1922, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 1997.

·         Au bagne, 1923, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 2002. Première publication dans Le Petit Parisien en août-septembre 1923, puis Albin Michel (1923).

·         Dante n’avait rien vu, 1924, Arléa, 1997 ; coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 1999.

·         Les Forçats de la route ou Tour de France, tour de souffrance, 1924, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 1996.

·         Chez les fous, 1925, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 1999.

·         Le Chemin de Buenos Aires, 1927, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 2005.

·         Marseille, porte du sud, 1927, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 1999.

·         L’Homme qui s’évada, 1928, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 2002 (publié au préalable sous le tire de Adieu Cayenne).

·         Terre d’ébène, 1929 (en ligne [archive]).

·         Le Juif errant est arrivé [archive], 1930, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 1998.

·         Pêcheurs de perles, 1931, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 2001.

·         Les Comitadjis [archive], 1932, coll. « Motifs », Le serpent à plumes, 1997.

·         La Guerre à Shanghai, 1932, coll. « Arléa Poche », Arléa, 2008.

·         ¼uvres complètes, Arléa, 2008.

·         Câbles & Reportages, Arléa, 2008.

Avant de se faire connaître en tant que journaliste, Albert Londres a publié quatre recueils de poèmes :

·         Suivant les heures, 1904

·         L’Âme qui vibre, 1908

·         Le poème effréné contenant Lointaine et La marche à l’étoile", 1911

 

Interview Albert Londres avec Olivia

Par tfouque - publié le mercredi 29 mars 2017 à 11:48

-Bonjours Albert, merci d’avoir accepté cette interview.

-Bonjours, de rien je suis heureux de vous aider.

- Bien, commençons l’interview. Quel âge avez-vous ?

- J’ai 36 ans.

- Quand et où êtes vous née ?

- Alors je suis née le 1ᵉʳ novembre 1884 à Vichy.

-Où vivez-vous actuellement ?

-Je vis encore à Vichy.

-Où êtes vous allé au lycée ?

-Je suis allé à Lyon.

- Que cela vous fait-il d’être interviewer ?

-Cela me fait bizarre, mais je vais faire avec.

-Durant votre jeunesse avez-vous rêvé d’une carrière de journaliste ?

-Non, je rêvé d’être poète.

-Pourquoi cette reconversion au journalisme ?

-Car mes articles et mes récits de voyages m’ont rendu célèbre.

-Quand avez-vous écris votre premier article ?

-J’ai écris mon premier article en 1914.

-Pour quels  journaux avez-vous travaillé ?

- J’ai travaillé pour le Petit Journal, Le Quotidien et le Petit Parisien.

- Citez nous un pays où vous êtes allé faire un reportage qui vous a marqué ?

- Le reportage en Guyane ma marqué, j’ai vu des choses choquante, ceci ma beaucoup marqué et ma fait me rendre compte de l’impacte que j’avais en les divulguant.

-Très bien, merci beaucoup pour cette interview, nous avons beaucoup plus appris sur vous que l’on penser en savoir au revoir.

-Au plaisir de vous avoir renseigné. Au revoir et bonne chance pour la suite.

-De même.

(Albert Londres et mort 12 ans après cette interview).

250px-Albert_Londres_en_1923.jpg

M.Salgado et Deonto Lefevre TF1 Dylan Joris

Par jbuissart - publié le mercredi 29 mars 2017 à 11:48
Bonjour M.Salgado , je suis Monsieur Déanto Lefévre de TF1 -Bonjour… -Alors commençons, vous êtes de nationalité brésilienne c’est ça ? -C’est exact, je suis née a Aimorés, le 8 février 1944. -que faites-vous dans la vie ? -je suis un photographe mais je suis aussi un reporter comme vous. -dans quelles universités êtes-vous allé ? -je suis allé dans 2 universités : celle de Paris et celle de Sao Paulo. -est-il vrai que vous avez été recruté par l’organisation internationale du café, basée à Londres, et quand 1973, vous avez brutalement changé de carrière ? -oui c’est vraiment la vérité je voulais être photographe. -est-il vrais que vous avez des enfants ? -oui il s’appelle Juliano Ribeiro Salgado -que fait-il dans la vie ou a-t-il fait un exploit ? -Il est filmographe, il a réalisé un film sur mon travail et ma vie, il s’appelle “Le Sel De La Terre“ -Est-il vrai que vous avez été nommé par L’UNICEF ? -Oui c’est bien vrai, en 2001. -Comment s’appelait votre femme ? -elle s’appelait Lélia Wanick Salgado. -Qu’avez-vous crée ? -j’ai crée a Paris l’agence de presse photo Amazonas Images avec ma femme -Qu’avez-vous crée en avril 1998 ? -J’ai crée l’ONG « Instituto Terra ». -Bien, Je vous remercie pour cette interview, Au revoir M.Salgado. -Au revoir

Intervew d’Albert Londres. Thomas C et Gabriel L

Par glistratarnold - publié le mardi 28 mars 2017 à 02:10

Interview de Albert Londres

 

Nous nous retrouvons aujourd’hui sur France Culture pour une interwiew de Albert Londres, 45ans.


-Quand et où êtes vous né ?


Je suis né le premier novembre 1884 dans la ville de Vichy à Allier.


-Qui sont vos parents ?


 Je suis le fils de Jean-Marie Londres, chaudronnier, d’origine gasconne, et de Florimonde Baratier, d’une famille bourbonnaise.


-Que faites-vous dans la vie ?


Je suis ecrivain et journaliste.


-Qu’avez-vous faits dans votre vaste vie ?


En 1933, j’ai créé le prix qui recompense les meilleurs journalistes francophones, c’est le prix Albert-Londres.


-Quel sont vos spécialités dans le journalisme ?


Je suis surtout reportaire et journaliste d’enquêtes.


-Qu’avez-vous rédiger comme presse écrite ?



J’ai écris Le Salut Public, Le Matin, Le Petit Journal, Excelsior, Le Quotidien, Le Petit Parisien et Le Journal.

 

-Qu’avez-vous écris comme livre ?

 

J’ais écris de nombreux ouvrages comme Au bagne, Chez les fous, La chine en folie et de nombreux autres livres que vous pourrez aller voir dans votre librairie.

 

-D’accord, j’y jetterais un coup d’½il. Quel était votre premier metier ?

 

Après le lycée, je suis devenu contable en 1901.

 

-On m’a dit que vous aviez beaucoup dénoncé et critiquer. Pouvez-vous nous expliquer ?

 

Je m’interesse au Tour de France et je dénonce l’impitoyable et intolérable exigence physique réclamée aux cyclistes dans ce « tour de souffrance », ainsi que la bêtise du règlement

Je me suis ensuite rendu dans les asiles psychiatriques, j’y es dénoncé les mauvais traitements, les carences alimentaires et sanitaires et je rappelle que « notre devoir n’est pas de nous débarrasser du fou, mais de débarrasser le fou de sa folie ».

 

 -Vous avez écris une maxime très connue, quel était celle-ci ?

 

Cette maxime était : « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de ch½ur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. »

 

-Merci beaucoup d’avoir accepté notre invitation, on vous souhaite une bonne journée, à tous nos auditeurs.

 

Il mouru 2 ans après cette interwiew lors d’une traversée de la mer rouge.

 


 Résultat de recherche d’images pour "albert londres"

 

 

Joseph Kessel

Par trainero - publié le jeudi 23 mars 2017 à 03:52

Bonjour quand et ou êtes vous né ?

Bonjour je suis né le 31 janvier 1898 à villa Clara (argentine).

Quelles sont vos activités principales ?

 Je suis aventurier, journaliste, aviateur, résistant et romancier.

Quelles sont vos ½uvres principales ?

Le lion, les captifs, belle de jour, Mermoz, l’armée des ombres, le chant des partisans,  les cavaliers.

Avez-vous eu des prix ?

Oui, un prix littéraire, le prix joseph Kessel, récompense chaque année un écrivain qui s’inscrit dans la ligne du romancier.

Ou avez-vous fait vos études secondaires ?

J’ai fais mes études secondaires au lycée Félix Fort.

(Aujourd’hui lycée Masséna) à Nice, ensuite au lycée Louis Le Petit à Paris.

Qu’avez-vous fait après vos études ?

J’étais infirmier brancardier durant quelques mois en 1914.

J’obtiens en 1915 ma licence de lettres.

Avec vous êtes vous marié ?

Je me suis marié avec Michèle O’Brien rencontré à Londres.

Comment s’appelaient  vos parents ?

 Mon père s’appelait Samuel Kessel

 Ma mère s’appelait Raïssa Lesk.

Quel était la profession de votre père ?

Mon père était un médecin juif.

Quelle était votre premier Roman ?

Mon premier Roman était « Le Steppe Rouge, Gallimard 1922.

(Joseph Kessel est décédé le 23 juillet 1979 à Avernes.)

220px-Joseph_Kessel.jpg

Albert LONDRES

Par mpascual - publié le mercredi 22 mars 2017 à 11:52

Albert Londres

Bonjours monsieur Albert LONDRES nous allons vous interviewer


Quelle est votre date de naissance ?

Je suis nait  le 1er novembre 1884.

 

Où êtes vous né ?

Je suis né à Vichy en Allier.

 

Quelle est votre nationalité ?

Je suis français.

 

Quel est le nom de vos parents ?

Mon père s’appelle  Jean-Marie Londres et ma mère Florimonde Bartier.

 

Quelle est votre profession ?

Je suis journaliste et écrivain.

 

Où êtes vous allé après le lycée ?

Je suis allé à LYON en 1901 pour travailler en tant que comptable.

 

Quand et où avez-vous sorti votre premier recueil de poèmes ?

Je l’ai sorti à PARIS en 1904.

 

En 1915 où vous rendez vous pour raconter les combats en Serbie, en Grèce, en Turquie  ou encore en  Albanie?

Je me suis rendu au Petit Journal.

 

Où vous rendez-vous en 1923 ?

Je me suis rendu en Guyane

 

Qu’avez vous fait en Guyane ?

J’ai visité le bagne aux iles du Salut, à Cayenne et a Saint-Laurent-du-Maroni.

 

Merci monsieur Albert Londres d’avoir répondu à nos questions

 

Résultat de recherche d’images pour "albert londres"

(Mort le 16 mai 1932 à cause d’un naufrage)

Albert Londres (thomas.I et christophe.M)

Par timbert - publié le mercredi 22 mars 2017 à 11:36

Bonjour Albert Londres!

Bonjour!

Merci de me laisser vous interviewer.

C’est un honneur.

Quand êtes vous né ?

Je suis né le 1 novembre 1884.

Dans quelle ville ?

A Vichy.

Comment s’appelait votre pére ?

Mon pére s’appelait Jean-Marie Londres.

Quel était son métier?

Il était chaudronnier.

Votre famille est de quelle origine ?

Ma famille est d’origine gasconne.

Quel est votre métier ?

Je suis journaliste.

Quand avez vous reussi à entrer en russie sovietique ?

J’ai reussi à entrer en russie sovietique en 1920.

Résultat de recherche d’images pour "alberts Londres"

Mort le 16 mai 1932

A presentation of our hometown

Par boss - publié le vendredi 17 mars 2017 à 11:25
New Hampshire epals present their hometown .


El retrato de un compañero de mi clase

Par mherediamoliner - publié le jeudi 17 novembre 2016 à 03:47

Buenas Tardes

Tenéis que adivinar a qué alumno de la clase corresponde esta definición.

Tiene el pelo corto,castaño y liso.

Tiene los ojos marrones.

Es alto, tiene pecas, suele llevar pantalones o un chándal.

Le gusta pescar.

Le encanta jugar al fútbol.

Odia bailar y no le gusta cantar.

Es un poco celoso, es simpático y es pesado.

Puede ser serio cuando quiere.


¿Habéis adivinado ?


¡Felicitaciones! Por supuesto es Thomas Cerdan.

RETRATO de una persona de mi clase (Quentin Guilly)

Par qguilluy - publié le mardi 15 novembre 2016 à 11:55
HOLA.

 La persona que he elegido es una mujer. Tiene los ojos verdes y gafas. Esta persona es de estatura media. Tiene el pelo corto, gris y liso. Es normalita . Es inteligente y sociable Odia las espinacas Le gusta leer , ir al cine e ir a la playa.

¿Quién es?

¡Felicitaciones, es Chantal!

Acrostic poems

Par boss - publié le mardi 15 novembre 2016 à 11:04
Voici quelques poèmes écrits en français par les correspondants
du New Hampshire (USA).

Sage’s poem

Par boss - publié le mardi 15 novembre 2016 à 11:03

Sage a treize ans

Après l’école, elle va au soccer

Gentille et heureuse, Sage est super amusante

Elle veut être prof quand elle est plus grande


Astro’s acrostic poem

Par boss - publié le mardi 15 novembre 2016 à 11:00

Astro


Amusant et aimable, sensible et poli, c’est moi.


Sois sympathique à moi, et je suis sympathique à toi.


Toujours prêt à sourire et rire,


Rien ne me dérange trop.


Oui, je suis une personne heureuse.

Rose’s acrostic poem

Par boss - publié le mardi 15 novembre 2016 à 10:58
Rose aime nager et voyager.
Orange n’est pas sa couleur préférée.
Sa couleur préférée est vert.
Elle est américaine et hollandaise.

Page précédente | Page 1 sur 6 | Page suivante
Il s'agit d'un atelier d'écriture trilingue (français, espagnol, anglais en lien avec des partenaires internationaux. Les élèves publieront sur ce blog leurs travaux.
«  Septembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Derniers commentaires

- <%RecentCommTitle%>

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade