Malherblog

Dictionnaire de Bel Ami : R comme relations

Par M. Jouvin - publié le mercredi 15 novembre 2017 à 06:06 dans 2nde

George duroy a énormément de relations exemples :Mme de Marelle. Duroy est représenté comme infidèle, il se prête comme quelqu’un de totalement charmant comme il est dit dans le livre. La plupart de ses relations sont des femmes de toute ages qui sont riches il y a la une autre raison d’infidélité et de manipulation, Mme Suzanne Walters elle est issue d’une famille riches et qui as obtenu un héritage, georges duroy veut l’epouser mais il est dit dans le chapitre 9 qu’il a eu une relations avec sa mere ! Il est donc pret a faire du chantage de kidnapping pour poursuivre sa relation avec Suzanne il as donc plusieur relations de famille riches pour devenir célèbre et en profiter

Alexis, Lotfi

Dictionnaire de Bel Ami : N comme narcissique

Par M. Jouvin - publié le mercredi 15 novembre 2017 à 06:05 dans 2nde

"Émerveillé d’être aussi joli garçon" d’après Georges Duroy, au chapitre 2 partie I, en s’admirant dans la "grande glace" du second étage en sortant de la demeure des Forestiers.

Ce passage démontre que Georges Duroy ainsi que les personnes qui l’entourent sont narcissiques du faite de leur bourgeoisie. A l’époque, ce caractère montre bien un aspect du milieu social de la bourgeoisie. Le mot narcissique résume bien le cas de Duroy, ses ambitions étant démesurées, prouve qu’il a une certaine fierté envers lui-même. Le fait qu’il se regarde dans une "grande glace" montre un synonyme de grandeur et aussi une exagération du narcissisme de Georges ce qui représente un acte critique de la personnalité de celui-ci que Maupassant voulait faire passer dans ce passage.

Le choix de cette expression ("grande glace") n’est pas un hasard et un montre une image emblématique. Cela montre que Duroy a une envie de pouvoir et de richesse. Ça se définit par une obsession puisqu’il rêverait d’être un homme d’Etat ("comme on salue les grands personnages"). Le mot narcissique se résume donc pas au hasard; parce qu’à ce moment, Duroy n’a pas énormément de moyen alors qu’il se compare à un homme riche.

Zacharie, Alexis

Dictionnaire de Bel Ami : O comme obsessions

Par M. Jouvin - publié le mercredi 15 novembre 2017 à 06:05 dans 2nde

Ce livre regorge de diverses obsessions. Notamment celles de Mme et Mr Walter, l’une subjuguée par Duroy et l’autre obsédé par la réussite, le pouvoir et la compétition du statut social. Nous rencontrerons également, dans ce récit, le personnage principal, Georges Duroy qui est obnubilé par la gloire, la richesse et les femmes.

Nous débuterons par l’étude du personnage de Mr Walter, chef du journal « La vie française ». Durant ce récit , nous comprenons que Mr Walter est constamment en quête de pouvoir, il a du mal à supporter que l’attention soit rivée sur quelqu’un d’autre que lui. Il gagne en notoriété grâce à l’affaire de Maroc (part. 2 chap. 7) «  Il était devenu en quelques jours, un des maîtres du monde, un de ces financiers omnipotents, plus fort que des rais […] au fond du c½ur humain ». De plus, Walter fit l’acquisition d’un tableau de grande valeur, qui attirait tout les regards, afin d’inciter la population à parler de lui, à reconnaître sa grandeur mais également à les rendre jaloux en étalant sa richesse de la sorte. « Walter l’acheta cinq cents mille francs et l’enleva […] Paris entier à parler de lui pour l’envier, le blâmer ou l’approuver »

D’autre part, nous allons analyser le comportement tragique de Mme Walter, folle amoureuse de Georges Duroy. En effet dans le chapitre 9 de la partie 2, Maupassant subvertit le sentiment religieux pour décrire la passion maladive de Mme Walter. Dans ce chapitre celle-ci a des hallucinations, cela se passe quand Duroy part retouver sa fille Suzanne Walter, et qu’elle contemple le tableau « Jésus marchant sur les flots » : «  elle le voyait si nettement qu’ils se dressaient devant elle à la place du tableau ». On voit également que la passion qu’éprouve Mme Walter pour Duroy devient tragique et exagérée :  « Elle le pria d’abord éperdument, balbutiant des mots d’amour, des invocations passionnées et désespérées ». Virginie se mit à haïr sa fille car Duroy a préféré la quittée pour elle, et maintenant qu’ils sont ensemble, Mme Walter éprouve tellement de haine envers sa propre fille au point de vouloir la tuer :  « l’étranglait sa fille qu’elle naissait ». De plus on voit qu’elle devient malade de l’amour si fort qu’elle porte à Bel-Ami : « elle poussa un cri et tomba sur le dos ». On peut donc en conclure que cette femme est tristement obsédée par Georges.

Et enfin, bien évidemment nous allons voir les nombreuses obsession dont Mr Duroy est victime. Dans un premier temps ce personnage est aussi obsédée par la Gloire, le prestige et la réussite. De même pour l’argent., et pour grimper, il utilise son charme en manipulant les femmes. Par exemple dans le chapitre 5 apparaît le moment où se dévoile la nature du comportement de Duroy avec les femmes. Il cherche à avoir une relation avec une femme non pas par amour mais par intérêt:«il en tenait une, enfin, une femme mariée![…] inattendu». En l’occurrence c’était Mme de Marelle. Le verbe « tenir» montre qu’il considère la femme comme un objet, une possession: «elle était grise […] je saurais bien la garder», sont des phrases brutales qui montre que Duroy est sûr de lui mais aussi qu’il méprise la femme. Dans le dernier paragraphe le lexique de la réussite est redondant: « grandeur»,«sucés», «fortuné» ,«renommé», «argent», ce qui montre l’intérêt qu’il y porte. En ajoutant le passage du chapitre 7 de la partie 2 où il courtise Suzanne juste pour sa fortune: «il suffisait pourtant d’épouser cette marionnette de chair». Toutes ces citations confirment son côté matérialiste. On voit donc bien que Georges est obsédés par la gloire,le prestige et la richesse et qu’il fait preuve de mensonges et d’hypocrisie pour arriver à ses fins. Il use de son charme tout en étant en constante soif de pouvoir.

Mais selon nous la plus grande obsession de Duroy reste les femmes. En effet tout au long du récit Georges enchaîne les conquêtes, la plupart sans véritable amour comme Rachel, une prostituée qui comblait son envie régulière de femme, il l’utilise à sa guise comme un objet. Vient ensuite Clothilde de Marelle, son seul et unique véritable amour. Malheureusement leur histoire se termine par l’obsession de Bel Ami concernant la gloire, en effet, il préfère se mettre avec Mme Forestier pour prendre la place de son mari et donc monter en grade dans la rédaction du journal. Son côté vénal est donc plus fort que l’amour qu’il porte à Mme de Marelle. Il se rapproche ensuite intimement de Mme Walter par pur intérêt, mais la quitte en raison de son amour maladif et oppressant et non réciproque.

Seulement Duroy quitte Virginie pour sa fille, Suzanne une fois encore par intérêt financier, car elle héritera de la fortune de son père ( Walter). Il ira même jusqu’à se marier avec elle, mais pourtant, au moment du mariage, il pense encore à Mme de Marelle, son véritable amour:«devant ses yeux éblouis par l’éclatant soleil flottait l’image de Mme de Marelle […] sortir du lit».

L’auteur nous partage les réflexions qui monopolisent l’attention de chaque individus et qui se manifestent de différentes façons; pour n’en citer que quelques unes :

-Le pouvoir, qui concerne Mr Walter et Duroy.

-L’amour qui concerne les nombreuses amantes de Bel-Ami.

-L’argent, qui concerne principalement les personnages masculins de ce récit ...

Ce sont des idées fixes, obsessionnelles, dont personne n’arrive réellement à se détacher.


Imane, Lyna

Page précédente | Page 2 sur 12 | Page suivante
Blog des classes de français de M. Jouvin, du lycée Malherbe de Caen.
«  Janvier 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Derniers commentaires

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade