Malherblog

Dictionnaire de Bel Ami : T comme trahison

Par M. Jouvin - publié le mercredi 15 novembre 2017 à 06:07 dans 2nde

Nous avons choisi le mot trahison. Goerge Duroy, dit "bel-ami" est un personnage sans scrupule qui n’hésite pas à trahir ses amis pour s’enrichir ou pour son bonheur personnel. Plus particulièrement les femmes : tous au long du roman Goerge entretiens plusieurs relations avec des femmes qu’il trompe ou bien laisse sans regretter, donc les trahis. Par exemple au début du roman, Duroy commence à fréquenter une femme riche Mme De Marelle, qui lui donne parfois un peu d’argent que Duroy dépense pour une prostitué Rachel. En utilisant ainsi l’argent de Mme De Marelle, il trahi la confiance qu’elle lui donnait. Un peu plus tard dans le livre Duroy se promène avec Mme De Marelle et croise Rachel. Duroy fait mine de ne pas la reconnaitre ayant honte de son grade de prostituée: ’’Mais il l’avait aperçu depuis longtemps déjà. C’était Rachel qui rôdait autour d’eux...’’ .En trahissant ainsi Rachel il ne trahi pas seulement elle mais aussi son passé qu’il n’assume plus. Goerge ne trahi pas seulement les femmes mais aussi ses amis comme M Forestier ayant eu mauvais comportement en vers Duroy celui ci décide de se vanger en courtisant Madelaine Forestier sa femme, bien que celle si le repousse dans un premier temps. Plus tard lors de la mort de M. Forestier Madelaine appelle Goerge pour trouver du réconfort celui-ci se rend donc à Canne ,Forestier meurt et devant sa dépouille Duroy demande en mariage Madelaine;’’mon rêve le plus chère aurait été d’épouser une femme comme vous.’’. C’est une grande trahison vis à vis de Forestier car c’est lui qui à lancer la carrière de Duroy ,  c’est grâce à lui qu’il a pu grimper les échelons dans la grande société. En agissant ainsi il prend même la place de Forestier. Pour finir la dernière femme qu’il trahi , dans le livre est Mme Walter qu’il avait courtisé, sous le conseil de Madelaine la première fois quand elle l’avait repoussé. Goerge la trahi en épousant sa fille alors que Mme Walter l’aimait encore.

Adèle, Axel

Dictionnaire de Bel Ami : U comme usurpateur

Par M. Jouvin - publié le mercredi 15 novembre 2017 à 06:07 dans 2nde

Ce mot illustre parfaitement le comportement de Duroy, qui est par ailleurs le personnage principal du roman, autant du point de vue de sa vie privée que professionnelle. En privé, Duroy séduit, enjôle et capture le c½ur de ses maîtresses et parvient à ses fins à chaque fois. Tous ses agissements ont un but unique : son ascension sociale et professionnelle. La première pensée de Duroy après avoir séduit Mme de Marelle, « il en tenait une », amorce le développement du caractère usurpateur, manipulateur et profiteur de celui-ci et nous laisse entrevoir une partie de ce qu’il sera par la suite capable de faire pour avoir sa place dans monde aristocratique parisien, ce qu’il appelle le « vrai monde ». Duroy continue sa montée ensuite en séduisant et en épousant Mme Forestier, mais la maîtresse que Duroy trompera le plus reste Mme Walter pour qui il n’a aucun sentiment et qu’il considère comme une sorte d’en cas « déjà rassasié de cette femme mûre et dramatique ». Il ira même jusqu’à épouser sa fille, Suzanne qui lui sert de « petite marionnette de chair » et qui est le point culminant de sa réussite sociale et professionnelle.

Cependant, Duroy n’est pas le seul personnage à avoir usurpé tout le monde car il évolue durant tout le roman dans un milieu, une profession auquel ne correspond pas pas, en apparence, le mot usurpateur : le journalisme. Pourtant les apparences sont trompeuses, et dans Bel Ami, Maupassant nous dépeint une toute autre image du journalisme. On le remarque de façon flagrante, pour la première fois, lorsque Duroy se fait initier au rôle de journaliste par Saint-Potin. Les journalistes se trouvent être incompétents, fainéants et pas réellement impliqués dans leur métier comme le fait comprendre Saint-Potin « J’en ai déjà interviewer cinq cents de ces Chinois, Persans, Hindous, Chiliens, Japonais et autres. Ils répondent tous la même chose d’après moi. Je n’ai qu’à reprendre mon article sur le dernier venu et la copier mot pour mot ». Ils passent même leur temps à jouer au bilboquet, comme le dit Forestier « Hier j’ai fait cinquante-sept coups de suite ». De plus, ce dernier fait écrire ses articles par sa femme en en tirant tous les mérites : « Va t’en trouver ma femme, elle t’arrangera ton affaire aussi bien que moi. Je l’ai dressée à cette besogne là ». Deux personnages usurpent également Duroy et lemonde : Walter et Laroche-Mathieu. Tous deux gardent des informations privées sur l’affaire du Maroc afin d’y gagner un bénéfice et donc de s’enrichir dans le dos de tout le monde.

Ce duo Walter et Laroche-Mathieu nous conduit à établir l’un des nombreux liens entre le monde du journalisme et de la politique, qui est l’usurpation. Le personnage de Laroche-Mathieu est très intéressant du moment où l’on voit à la fois sa position d’usurpateur, envers Duroy principalement, avec l’affaire du Maroc et de Madeleine (adultère), et à la fois d’usurpé, de manipulé : il est une sorte de pantin aux mains des journalistes comme Walter sans qui il ne serait rien. Duroy réussi, d’ailleurs, à détruire son image à la fin, ainsi que celle de Madeleine en les prenant en flagrant délit d’adultère. Pour en revenir à la politique, Duroy qui devient au fur et à mesure un maître de l’usurpation, va finir par épouser Suzanne Walter qui est donc la clé qui lui ouvrira la porte de ce monde tant convoité et auquel certaines de ses dernières pensées iront : « il lui sembla qu’il allait faire un bond du portique de la Madeleine au portique du Palais Bourbon ».

Océane, Roxane

Dictionnaire de Bel Ami : S comme succès

Par M. Jouvin - publié le mercredi 15 novembre 2017 à 06:06 dans 2nde

Pour Maupassant, le succès est réservé aux manipulateurs narcissiques, se servant des autres pour accroître leur situation sociale.

Maupassant se sert de son personnage principal, Georges Duroy, pour faire passer sa façon de penser.

Au début du roman, Duroy vit dans la misère « on était au 28 juin, et il lui restait juste en poche trois francs quarante pour finir le mois ». C’est un homme jaloux des hommes du monde, de leur succès « tous ces imbéciles là ont des sous dans leur gilet ». Le destin lui est favorable puisqu’il rencontre son vieil ami Forestier. Il sera le déclencheur de cette envie de grand succès.

Duroy a du succès dans le monde professionnel, il gravit les échelons de la Vie française. Il est d’abord reporter mais cela ne lui convient pas. Il ne gagne pas assez d’argent et n’est pas reconnu comme un homme du monde « Forestier le reçu de haut, comme on reçoit un inférieur ». Par la suite, Duroy devient chef des échos, il se fait un nom dans le milieu journalistique, prend la place de Forestier à sa mort … Son succès dans le journal est alors au maximum. 

Cependant, Duroy souhaite également avoir du succès auprès des femmes. Il est fier et orgueilleux, il veut montrer aux hommes qu’il excelle dans la séduction. Son succès avec les femmes se caractérise par son élégance, sa capacité à persuader les femmes d’un amour naissant entre eux, « toutes les femmes avaient les yeux sur lui ». Il comprend que les femmes peuvent lui permettre d’accéder à un plus grand succès. Il va utiliser Madame Forestier pour écrire son article ;   et c’est un succès, il a « le c½ur joyeux et l’esprit allègre », ou quand elle lui conseille de changer son nom pour qu’il soit plus noble…

Le succès dans sa profession et auprès des femmes ne lui suffisent pas, il veut aussi être riche. Il va ainsi utiliser Madame Forestier qui est devenue sa femme, pour qu’elle partage l’héritage qu’elle a reçu de Vaudrec « il m’est impossible d’admettre et de permettre que ma femme accepte un legs de cette nature d’un homme que la rumeur publique lui a déjà prêté pour amant ». Cette soif de richesse ne lui suffit pas. Lorsqu’il apprend que Monsieur Walter est très riche, une jalousie immense grandit en lui. Il décide donc de séduire Suzanne. Pour cela, il divorce de sa femme pour adultère et se marie avec Suzanne. Il accède donc à une grande richesse et notoriété. Son succès est extraordinaire.

Et Maupassant nous laisse croire à la fin du livre que le Succès de Duroy n’est pas terminée « puis, relevant les yeux, il découvrit la-bas, derrière la place de la Concorde, la Chambre des députés ».

Maëva, Orlane

Page précédente | Page 1 sur 12 | Page suivante
Blog des classes de français de M. Jouvin, du lycée Malherbe de Caen.
«  Décembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Derniers commentaires

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade