LE PLAISIR DU TEXTE

Fable (Djénébou)

Par Lamartine - publié le jeudi 7 juillet 2016 à 11:25 dans Pastiches et parodies


(C’est aussi un exercice : corrigeons les petites erreurs surlignées)


Le lion ayant manger toute l’année

Se trouva fort rassasier mais 

Quand le printemps fut venu

Pas un seul petit gibier

De zèbre ou de gazelles

Il alla voir 

Chez sa grande voisine le girafe

La priant de regarder si il n’y a pas (attention au temps, le récit est au passé)

Quelques animaux pour conserver (je ne comprends pas le mot ici)

Jusqu’à la saison nouvelle

Je vous paierai, lui dit-il

Avant l’août, foi du roi de la savane 

Intérêt et principal

La girafe n’aime pas aider

C’est là son moindre défaut

Que faisiez-vous toute l’année ?

Dit-elle à ce félin

Nuit et jour à tout venant

Je mangeais, ne vous déplaise 

Vous mangiez j’en suis fort aise 

Eh bien ! Chasser maintenant

 

Djénébou Kourouma 

 

Bonne Vacances !!!!

Fable (Anaïs)

Par Lamartine - publié le jeudi 7 juillet 2016 à 11:22 dans Pastiches et parodies

 

C’est aussi un exercice : corrigeons les petites erreurs surlignées !


                                            

Le lièvre et la tortue


Le lièvre ayant dormi tout l’été

Se trouva fort gainé

Quand l’école fut venu

Pas une seul en droit

De quoi se reposer ou dormir

Elle alla voir son ennemie

La tortue

La priant de lui faire tous ses devoirs

Quelque temps pour ne pas avoir une retenue

Jusqu’à les vacances.

"Je vous donnerez des bonbons, lui dit-il,

Avant l’été, foi d’animal,

Intérêt et principal."

La tortue n’est pas gentille avec le lièvre 

C’est la son moindre défaut.

"Que faisiez-vous cette été ?

Dit-elle a cette dormeuse.

-Nuit et jour à tout venant

je dormais, ne vous déplaise.

-vous pleuriez? J’en suis fort aise.

Eh bien ! Rions maintenant.

 

                                          Anais Forestier 

(Jean de la fontaine )

(Un pastiche)

 

 

  

Fable Le mangeur et le boulanger (pastiche) par Léo 6°2

Par Lamartine - publié le mardi 30 juin 2015 à 11:12 dans Pastiches et parodies

L’élève ayant mangé 

Toute l’année

Se trouva fort embarrassé

Quand la rupture de stock fut arrivée.

Pas une seule petite boîte de pâté

De chips ou de thé.

Il alla chercher de la purée

Chez le boulanger

Le priant de lui en donner

Jusqu’à la saison nouvelle.

"Je te le rendrai, lui dit-il

Avant l’été, je te le promets

Principal et intérêt".

Mais le boulanger n’aime pas prêter

C’est là son moindre défaut.

"Que faisiez-vous cette année?

Dit-il à cette personne qui adore se goinfrer

-Nuit et jour à tout venant je mangeais, ne vous déplaise

-Vous mangiez? j’en suis fort aise

Eh bien! évacuez maintenant."                                 

 

Un pastiche de La Fontaine par Sabrina 6°2

Par Lamartine - publié le mercredi 24 juin 2015 à 09:07 dans Pastiches et parodies

Le Serpent et l’Abeille

 

Le serpent ayant mangé

Toute l’année

Se trouva fort embêté

Quand l’hiver fut arrivé

Pas un seul petit animal,

De poisson ou d’insecte

Il alla demander de l’aide

Chez l’abeille sa voisine

La priant de lui prêter du miel

Jusqu’à la saison nouvelle.

"Je vous aiderai, lui dit-il,

Avant l’hiver prochain, foi d’animal,

Intérêt et principal "

L’abeille n’est pas très prêteuse

C’est là son moindre défaut.

"Que faisiez-vous toute l’année ?

Dit-elle à son voisin

-Nuit et jour à tout venant je mangeais, ne vous déplaise.

-Vous mangiez ? J’en suis fort aise.

Eh bien ! travaillez maintenant."


Pastiche "La grenouille et l’écureuil" par Fantine 6°2

Par Lamartine - publié le mardi 23 juin 2015 à 02:12 dans Pastiches et parodies

La grenouille et l’écureuil

 

La grenouille ayant sauté

Toute l’année

Se trouva fort embêtée

Quand l’inondation se fut pointée

Pas un seul petit cm²

De pierre ou de rocher

Elle alla se lamenter

Chez l’écureuil l’habitant d’à côté

Le priant de lui laisser un petit coin pour sauter

Jusqu’à la saison nouvelle

Des noisettes je vous donnerai,lui dit-elle

Avant l’été, foi d’animal,

Intérêt et principal

L’écureuil n’est pas bien élevé

C’est là son moindre défaut.

« Que faisiez-vous avant les eaux

Dit-il à cette profiteuse

-Nuit et jour à tout venant je sautais, ne vous déplaise.

-Vous sautiez ? J’en suis fort aise.

Eh bien ! Nagez maintenant. »

 

Le Soleil et la Lune par Audrey 6°2 (pastiche)

Par Lamartine - publié le mardi 23 juin 2015 à 02:11 dans Pastiches et parodies

Le Soleil et la Lune

 

Le Soleil s’étant montré

Tout le jour

Se trouva fort embêté

Quand le nuage fut arrivé

Pas un seul petit rayon

De lumière ou de clarté

Il alla de l’autre côté du monde

Chez la Lune sa voisine

La priant de lui laisser place

Jusqu’à ce que le nuage fût parti

« Je vous remercierai, lui dit-il,

Avant la nuit, foi d’astre »

La Lune est jalouse du Soleil

C’est là son unique défaut

« Que faisiez-vous au temps où le nuage était de mon côté ?

Dit-elle à cet orgueilleux

-Tous les jours à tout venant je brillais, ne vous déplaise.

-Vous brilliez ? j’en suis fort aise.

Eh bien ! Dormez maintenant. »

 

Parodie du monologue de Don Diègue par Lisa 4e5

Par Lamartine - publié le mardi 16 juin 2015 à 03:25 dans Pastiches et parodies

Ô lait noisette ! Ô blanc coco ! Ô noir intense !

N’ai-je donc tant grignoté que pour recommencer ?

Et ne suis-je pas assez gourmande comme dans mon enfance

Que pour voir en un jour mes sucreries mangées ?

Mon chocolat, qui tant de fois a fondu,

Tant de fois été coupé et délecté,

Tu me fais grossir, et ne fais rien pour moi ?

Ô cruel souvenir de ma belle taille fine !

Œuvre de tant de sport par jours et par mois !

Nouveau duel contre mon chocolat adoré !

Joli repas d’où tombent mes miettes de goûter !

Parodie du monologue de Don Diegue par Noemi Coin 4°5

Par Lamartine - publié le mardi 16 juin 2015 à 03:23 dans Pastiches et parodies

PARODIE DU MONOLOGUE DE DON DIEGUE :

 

Ô crayon ! Ô fatigues incessantes ! Ô agitation !

N’ai-je donc tant pensé que  pour tout regommer ?

Pour laisser ce papier, blanc, sans imagination ?

Et ne suis-je donc pas assez appliquée,

Que pour voir en un jour pas un brin d’écriture ?

Ma plume qui tant de fois fut transportée de joie,

Qui tant de fois eut de l’envergure,

Trahis mes doigts

Et ne fais rien pour moi ?

Ô cruel souvenir de ces papiers tant aimés,

Œuvre de tant de jours qui soudain effacée,

Nouvelle fatalité qui me fait souffrir,

Solitudes infinies qui me font périr.

 

Noemi Coin   4°5

Parodie par Noah 4°5

Par Lamartine - publié le mardi 16 juin 2015 à 03:21 dans Pastiches et parodies

Parodie du monologue de Don Diègue

O collège ! O cours ! O français !

N’ai-je donc supplié

Et ne suis-je récompensé

Que pour voir en un jour deux heures de Français

Ma voix qui tant de fois a récité

Tant de fois parlé

Je te vénère mais tu ne fais rien pour moi

O cruel souvenir de ce cours de Français

Œuvre de tant de jour en un jour de congé effacée

Nouveaux cours d’où tombe mon ennui.

 

Parodie du monologue de Don Diègue dans Le Cid par Maud 4°5

Par Lamartine - publié le mardi 16 juin 2015 à 02:57 dans Pastiches et parodies

Ô fougue sans fin ! Ô rage fidèle ! Ô mon ennemie !

N’ai-je donc tant écrit que pour tout regommer

Et ne suis-je en votre compagnie

Que pour voir en un jour toutes mes idées effacées ?

Ma gomme préférée qui tant de fois m’a blessée

Tant de fois fait recommencer mes créations

Tu gommes ma vie et ne fais rien pour moi ?

Ô cruel souvenir de toutes ces pages noircies

Œuvre de tant de jours puis tout à coup reblanchies

Nouvelle invitée dans ma trousse chic

Qui me fait rendre des copies uniques.

 


Page précédente | Page 1 sur 2 | Page suivante
Travaux d'écriture d'élèves du collège Lamartine à Paris.
«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Liens

Derniers commentaires

- Commentaire sans titre (par Lamartine)
- Paola (par Visiteur non enregistré)
- : (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Lamartine)
- Travail d'arsene (par Lamartine)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade