LE PLAISIR DU TEXTE

Conte

Par Lamartine - publié le mardi 5 janvier 2016 à 11:10 dans Le conte 6ème

DEPAZ Timothée 6 ° 2

 

 

Le Conte merveilleux

 

Il était une fois, un jeune homme nommé Jacob qui était le fils du roi d’Amérique. Un jour, son père lui dit :

- Mon fils, tu dois aller en France car il y a la guerre là- bas, Nikaia se bat contre Lutèce car les habitants de Lutèce veulent conquérir Nikaia. Tu dois arrêter la guerre. Pour cela je te donne une fée avec une baguette magique. Ça te servira à rétablir l’ordre. Tu vas devoir traverser l’Atlantique. Tu partiras à l’aube demain matin. 

 

Jacob partit très tôt le lendemain avec son sous-marin. La fée l’accompagna. Il regarda sur sa carte et s’arrêta dans le désert. Jacob rencontra un monsieur qui connaissait son père. Ce dernier lui dit :

-                           J’ai une mission pour toi. Tu dois aller en France avec ta fée et arrêter la guerre.

Jacob demanda :

-                           Comment ? 

Le monsieur lui répondit :

- Elle hypnotisera les habitants et leur enlèvera leurs armes. A leur réveil, ils auront tout oublié et vivront en paix .

 

Le soir même, Jacob prit un avion et partit pour la France accompagnée de la fée. Il vit une guerre incroyable. Il se protégea grâce à ses armures. Il se rendit à son hôtel à Lutèce et demanda :

-                           C’est bien ici que j’ai réservé une chambre au nom de Jacob ?

 La dame de l’hôtel lui répondit :

-                           Oui, je vais vous accompagner à votre chambre.

 Jacob la questionna :

-                           Il y a une guerre ici ? 

 La dame répondit :

-                           Hélas oui, il y a une guerre énorme, les vitres de mon hôtel sont cassées.

Jacob la rassura :

-                           J’ai une fée qui va hypnotiser tous les habitants puis nous allons jeter leurs armes au feu et la guerre sera finie.

La dame lui dit :

-                             Monsieur, vous allez nous sauver, allez y vite et n’oubliez pas votre fée .

Jacob sortit de l’hôtel et dit :

-                           Vas-y, ma petite fée, hypnotise les.

C’est ce que fit la fée. Elle les hypnotisa, Jacob prit leurs armes et alluma un grand feu pour les brûler. A leur réveil, les habitants de Lutèce avaient tout oublié et la guerre était finie.

Conte par Anaïs

Par Lamartine - publié le lundi 14 décembre 2015 à 12:11 dans Le conte 6ème

Darus du nord

 

 

Il était une fois un humain qui était à moitié homme et à moitié dragon qui s’appelait Louis  . Dans son village , tout le monde avait peur de lui et l’avait surnommé Darus du Nord . Mais un jour, les villageois avaient tellement peur , qu’ils voulurent le tuer , alors il s’enfuit et partit dans la forêt . Pendant ce temps , dans le village des hommes , des  rumeurs circulaient prétendant qu’il était un monstre , qu’il mangeait tout sur son passage et surtout qu’il aimait bien manger les petites filles ... Mais bien sûr c’était faux . Des année passèrent et ces rumeurs étaient de plus en plus déformées . Mais un jour , Ana une jeune fille que tout le monde connaissait, entendit toutes ces rumeurs et ne voulut pas y croire ,elle voulait voir cet homme  de ses propres yeux . Donc elle partit ce jour même , pendant que tout le monde dormait pour que personne ne puisse la voir , mais elle n’aurait pas dû partir la nuit car un cheval ailé rôdait et tout ce qui était sur son passage mourait  . Mais cette fois ci , le cheval qui l’avait aperçue de haut , ne tua pas la jeune fille , mais la prit pour la manger , Ana , qui avait tellement peur , cria aussi fort qu’on l’entendit jusqu’au désert . Et dans ce désert vivait un génie très faible et qui ne savait rien . Ce génie s’appelait  Pierre , il chercha d’où les cris de la jeune fille parvenaient et ces cris n’arrêtaient pas. Mais avant de l’ attraper, le cheval ailé avait jeté un sort pour que personne ne l’ entende , sauf , les génies et les monstres donc l’humain à moitié homme et à moitié dragon, Louis alias Darius .

Conte par Romain Buzon 6ème 2

Par Lamartine - publié le lundi 14 décembre 2015 à 12:09 dans Le conte 6ème

                          Le conte merveilleux

 

                   Le guerrier ténébreux

     

 Il était un fois un jeune guerrier nommait Charles, il s’entraînait à devenir guerrier du roi, tous les jours avec son père. Mais un jour les chevalier du roi capturèrent Charles pour qu’il soit un esclave du roi. Il essaya de s’enfuir mais il tomba dans la forêt et il se réveilla. Charles marcha pour retourner chez lui, il vit une lumière blanche comme la neige. Il alla voir et vit une sorcière blanche, il demanda :

-       Vous vous êtes perdu ?

-       Non répondit la sorcière, je suis à la  recherche d’un guerrier courageux.

-       Je suis votre homme dit-il

-       Vous êtes sûr ?

-       Oui je suis sûr dit Charles.

-       Bon si vous êtes sûr je vous donne un parfum magique.

-       Si tu ouvre le parfum, de la poudre magique sortira pour endormir les ennemis.

-       Mon nom est Charles .

-       Et moi Delphine, mais fais attention, Charles, ta mission est de battre le méchant Neil le ténébreux.

-       Bonne chance, dit-elle.

Charles partit au château du roi, il entra mais les gardes du roi l’attrapèrent et Charles ouvra son parfum et les gardes s’endormirent. Charles demanda au roi :

-       Où est Neil le ténébreux ?

Le roi lui répondit :

-       Il est dans les nuages .

Il sorti et entendit un bruit, il regarda au ciel et vit des nuages qui parlaient du ténébreux Charles demanda aux nuages s’ils pouvaient l’emmener dans les nuages mais ils refusèrent alors Charles ouvra le parfum et les nuages s’endormirent. Il entra dans un nuages et alla dans les nuages. Il vit un palais, il entra dans le palais et vit un panneau qui disait

-       Pour passé cette porte, il faut que vous vous coupiez un doit.

Il prit son épée et se coupa un doit et la porte s’ouvrit.

 

 

 

Héda 6ème 2

Par Lamartine - publié le lundi 14 décembre 2015 à 12:03 dans Le conte 6ème

                                           

Le guerrier aux deux visages.

 

Il était une fois, un guerrier qui n’était pas très malin ni gentil ni intelligent. Il avait une fille. Tout le monde l’appelait le guerrier aux deux visages car il avait la moitié du visage brûlée. Bien sûr il n’était pas né ainsi, c’était un être maléfique qui lui avait fait cela. Il s’appelait le seigneur des ombres. Il vivait au plus profond du pays dans la vallée des cactus. Le pays était très sombre et terrifiant car le seigneur des ombres avait jeté un sort et dérobé toutes les couleurs. Mais le guerrier au deux visages jura qu’il se vengerait un jour. Le guerrier alla chasser pour sa fille et lui, comme chaque jour. Sa fille était une sorcière très gentille qui prenait chaque jour des cours de sorcellerie. Après le dîner, son père lui demanda:

-Te souviens-tu de l’homme qui m’a brûlé la moitié du visage?

-Oui bien sûr, pourquoi? répondit sa fille.

-Car j’aurais besoin de toi pour me venger de lui.

-Très bien, mais la vengeance ne te ramènera pas ton autre moitié du visage, reprit sa fille.

La sorcière prit la main de son père et elle chuchota en fermant les yeux:

-Il se cache en dessous d’un arbre dans la vallée des cactus. Mais pas n’importe quel arbre, le plus grand et le plus majestueux.

-Merci beaucoup, dit son père. Je partirai demain à l’aube

-Je viens avec toi!

-Non c’est trop dangereux ! lui cria son père.

Le lendemain matin, le guerrier partit sur son cheval majestueux et de couleur blanc comme la neige avec les seules provisions qu’il avait pu prendre. Il arriva dans la vallée des cactus, mais un serpent propriétaire de la vallée lui coupa le passage.

-Bonjour serpent, puis-je passer? Car je dois me venger du seigneur des ombres.

-Très bien, mais il faut d’abord répondre à mon énigme, dit le serpent.

-Quelle est votre énigme?

-Je sssssssssuis un mot, ccccccccccccccertaines perssssssssssonnes disent que je suis un mot magique et vous ne m’avez pas prononcccccccccccé. Qui suis-je?

-Je ne sais pas, répondit le guerrier.

 Comme le guerrier aux deux visages n’était pas très intelligent ni malin, il ne le savait pas.

-Alors vous ne passerez pas ! reprit le serpent.

Au moment où le serpent lui dit cela, on entendit des galops de chevaux. C’était la fille du guerrier : elle l’avait suivi.

-S’il te plaît, le mot est s’il te plaît ! dit sa fille.

 La fille le savait car le serpent disait toujours la même énigme à chaque personne qui voulait passer la vallée des cactus. Et ils purent traverser tous les deux.

-Comment le savais-tu ? demanda le guerrier.

-Mystère… reprit la fille.

Ils arrivèrent à l’arbre et descendirent en dessous. Le guerrier vit  le seigneur des ombres et courut vers lui. Ils se battirent tous les deux et la fille du guerrier cria :

-Papa !!! Repense à ce que je t’ai dit tout à l’heure… La vengeance ne te ramènera pas ton autre moitié du visage.

Mais avant qu’elle dise cela, il avait déjà tué le seigneur. Tout le pays retrouva ses couleurs et la population était redevenue heureuse, mais le visage du guerrier n’était pas redevenu comme avant.

Sa fille l’avait prévenu mais elle lui pardonna quand même et ils vécurent heureux, parfois malheureux jusqu’à la fin de leur vie.

 

                                      

                                                      Moralité :

La vengeance ne sert à rien du tout et on peut perdre les personnes qui comptent le plus dans sa vie, ça ne ramènera pas la chose qu’on a perdue.

 

Esther ULYSSE

Par Lamartine - publié le vendredi 4 décembre 2015 à 10:13 dans Le conte 6ème

Le conte merveilleux.

 

Le miroir magique 

 

Il était une fois un homme qui ne savait ni son prénom ni son âge.

Un jour, alors qu’il se demandait ce que son prénom et son âge étaient, il entendit une histoire racontée par la gentille sorcière du village.

La sorcière aimait les contes et les légendes, alors elle décida de venir chaque midi à la place du village pour les lire aux enfants.

Les enfants aimaient ses histoires car il y avait de la magie et les enfants aiment la magie…alors « l’homme qui ne savait ni son prénom ni son âge » entendit une parole de la sorcière :

« Si vous recherchez ce miroir, ça doit être pour une bonne raison, quand vous l’aurez devant vous, vous pourrez poser votre problème au miroir, mais cependant il y a une autre chose très importante que je dois vous dire si vous partez à la recherche de ce miroir : il n’y a pas que vous qui entendez ces contes et légendes remplis de merveilles…il y a aussi le voleur qui s’appelle Mars.

Il est le plus grand des voleurs et il veut à tout prix avoir ce miroir car il cherche quelque chose de très important, mais je ne sais pas ce qu’il cherche. »

L’homme, lorsqu’il entendit ces paroles, fut surpris car il ne savait pas que les contes et légendes existaient vraiment.

Quand les enfants furent partis, il alla parler à la sorcière pour lui demander si ses contes existaient, la sorcière répondit :

-Bien sûr qu’ils existent mes contes !

Alors l’homme demanda comment s’y prendre pour pouvoir avoir le miroir :

-Tu sais beaucoup de gens sont devenus fous à vouloir partir à cette recherche de miroir… résultat : ils ne l’ont jamais retrouvé et ils étaient tellement tourmentés, qu’ils en sont morts une semaine après... je n’ai pas envie que cela vous arrive monsieur !

L’homme angoissé par ceci, savait déjà qu’il était en train de devenir fou, il demanda quand même à la sorcière si elle n’avait rien pour parvenir au miroir :

-Je pense que si je…

L’homme, qui commençait à en avoir assez, dit à la sorcière :

- S’il vous plaît chère sorcière, pouvez-vous me le dire ?

La sorcière gênée, finit par lui dire :

-Si vous comptez mourir je vous le dis : Il y a de cela très longtemps, il y avait un voleur, il s’appelait Mars. Il cherchait le miroir, mais dès le moment où il eut trouvé le miroir, il tomba dans un grand trou.

Mais quelques années plus tard (l’année de votre naissance), il réussit à s’échapper du grand trou avec le miroir !

Il était fier, il n’en croyait pas ses yeux !

Comme il s’est dit que d’autres personnes allaient le chercher, il décida alors de mettre le miroir dans le trou pour que personne ne le prenne.

Il savait que quelques années plus tard, tu entendrais des gens raconter son histoire, il mit le miroir dans le trou là où il était tombé avec les autres personnes qui cherchaient ce miroir !

Ces personnes étaient ravies d’un côté mais d’un autre, non car elles étaient toujours enfermées depuis de très longues années et elles savaient qu’elles allaient bientôt ne plus être dans ce monde.

La sorcière dit que ceci était tout ce qu’elle savait sur ce miroir et ce voleur qui s’appelait Mars !

L’homme avait tant aimé l’histoire qu’il demanda une dernière chose :

-Veux-tu venir avec moi chercher le miroir ?

La sorcière lui dit d’un ton désolé :

-Désolée je n’ai pas envie de venir car on va rencontrer plein de dangers et que moi je tiens à ma vie !

L’homme savait de toute façon qu’elle allait dire ça.

Il partit le lendemain matin pour un très long voyage. L’homme se dit que ce n‘était pas si grave que ça si la sorcière ne venait pas avec lui ; de tout façon, il était déjà trop tard car il avait déjà commencé la moitié du chemin tout seul.

Il vit quelques animaux qui passaient devant lui mais sinon rien à part le vide. Il se sentit très seul car il arriva dans une sorte de grotte et ne vit rien à l’intérieur, alors il s’avança lentement. Dans la grotte, il n’y avait rien à part le noir, alors il se sentit très seul, tellement, seul et fatigué par ce long voyage à pied.

Il s’endormit dans la grotte et dans le noir.

Le lendemain matin, il se réveilla et il avait faim et comme il y avait une rivière en face de la grotte, il prit un peu d’eau dans sa main et il se sentit beaucoup mieux, alors il marcha encore et marcha et marcha, il marcha pendant des jours et des jours jusqu’à son épuisement.

Il tomba et resta allongé au moins une heure, il était près d’une rivière(encore) et sentit de l’eau qui se mit sur sa main alors il se remit debout et reprit de l’eau dans sa main. Il décida de s’installer là pour la fin de journée afin de pouvoir se reposer.

Le lendemain matin, il se réveilla de bonne humeur afin que sa journée soit heureuse, il savait qu’il allait marcher pendant des journées alors il décida de ne pas démarrer tout de suite pour être sûr de ne plus tomber car là ça faisait la deuxième fois qu’il tombait et il en avait assez… encore heureux qu’il ne meure pas… de tout façon, la sorcière l’aurait prévenu s’il risquait de mourir  mais il essaya de se dire que ça n’arriverait pas.

Un peu plus tard dans la matinée il décida de se lever pour continuer sa petite quête et retrouver le miroir et aussi Mars le voleur !Alors qu’il était en train de marcher il vit un homme plus grand que lui mais il lui parut très loin alors que Mars  (il ne savait pas mais c’était bien lui) lui, voyait l’homme sans prénom et sans âge, l’homme ne se sentit pas très bien alors il retomba par terre pareil que la dernière fois sauf que cette fois-ci Mars marcha et vit l’homme.

Alors Mars aida l’homme à se réveiller. Il prit parole :

-Tu sais petit le miroir n’a jamais existé !

Il mentait bien sûr !

L’homme compris tout de suite qu’il était dans les bras du voleur alors il s’écarta des bras de Mars et lui dit :

-Je sais que tu es Mars le voleur et que tu veux le miroir toi aussi !!!

Alors Mars dit :

-Tu sais que je ne le veux plus tu peux le prendre…

Il mentait bien sûr !

L’homme s’étonna tellement qu’il tomba, pendant ce temps Mars souleva l’homme pour le mettre dans le grand trou avec les autres personnes. Alors une heure après l’homme se réveilla et au lieu d’être allongé par terre il se retrouva dans un grand trou et vit d’autres personnes avec lui et quand il se retourna et il vit le miroir, alors qu’il était tout content, il vit Mars en haut qui le regardait, Mars prit parole :

-Tu ne t’en sortiras pas facilement !

L’homme lui répondit :

-Tu penses que je croyais que ça serait plus facile ?

Mars étonné répondit :

-Bien sûr que non,moi je m’en vais au revoir.

L’homme était content que Mars parte car il pouvait s’échapper car il avait le miroir, alors il demanda au miroir :

-Miroir comment sortir d’ici car j’ai vous et j’ai moi et les autres ?

Le miroir lui répondit :

-Vous n’avez pas besoin d’aide car vous pouvez me traverser par ma vitre et comme ça, vous serez en haut. Pareil pour les autres !

L’homme posa une autre question :

-Et vous miroir vous n’allez pas vivre ici éternellement ?

Le miroir qui ne savait pas trop quoi répondre répondit quand même :

-Cher petit homme c’est vous le plus important non ? , et puis tu peux me demander encore trois choses tu le sais ?

L’homme était content et triste pour le miroir qui allait devoir rester ici

Il dit :

-Alors mes trois derniers souhaits sont : libérer les autres personnes et aussi me libérer moi et revenir au village avec vous.

Le miroir était content et dit :

-Vos voeux vont se réaliser maintenant, il y eut un clic tout à coup tout le monde disparut et voici la fin du conte.

 

La morale de cette histoire c’est qu’il faut être soi-même !

MARIAME

Par Lamartine - publié le mardi 1 décembre 2015 à 12:37 dans Le conte 6ème

ROBERT ET LE MIROIR MAGIQUE


Il était une fois un monde horrible, où le roi régnait avec son fils.

Son fils était méchant , égoïste, sans pitié.

Il y avait un autre homme qui s’appelait Robert. Il était pauvre, il vivait avec sa mère qui tenta à de nombreuses reprises de s’échapper du royaume.

Mais un jour, le roi en eut assez alors, il la transforma en caillou magique.

Mais Robert découvrit dans un livre qu’on pouvait inverser des sorts avec un simple miroir.

Le fils du roi découvrit lui aussi son existence,  alors il partit à sa recherche et Robert aussi.

Alors qu’il rentrait dans le monde des épreuves, là où se cachait le miroir, il vit une vieille dame qui avait besoin d’aide. Elle avait perdu sa paire de lunettes. Il la retrouva puis il vit un chien affamé. Robert lui donna un petit bout de pain qui était dans sa poche, alors le chien le suivit.

Le jeune garçon trouva le miroir puis le fils du roi arriva.

Il vit la vieille dame mais il ne l’aida pas. Le chien, il l’ignora. Il arriva devant un petit couloir et Robert, lui, avait déjà le miroir dans ses mains. Il allait partir mais le fils du roi voulait vraiment que personne ne sache pourquoi. Comme il le voulait alors il le prit des mains de Robert qui lui donna une gifle. Le fils du roi lui donna un coup de pied, le chien le mordit.

 Le fils du roi avait tellement mal qu’il en fut blessé à la jambe et qu’il ne pouvait plus en faire l’usage.

Quand Robert rentra chez lui, il donna sa forme humaine à sa mère. Le fils du roi, qui avait un handicap, mourut .

Le roi, désespéré,  disparut du royaume. Certains pensaient qu’il était mort ou qu’il était parti à la recherche de son fils.

Robert et sa mère vécurent heureux et le monde horrible devint le monde merveilleux.

 

Alexandre Vasiljevic

Par Lamartine - publié le mardi 1 décembre 2015 à 12:35 dans Le conte 6ème

                                         La grotte légendaire

 

Il était une fois un lieu nommé la grotte. C’était un lieu légendaire qu’Alexandre voulait à tout prix atteindre car une rumeur disait que celui qui irait jusqu’au bout de cette grotte aurait bonheur et richesse. Mais c’était une grotte très dangereuse habitée par le seigneur des ténèbres, un animal très féroce.

Alexandre fit un long voyage et arriva devant la grotte. A peine il posa un pied dans la grotte qu’un parfum apparut dans ses mains. Alexandre se demanda ce qui se passait. Et d’un coup, un énorme génie apparut et dit:

- C’est un objet magique, un parfum et quand tu ouvriras le  parfum, je viendrai t’aider.

Alexandre, très étonné, continua. Mais d’un coup, le seigneur des ténèbres sauta sur lui. Alexandre sursauta de peur, il fuit  mais le seigneur des  ténèbres le rattrapa. Il était bien plus féroce qu’on ne le pensait. Alexandre s’évanouit puis le seigneur des ténèbres le ligota . A son réveil, Alexandre se demanda : "Où suis-je ?".  Il vit le seigneur des ténèbres et se souvint. Mais Alexandre était rusé; il appela le génie grâce au parfum puis il demanda au génie de lui enlever ces cordes qui l’entouraient, et lui ordonna de ligoter le seigneur des ténèbres à son tour avec la matière la plus résistante du monde. Mais le seigneur des ténèbres ne se laissa pas faire; il essaya tant bien que mal de se libérer mais ses efforts furent vains alors Alexandre continua à marcher dans la grotte et  en arrivant au bout,  il vit plein de pièces d’or autour d’un coffre. Il ouvrit le coffre et vit une lettre où il y avait marqué dessus: "Bravo ! Tu as réussi à battre le seigneur des ténèbres, tu gagnes le parfum et toutes les pièces  d’or que tu souhaites!"

Alexandre, heureux, rentra chez lui. 

 

 

                                   MORALE : travaille et tu en seras récompensé

 

Jacques Xu

Par Lamartine - publié le mardi 1 décembre 2015 à 12:34 dans Le conte 6ème

Alexandre

 

Il était une fois un mendiant appelé Alexandre, qui vivait dans la rue. Il demandait de l’argent à tous les passants pour avoir à manger.

Un jour, il trouva un caillou qui permettait de voir le futur. Il le garda. Le lendemain, il vit un cheval ailé qui ravageait la ville et qui vivait dans une grotte. Alexandre prévint tout le monde mais tous les passants l’ignoraient, seul le mendiant voulut affronter le cheval ailé.

Le lendemain matin, le cheval ailé arriva pour ravager la ville, il lança du feu de sa bouche, il brûla toutes les maisons. Alexandre lança le caillou dans la bouche du cheval ailé qui mourut. Les maisons étaient en feu. Le mendiant avait un parfum magique qui était dans sa poche. Le parfum réalisa un seul v½u : il souhaita que les maison redeviennent comme avant.

Tout le monde cria de joie grâce à Alexandre qui devint roi de la ville.

 

                                                  MORALE :

 

IL FAUT ETRE GENTIL POUR ETRE RECOMPENSE

 

 

Jules

Par Lamartine - publié le mardi 1 décembre 2015 à 12:32 dans Le conte 6ème

                   

  L’aventure d’Aymeric                           

 

Il était une fois dans un village en Gaule, un homme qui vivait dans une petite maison. Il était vendeur, il vendait des fruits. Il n’était ni pauvre ni riche,  il avait de quoi se nourrir, s’habiller. Il s’appelait Aymeric, il vivait seul. Il n’était pas très beau mais il avait un très bon caractère. Le roi du village avait une fille qui se nommait Camille. La princesse voulait se marier, son père n’était pas du même avis, mais la princesse lavait convaincu de la marier.  Le roi était rusé, il avait mis au point un piège : ceux qui voulaient l’épouser devaient traverser plusieurs longs chemins, et tuer un dragon au bout du dernier chemin, dans une grotte mais il n’y avait aucun dragon. Il fallait rapporter la peau du dragon, si on ne le faisait pas, on ne pourrait pas épouser la princesse.

Aymeric voulait épouser la princesse. Donc il rencontra le roi qui accepta de le laisser partir. Aymeric se prépara à partir; il prit une veste, un sac, de l’eau...Quand il s’apprêta à sortir du village, une vieille sorcière voulut que Aymeric l’aide à porter ses courses. Aymeric accepta. En échange de sa gentillesse, la sorcière lui offrit une flûte.

-Souffle dans la flûte quand tu auras un problème, et encore merci, dit la sorcière.

Aymeric prit la flûte en la remerciant et il la mit dans son sac. Puis  il reprit son chemin. À la sortie du village, un garde lui dit :

-        Il est interdit de sortir du village.

Une petite fille qui était à côté de Aymeric interpela le garde :

- Et regarde, c’est quoi ça ?

 Le garde tourna la tête pendant quelques secondes. La petite fille tira vite Aymeric vers la sortie en  courant. Aymeric remercia la jeune fille et lui raconta qu’il voulait épouser la princesse. La jeune fille demanda  de  l’accompagner. Aymeric accepta. Ils commencèrent à  marcher le long du chemin  jusqu’à ce qu’ils arrivent à un énorme  pont très étroit. Ils le traversèrent avec prudence, la nuit tombait petit à petit. Quand ils eurent réussi à traverser le pont, la nuit était déjà  tombée. Ils firent un feu pour dormir car ils étaient fatigués. La  jeune fille prit la parole :

- Quand tu auras vaincu le dragon, il te faudra un surnom de héros, je te propose Darus du nord. Aymeric avait  froid aux mains, il mit donc ses mains dans sa poche et il trouva dans sa poche une bouteille de verre  avec un mot : Aymeric il n’y a pas de dragon cela sert à rien. Signé : la princesse. Aymeric était déçu  mais il eut une idée : il souffle dans sa flûte et d’un coup de la peau de vache et des écailles de poissons une sorte de peau visqueuse. Aymeric porta la peau avec l’aide  de la jeune fille. Ils rentrèrent au village et Aymeric montra la peau qui ressemblait à celle d’un dragon au rois, le rois bouche bée, il laissa Aymeric épouser sa fille et ils eurent des enfants.

 

                                             Fin

Jenifa

Par Lamartine - publié le mardi 1 décembre 2015 à 12:27 dans Le conte 6ème

Jean

Il était une fois un pauvre monsieur qui se nommait Jean. Il vivait dans les bois, n’avait ni nourriture, ni foyer, ni argent. Il était comme cela car quand il était plus jeune, il ne travaillait pas donc sa mère l’abandonna en le mettant à la porte. Le pauvre, il ne lui restait rien.

Mais un jour, il dut réagir, donc sa seule idée fut de lire un journal qu’il trouva par terre mais ce n’était pas bête, car dans ce journal il y avait écrit qu’une sorcière habitait dans les nuages. Elle pouvait aider n’importe qui avec sa magie. Elle se nommait Sympathique. Il se mit en route pour la trouver. Mais il dut escalader des montagnes où il faisait froid, traverser la mer en nageant et soudain un animal ailé maléfique lui bloqua la route. IL était noir, ses grandes ailes brunes, ses yeux étaient rouges et son regard faisait peur. Il dut combattre contre lui pour aller trouver la sorcière, donc il lui donna un coup de coude dans l’oeil, trouva une branche par terre et l’utilisa comme une épée contre l’animal. Celui-ci avait lui aussi une épée, ils étaient prêts à attaquer. Ils combattirent à coups d’épée pendant si longtemps que Jean avait des blessures sur tout son corps. Puis, il se rappela qu’il avait un filet de pêche dans sa poche, il le jeta sur l’animal et put continuer sa route. Pour ses efforts et sa courageuse bataille, il se fit récompenser par une baguette magique.

Il dit à la baguette magique:

-Bibidibabidibou! Emmène-moi dans les nuages.

Quand il dit ces mots, il se retrouva dans les nuages. Enfin, il trouva Sympathique et lui demanda d’exaucer son rêve: être riche, avoir de beaux vêtements, rentrer chez lui et soigner ses blessures. Son rêve fut exaucé. Puis il remercia la sorcière et rentra chez lui heureux et plein de bonheur.

 

MORALE DU CONTE

 

Même si on n’a pas grand chose par rapport aux autres, il ne faut jamais laisser tomber pour accomplir son rêve.


Page précédente | Page 1 sur 3 | Page suivante
Travaux d'écriture d'élèves du collège Lamartine à Paris.
«  Novembre 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930 

Liens

Derniers commentaires

- Commentaire sans titre (par Lamartine)
- Paola (par Visiteur non enregistré)
- : (par Visiteur non enregistré)
- Commentaire sans titre (par Lamartine)
- Travail d'arsene (par Lamartine)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade