Elèves créateurs

Visite de l’exposition "Liberté, j’écris ton nom!"

Par Mme Otsmane - 16:58, vendredi 3 juin 2016 .. Déposé dans 10wSorties, voyages .. commentaires : 8 .. Lien
Les 4e Escher et les 4e Braque étaient de sortie aux Archives départementales du Val de Marne pour découvrir l’exposition "Liberté, j’écris ton nom!". Documents administratifs, photographies, journaux, affiches, objets et films témoignent de l’oppression vécue par les Val-de-Marnais en 1944 mais aussi des progrès de la Résistance.
A la suite de leur visite, les élèves ont ensuite participé à un atelier de conception de tracts de Résistance.




Visite autour d’une enquête








Analyse puis conception de tracts de Résistance







Analyse de la pièce "Jeanne Barré, la Voyageuse invisible"

Par Mme Otsmane - 16:40, lundi 2 mai 2016 .. Déposé dans 10wSorties, voyages .. commentaires : 6 .. Lien

Début avril, les élèves de 4ème se sont rendus au théâtre Gérard Philipe pour assister à la représentation de "Jeanne Barré, la Voyageuse invisible":

http://college-willy-ronis.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=1296:sortie-au-theatre-gerard-philipe&catid=2:francais&Itemid=7#comments

Ci-dessous, ils nous font part de leurs analyses.



Cette pièce raconte la vie de Jeanne Barré de son enfance à sa mort.

Philippe Weissert joue principalement le rôle du narrateur et de Commerson et Claire Fretel de la narratrice et de Jeanne Barré.

Pendant la narration, les acteurs utilisaient des accessoires pour pouvoir permettre aux spectateurs d’avoir l’impression d’être dans l’histoire et quand ils jouaient leurs personnages, ils parlaient avec une variété d’intonations pour captiver les spectateurs.

Le violoncelliste avait pour rôle de suggérer la nature (les bruits du vent, de la neige, les oiseaux des Amériques) et les émotions des personnages.

La mise en scène est faite de sorte que l’on ait l’impression de faire partie des personnages. Les acteurs nous regardaient fixement et nous parlaient comme si nous étions sur le bateau avec eux. Ils étaient tellement proches qu’il n’y avait plus aucune intimité pour eux comme pour nous.

Les accessoires permettaient de représenter les saisons, les lieux différents dans lesquels se déroule l’action (bureau de Commerson, bateau, Amérique et même la maison dans le vallon) et les émotions (la colère avec le couteau)

Geoffrey: Selon mon avis, cette pièce est dynamique et la mise en scène, les accessoires et le jeu des acteurs permet une immersion totale dans l’histoire.

Ismaël:Pour moi, la pièce était assez amusante la mise en scène permet d’avoir l’impression d’être dans l’aventure, le violoncelliste m’a plu car il arrivait à suivre les mouvements des acteurs.

Geoffrey G. et Ismaël N., 4ème Braque



La scène est en bi-frontal: nous étions placés en face d’autres spectateurs. La scène, très petite, faisait penser à un navire. Les acteurs étaient proches de nous.

   Les accessoires sont recherchés et mis en évidence dès le début de l’histoire:  le chalet en bois, la fausse neige, le bateau, des livres de sciences, des colliers de fleurs... Des seaux d’eaux étaient lancés ce qui permettait d’animer la pièce.
   La pièce se déroule rapidement alors que c’est une grande et longue histoire, on ne s’ennuie pas. C’est d’ailleurs une belle histoire qui mêle amour, science et curiosité. On comprend mieux qu’à l’époque les femmes avaient très peu de droits comparées aux hommes.
 
               Lisa C.,  4ème Braque





Rencontre avec un metteur en scène

Par Mme Otsmane - 16:44, mardi 24 novembre 2015 .. Déposé dans 10wSorties, voyages .. commentaires : 25 .. Lien
En amont de leur sortie au théâtre Gérard Philipe pour voir la pièce "Jeanne Barré, la Voyageuse invisible", les élèves des 4ème Braque et Escher ont eu la chance de rencontrer le metteur en scène Jérôme Imard.
Nous le remercions encore de son intervention extrêmement enrichissante!






Grâce à l’intervention de Jérôme Imard, j’ai pu apprendre de nombreuses choses sur les expéditions en mer. Pour résoudre le problème de la nourriture lors de ces longues traversées, l’équipage prenait du poisson salé (à la saumure), du boeuf séché en tranche et des fruits séchés pour combattre notamment le scorbut.

J’ai appris également que les marins étaient superstitieux : il y a trois mots qu’ils ne devaient pas prononcer : ’’lapin’’car il détruisait les cordages, ’’corde’’en référence à la pendaison et ’’femme’’car elles étaient interdites à bord.

Nous avons appris des éléments supplémentaires sur la vie de Jeanne Barré. Elle se serait embarquée pour suivre l’homme qu’elle aimait, le botaniste Commerson à qui Bougainville a fait appel pour son expédition scientifique. Elle s’est travestie en homme et s’est fait passer pour son valet, Jean Barré.

Jérôme Imard nous a expliqué ensuite ses choix de mise en scène. La scène est petite et en bi-frontal : les spectateurs jouent le rôle des marins et recréent la promiscuité qu’a vécue Jeanne Barré durant le voyage. Impossible pour elle de s’échapper. En bi-frontal, les acteurs sont aussi bien vus de de dos que de face: tout leur corps parle. Autre anecdote sur le lien entre le théâtre et la marine : les décors étaient hissés par des cordes pour être changés au cours de la représentation et ce sont les marins qui étaient recrutés pour cette tâche. Enfin, le théâtre a l’équivalent des termes « bâbord » et « tribord » pour indiquer la gauche et la droite : ce sont les mots « cour » et « jardin ».

Geoffrey G., 4ème Braque



Le dispositif scénique imaginé par J. Imard suggère la coque d’un bateau


Lundi 16 novembre, le metteur en scène Jérôme Imard est venu à notre rencontre pour nous présenter la pièce de théâtre « Jeanne Barré, la voyageuse invisible »

Il nous a appris pourquoi le voyage de Bougainville a eu lieu et nous a expliqué son trajet autur du monde. Nous avons étudié les conditions de vie à bord des navires (nourriture, hygiène,…).

Nous avons beaucoup parlé de Jeanne Barré et surtout de la manière dont elle s’est fait passer pour un homme (vêtements, apparence, attitude…). Ils nous a révélé que Jeanne Barré était la femme de Commerson et que les Tahitiens avaient immédiatement remarqué que c’était une femme.

Jérôme Imard nous a expliqué ses choix de mise en scène,  nous avons aussi étudié l’affiche de la pièce.

C’était une rencontre très intéressante.


Lana PV, 4ème Escher




Découverte de la réserve naturelle des boucles de la Marne

Par Mme Otsmane - 16:48, lundi 22 juin 2015 .. Déposé dans 10wSorties, voyages .. commentaires : 80 .. Lien
Dix-huit petits Campinois du collège se sont rendus à la base nautique de Champigny-sur-Marne ce jeudi 18 juin pour découvrir les îles de la Marne, véritable écosystème en plein milieu urbain.
Ils se sont approchés de cet archipel méconnu au bord d’un... canoë-kayak!
La vidéo de cette belle excursion est disponible ici.







J’étais content de cette sortie car c’était la seule de l’année. J’ai trouvé agréable de marcher le matin jusqu’à la base nautique. Une fois arrivés, le moniteur-guide nous a initiés au canoë en nous montrant comment se positionner. Nous avons soulevé les canoës et les avons transportés jusqu’au bord de l’eau. Une fois installés sur les bateaux, nous nous sommes rendus vers la réserve naturelle. Parfois on faisait la course. J’ai admiré la verdure et l’eau de la Marne.
Nelson


J’ai appris que l’amont désigne le début de la rivière en haut de la montagne et l’aval veut dire quand la rivière se jette dans la mer.
Pour garder la trajectoire en canoë, il faut doser sa force pour que l’un des kayakistes ne dévie pas l’autre. C’est une preuve de confiance de garder sa position, c’est-à-dire de ne rien faire pendant que l’autre pagaie.
J’ai passé un bon moment car c’est la première fois que je faisais du canoë. On était en plein air et cette activité n’est pas du tout ennuyeuse.
Jacques

Sur la Marne, j’ai vu aussi bien de la faune que de la flore: des poissons, des canards, des algues et des araignées. La Marne n’est pas très propre mais la végétation est variée.
J’ai bien aimé cette sortie, j’en ai un très bon souvenir. J’ai retenu que le travail d’équipe est très important. Il faut avoir confiance en l’autre et surtout en soi.

Shaïna


Il y a plusieurs îles: l’île de l’Abreuvoir et celles des Gordes. J’ai découvert que l’amont est à l’est de la Marne.
Pour réussir à faire du canoë à deux, il faut que la personne la plus lourde soit à l’arrière. C’est important de faire confiance à son partenaire. Il est nécessaire de communiquer pour pagayer chacun de son côté. Quand on pagaie à droite, le canoë part à gauche et l’inverse. Pour réussir à naviguer droit, les deux kayakistes doivent pagayer en même temps en dosant leur force.

Jinès


J’ai découvert que sur la Marne à Champigny, il n’y a pas de bateaux de commerce comme les péniches car à Joinville il y a un barrage. Les seuls bateaux que l’on voit sont les bateaux d’excursion où seulement dix personnes peuvent monter.
Inès


Je retiens que pour bien avancer en canoë, il faut que l’un pagaie à gauche et l’autre à droite en maintenant la main sur l’olive. L’olive est la poignée au bout de la rame.
Shonna


Il faut être coordonnés et donner de la force dans la pagaie. Il faut surtout avoir l’esprit d’équipe car si l’un des deux craque, le canoë ne peut plus avancer!
Ismaël


Nous sommes montées à trois sur le canoë et je me suis trouvée au milieu du canoë sans pagayer (pour des raisons de santé). Du coup, j"ai pu profiter du paysage et observer mes camarades kayakistes. Au début, j’avais du mal à avoir confiance en mes camarades car le canoë tanguait. Au fur et à mesure, je me suis sentie apaisée et je me suis bien amusée.
May Li










Visite de l’exposition "Les enfants dans la Grande Guerre"

Par Mme Otsmane - 16:18, jeudi 11 juin 2015 .. Déposé dans 10wSorties, voyages .. commentaires : 11 .. Lien
La 4ème Alberti et la 4ème Gauguin étaient de sortie mercredi matin pour visiter l’exposition actuelle de la Maison de l’Histoire et du Patrimoine: "Les Enfants dans la Grande Guerre".
Deux intervenantes leur ont fait comprendre à quel point les enfants, devenus une cible privilégiée de la propagande patriotique, grandissent et s’imprègnent d’une culture de guerre. Tout est bouleversé: l’intimité familiale, le cadre scolaire, les loisirs et la vie économique.
A l’issue de leur visite, ils ont été conviés à participer à un atelier prenant pour support une affiche de propagande ou une bande dessinée.






La 4ème Alberti devant la Maison de l’Histoire et du Patrimoine


Émilie leur retrace la chronologie de la Grande Guerre

"C’était étonnant de découvrir que l’on faisait manier les armes à des enfants très jeunes, notamment dans les bataillons scolaires" Sarah A.

"Ce qui m’a marqué, ce sont toutes les répercussions de la guerre dans la vie des enfants. D’abord, le manque de leur père mais aussi tous leurs sacrifices qu’ils faisaient au niveau de la nourritures ou autres. Mais d’un autre coté, les enfants étaient fiers de faire tout ça, c’était leur moyen de prouver qu’ils soutenaient les soldats". Manon C

"
Ce qui m’a le plus marqué était qu’à l’école on  éduquait les enfants de façon à ce qu’ils n’aiment pas les Allemands pour ensuite faire la guerre volontairement". Robin B.


"C’était choquant de voir de pauvres enfants donner leur argent pour financer la guerre qui durera malheureusement  4 longues années. Les personnes qui ont souscrit à l’emprunt national ne seront jamais remboursés". Ornella S.

"Ce qui m’a le plus touché ce sont les échanges de lettres entre les soldats et leurs enfants. C’était le seul lien qui leur restait. Au front, les poilus attendaient avec impatience la distribution des lettres" Vincent D.

"Dans les tranchées, les soldats vivaient sous terre, ils ne sortaient que quand il fallait combattre" Bruno G.


Emilia leur montre des affiches de propagande réalisées à l’époque par des jeunes adolescents de Paris puis les invite à réaliser leur propre affiche de propagande

"Le but de cette expo était de nous faire comprendre ce qu’ont pu endurer les enfants pendant la guerre de 1914-18. Dès leur plus jeune âge, les enfants étaient formés pour partir à la guerre et remplacer les blessés qui étaient au front. Pendant ce temps les femmes faisait les travaux des hommes comme aller à la mine du charbon, travailler dans les usines etc... Les hommes qui étaient au front étaient en mauvaise posture et les seules choses qui pouvaient leur faire oublier la souffrance qu’ils enduraient étaient l’alcool le tabac". Kyllian G

"J’ai apprécié de découvrir les slogans et les dessins inventés par les enfants pour soutenir l’effort de guerre, notamment en faisant des économies sur les produits destinés aux soldats". Léa G.


La 4ème Gauguin a commencé par visiter l’exposition extérieure qui présentait les affiches de propagande pour inciter le peuple à souscrire à l’emprunt national


Visite de l’exposition intérieure


Place à l’atelier: reconstitution d’une planche de bande dessinée de l’époque


La planche de BD originale: "Petits sous, que deviendrez-vous?"







La sortie des 5e Flaubert au Louvre et aux Tuileries

Par Mme Otsmane - 16:54, mercredi 1 octobre 2014 .. Déposé dans 10wSorties, voyages .. commentaires : 33 .. Lien

Le reportage sur la sortie par Kayan H et Maxance B.

Le 26 Septembre 2014, nous, les 5e Flaubert, élèves du collège Willy Ronis, sommes partis à Paris pour visiter le jardin des Tuileries et le musée du Louvre sur le thème des Saisons.

Mais commençons par le début !

Nous sommes partis vers 8h en direction la gare de Champigny. Une fois dans le RER, nous avons pris la direction de Châtelet les Halles pour rejoindre la ligne 1 du métro jusqu’à Concorde.

Dans le Jardin des Tuileries, notre professeur de Français nous a présenté notre première activité : trouver les statues autour du bassin octogonal en lien avec les Saisons.



Sur une terrasse des Tuileries avant de commencer le parcours d’orientation


Pomone, la nymphe aimée par le dieu Vertumne.
Pour parvenir à séduire Pomone, Vertumne
prit successivement la figure d’un laboureur, d’un moissonneur, d’un vigneron et enfin d’une vieille femme.


En nous dirigeant vers le musée du Louvre, nous avons appris que le palais des Tuileries avait été brûlé au XIXème siècle.



Sous l’Arc de Triomphe du Carrousel, la pyramide du Louvre est en vue!

Nous voici au Louvre et nous commençons notre cycle de visite : nous partons d’abord à la découverte d’Arcimboldo (aile Denon) qui représente les différentes saisons sous la forme de têtes composées.

Ensuite, nous nous dirigeons vers l’aile Richelieu pour observer les saisons de Poussin qui représentent à la fois des heures du jour et des scènes de l’Ancien Testament.

Enfin, nous nous rendons au pavillon Sully mais les salles du XVIIIème siècle étaient fermées ce matin là. Les élèves qui ont travaillé sur Lancret nous ont quand même lu leur exposé: ce peintre montre les plaisirs en plein air liés à chaque saison.



Devant le cycle des Saisons d’Arcimboldo



NiKola et Denis devant "L’Automne" de Poussin


Barbara et Tugbanur devant "Le Printemps" de Poussin


Kayan devant "L’Hiver" de Poussin

Nous avons profité de notre parcours à travers les salles pour voir la Joconde, la victoire de Samothrace, des antiquités égyptiennes et le Louvre médiéval.




Idir, Rodi, Nirvan, Salima et Andréa devant des sarcophages



Tugbanur, Barbara, Sarah et Margot devant la maquette du Louvre médiéval

Nous avons terminé par un pique-nique près de la pyramide et des fontaines aux alentours de 13h.



Dernière photo de groupe avant de rentrer à Champigny!



L
es coups de coeur des élèves





Au jardin des Tuileries, c’était intéressant de voir les saisons représentées en forme humaine (allégories). On a pu découvrir des histoires mythologiques comme celle du dieu Vertumne et de Pomone.
Salima G.





L’oeuvre que j’ai préférée est située dans l’aile Denon: c’est "L’Été" d’Arcimboldo. Je trouve amusant de représenter l’été sous la forme d’un bonhomme joufflu et souriant. On reconnaît l’été grâce aux fruits et légumes de saison et les épis de blé.
Salima G.





Mon oeuvre préférée est "Le Printemps" d’Arcimboldo car cette oeuvre est très colorée, très fleurie, très joyeuse. A travers les mille fleurs, on arrive bien à distinguer le visage du personnage.

Marine T.




L’oeuvre que j’ai préférée est "L’Été" de Nicolas Poussin. En effet, la scène représente la rencontre de Ruth et de Booz dans un champ de blé. Ils donneront naissance au grand-père de David, lui-même l’ancêtre du Christ. L’Eté est suggéré par la scène de moisson et la lumière du soleil.
Ibrahim A.





Mon oeuvre préférée est "L’Hiver" de Nicolas Poussin qui représente le Déluge. C’est la nuit, c’est triste, on voit à l’arrière-plan l’Arche de Noé. J’ai choisi cette oeuvre car j’aime bien les couleurs sombres.

Denis D.

Les personnages représentés sont fatigués, leurs vêtements sont déchirés. Le ciel est lugubre et l’eau est sombre. Ce tableau est vraiment réussi, les couleurs choisies correspondent à la saison.
Barbara VDL





J’aime l’oeuvre de Nicolas Lancret "Le Printemps" qui représente une scène joyeuse. On y voit des oiseaux, des fleurs et des jeunes gens amoureux.
Idir B.





Durant la visite, j’ai préféré le tableau représentant "l’Été" par Nicolas Lancret. Les paysans représentés sont joyeux, ils font une ronde près des champs de blé.
Kayan H.





L’oeuvre que j’ai préférée est "l’Hiver" de Nicolas Lancret. La scène est chaleureuse: on voit des patineurs s’amuser sur un lac gelé.
Maxance B.






La sortie des 4ème Alberti sur les pas de Napoléon

Par Mme Otsmane - 14:15, mardi 24 juin 2014 .. Déposé dans 10wSorties, voyages .. commentaires : 25 .. Lien
Vendredi 6 Juin, la 4ème Alberti a passé la journée à Paris (Louvre et ses environs) pour découvrir les nombreuses œuvres illustrant l’épopée napoléonienne.
En amont de la sortie, ils avaient préparé des exposés pour présenter l’œuvre choisie aux camarades.

Retour sur cette sortie en images, assorties de brèves anecdotes.



Les appartements de Napoléon III, aile RICHELIEU
 où l’on trouve un portait de Napoléon en costume de sacre



AILE RICHELIEU


Napoléon en costume de sacre par Ramey
Conférenciers: Kévin T et Baptiste G


J’ai bien aimé être conférencier car j’ai trouvé le jeu de rôle amusant. En plus, c’est plus captivant quand c’est nous qui racontons plutôt qu’un guide. Kévin T.




Napoléon en costume de sacre par Gérard
Conférenciers: Amira A. et Lillian C.


Ce tableau est une réplique. L’original se trouve dans le château de Fontainebleau dans le 77. Napoléon a souhaité rassembler tous les symboles impériaux sur un même tableau. Amira A.




Trône de Napoléon et médaillon central
Conférenciers: Sofiane H. et Kény O.


J’ai trouvé agréable de faire le conférencier devant toute la classe au Musée du Louvre. J’ai bien aimé transmettre à la classe ce qu’on avait appris avec Kény. Sofiane H.



PAVILLON SULLY


Bonaparte au Pont d’Arcole par Gros
Conférenciers: Quentin B. et Valérian H.


Ce tableau est en fait une esquisse. Le tableau achevé se trouve au château de Versailles. Bonaparte franchit le pont pour inciter ses soldats à ne pas renoncer à la bataille. Valérian H.



AILE DENON


Le Sacre de Napoléon 1er par David
Conférencières: Stéphanie JL, Bénédicte M, Sandra Z.


David a mis trois ans pour achever cette toile gigantesque. Ce qui est étonnant, c’est que Napoléon se couronne lui-même. Sur la toile, il couronne sa femme, qui devient l’impératrice Joséphine. Ce qui est aussi inhabituel c’est que le couronnement se passe à Notre Dame de Paris au lieu de Reims. Bénédicte M




Bonaparte visitant les pestiférés de Jaffa par Gros
Conférenciers: Arthur S. et Gwendoline A.


Sur ce tableau, Napoléon souhaite se montrer proche de ses soldats au point de les toucher alors qu’ils sont atteints de la peste! Arthur S.




Napoléon sur le champ de bataille d’Eylau par Gros
Conférencières: Paloma G. et Axelle J.


J’ai apprécié de travailler avec Paloma sur cette œuvre de commande. Mais malheureusement il y avait beaucoup de monde dans l’aile Denon et nos camarades avaient du mal à nous entendre. Axelle J.




Bonaparte franchissant les Alpes par Delaroche
Conférencières: Cristina T. et Célia MB


J’ai ressenti beaucoup d’émotion quand j’ai commencé à présenter l’œuvre. J’ai aimé avoir à travailler dessus. Cristina T.




Petit hors d’oeuvre, aile DENON: la Joconde de Vinci

La Joconde est plus petite que je l’imaginais! Il y a un monde fou autour d’elle!
Corentin M.


EN EXTÉRIEUR


L’Arc de Triomphe du Carrousel
Conférencières: Aminata S. et Assala M.


J’avais peur avant de présenter ce monument mais une fois que j’ai commencé, ça a été plus facile. Je pense avoir tout retenu concernant ce que j’ai présenté à mes camarades. Aminata S.




La Colonne de la place Vendôme
Conférenciers: Jérémie B-A et Corentin M.


J’ai ressenti du stress quand j’ai expliqué l’histoire de cette colonne devant mes camarades mais ce stress est ensuite devenu du courage à parler aux autres, cela m’a fait pousser des ailes! Jérémie B-A








Parcours d’observation au Louvre

Par Mme Otsmane - 17:29, vendredi 24 janvier 2014 .. Déposé dans 10wSorties, voyages .. commentaires : 65 .. Lien
Deuxième volet de la découverte du département des Arts de l’Islam: les 5èmes Artaud répartis en neuf équipes ont arpenté les différentes salles pour retrouver et observer les objets d’art à l’aide de leur fiche de parcours.
L’enjeu était de les rendre sensibles à la diversité des techniques et matériaux utilisés et d’apprécier l’étendue géographique et chronologique de ces oeuvres rares.
A leur suite, venez découvrir les pièces maîtresses de ce département!


Le panneau en pin sculpté de l’Oiseau Fleur (Égypte, 9ème siècle )


Le Lion de Monzon, bouche de fontaine en bronze retrouvée en Espagne (13ème siècle)


La pyxide d’Al Mughira, chef d’oeuvre de sculpture en ivoire.
(Espagne, 10ème siècle)



Inscriptions poétiques: calligraphies sur céramique


Ce célèbre bassin incrusté d’or et d’argent a servi aux baptêmes d’enfants royaux de France depuis Louis XIII, il est nommé à tort "Baptistère de Saint Louis" (Syrie, 14ème siècle)


Fer de hache de derviche calligraphiée (Turquie, 15ème siècle)


Brûle encens à trois têtes, cuivre gravé (Iran, 12ème siècle)


Sphère céleste, Iran, 12ème siècle, les constellations sont gravées en argent.


Poignards princiers à tête de cheval, en jade incrusté d’émeraudes
 (Inde, 17ème siècle)







In memoriam







Dessinons dans le département des Arts de l’Islam

Par Mme Otsmane - 17:16, jeudi 16 janvier 2014 .. Déposé dans 10wSorties, voyages .. commentaires : 55 .. Lien
Les 5e Ionesco ont été accueillis ce jeudi 16 janvier par une conférencière du Musée du Louvre qui les a initiés à plusieurs techniques de dessin: au fusain, au graphite, à la craie blanche et à l’aquarelle.
Leur attention a été principalement portée sur l’utilisation de la lumière pour mettre en valeur le relief des objets observés: panneaux sculptés et céramiques.



Premier exercice devant le panneau en bois sculpté: "L’Oiseau fleur"


Le croquis d’Hager au fusain et à la craie blanche


Mesure des proportions avant de passer au croquis des différentes carafes







Observation des motifs floraux et des couleurs cuites sur les carreaux ottomans du "Mur du Temps, Mur des Fleurs"








La photo traditionnelle devant la Pyramide puis départ pour Champigny!




L’exposition : « Travail en Val-de-Marne : organisation, conditions, droits et conflits »

Par Mme Otsmane - 16:10, lundi 16 décembre 2013 .. Déposé dans 10wSorties, voyages .. commentaires : 1 .. Lien
Dans le cadre des ateliers aménagés, la 4ème Alberti, la 5ème Eluard et la 6ème CLA se sont rendus à la Maison de l’Histoire et du Patrimoine située à Champigny-sur-Marne.
Ils ont été accueillis par Mme Girerd et son intervenante qui leur ont fait comprendre à l’aide d’un dossier pédagogique interactif les enjeux de l’exposition. Un atelier spécifique leur était ensuite proposé.



Pour les 4èmes, il s’agissait de lire plusieurs documents d’archives retraçant un conflit social entre patron et employés. Les élèves étaient ensuite invités à répertorier les arguments en faveur de l’une ou l’autre position. Enfin, ils mettaient en scène le conflit et une tentative de médiation en s’appropriant les arguments des trois rôles: patron, employé en grève, inspecteur du travail.


Lecture des documents d’archives à la recherche d’arguments



Place au jeu de rôles: Djibril incarne le médiateur entre les employés à gauche et le patronat à droite

Pour les 6èmes et 5èmes, l’accent était mis sur le travail des enfants. Ils étaient invités à observer des listes d’employés afin de reconstituer le livret de travail d’un enfant.


Mme Boguet, Inès, Faustine et Enzo complètent à la plume le livret de l’enfant ouvrier


L’exposition, devenue itinérante, sera présente au CDI du collège en juin 2014.
A découvrir ou à revoir





{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }

Le projet

Que le plaisir d'écrire perdure.

«  Janvier 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Naviguer

Entrée
Archives
Zone de gestion
Besoin d'aide ?

Liens

Défis mathématiques !
Collège Willy Ronis

Rubriques

Edito
Merci!
4ème
5ème
6ème
Sorties, voyages
Electrons libres

Derniers articles

Poèmes sur la ville
Visite de l’exposition "Liberté, j’écris ton nom!"
Ajouter une scène dans une nouvelle pour en modifier la chute
Analyse de la pièce "Jeanne Barré, la Voyageuse invisible"
Composer un portrait hyperbolique

Derniers commentaires

Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
Discoure de délégué (par Visiteur non enregistré)
Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
bravo😀😀 (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement



Hit-parade