Des mots pour le dire

Progression

Par vadministrateur - publié le mercredi 5 avril 2017 à 08:22 dans 1ESB


LYCEE JEAN BODIN / LES PONTS DE CE 2015-2016


DESCRIPTIF DES LECTURES ET DES ACTIVITÉS DE LA CLASSE DE 1ESB Mme Tabuteau


NOM PRÉNOM :


Parcours 1

LECTURES ANALYTIQUES

DOCUMENTS COMPLÉMENTAIRES

OBJET D’ÉTUDE : La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation du XVIème siècle à nos jours


PROBLÉMATIQUE : De la fiction au réquisitoire, comment l’artiste prend-il position face à la justice ?


Axes d’étude:

L’argumentation directe et indirecte

L’éloquence oratoire

La littérature engagée



Lectures cursives : Au choix

Hugo, Le dernier jour d’un condamné

Hugo, Claude Gueux

King la ligne verte


Production : faire un livret autour des écrits d’invention à partir de la lecture cursive ( préface, interview de l’auteur, lettre d’un personnage...)













LA 1 : Les Tragiques, D ’Aubigné, 1616

Poésie lyrique et condition humaine


LA 2 : Voltaire, Commentaire sur le livre des délits et des peines, Chap 1, 1766

Les lumières au service de la justice


LA 3 : Zola, J’accuse, « J’accuse le lieutenant-colonel...profond respect » , 1898

L’éloquence oratoire


LA 4 : Hugo, Le dernier jour d’un condamné, « Bicêtre...oreille;-condamné à mort ! », 1829

Fiction et dénonciation


Doc 1 : Corpus 

Comment l’artiste exprime-t-il son opinion ? Les genres et formes

-Genet, Condamné à mort, 1942

- Franquin, Idées noires, 1977

- Campagne vidéo d’Amnesty international

- Hugo, Préface du dernier jour d’un condamné, « Ceux qui jugent...toute vertu. », 1832

- Zola, La bête humaine, chap XII «Enfin, les débats...eux-mêmes. », 1890 


Doc 2 :Hda : Bruegel l’ancien, Le triomphe de la mort, 1562 => une allégorie






Parcours 2



OBJET D’ÉTUDE : Le personnage de roman du XVIIè à nos jours

PROBLÉMATIQUE :Meursault est-il coupable ?


Axes d’étude:

L’absurde

Le personnage de roman, le héros,l’anti-héros

La culpabilité


Lecture transversale : le soleil, la mer, les personnages secondaires doubles de Meursault


Production : Choix d’un tableau de Hopper et réécriture théâtrale d’un extrait puis mise en scène/ court-métrage





Oeuvre intégrale : Camus, L’Etranger, 1942


LA 1 L’incipit, « Aujourd’hui, maman est morte...deux heures de route. »



LA 2 Le meurtre, « J’ai pensé...porte du malheur »




LA 3 Le procès, commentaire comparé du réquisitoire et du plaidoyer

Comment l’utilisation du discours sert-elle la notion de détachement ?




LA 4 L’épilogue,« Lui parti...cris de haine. »




Doc 1 :Une réécriture : Incipit de Kamel Daoud, Meursault contre-enquête, 2013


Doc 2 :

Le sentiment d’absurde

- Camus, Le mythe de Sisyphe, « Il arrive que les décors...c’est l’absurde »1942

- Camus, L’homme révolté, « Voici le premier progrès...donc nous sommes. », 1954

L’étranger vus par d’autres :

-Baudelaire, L’étranger, Spleen de Paris, 1862

-Sartre, Explications de l’Etranger, « Un homme parle...significations » 1943

-Hopper, Excursion into philosophy, 1959 (Hda)


Doc 3 : Houellebecq, Extension du domaine de la lutte, « Je m’installe...le mordre. »= > un étranger « moderne »

Parcours 3



Séquence 1

OBJET D’ÉTUDE : Le théâtre texte et représentation


PROBLÉMATIQUE : Comment le théâtre traite-t-il la représentation de la violence à travers le personnage du criminel ?


Axes :

La tragédie, respect des règles et écarts

La mise en scène, les métiers, une relecture du texte

Les rapports de force entre personnages sur scène


Lectures cursives : Au choix

Huis-clos Sartre ; Camus, Les justes, Grumberg, L’Atelier







LA 1 Jean Giraudoux, Électre, acte II, scène 9 (extrait), 1937.





LA 2 Camus, Les justes, « Tous regardent Kaliayev...la révolution triomphe. »Acte II, 1949





LA 3 Genet, Les bonnes, Le monologue de Solange « Hurlez si vous voulez...nous sommes perdues »






LA 4 Mouawad, Incendies, 4è partie,sc 31 « Un jeune homme en haut d’un immeuble...Kurk »,2009



Doc 1 : Corpus

Pierre Corneille, Horace, acte IV, scène 5 (extrait), 1641./ Alfred de Musset, Lorenzaccio, acte IV, scène 11, 1834/

=> Comment les extraits du corpus parviennent-ils à représenter ou à évoquer des actes violents ?






Doc 2 :Extrait de Comment jouer Les Bonnes de Genet

Doc 2 bis : Adaptations théâtrales (Pierangelo Summa et Richard Soudée, 2000 Clayssen, 2011) et cinématographiques (Chabrol, 1995 et Denis, 2000)



Doc 3 :Documents pour la mise en scène (3 Photogrammes de Nihad, paroles de la chanson de Supertramp)


Séquence 2

PROBLÉMATIQUE : Dans quelle mesure le théâtre de l’absurde est-il engagé ?


Axes :

L’originalité de l’écriture scénique de Ionesco

Une farce tragique

Le théâtre de l’absurde

Le thème de la métamorphose du personnage et l’engagement

L’évolution de Bérenger


Production : Faire la maquette de la scène d’exposition sous un format numérique ou en réalité avec une fiche rassemblant les notes d’intention de votre mise en scène

Oeuvre intégrale : Ionesco, Rhinocéros, 1957


LA 1 la scène d’exposition, « Décor, une place...se sont assis »


LA 2 1ère apparition, « Nous avons fêté l’anniversaire...se mouche », Acte I



LA 3 Métamorphose de Jean, « Réfléchissez voyons...piétinerai », Acte II, tableau II



LA 4 Monologue final, « C’est moi...capitule pas. »



Doc 1 : Extraits de Présent passé, passé présent, Ionesco et son ½uvre





Doc 2 : La mise en scène : interview E. Demarcy-Mota, +Photos J.L.Barrault



Doc 3 : Lorsque j’étais une oeuvre d’art, d’Eric-Emmanuel Schmitt

La tentation de la métamorphose

Parcours 4



Séquence 1

PROBLÉMATIQUE : Comment le motif du corps féminin évolue-t-il en poésie ?


Axe:

Le blason classique, multiple 

Poésie en prose, réécriture

Modernisation du blason par l’écriture surréaliste

Les arts et le blason 


Production : Sujet d’invention, atelier d’écriture sur le blason


LA 1 Le front, Maurice Scève, 1536



LA 2 Le serpent qui danse, Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857


LA 3 Un hémisphère dans une chevelure, Baudelaire, Spleen de Paris, 1869



LA 4 La courbe de tes yeux, Paul Eluard, Capitale de la douleur, 1926

Doc 1 : Clément Marot, 1535, Le beau tétin, le laid tétin, Blason et contre blason





Doc 2 : La chevelure, Baudelaire

La réécriture



Doc 3 : Ingres, Le bain turc, Manet, Le déjeuner sur l’herbe, Man Ray, Le violon d’Ingres,

=> les femmes dans les arts

Séquence 2

Oeuvre intégrale : Les Fleurs du Mal, 1857


PROBLÉMATIQUE : La femme vue par Baudelaire : muse ou objet de dégoût ?


Axes :

La femme dans le recueil (incarnation du Mal, femme idéale, s½ur, mère)

Ambivalence du sentiment amoureux,blâme et éloge

Une forme fixe:le sonnet pour une femme idéale

Le memento moris, objet du désir


Production : synthèse sur Baudelaire et les femmes par recherche sur le site Gallica et par entrée de termes

LA 1 Préface, Au lecteur, «  La sottise...mon frère. »



LA 2 Parfum exotique



LA 3 A celle qui est trop gaie



LA 4 Une charogne





Doc 1 : HDA

Manet, Lola de Valence et quatrain de Baudelaire, 1862

Manet, Jeanne Duval, 1862




Doc 2 :

Ronsard, Quand vous serez bien vieille, 1524

Ronsard, A Cassandre, 1524




Visa et signature du proviseur signature du professeur

Adaptation de Rhinocéros

Par vadministrateur - publié le samedi 4 février 2017 à 03:08 dans 1ESB

Electre, Giraudoux, mise en scène de Claudia Morin

Par vadministrateur - publié le jeudi 12 janvier 2017 à 06:41 dans 1ESB


Scène IX, acteII: 2 h17, 36

Electre

Par vadministrateur - publié le jeudi 12 janvier 2017 à 06:12 dans 1ESB

Le mythe

Atrée et Thyeste sont frères jumeaux et ont chacun un fils.

Agamemnon (fils d’Atrée) et Egisthe (fils de Thyeste) qui sont donc cousins.

Egisthe séduira la femme d’Agamemnon (Clytemnestre) pendant l’absence de ce dernier parti pour la guerre de Troie. Ses deux enfants , Electre et Oreste, se vengeront.

Les adaptations
  • Eschyle (484 av jc) divise l’histoire en trois pièces :

    • Agamemnon : le meurtre du père

    • les Choéphores : la vengeance des enfants

    • les Euménides : la vengeance des dieux

  • Sophocle(415 av jc) : Electre

  • Euripide (413 av jc): Electre

Giraudoux

Electre est la fille du roi grec Agammemnon et de son épouse Clytemnestre. Descendante de la triste lignée des Atrides avec son frère Oreste, c’est une jeune fille butée et obstinée, en pleine opposition à sa mère qui a régné sur Argos avec son amant Egisthe jusqu’au retour et à la mort de son mari, ayant glissé sur son épée. Alors qu’Egisthe veut marier Electre la révoltée au jardinier pour détourner de la famille la malédiction divine et qu’Oreste revient incognito à Argos, l’héroïne poursuit sa quête de la vérité, aussi destructrice qu’elle puisse être.

  • Par rapport à une tradition classique qui avait imposé les 5 actes , Giraudoux divise sa pièce en 2 actes. Et on a l’impression que les problèmes que pose la pièce sont plutôt à prendre sous l’angle d’une dispute familiale, d’une mésalliance, voire d’une querelle entre une fille adolescente et sa mère, on parlerait donc d’un drame bourgeois. Pourtant, dès l’intervention du jardinier, nous sommes bien dans une tragédie.


  • Inventions intéressantes de Giraudoux :

    • le personnage du mendiant

    • la dimension « féministe » de la pièce

    • l’utilisation d’un langage plein de fantaisie, de poésie et modernisé

    • la dimension policière de la pièce avec Electre jouant le rôle de limier.


INA

Par vadministrateur - publié le vendredi 7 octobre 2016 à 16:15 dans 1ESB

Page précédente | Page 1 sur 3 | Page suivante
«  Juin 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 

Liens

Derniers commentaires

- oui il en faudra de la chance merci ^^ (par Nicolas1S)
- francais (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement




Hit-parade