Des Lettres et des Images

o5 mars

Par Lettresclassiques - 18:23, jeudi 5 mars 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
IV, Séance 2: Le visionnage du film
  • Visionnage du film
  • Tableau à compléter

Pour le 11.o3: Rédigez le synopsis du film



o4 mars

Par Lettresclassiques - 05:46, mercredi 4 mars 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
IV, 1:
  • lecture de plusieurs synopsis 
  • bande-annonce: visionnage et compréhension

Pour le o5.o3: compléter la biographie du réalisateur en insistant sur ses engagements



o3 mars

Par Lettresclassiques - 06:44, mardi 3 mars 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
Citation de la semaine proposée par Nasma
"Échouer ou réussir mais tenter sa chance. Moi je dis que plus le combat est grand, plus la victoire est immense", Kery James (1977- )





Programme de révision Brevet blanc:
  • récit d’enfance et d’adolescence
  • champ lexical
  • classes de mots
  • temps du passé
  • valeurs du présent
  • figures de style
  • orthographe: remplacement d’un pronom par un autre 
  • écriture: imagination et réflexion
Chapitre IV: Music Box de Costa-Gavras

Séance 1: Des représentations
  • Lecture d’image: analyse des affiches ci-dessous
  • Rédaction de synopsis






Pour le 04.03: Finir le travail d’écriture et préparer la lecture du synopsis


1o février

Par Lettresclassiques - 04:30, mardi 10 février 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
Citation de la semaine proposée par Masha
"Le problème avec ce monde est que les personnes intelligentes sont pleines de doutes, tandis que les personnes stupides sont pleines de confiance", Charles Bukowski (1920-1994)





o3 février

Par Lettresclassiques - 11:25, mardi 3 février 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
Citation de la semaine proposée par Angelina
"Le faible ne peut pardonner. Pardonner appartient aux forts." Mahatma Gandhi (1869-1948)


III, 1o:
  • évaluation

Séance 11: Vengeance à Folcoche

  • Lecture, compréhension, analyse du texte

Pour le o4.o2: finir le questionnaire



3o janvier

Par Lettresclassiques - 03:50, vendredi 30 janvier 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
IV, 9: correction de l’évaluation

IV, 10:

  • Lecture oralisée: des extraits de Parfums de Philippe Claudel (2012)

Amoureuses

Quel est donc le parfum de nos petites amoureuses, quand pour la première fois nos lèvres trouvent les leurs, et puis, bêtement, ne savent plus vraiment que faire ? J’ai 12 ans. Les filles ne me regardent pas et les garçons moquent ma maigreur. Mon c½ur d’artichaut bat à tout rompre lorsque près de moi passe Nathalie la brune ou Valérie la blonde. J’écris des poèmes que je glisse dans leur main, le matin à huit heures, quand j’arrive au collège Julienne Farenc. […] Je n’ai droit qu’à des haussements d’épaules et une moue de dégoût. Mes poèmes finissent en boulettes dans les caniveaux. […] Faire le guetteur, je ne suis bon qu’à ça, et à prévenir François qui embrasse Nathalie, ou Denis qui en fait autant avec Valérie, lorsqu’un adulte approche et risque de les surprendre […]. Je leur demande ensuite quel goût et quel parfum ont ces baisers, copiés sur ceux qu’on peut voir chaque dimanche sur l’écran du cinéma Georges, baisers de cinéma tout autant fougueux qu’immobiles, et qui pourraient passer pour une publicité consacrée à de la colle à prise rapide. […] quelques mois plus tard, j’apprends […] avec Christine Frenzi. […] Goûter d’anniversaire chez les Waguette. On mange le gâteau. On boit du Sic orange et du Sic citron aux couleurs psychédéliques. On met de la musique, lente, un air de variétés aussi sirupeux que les boissons. Les couples se forment. On bouge comme on peut. Beaucoup de danseurs sont en short. Assis, nous ne sommes plus que deux, elle et moi. Elle vient me cherche, me prend la main. Je n’ose pas refuser et me voici contre elle. […] Je ferme les yeux. C’est elle encore qui met son visage contre le mien, qui cherche mes lèvres, les trouve, les embrasse. Cheveux soyeux lavés au même Dop que les miens, mais aussi autre chose, de végétal et de sucré, de confit, un parfum de friandise, de cuisine pâtissière, de tiges et de grands près, que je ne parviens pas à nommer, mais qui me happe et que je respire, heureux, dans son cou, sur ses lèvres, ces lèvres que j’embrasse de nouveau, et c’est moi, cette fois, qui le veux. [Elle] vient s’assoir sur mes genoux […]. Je respire sa nuque, ses joues, sa bouche. Nous nous embrassons de nouveau et ces baisers qui se parfument de l’odeur verte de l’angélique – j’ai enfin réussi à la nommer – me font ensuite pendant des années ouvrir le bocal de fruits confits que ma mère garde dans le bas du placard de la cuisine, et qu’elle utilise pour faire des cakes et orner des babas. Je prends à pleins doigts les bâtonnets de cette ombellifère confite, sucrés et collants, les passe sous mes narines, ferme les yeux, et les mange assis le cul par terre sur le linoléum, en songeant à [Christine], à ses baisers.


Après-rasage

Je regarde mon père dans une abrupte contre-plongée. Nous sommes au sous-sol de la maison, dans la salle d’eau. Il se tient au-dessus du lavabo devant une petite armoire de toilette accrochée au mur et dont les trois portes sont des miroirs. Le triptyque permet en les orientant de contempler trois visages au lieu d’un, parfois plus encore. Le rasoir électrique glisse sur la peau qu’il distend entre ses doigts pour l’aplanir. […] Il rajeunit peu à peu sous mon regard qui ne le quitte pas. Perd la barbe de la nuit, blanche ou grise, cendre qui s’était déposée sur son visage pendant le sommeil pour le vieillir et me le ravir. La musique du rasoir est une psalmodie. Une prière faite de deux ou trois notes seulement et d’une basse continue comme le chant monotone de certains muezzins. Dans la salle d’eau, il fait toujours humide. Senteur de hammam refroidi. De vestiaires de piscine. La pièce n’a pas de fenêtre. Pour aérer, il faut ouvrir deux portes en enfilade, celle de la buanderie et celle de la cuisine d’été. Mon père débranche le rasoir, entortille son cordon, le range dans l’armoire de toilette, partie gauche, et prend un flacon large et plat rempli d’une eau verte. Mennen, pour nous les hommes. Je suis loin d’être un homme. Dans le creux dispendieux de sa main gauche, il fait jaillir des gerbes de liquide en agitant le flacon. Comme dans la publicité. Très vite, il tapote de sa paume ainsi trempée ses joues, son menton, son cou, à plusieurs reprises. Nous sommes soudain agressés par d’arrogantes senteurs de menthol et d’agrumes, rendues encore plus féroces par la présence d’alcool qui tourbillonne dans l’air et pique nos narines. Mais cela s’estompe. N’en demeure qu’une odeur qui fait penser à la mélisse et au citron, à la menthe du jardin que j’aime parfois mâcher, feuille émeraude et tisane claire, écorce jaune, poivre aussi. Mon père […] se penche vers moi. M’offre ses joues en feu que j’embrasse. Rituel. Elles sont devenues étrangement souples et tendres, d’une douceur qui n’a rien de masculin. Par le miracle du rasage et de l’eau verte, d’homme mûr mon père est redevenu nourrisson.


Crème solaire

Ma mère se méfie du soleil comme d’un ennemi pugnace qui ne baisse jamais la garde. Je suis éduqué dans cette crainte constante, d’un corps qui, trop chauffé, risque d’agonir si on le plonge brutalement dans l’eau froide. […] Il me faut attendre le milieu de l’après-midi pour aller rejoindre mes camarades à la Piscine. […] Je trépigne car il est déjà tard. Ma mère m’a contraint à une sieste insupportable durant laquelle je n’ai pas fermé l’½il. Au-dehors, c’est le milieu de juillet, le bourdonnement des grillons et des criquets, l’infini des vacances. J’ai enfilé mon maillot de bain qu’elle me remonte jusqu’au nombril et qui souligne ma maigreur. J’ai mis mes sandalettes en plastique. Dans sa main, elle fait jaillir d’un aérosol orange une grosse perle blanche qui a la consistance de la mousse à raser. Elle écrase la perle sur ma peau. C’est doux. Ma mère étale cette crème devenue soudain invisible, dissoute par miracle, sur tout mon corps. Je lis l’étiquette sur le flacon, Ambre solaire. On dirait le titre d’une poésie, comme celle que j’apprends chaque semaine […]. Je ferme les yeux. Je respire. Une essence un peu grasse, à peine musquée, une senteur de gynécée turc. Comme un prolongement de la chaleur du jour, une tiédeur d’intimité, de bras caressant. Plus tard, je découvrirai les baigneuses du père Ingres. Je leur prêterai cette odeur. Je suis enfin prêt. J’enfourche mon vélo. Je fonce. Le vent me renifle. J’ai 10 ans. Le présent est un cadeau somptueux.

  • Écriture: à la manière de P. Claudel, rédigez un récit évoquant un souvenir lié à une odeur en utilisant le champ lexical de l’odeur

anisé âcre ambré appétissant aromatique arôme balsamique boisé bouquet capiteux chocolaté chypré déceler délicat éc½urant effluve entêtant épicé exhalaison fétide flairer floral flotter fruité fumet humer iodé léger lourd monter nauséabond oriental parfum pénétrer pénétrant percevoir pestilentiel puanteur respirer se dégager se glisser se répandre s’élever senteur sentir s’exhaler subtil suave sucré suffocant tenace vanillé vent violent


Pour le o3.o2: corriger la dictée de mots, la revoir et classer les mots par classe grammaticale

Pour le o6.o2: rendre le livret autobiographique


27 janvier

Par Lettresclassiques - 14:27, mardi 27 janvier 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
Citation de la semaine proposée par Rayan I.
"Être, ou ne pas être, telle est la question", in Hamlet de W. Shakespeare (1564-1616)





22 janvier

Par Lettresclassiques - 11:52, jeudi 22 janvier 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
Projet Poésie contemporaine:
  • Bouge tranquille de Patricia Caxtex Menier


21 janvier

Par Lettresclassiques - 12:39, mercredi 21 janvier 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
Questionnaire de Sophie Calle

1- Quand êtes-vous déjà mort ?

2- Qu’est-ce qui vous fait vous lever le matin ?

3- Que sont devenus vos rêves d’enfant ?

4- Qu’est-ce qui vous distingue des autres ?

5- Vous manque-t-il quelque chose ?

6- Pensez-vous que tout le monde puisse être artiste ?

7- D’où venez-vous ?

8- Jugez-vous votre sort enviable ?

9- A quoi avez-vous renoncé ?

10- Que faites-vous de votre argent ?

11- Quelle tâche ménagère vous rebute le plus ?

12- Quels sont vos plaisirs favoris ?

13- Qu’aimeriez-vous recevoir pour votre anniversaire ?

14- Citez trois artistes vivants que vous détestez.

15- Que défendez-vous ?

16- Qu’êtes-vous capable de refuser ?

17- Quelle est la partie de votre corps la plus fragile ?

18- Qu’avez-vous été capable de faire par amour ?

19- Que vous reproche-t-on ?

20- A quoi vous sert l’art ?

21- Rédigez votre épitaphe.

22- Sous quelle forme aimeriez-vous revenir ?





2o janvier

Par Lettresclassiques - 02:19, mardi 20 janvier 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
Citation de la semaine proposée par Rayan H.
"Une femme jalouse enquête mieux que le FBI", Will Smith (1968 - )







13 janvier

Par Lettresclassiques - 12:05, mardi 13 janvier 2015 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 0 .. Lien
Citation de la semaine proposée par Ismaïl
"Je hasarde une explication: écrire c’est le dernier recours quand on a trahi", Jean Genet (1910-1986)





12 décembre

Par Lettresclassiques - 13:49, vendredi 12 décembre 2014 .. Déposé dans Français 3°5 .. commentaires : 5 .. Lien
IV, 4: évaluation

Présentation des lectures de vacances

Etre sans destin
, Imre KERTESZ, 1975.

De son arrestation, à Budapest, à la libération du camp, un adolescent a vécu le cauchemar d’un temps arrêté et répétitif, victime tant de l’horreur concentrationnaire que de l’instinct de survie qui lui fit composer avec l’inacceptable. Parole inaudible avant que ce livre ne la vienne proférer dans toute sa force et ne pose la question de savoir ce qu’il advient, quand il est privé de tout destin, de l’humanité de l’homme.




Premier amour, Ivan TOURGUENIEV, 1860.

Au début de l’été 1833, à peine âgé de seize ans, Vladimir rencontre l’amour pour la première fois dans la maison de campagne où il passe des vacances.

Mais la belle jeune fille qui l’a ébloui, plus âgée que lui, forte et indépendante, va bientôt le réduire au désespoir…



Voyage à Pitchipoï, Jean-Claude MOSCOVICI, 1995.

Voyage à Pitchipoï raconte la tragédie d’une famille juive, en France, pendant la guerre, une tragédie qui fut celle de millions d’autres familles.

En 1942, l’auteur de ce livre avait six ans. Sa famille fut arrêtée, par des gendarmes allemands et français, et dispersée.

Le narrateur et sa petite s½ur furent d’abord confiés à des voisins jusqu’à ce que le maire du village fasse appliquer la décision du capitaine SS, Commandeur de la région et responsable des mesures de répression antisémite. Les deux enfants furent alors enfermés dans une prison, puis transférés au camp de Drancy…



La place, Annie ERNAUX, 1983.

Il n’est jamais entré dans un musée, il ne lisait que « Paris-Normandie » et se servait toujours de son Opinel pour manger. Ouvrier devenu petit commerçant, il espérait que sa fille, grâce aux études, serait mieux que lui.

Cette fille, Annie Ernaux, refuse l’oubli des origines. Elle retrace la vie et la mort de celui qui avait conquis sa petite place au soleil. Et dévoile aussi la distance, douloureuse, survenue entre elle, étudiante, et ce père aimé qui lui disait : « Les livres, la musique, c’est bon pour toi. Moi, je n’en ai pas besoin pour vivre. »

Ce récit dépouillé possède une dimension universelle.



Léon, Léon Walter TILLAGE, 1997.

Léon se souvient d’avoir longtemps fait sept kilomètres à pied pour se rendre à l’école avec ses frères et s½urs. Il se souvient qu’il fallait se cacher au passage du bus scolaire des enfants blancs, car souvent ils descendaient pour les frapper et leur jeter des pierres, avec la bénédiction du conducteur.

Il se souvient que son père a travaillé sans relâche sans jamais pouvoir offrir des vêtements neufs à ses enfants. Et qu’il est mort…

Léon Walter Tillage est né en 1936, dans le Sud des Etats-Unis. Ce livre est son histoire.




L’analphabète, récit autobiographique, Agota KRISTOF, 2004.

Onze chapitres pour onze moments de sa vie, de la petite fille qui dévore les livres en Hongrie à l’écriture des premiers romans en français. L’enfance heureuse, la pauvreté près la guerre, les années de solitude en internat, la mort de Staline, la langue maternelle et les langues ennemies que sont l’allemand et le russe, la fuite en Autriche et l’arrivée à Lausanne, avec son bébé.

Ces histoires ne sont pas tristes, mais cocasses.




Si c’est un homme, Prima LEVI, 1958.

« J’ai été fait prisonnier par la Milice fasciste le 13 décembre 1943. J’avais vingt-quatre ans… »

On est volontiers persuadé d’avoir lu beaucoup de choses à propos de l’holocauste, on est convaincu d’en savoir autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l’accumulation, on a envie de crier grâce. C’est que l’on n’a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l’état de malheur.

Peu l’ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l’air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n’est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n’est que futilité.



Pour le o6.o1: se procurer (achat ou emprunt) l’un des livres présentés et l’avoir lu


{ Page précédente } { Page 1 sur 4 } { Page suivante }

Le projet

Cahier de textes, recueil des outils, travaux d'élèves, élaborations collectives, commentaires pour poser des questions...: ce qui peut permettre aux élèves de Jean-Perrin de trouver des repères et de réussir (blog tenu par Mme Le Blond). Bienvenue!

«  Mai 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Naviguer

Entrée
Archives
Zone de gestion
Besoin d'aide ?

Liens

Photographe CLAUDINE DOURY
Théâtre équestre ZINGARO
Encyclopaedia Universalis
Dictionnaires LAROUSSE
Conteuse MIMI BARTHELEMY
Sujets DNB interactifs
Fiches de révisions DNB
CONTRE le harcèlement à l’école
DICTEES
Photographe DIANE ARBUS
Encyclopédie LAROUSSE
Boris VIAN (site officiel)
Dictionnaire des synonymes (Univ. Caen)
Marche de l’histoire (démocratie athénienne)
Marche de l’histoire (religion à Rome)
Grand Corps Malade
Docu-fiction "Le Destin de Rome"
Visite interactive du musée archéologique de Vieux-la-Romaine
Vipère au poing (ina)
Lexilogos
Louvre, salle des Caryatides
Les adolescents (France Inter)
Liste des mots les plus fréquents
Accueil Pelleport
"Je me souviens" G. Perec
"Je me souviens" Z. Abirached
Gaffiot en ligne
Lexique latin numérique
Ecritures poétiques
Fabienne VERDIER
Printemps des poètes
Facebook - Théâtre de la Ville
Tomàs GUBITSCH
Jeux pédagogiques et interactifs
Gallica bibliothèque numérique
Mateo Falcone - Gallica
Antigone d’Anouilh
Vues du tram
Xavier DOLAN à Cannes
Cyclone à la Jamaïque (B.A.)
Balzac Brouillon d’écrivain
Alice au Pays des Merveilles
Résidence - GAUZ
CNRTL
Vocanet
Vincent CALLEBAUT
I am here!
Collège du futur / EPI 3°1
Frankenstein Junior - BA
Couleur de peau: Miel - BA
Concours de plaidoiries - Caen
Préparer sa plaidoirie - Eloquentia

Rubriques

Atelier de questionnement
ECLA 3°
Enseignement de Pratiques Interdisciplinaires
Français 3°
Français 3°1
Français 3°2
Français 3°3
Français 3°5
Français 6°1
Français 6°2
Français 6°3
Grec 3°
Latin 4°
Latin 5°
Vie de la classe
Voyage en Italie

Derniers articles

24 mai
24 mai
24 mai
23 mai
23 mai

Derniers commentaires

Commentaire sans titre (par Visiteur non enregistré)
Commentaire sans titre (par Lettresclassiques)
La Lettre (par Visiteur non enregistré)
Commentaire sans titre (par Lettresclassiques)
évaluation sur les phrases direct et indirects (par Visiteur non enregistré)

Canal RSS

Abonnement



Hit-parade